UA-29881888-1

Avertir le modérateur

24/12/2011

A paris, c'est Noel pour les noirs aussi...

 http://www.mai2012.fr/

 Winter, le 23 Décembre 2011

«Les noirs foutent le bordel»

Il est rare d’être au cœur précis d’un événement. C’était mon cas ce soir, aux alentours de 19h00, en ce vendredi 23 Décembre, au RER Nation.

La description de l’enchainement des événement est interessante.

Sur la place de la nation, il y avait force CRS. Je faisais mes emplettes de Noel, mais il devait y avoir un mouvement en faveur ou contre – je ne sais pas exactement – Laurent Désiré Kabila.

Je m’enfile dans le RER en même temps qu’une bande de Zairois qui finissaient la manifestation dans une ambiance un peu potache : On ne parle pas de jeunes fous, mais de gens d’une quarantaine d’année, bien mis de leur personne : Ils descendent les escalators en faisant un peu de Ramdam… mais pas vraiment plus et pas vraiment moins qu’après un match de foot. Ils parlent fort, gesticulent, mais encore une fois, rien d'extraordinaire : L'ambiance est plutôt bon-enfants : A Kinshasa, ont dit que ce sont des "ambianceurs"...

Arrivé sur le quai du RER A, direction Cergy , ils montent dans la rame, et commencent à faire un peu de bazar, bloquent un peu les portes  : Ils sont juste devant moi : nous ne sommes par réellement dans la grande délinquance, mais juste dans un mouvement de foule suite à une manifestation où il y a plutôt de l'allégresse africaine que de la violence et de la haine. N'empêche, cela bloque le départ du train.

Un – et un seul – individu commence à faire le couillon, un peu plus fort que les autres.

Le ton monte rapidement, mais nous restons dans le registre congolais : La fête un peu vantarde, mais sans plus.

Le train attend toujours en gare, cela commence à faire long... Les zoulous tapent un peu le long du wagon, tout cela fait un peu bordel, mais les blacks rigolent tout autour en filmant avec leurs smart phones.

Un abruti tire le signal d’alarme .

La situation se met à dégénérer, mais nous restons toujours sur le mode « grosse foire » sans agression réelle.

Le chef de la station perd son sang froid et appelle de manière un peu affolée dans le micro  les forces de polices : Elles sont à à peine une minute au dessus, à l’air libre : Elles mettront plus d’un quart d’heure pour arriver. Mais pendant ce temps, la situation commence à devenir problématique : les gens qui arrivent, voyant les portes ouvertes, continuent à monter dans les wagons.

Un premier lot de CRS arrive : Ils sont visiblement totalement désorganisés.

Quand aux voyageurs, ils seraient blancs et non pas noirs, on pourrait les qualifier également de singes : Ils font les singes dans le wagon, tapant sur les cotés des wagons, faisant du bruit et ricanant .

Le chef de station continue d'appeler les forces de police, ce qui fait rire tout le monde, puisqu'elles sont déjà là...

Depuis une demi heure, la rame est immobilisée à quai. J’attends que cela se passe : Je n’ai jamais assisté à pareille scène et je me dis qu’en 5 minutes, cela aurait du être réglé.

Mais voila.

Lorsqu’un médiateur aurait désamorcé la situation en moins de cinq minutes, l’arrivée d’une deuxième équipe de CRS, pas plus organisée que la première, sème encore plus la pagaille qu'avant sur le quai.

La situation commence à sentir le roussi : Les singes tapent des mains, et les marsupilamis commencent  à taper du bâton pour s’échauffer.

Et là, il faut reconnaitre le manège bien particulier de quelques personnes zairoises, d’environ 45 à 50 ans, bien mises de leur personne, qui se répartissent assez habilement la tache de tantôt exciter tantôt canaliser les manifestants : Dans ce bordel ambiant, assurément les policiers sont manipulés.

Pendant ce temps-là, j’attends que la rame parte pour pouvoir rentrer chez moi.

La sonnerie retentie : Le train part. Les types dans les wagons font des bras d'honneur aux CRS, mais cela reste encore assez bon enfant. Un type jette par la fenetre une canette de bière à moitié vide sur les CRS en rigolant. Le train  s’immobilise une nouvelle fois après 20 mètres  de déplacement de manière à pouvoir coincer entre deux rangées de CRS sur le quai le wagon qui est chargé de branquignolles.

Cela commence à sentir le gaz lacrymogène. A côté de moi, une mama black met tranquillement sur la bouche de ses deux enfants en bas âge un mouchoir en papier, et fait de même pour elle : elle a visiblement l'habitude des manifestations !

Après environ 45 minutes de spectacle, je décide de trouver un autre moyen pour rentrer chez moi car je me dis que là, je vais vraiment perdre mon temps... Je suppose (j'imagine) que la situation est partie en sucette juste après.

Tout cela aurait pu être réglé en 5 minutes avec une équipe de deux ou trois vrais médiateurs, des gendarmes sérieusement formés, pas des animateurs de centre de loisirs, qui font office de médiateur sur le transilien. Mais cette armée-là n'existe pas en France, car l'Etat à tout intérêt à ce qu'une certaine classe de la population apparaisse en permanence comme fauteuse de troubles.

Dans la suite logique de cet incident qui aurait du normalement être ridicule, le trafic a été totalement paralysé toute la soirée sur la ligne A du RER emmerdant quelque milliers de voyageurs qui avaient hâte de rentrer chez eux. Depuis la gare St Lazare, tous les trains en direction de cergy sont supprimés ; Les voyageurs se reportent sur la ligne Paris-Pontoise qui est totalement saturée...

Dans les hauts parleurs, quelques messages laconiques indiquent que le trafic est perturbé à cause de manifestants sur les voies : Il n’y a jamais eu le moindre manifestant sur les voies, au moins jusqu'à ce que les CRS interviennent - et les seules personnes à avoir foutu le bordel étaient une bande de zairois qui ont crus que Paris, c’était Kinshasa. 

Comme disait la chanson "tout ça à cause d'un poisson rouge"

Vraiment, notre société ne tourne vraiment pas rond.

 

22/08/2011

Lorsque le calendrier est l'allié de Marine Le Pen

Winter, le 22 Août  2011

www.mai2012.fr

«Bonne nouvelle pour le front national»

Le deuxième tour de l’élection présidentielle sera le 6 mai 2012. Le 1er mai et le 8 mai tombant un mardi, cela signifie que les salariés, en posant cinq jours de RTT auront onze jours de vacance. Abstention record en vue, dans un contexte où le politique se décrédibilise chaque jour un peu plus…Donc bénéfice évident aux partis qui mobilisent. Si le FN arrive au deuxième tour et si le duel se fait entre Le Pen et Sarkozy ,  sachant qu’il sera un peu compliqué de refaire le "coup du vote utile", le parti d’extrême droite risque de faire carton plein. D’où l’importance d’éradiquer le FN dès le 22 avril : compte tenu du calendrier, l’élection se jouera  au premier tour.

21/06/2011

Fête de la musique à la mairie de Draveil

 http://www.mai2012.fr/

Winter, le 21 Juin 2011

«L'été, c'est le pied »

Premier jour de l'été. On va pouvoir se mettre en tong, pour le plus grand bonheur de Georges Tron, l'infortuné maire de Draveil.

Georges_TRON.jpgEn pleine affaire DSK, il est tentant de jeter rapidement l'opprobre sur ce pervers des pieds qui est accusé par deux employées municipales de harcèlement sexuel sous couvert de pratique de réflexologie plantaire.

Certes.

Il semble, à y regarder de plus près, que l'affaire ne soit pas aussi simple qu'il y paraisse et que celui dont les frasques font rire le net est peut être tombé dans un traquenard particulièrement sale.

On y découvre derrière ce sac de nœud une petite gueguerre entre le clan Le Pen et la mairie de Draveil ;  l'objet du litige portant sur une opération immobilière qui nuirait aux intérêts de Pierre Olivier et de sa femme, Marie Caroline Le Pen, qui est autre que la sœur de Marine Le Pen.

Dans ce panier de fruits de mer, on retrouve Me Gilbert Collard dans le rôle de l'avocat des plaignantes de la mairie de Draveil, des petites employées qui se retrouvent avec les moyens d'avoir accès à un avocat de renom, lequel avocat ne cache pas ses liens d'amitié avec Marine Le Pen.

Dès lors, il ne faut pas être grand clerc pour en déduire que les deux employées ont été manipulées, et pas uniquement par les pieds...

Enfin, aujourd'hui, c'est la fête de la musique. A la mairie de Draveil, on va pouvoir chanter.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu