UA-29881888-1

Avertir le modérateur

05/01/2012

Le sondage qui fait mal

 

 

http://www.mai2012.fr/.

 

Winter, le 5 Janvier 2012

 

«Les sondages, on leur fait dire ce qu'on veut.»

 

Selon un sondage OpinionWay-Fiducial,  le jugement est très sévere sur le pouvoir d'achat et sur la lutte contre le chômage.

 

Le bilan est négatif pour sept français sur dix. Les questions posées portaient sur l'action de Nicolas Sarkozy depuis son élection en 2007. 

 

70% des personnes interrogées jugent ce bilan "très" (33%) ou "plutôt" (37%) négatif. 27% le considérant comme "plutôt" et 3% "très" positif.

 

Pour 73% des personnes interrogées, le président sortant n'a pas été fidèle à ses promesses de campagne. Plus d’un sondé sur deux penser qu'il "n'avait pas l'intention" de tenir ses promesses de campagne, et pour près de la moitié des sondés, la démocratie s'est affaiblie

 

42% des répondants qualifient l'action menée par Nicolas Sarkozy de "dure" et seulement  10%  la qualifie de "juste".

 

L'action du chef de l'Etat est jugée positive surtout à l'international: au G20 (52%), face à la crise européenne (50%), pour la place de la France dans le monde (45%). En revanche le jugement est très sévère sur le pouvoir d'achat et sur la lutte contre le chômage (seulement 13% d'opinions positives) la lutte contre les inégalités (20%), la protection sociale et l'éducation (25%), la lutte contre la dette et les déficits (25%)...

 

Parmi les bonnes mesures prises par Nicolas Sarkozy, 66% des personnes interrogées répondent le durcissement des conditions d'immigration, suivi par la création du RSA (60%), la défiscalisation des heures supplémentaires (53%). Viennent en dernier les déremboursements de certains médicaments (23% d'approbation), la baisse de l'impôt sur la fortune et le bouclier fiscal (27%) et le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite (39%).

(sondage réalisé en ligne du 28 au 30 décembre auprès d'un échantillon de 998 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus selon la méthode des quotas.)


 

10/07/2011

Sécurité : La politique du chiffre et la cour des comptes

http://www.mai2012.fr/

Winter, le 9 juillet 2011

«Tout devient possible»

Etonnant rapport thématique de la cour des comptes en ce début du mois de juillet, portant sur l'organisation et les gestion des forces de sécurité publique, et qu'on peut aisément interpréter comme le bilan de 7 ans de gestion des forces de sécurité.

Deux cent quarante huit pages de littérature un peu barbante, mais particulièrement démonstratrice quand au fait que l'action du gouvernement en matière de sécurité est très loin de la promesse, que les taux de résolution des affaires sont biaisés, que les forces de sécurité ont toujours une part importante de tâches administratives au lieu d'être sur la voie publique, qu'il y a des disparités de moyen non justifiées d'une commune  à l'autre. Ce rapport pointe également le caractère inexorable du recul des moyens des forces de sécurité, ou explique encore que si la délinquance à baissé en zone gendarmerie, c'est grace aux efforts des constructeurs automobiles, les vols de véhicules représentant dans ce secteur 1/3 des faits de délinquance...

On comprend que le ministre de l'intérieur Gueant ne soit pas un homme heureux.

En réaction, Claude Guéant - l'homme qui ne sait pas compter - parle d'approximations et insulte la cour des comptes en prétendant qu'elle se politise oubliant que ce rapport avait été commandé par Philippe Seguin.Une lettre de protestation contre le travail de la haute assemblée, signée par 70 députés UMP,est envoyée à la cour des comptes

Fait rarissime, les magistrats de cette sage assemblée - des gens habituellement forts discrets - publient un communiqué ce vendredi en réaction à celle de Claude Guéant, parlant d'une "meconnaissance fondamentale, feinte ou réelle, du mode de fonctionnement des juridictions financières".

loncle,sécurité,patrick ollier,gestion des forces de sécurité,migaud,cour des comptes,guéant,umpAprès la grève des météorologues, celle des avocats, celles des intermittents du spectacle et toutes sortes de corporations dont on n'avait rarement entendu parler dans les mouvements sociaux, va-t-on avoir maintenant la grève de la cour des comptes ?

Conclusion d'un député UMP proche de Villepin, Jean-Pierre Grand : « C'est toujours dangereux que le Parlement s'oppose à un rapport voté par une institution de la République, majeure et souveraine. Aujourd'hui, la Cour des comptes, demain le Conseil constitutionnel, le Conseil d'Etat... C'est pour moi une dérive que je ne peux cautionner. »

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu