UA-29881888-1

Avertir le modérateur

28/09/2011

Fukushima : à l'est, rien de nouveau...

 

mai 2012

Winter, le 27 Septembre 2011

 «Le nucléaire sous contrôle»

On avait pu admirer en son temps la préscience d’Eric Besson, notre fougueux monsieur nucléaire de l’UMP, transfuge du PS, parlant à propos de Fukushima, le samedi suivant la catastrophe : « un accident grave, mais pas une catastrophe nucléaire. ». Pour sa défense, Eric Besson a fait une école de commerce, et a donc sans doute des notions assez approximatives de physique doublée d'une approche de la notion de risque industriel plus proche du portefeuille que d'autre chose .

Néanmoins ceux qui réfléchissent avec autre chose que leur portefeuille ministériel pouvaient dès le jour-même se faire une idée de l’ampleur de dégâts.

Aujourd’hui, il semble qu’on soit vraiment dans la mouise. En mai, Tepco a admis la fusion totale du cœur du réacteur 1 de la centrale de Fukushima. Depuis, le temps à passé… Le corium, au contact de l’eau, la craque et génère de l’hydrogène en grande quantité. Le mélange hydrogène et oxygène est redoutable . On risque alors de nouvelles explosions, qui pourraient réduire en miette les enceintes des réacteurs. A partir de là, tout devient possible.

Enfin, personne ne sait dire ce qu'il en est des  coriums,   spécialement celui du réacteur n°1, si les cuves des réacteurs n°2 et n°3 sont affectées (plus que vraisemblable) , si les sous-sols sont affectés et à quelle profondeur...

Sur le plan des opérations, il y a 80 000 personnes déplacées.

Tepco gère à la petite semaine son affaire, injecte de l’azote à tout-va, lance des tuyaux un peu dans tous les sens…  Le plan de dépollution consisterait à retirer des millions de mètres cube de terre, sur une épaisseur de 5 centimètres tout autour de la centrale... Une aberration lorsqu'on comprend comment se propage cette pollution….

Pour  mettre cette terre polluée où ? c’est une autre question…

Dans ce flot de mauvaises nouvelles, certains signes sont malgré tout encourageants, on peut admirer l’opiniâtreté et le courage des japonais, qui arrivent, tant bien que mal,  à faire revenir et maintenir en dessous des 100 degrés les réacteurs n°1 , n°2 et n°3, ce qui signifie que laborieusement, ils en reprennent lentement le « contrôle »…

Mais il faut craindre, dans cette très inégale course contre l’œuvre du diable, qu’un autre  tsunami, typhon ou tremblement de terre, vienne bousculer ce frêle édifice et anéantir tous ces efforts tant le cadre de ce processus s’inscrit dans des temps qui dépassent les limites de ce que l’homme sait planifier…

Puisqu’on vous dit que l’énergie nucléaire est une énergie fiable…Pendant ce temps-là, les japonais eteignent leurs enseignes au néon un peu partout dans Tokyo. Sont-ils en train de réapprendre les vrais valeurs de l'énergie ?

08/04/2011

TEPCO AREVA même combat !

 

Winter, le 08/04/2011

www.mai2012.fr

« AREVA et les Lapins Crétins»

Lorsque KIA, fond souverain du Koweit est rentré au capital d'AREVA le 10 décembre dernier (4,8%) , sous forme de certificats d'investissement sans droits de vote, la condition aurait été, selon la Tribune, que lesdits certificats soient convertis en actions au plus tard au 30 juin 2011. Si cela ne se faisait pas, l'état purrait être amené à rembourser au Koweit sa mise dans le capital d'AREVA, soit 600 millions d'euros.

THE_LAPINS_CRETINS_SHOW_EURO2008_SPAIN.jpgLa raison de ce choix désastreux du gouvernement (merci Christine Lagarde) est la recherche de moyens de financements des investissements colossaux à réaliser dans un parc nucléaire français vieillissant. Car pour justifier ces choix stupides, il a bien fallu maintenir un prix relativement bas de l'énergie électrique, donc ne pas investir... On est en plein dans Tintin au pays des Soviets... Mais je vous rassure, pour ceux qui croieraient vraiment que ces investissements sont pour garantir une bonne maintenance des installations existentes, qu'ils se détrompent : c'est surtout pour financer l'EPR, le zinzin dont tout le monde parle mais qui n'existe pas, façon avions renifleurs...

Quoi qu'il en soit, la conséquence de ce choix désastreux est que l'action AREVA deviendra fin juin une action comme une autre, qui imposera aux actionnaires des impératifs de rentabilités.

Cela se passe ainsi dans toutes les entreprises cotées en bourse.

La petite différence, ici, c'est que AREVA, c'est juste une entreprise "stratégique", mais, au pays des Lapins Crétins, ce terme semble passé de mode.

On peut alors craindre un scénario identique à celui de Fukushima, ou l'opérateur TEPCO pour garantir l'apparence des chiffres, a falsifié, menti, triché pendant de nombreuses années, allant même jusqu'à ne plus assurer sa centrale a partir de Août 2010.

Le Japon a compris la leçon. Il lui aura fallu trois séismes (Nagasaki - pluie de Mox, Hiroshima et Fukushima). Lui nationalisera TEPCO (un gros zinzin quand même, 40 milliards de dollars). Pendant ce temps, nous récupérons par les airs le Mox de La Hague que nous leur avons envoyé par les mers et, non content de cela, nous privatisons AREVA. Mais faut-il être con ?

Le nucléaire est une énergie peut chère et sure, nous a-t-on asséné pendant des dizaines d'années.

On sait maintenant que le nucléaire est une technologie ruineuse, qui deviendra encore plus ruineuse car il faudra d'avantage de sécurité.

Si elle n'était que ruineuse, cela pourrait aller. Mais le rapport coût / risque est tellement en sa défaveur qu'on ne peut expliquer l'obstination des politiques à persister dans cette voie que par la prévarication à tous les étages de décision.

Certes, le gouvernement actuel paie les choix énergétiques pris dans les années 60. S'il pouvait juste comprendre que des alternatives sont maintenant à trouver, ailleurs, ce serait formidable.

Il faudra violemment l'encourager à comprendre.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu