UA-29881888-1

Avertir le modérateur

22/04/2012

1er tour : ça y est : c'est plié

 Winter, le Dimanche 22 Avril 2012 à 17h30

  «Premier tour plié».

menage15%282%29.jpg Ça y est, on connait le résultat du 1er tour. Mais l’amende liée à une annonce prématurée est assez dissuasive

 Un bon navigateur internet suffit, ou quelques hashcodes #Radiolondres #rtbf #franceforte sur Twitter

 Conclusions :

 1)    Les français aiment la politique. Le taux de participation le montre

 2)    Les français veulent que cela change : Le taux de participation le montre.

 Cela est réjouissant pour le second tour.

Les déménageurs s'activent déjà un peu partout...

20/04/2012

Le Pen fait de la peine...

Mai 2012.

Winter le 20 avril 2012

«Les grandes qualités de Marine Le Pen»

Dans l’émission « des paroles et des actes » de la fin février, Jean Luc Mélenchon met claques sur claques à une Marine Le Pen totalement apeurée devant l'ogre du front de gauche, et un David Pujadas qui a perdu le contrôle de son émission.

Mais ces claques sont particulièrement bien ajustées

Apprécions plutôt le niveau intellectuel de Marine Le Pen dans cette petite vidéo avant d’aller voter Dimanche .http://www.youtube.com/watch?v=SPEBkGAatik

 

 

 

10/03/2012

Halâl ? ah! là c'est l'allalie !

 mai 2012.

 Winter, le 10 mars 2012

  «Le niveau zéro de la politique»

 Les français doivent le savoir, le plus rapidement possible et de préférence avant le mois de Mai : En ile de France, toutes les boucheries sont halâl : Pas juste la boucherie du coin, ump, victoire de sarkozyqui fait de la viande au rabais, non ! Toutes !  Même avec le tournedos à 110 euros le kg. C’est la demi-sotte de la Trinité sur Mer qui nous l’explique, tôt relayée par les ânes de l’UMP.

Guéant, tout attentif qu’il est à la défense des valeurs de la République, surenchérit : Il y a tellement d’arabes en ile de France que bientôt dans les cantines, on ne mangera plus que halâl.

 Alors qu’il faut être réaliste : En Suède, on est peinard, pas d’Arabe. Bon, on n’y mange que du chou bouilli, mais du chou suédois.

 Autant vous dire que si en 732 Charles Martel n’avait pas eu cette idée saugrenue d’arrêter les arabes à Poitier, ils seraient montés tout droit à Stockholm et on serait maintenant tranquille avec nos cuisses de grenouilles bien de chez nous.

 Les hommes politiques ont la mémoire bien courte : Henri IV à trop jouer avec les religions, 2wf0868.jpgsubit durant son règne une vingtaine d’attentats dont souvent nous ne connaissons que le dernier, perpétré par Ravaillac, fervent catholique qui voyait dans son monarche un traitre à la papauté, donc à Dieu. Ravaillac mouru écartelé, ce qui nous ramène à la boucherie.

Gue%CC%81ant.jpg

Il en va de l’Etat comme de la table : Il vaut mieux éviter d’y parler religion, car quand l’état légifère dans l’espace, la religion le fait dans le temps ; ces deux dimensions sont si intiment liées que lorsque l'on tape sur l'une, c’est mathématiquement toujours au détriment de l’autre…

A l'heure où, pour beaucoup de français, manger de la viande redevient un luxe, où, pour beaucoup de parents, payer la cantine est chaque jour plus difficile, ce discours sur le halâl revêt une dimention dont le surréalisme ne peut s'expliquer que par le confort douillet des portefeuilles ministériels d'une troupe en déroute qui, malgré ses efforts pour démontrer la congruence de son niveau de réflexion avec le vide absolu, ne saurait nous faire oublier que ce sont bien les arabes qui ont inventé le zéro.

Pas eux.



 

19/02/2012

Allègre : Anne, ma soeur Anne, ne vois-tu rien vomir ?

http://www.mai2012.fr/.
Winter, le  19  Fevrier 2012


«Le temps des faux culs»


J’ai beaucoup de respect - j'avais veux-je dire - pour Claude Allègre, entre autre par rapport à l’audace dont il fait montre pour, en opposition avec le partie de la pensée unique, tenter de démontrer que le réchauffement climatique n’a pas grand-chose à voir avec l’activité humaine. Bon, c'est vrai que lorsqu'il le fait il accumule les erreurs, mais il a au moins l'audace de le faire.


Claude Allègre a annoncé aujourd'hui qu’il rejoignait le camp de Nicolas Sarkozy.


Claude Allègre, qui , pendant tant d’année a porté les espérances du peuple de gauche, a annoncé qu’il rejoignait le camp de celui qui ouvrit son règne par un hommage à la classe fortunée et le termine en leur offrant la TVA dit « sociale ».

Eric Besson avait fait pareil avant lui. Mais à la différence d’Eric Besson, Claude Allègre est une personne de culture, une personnalité scientifique, un personne qui réfléchit, se renseigne et calcule.


Alors, quel calcul a donc fait le triste Allègre ? Un peu de pouvoir, un petit portefeuille de porcelet replet ? Triste homme, triste destinée ; et encore plus de tristesse à l'égard de ceux qui en le prenant comme ministre, n'ont pas su voir la graine de mauvaise herbe, les germes de félonnie.

Le plus ridicule de l’histoire, c’est la déclaration qui assortit son retournement de veste : Si DSK avait été candidat, il aurait opté pour son camps nous apprend-il !

Il devient urgent de se débarrasser de ces « hommes » « politiques ».

Sans aller jusqu'à là, pour Allègre, il ne faudra pas oublier de le raser à la libération.

 

01/12/2011

Les banquiers sont tellement prévisibles....

  http://www.mai2012.fr/

 Winter, le 29 Novembre 2011

 « Trop fort les banques»

 Le communisme vise à récupérer pour la communauté la plus grande partie de la force de travail de l’autre ;

 Le socialisme vise à récupérer pour la société la force de travail de l’autre ;

 Le capitalisme vise à récupérer pour son propre compte la force de travail de l’autre ;

 Le libéralisme vise à récupérer, pour son propre compte la plus grande partie de la force de travail de l’autre.

 C’est aussi simple que cela. Il n’y a pas besoin de lire de grands traités politiques pour le comprendre.

 Pour réaliser le dessein de leurs augures, le libéralisme ou le capitalisme doivent se réapproprier la force de travail. Pour cela, ils instituent l’argent, qui n’est qu’un véhicule permettant de transporter la force de travail. Puis le capitaliste rachète les usines qui permettent de faire tourner ces véhicules, tandis que le libéral effectue les fusions acquisitions entre les usines.

 Pour les garer, le capitaliste créée la banque.

 Lorsqu’il a pris toute la force de travail, il ne lui reste plus qu’à prendre la banque.

 C’est ce qui s’est passé avec une grande constance depuis la fin du XIXeme siècle.

 Lorsque toutes les entreprises se furent  toutes rachetées entre elle, il n’y eu plus rien à racheter d’autre que les états. Pour faire cela, il fallait au préalable, afin de les racheter à moindre frais, que les états ne valent plus rien. Quelques petites manipulations financières y suffirent, une petite pincée de Goldman Sachs en Grèce ou en Italie et hop, le tour fût  joué, comme on dit en Touraine. Il ne restait plus qu’à court-circuiter les démocrates pour imposer ses propres suzerains.

 Lorsque tout le monde fut totalement essoré, le capitaliste se dit qu’il en restait sans doute encore un peu dans les bas de laine.

 Il inventa alors un dispositif qui permettrait d’essorer vraiment bien : C’est ce qu’on a appelé les  bons du trésor. Pour faire croire aux pékins moyens que les bons du trésor avaient de la valeur, on allait prêter de l’argent aux états. On admirera ensuite la fierté des Italiens qui, dans un grand sursaut national, se précipitèrent sur les bons du trésor, qui ne valent strictement rien, car si c’était le cas, les banques ne seraient les premières à les racheter ?

 Cette mécanique monstrueuse aura pour conséquence de surenchérir le marché du logement, qui deviendra la seule valeur refuge un peu sérieuse, puisque tout le monde se mettra à vider ses assurances-vie pour acheter pendant que ce n’est pas encore trop cher maisons ou appartements, avec pour effet colatéral d’appauvrir encore plus la population.

 Mais à la fin de l’histoire, le capitaliste sera vraiment très riche. Il n’aura plus personne autour de lui à qui vendre ses produits, mais il sera très riche.

 Comme Mme Bettancourt, qui est en train de se faire spolier de sa fortune par sa fille qui n’a pas encore Elsheimer, Georges W. Bush ou Reagan,  tous deux à moitié fou ou Bill Gate, qui restera dans l’histoire le plus jeune riche du cimetière.

 Hé oui, comme disait ma grand’mère, on n’a jamais vu un coffre fort suivre un corbillard.

 

  

 

15/10/2011

Aminci, Hollande porte beau aux côtés de Jack Lang et de son nouveau dentier

«Mais où sont les neiges d’Antan ?»

http://www.mai2012.fr/

Winter, le 15 octobre 2011

Exceptionnellement, une note un peu longue, mais je ne peux pas m'en empêcher de me laisser aller à tout un tas de réflexions en vrac en voyant le débat entre les différents candidats aux primaires. Alors voila :

Petit, dans les années 70 , ma mère nous disait que s’il n’y avait pas la télé au domicile primaires,montebourg,mélenchon,mai 2012,victoire de sarkozy,calendrier,ump,ps,élections présidentielles,démondialisation,décroissance,europe écologie,le vertsfamilial , c’est parce que la télé, c’est un instrument dangereux, diabolique, dont les rayonnements peuvent  endommager gravement le cerveau. La preuve : lorsque  mobylette d’un jeune délinquant passait à proximité d’un récepteur de télévision en marche, il y a de la neige sur l’écran. C’est dire.

Si malgré cela, on voulait la regarder, alors, il  fallait respecter un certain protocole : ne jamais se mettre en face mais plutôt sur le côté du récepteur, là où les ondes sont le moins nocives, car les ondes ne sont pas finaudes, elles ne connaissent pas la subtilité du détour…Si l’on veut se projeter à notre époque, elle assimilait grosso modo la télé à une sorte de four à micro-ondes, qui, en plus d’être nocif, nous aurait empêché de lire… Donc, pas de télé : Le soir, c’était repas à 19h30 ; à 20h30 au lit et extinction des feux à 21 heures, rarement après.

On avait néanmoins le droit le jeudi après midi d’aller voir la petite lucarne chez une vieille et gentille voisine qui, peut être pour combler la solitude d’un veuvage un peu précoce, accueillait dans son petit appartement autour d’un gâteau aux pommes et d’un téléviseur toute une poignée de gosses du quartier. Mais les lundis matins, lorsque dans la cour de récré les copains parlaient des films du week-end, j’étais un peu à l’écart, marginalisé.

Dès que mes frères et sœur eurent quitté la maison, les parents ayant vieillis achetèrent un récepteur de télévision : A l’approche de la mort, le diable fait moins peur.

Ils  avaient raison : Comme beaucoup d’inventions extraordinaires, l’usage qui a été fait par la société de la télévision est proprement diabolique : Le vice de la télévision, c’est qu’elle autorise une sorte d’ubiquité totalement inhumaine : On peut, avec une simple télécommande,  être partout à la fois mais en même temps nulle part. Et, dans cette course folle, l’instantanéité a pris le pas sur la réflexion. Si la télévision était restée dans le domaineprimaires,montebourg,mélenchon,mai 2012,victoire de sarkozy,calendrier,ump,ps,élections présidentielles,démondialisation,décroissance,europe écologie,le verts de l’art, de la découverte, de l’esthétique, elle serait devenue un outil formidable. Dès que l’on commença à l’utiliser pour la manipulation des masses par le truchement de l’information, la politique et la publicité, elle acquit  ses lettres de noblesse auprès du Diable.

L’image n’a jamais permis de donner une information rigoureuse. L’image, c’est l’ouverture sur l’onirique qui est par définition la tromperie du jugement par l’excitation des sens. Si la religion musulmane interdit des représentations du prophète, ce n’est pas juste pour embêter les gens, cela participe d’une véritable réflexion sur ce qu’est le réel : Une photo vous trompe, une peinture, un film également : C’est là tout le charme de la représentation.  Regardez les magnifiques photos envoyées par le satellite Hubble : Qu’apportent-elles à notre connaissance de l’univers : Strictement rien. Et non seulement ces images ne nous apportent rien, mais elles nous induisent même en erreur sur la structure de l’univers.

En ce sens, ma mère avait raison, la télé est diabolique.

Penchons nous sur le récent débat concernant les primaires socialistes. Que nous apporte de voir un débat entre Hollande et Aubry. Hollande a perdu sa brioche. Il porte beau, en photo, à côté de Jack Lang et son nouveau dentier. Martine Aubry est pas mal non plus, avec sa robe de la Redoute. Une belle plante, aurait dit mon grand-père.primaires,montebourg,mélenchon,mai 2012,victoire de sarkozy,calendrier,ump,ps,élections présidentielles,démondialisation,décroissance,europe écologie,le verts

Mais ce débat en direct, à la télévision, qu’est ce que cela apporte au vrai débat de société qui se pose aujourd’hui avec la crise financière, la mondialisation concomitante à un paradoxal replis des peuples sur eux ?

Au frontispice de ma mairie, il est écrit « Liberté, égalité, fraternité ».

primaires,montebourg,mélenchon,mai 2012,victoire de sarkozy,calendrier,ump,ps,élections présidentielles,démondialisation,décroissance,europe écologie,le vertsC’est simple, c’est clair, c’est concis. Ce ne sont pas des grands mots, pompeux comme les quinze propositions mise en tête de gondole par notre VRP national lors de son élection présidentielle.

Pour ces trois valeurs, nos parents, nos grands parents, nos arrières-grands parents se sont battus, ont souffert, ont pleuré, ont travaillé, ont parfois du  abandonner leur pays, leurs amis, leurs amourettes, leur famille ; tous ces gens ont payé cher pour nous donner le pays que nous connaissons aujourd’hui.

Je me rappelle le jour où mon père est rentré à la maison heureux car il n’aurait plus a travailler le samedi…C’était la découverte du week-end : Une révolution à la maison. On mesure mal aujourd’hui ce que cela représentait : Il allait pouvoir nous emmener le samedi matin au parc… C’était une révolution dans la conduite de la famille.

Il en a fallu des grèves pour en arriver là, des souffrances et des privations. 

 En 1968, c’était le bordel, dans les transports, dans les usines, un peu partout. Les gens voulaient vraiment changer la société, pas juste faire semblant.

Mon père rentrait plus tard à la maison car il fallait compenser le soir le travail qui n’avait pas été fait la journée.

Il y avait la rage, la haine d’une société en fin de vie, et la hargne de faire quelque chose de neuf.

Aujourd’hui, la télé nous a tous plongés dans le même moule, et ceci à l’échelle de la planète. La programmation des émissions est calculée pour que les gens aient de moins en primaires,montebourg,mélenchon,mai 2012,victoire de sarkozy,calendrier,ump,ps,élections présidentielles,démondialisation,décroissance,europe écologie,le vertsmoins de sommeil. Hors, on sait très bien ce qui se passe lorsqu’on ne dort plus assez : Les sectes, les moines et moniales avec leurs mâtines et leurs complies, l’administration pénitentiaire et l’armée avec la gestion du réveil impromptu savent pleinement utiliser cet outil. On ne réfléchit plus. Le manque de sommeil – pas trop mais juste ce qu’il faut – annihile les facultés cognitives, abrutit, rend docile.

Lorsque je vois les hommes politiques défiler sur le petit écran, je me sens incomparablement honteux, avec  l’impression d’avoir trahis tous ces gens qui m’ont légué un aussi beau pays;  je me sens honteux pour tous ces soldats dont les sépultures parsèment primaires,montebourg,mélenchon,mai 2012,victoire de sarkozy,calendrier,ump,ps,élections présidentielles,démondialisation,décroissance,europe écologie,le vertsle moindre cimetière de campagne qui ont tellement donné et dont nous avons gaspillé le sang et la sueur;  je me sens lâche quand je pense à tous ces syndicalistes qui se sont battu pour qu'on obtienne une sécurité sociale, moins de temps au labeur et pour lequels nous avons si peu de considération.

Que peut me faire qu’Hollande ait perdu 20 kilos, même s’il porte beau, en photo à côté de Jack Lang et son nouveau dentier  ? Est-ce cela la politique ? Devrions nous haïr Le Pen car il a perdu un œil dans une bagarre de bistro, Détester Sarkozy parce qu’il est petit ou aimer Harlem Désir parce qu’il est noir et que c’est politiquement correct ?

Il nous faut nous affranchir de l’image, du brillant, du bling bling et revenir à des valeurs fédératrices, des valeurs simples dans une société totalement détraquée.

Ces valeurs, elles sont inscrites dans notre constitution, sans qu’il soit besoin dans rajouter de nouvelles : La règle d’or à cet égard est d’une imbécilité rarement atteinte en politique : Nos concitoyens cherchent désespérément des repères moraux , de valeur, et, dans un contexte social tendu, on leur propose de mettre dans notre texte fondateur des références à ce que précisément ils  haïssent, qu’ils jugent responsable de tous les mots de la société moderne, savoir une gouvernance du politique par l’économique. Quand on en est rendu à un niveau d’incompréhension tel, cela devient grave…

Notre constitution renvoie à la déclaration des droits de l’homme et du citoyen . Elle nous dit que tous les hommes naissent libre et égaux en droit. Aujourd’hui il ne faut pas être grand clerc pour constater qu’a qui nait dans une cité du 93, le droit le plus élémentaire qui est celui de traverser le hall d’immeuble sans se faire insulter n’est plus accordé. La police à fui les grands ensembles en même temps que la civilité et le travail.

Nous avons reculé sur tellement de choses en si peu de temps. Comment ne pas être révolté ? Mon grand-père, mort en 1956 à l’âge de 96 ans, bénéficiait d’une retraite, pas grâce mais confortable, depuis l’âge de 65 ans… C'est-à-dire que dans les années 1925, il y avait déjà un régime de prévoyance au sein de son entreprise. Il faut dire qu’il était banquier, et que ce que les banques aujourd’hui donnent à leurs actionnaires, elles en donnaient avant une bonne partie à leurs salaries…

Et aujourd’hui, alors que la télévision ne nous parle que de progrès, on ne peut que constater que partout où il y a progrès, il y a désolation, que ce soit dans l’industrie, dans l’espérance de vie, dans le retour de maladies que l’on croyait abolies, dans la pollution d’une terre sur-exploitée

Comment ne pas vouloir chasser tous ces pitres qui s’engraissent sur le labeur des travailleurs de France, de Chine et d’ailleurs…primaires,montebourg,mélenchon,mai 2012,victoire de sarkozy,calendrier,ump,ps,élections présidentielles,démondialisation,décroissance,europe écologie,le verts

Ce n’est pas dans le discours d’une gauche molassonne, « pomme golden », sans odeur et sans saveur, que l’on retrouvera cet élan qui a fait de notre pays ce qu’il était encore hier,le  pays des lumières, de l'invention du système métrique, des droits de l'homme, de la sécurité sociale et de tellement de choses révolutionnaires...

Il semblerait qu'aujourd'hui, la gauche  française commence à se rendre compte que depuis trente ans, elle roule un peu trop à droite… C’est déjà bon signe.

 

07/09/2011

la règle de plâtre et les enjeux de la dette nationale

 http://www.mai2012.fr/

 

Winter, le 7 Septembre 2011

 «Déficits»

Je ne suis pas économiste, encore moins financier, je ne connais rien en comptabilité publique,  mais je sais faire des additions. Lorsque je lis les programmes des hommes politiques concernant la question de la dette, à par Mélenchon, pas un seul ne dit de choses un peu construites. A commencer par Marine Le Pen qui raconte réellement n'importe quoi ( du style réduire l'immigration ferait économiser 40 milliards par an, ou encore supprimer les fausses cartes vital en circulation pour supprimer le travail au noir) .  Faisons ensemble l’effort de lire ces quelques chiffres, arrondis afin de donner une vision rationnelle de la question de la dette nationale  :

Le Budget 2011, c'est à dire ce qu'on prévoit d'avoir comme revenus et comme dépenses :

            200 milliards de recette, c'est-à-dire ce qu’on donne à l’état

            300 milliards de dépenses, c'est-à-dire ce que l’état nous redistribue

            Sur 2011, il manquera donc 100  milliards : C'est le déficit prévu sur l'année...

Le Produit Intérieur Brut en 2011, c'est-à-dire la richesse qu’on fabrique en France :

            1 800 milliards d’euros

A comparer avec le montant des dettes cumulées en 2011, c'est-à-dire le total des capitaux restant dus à ,ps amis banquiers :

            1 700  milliards d’euros

La charge de la dette en 2011, c'est-à-dire le montant des intérêts qu'on doit payer aux banques , uiniquement pour 2011 : 

            un peu moins de 50 milliards (45,5)

En synthèse, chaque année, environ un quart des recettes de l’état, c'est-à-dire de notre fortune à nous autres, français, sert à payer les banques, et le systéme mis en place fait que cela ne peut que mécaniquement augmenter puique depuis trente ans, tous les budgets sont programmés en déficit

Examinons ces chiffres d’une autre manière

            Le budget de la défense nationale en 2011 est de 31 milliards

            Le budget de l’éducation nationale en 2011 est de 60 Milliards

            A comparer avec les intérêts de la dette pour la seule année 2011 : 45,5 milliards

Précisons que l’éducation nationale fait travailler 3 fois plus de personnes que le secteur bancaire, lequel ne vit pas – loin de là – qu’avec de l’argent public…

La première condition, pour se débarrasser de la dette, est de revenir à un équilibre budgétaire. Cela ne peut se faire que deux manières : soit en augmentant de manière magistrale la croissance, ce qui augmenterait les rentrée fiscales, soit en diminuant de manière magistrale les dépenses.

Aucune de ces solutions n'est réaliste : On peine a faire un ou deux points de croissance, quand il faudrait doubler le PIB ; pour ce qui est des économies, on ne parle pas de dizaines de millions d'euros mais de dizaines de milliards, et ceci  sur plusieurs décénnies...

 

 

Une solution est de faire pour l'europe comme l'europe fait pour les pays du tiers monde : rayer les dettes d'un trait de plume.

Une solution rationnelle  pour se sortir de ce pétrin est de créer une énorme dévaluation, qui rendrait l'euro plus compétitif par rapport aux autres monnaies et permettrait d'augmenter les exportations d'une part et diminuerait d'autant la dette de l'autre. Les etats unis sont dans une situation encore pire que l'Europe, (leur dette est au même niveau que leur PIB)  et chacun des deux blocs attend, tapis dans l'ombre, pour savoir qui dévaluera en premier. C'est un grand jeu de poker menteur. Les chinois sont effrayés car leurs avoir colossaux étant libellés en dollars , une dévaluation américaine les obligerait à un report de leurs avoirs sur l'Europe où a imposer le Yuan comme première devise mondiale, mais il faudrait alors qu'ils réévaluent leur monnaie et donc fassent ainsi dégringoler leurs exportations...

On comprend bien que le problème n’est  pas celui de la dette, mais bien celui du système. C’est à peu près aussi simple que cela. Toutes les mesurettes autourde la question de la dette  ne sont que du colmatage sur un système qui a démontré sa toxicité pour les peuples.  Si les hommes s'organisent en seigneureries, baronnies, comtés, duchés, royaumes, états, confédérations, etc... c'est pour être défendus et non pour être pillés, sinon, la notion-même d'état perd tout son sens : c'est ce que nous risquons de vivre et c'est l'enjeu de la "financiarisation" de notre économie.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu