UA-29881888-1

Avertir le modérateur

31/03/2011

Fukushima : A quelque chose malheur est bon

Winter, le 31/03/2011

www.mai2012.fr

« Après Fukushima»

Lors de la catastrophe de Tchernobyl, en 1996, plus de 150 000 km2 de terre furent contaminés à des degrés divers. Le montant des dégâts, pour aussi difficile qu'il soit à évaluer, hors pertes humaines et perte de production des invalides, dépasse sur 30 ans les 500 milliards de dollars. Le montant des pensions liées à cette catastrophe représente aujourd'hui la charge la plus lourde car sept millions de personnes en reçoivent aujourd'hui une.

japon.jpgLe Japon fait 370 000 km2, la seule ile de Honshu (l'ile principale) fait 227 000 km2 seulement, et a 107 millions d'habitants. 150 000 km2 correspond à un cercle d'un rayon de 200 kms autour de la centrale, Tokyo étant à 250 kms de Fukushima.

On peut toujours relativiser en expliquant que l'archipel est très étendu (3 300 km), et que donc la situation géographique n'est pas comparable : que dans le cas de Tchernobyl, il s'agit d'une explosion et que la pollution dans le cas de Fukushima sera  portée par les vents et les courants...

N'empêche.

Le rapprochement de ces chiffres fait un peu froid dans le dos, surtout lorsqu'on revoit Gorbatchev expliquer dans le film « la bataille de Tchernobyl » que le coût exorbitant de la catastrophe de Tchernobyl a ruiné tous les espoirs de la pérestroïka.

Chaque jour apporte son nouveau lot de mesures : traces d'iode retrouvées ce matin dans du lait de l'état de Washington (Côte est des USA), trace d'iode sur un peu tout le territoire chinois. Certes, à dose minime. Mais si la centrale continue de polluer pendant des semaines voire des mois ou des années, ces traces s'accumuleront : car le principe de la radioactivité c'est qu'elle se divise par deux au bout d'une certaine période : elle ne disparait pas totalement. Ainsi, si l'iode a une demi-vie très courte, il en reste toujours : Si la source ne tarit pas, l'accumulation de doses perdure dans les organismes vivants et les enseignements de Tchernobyl nous diront sans doute que c'est l'accumulation de petites doses qui est plus dangereux pour le vivant.

Mais à quelque chose malheur est bon :

N'avez-vous pas remarqué  que lorsqu'on parle des révolutions dans les pays arabes, de la côte d'ivoire où un président a parait-il été élu mais ne peut gouverner, et de tous ces autres événements où l'on n'y comprend pas grand-chose, on évoque toujours le soutien ou l'absence de soutien de la « communauté internationale ».

Mais qu'est ce que c'est donc que cette « communauté internationale » : L'Union Pour la Méditerranée, Les USA, le Mercosur, l'Otan, l'Organisation de la Conférence Islamique, l'Union Européenne, l'Union du Maghreb Arabe, que sais-je encore ? Il n'y a pas d'organisation internationale qui s'appelle « communauté internationale », ce concept n'existe pas ; cette expression est un mot valise pour habiller un mollusque en crustacé.

La catastrophe de Fukushima risque de toucher une bonne partie de la planète, et l'on peut espérer que de ces événement dramatique naitra une conscience planétaire des enjeux du nucléaire ; on peut espérer qu'une gouvernance mondiale de l'énergie verra le jour, et que de cette catastrophe, une véritable « communauté internationale » émergera, car - ce que n'arrivent pas à comprendre nos hommes politiques actuels - les grandes alliances ne se font que dans la prise de conscience d'une cause commune, dut-elle être forgée de toute pièce.

Pour nous autres, ici loin de Tokyo, nous devrions commencer en 2012 par repeindre en vert les hommes en bleu qui nous expliquent en boucle que tout est sous contrôle.

 

12/03/2011

JAPON : Quand vot'moteur fait BOUM

 

Les urbanitasmagories de Winter le 12 mars 2011

www.mai2012.fr

«Le japon qui s'envoie en l'air, c'est la faute à Voltaire...»

Quand j'étais gosse, dans les années 70, j'avais en CM2 un instituteur - merci M. Bouton fils - qui , voulant  sans doute racheter les péchés de son père infâme à qui il succédait, menait un pédagogie très active et par exemple nous incitait à faire des exposés devant nos camarades. On lisait France soir, on regardait un peu la télé, on discutait avec nos parents,  on allait à la bibliothèque et on essayait sur trois pages de faire un petit document et de convaincre nos petits camarades. C'était très formateur.

Je me rappelle très bien avoir fait un exposé sur le nucléaire. On en parlait beaucoup, c'était les débuts. On parlait du projet « super phénix » qui allait résoudre tous les problèmes des déchets.

Au cours de mon exposé  j'ai le souvenir très précis d'avoir, avec mes mots de gosse,   mis en avant les éléments suivants

  • Le nucléaire c'est dangereux à cause des déchets: un train qui transporterait les déchets peut se faire attraper par des terroristes (En 1969, c'était le début du terrorisme, IRA, FLB,FLPL)
  • C'est dangereux car on ne maitrise pas la réaction en chaine et si elle part toute seule , ça risque de coûter cher;
  • C'est dangereux car c'est une technologie compliquée qui nécessite  stabilité et continuité politiques ;
  • C'est dangereux car si une bombe tombe sur une centrale, ou si une centrale tombe dans un tremblement de terre, on ne peut rien faire.

Cette vision était celle d'un gamin de 10 ou 11 ans, élevé dans le mouvement post mai 68, dans une société qui était en grand bouleversement.

Le projet Super Phénix démarre en 76. La centrale est mise en service en 85. Je ne suis pas sur qu'à ce jour, elle est jamais produit un seul kilowatt heure

En Mars 79, l'accident de Three mile Island commence à donner une idée de ce que pourrait être un accident majeur ;

En Avril 86, c'est la catastrophe de Tchernobyl. Heureusement, le nuage radioactif (qui continue à faire le tour de la planète) s'est arrêté pile au Rhin.

En Mars 2011, presque 33 ans jour pour jour après Three mile Island, c'est la centrale de Fukushima qui est victime d'un tremblement de terre. On attend de connaitre les conséquences.

Depuis 1957, on en est à 27 incidents ou accidents suffisamment graves dans le nucléaire civil. Certes le monde n'a jamais connu de période de paix aussi longue qu'en cette fin de XXeme siècle ; mais tout un ensemble de facteurs est présent pour que ce bel ordre se transforme à la première étincelle en chaos total, comme on peut  le voir en Lybie. Le bloc de l'Est s'était déjà désagrégé, et les centrales nucléaires dont il avait enfanté sont restées à l'abandon... les combustibles se retrouvant   bradés sur le second marché très actif du terrorisme

Ce qu'un gamin de 10 ans était capable de comprendre il y a plus de 40 ans, pourquoi ne le comprend-t-on toujours pas aujourd'hui : Cette technologie pour aussi séduisante qu'elle soit  est tout simplement diabolique - mais le diable est un grand séducteur, n'est il pas ? -, aucun être humain ne pouvant prétendre maitriser la matière car c'est bien de cela dont on parle. Et même si le prix du kilowatt heure est censé être moins cher, le prix à payer pour obtenir cette énergie à vil coût est tout simplement économiquement déraisonnable.

Il est sans doute proche le jour où l'on comprendra que chaque chose qu'on jette à la poubelle est de l'énergie ; que l'énergie coûte cher ; que prendre sa voiture pour aller chercher une baquette est déraisonnable...

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu