UA-29881888-1

Avertir le modérateur

25/02/2012

UMP et philosophie de comptoir

Winter, le 25 Février 2012

www.mai2012.fr

«La France en mouvement... brownien (1)»

Le 13 décembre 2011, l' Assemblée Nationale avait adopté en deuxième lecture la création du fichier des données biométrique. La loi sur la « protection de l’identité » prévoit, à partir de 2012, la mise en place d’une carte d’identité contenant des informations biométriques, munie d’une puce « commerciale » facultative, et la création d’un fichier d’une ampleur jamais égalée en France.

1242505416.jpgEn Allemagne, il y a quelques temps, nos amis d’outre Rhin  avaient déjà il y a quelques temps rationalisé l’identité.

Vendredi dernier,  Notre Bon Suzerain a entamé sa campagne électorale par un hymne au travail. En cinquante cinq  minutes, l’homme qui, en cinq ans, a mis la France au chômage , a réussi a  prononcer plus de cent fois le mot « Travail ». Très beau tour de passe-passe, mais regardons un peu plus loin :

Dans cette diarrhée verbale sans grand sens, un mot a retenu toute mon attention  : C’est le mot  « travail obligatoire » pour les bénéficiaires du RSA. Pourquoi pas « Service de Travail Obligatoire » ? Cela sonnerait plus juste. Ainsi, les bénéficiaires des minima sociaux se verraient imposer un service de « travail obligatoire » de quelques heures par semaine.

Le « STO », cela nous rappelle les bonnes heures de l’occupation, et cela nous permet de faire le lien avec le point de départ de cet article. Je rappelle pour les plus jeunes que le STO, c'était, pendant l'occupation de la France par les Allemands, l'obligation faite à certains français d'aller travailler en Allemagne afin de remplacer la main d'oeuvre boche qui partait au front. ...

http://www.laintimes.com/wp-content/uploads/2010/02/sto.jpg

Avec cette idée débile de « travail obligatoire », en seulement dix huit lettres, Notre Bon Suzerain nous expose toute la philosophie de comptoir de ses conseillers. La formule est tordue, vicieuse et blasphématoire,  et de plus, échappe à toute logique rationnelle. On pourrait en débattre pendant des heures, mais voici simplement quelques réflexions qui me viennent en vrac sous le coup de la colère :

Dire que le travail pour certain va être obligatoire, c’est laisser penser que pour les autres, il est facultatif. C’est non seulement faux, mais c’est en plus complètement stupide : Vous  connaissez beaucoup, vous, des personnes pour lesquelles le travail est facultatif ? Et même lorsqu’ils sont assez riches pour qu’il le soit, ils ne peuvent s’empêcher, au golf l’après midi, de parler business…

Rendre obligatoire le travail pour les bénéficiaires des minima sociaux, c’est laisser penser qu’ils sont fainéants : Mais si l’on prend les intermittents du spectacle par exemple, dont le mode de calcul des allocations est fait pour rendre très riches ceux qui se font en quelques heures de spectacle des fortunes, comme ceux qui gravitent autour de la cour Sarkozy, ne peut on pas dire que le système est construit pour encourager leur fainéantise ? Et ceux qui sont au RSA sont ils vraiment des fainéants ? A voir avec quelle ardeur les manouches font du porte-à-porte pour couper les arbres à l’automne, on peut vraiment en douter.

Dire que l’on va obliger une certaine catégorie de personnes à travailler, c’est dire qu’on va les punir de n’être que des parasites, c’est dire également que le travail est une punition : Et pourtant, c’est tout le contraire du projet de Sarkozy qui, en principe, nous explique que l’esprit d’entrepreneur  est une chance pour l’homme… L’obligation de travail : Encore une idée de théoricien au rabais.

Enfin, bien évidemment, parler du travail en le déconnectant de la valeur ajoutée est une absurdité : Le travail ne peut pas être une fin en soi : Cela         fait quatre mille ans que la bible nous explique (mais peut être Sarkozy ne lit pas la bible) que le travail est une punition (la chute du jardin d’eden dans la génèse).

63837924[1].jpgLe travail, c’est avant tout la punition infligée à  l’Homme qui veut s’approprier la nature : C’est là toute la métaphore du mythe de la Génèse.

En affirmant  le « travail obligatoire » pour une minorité, Notre Bon Suzerain tente-t-il de se mettre à la place du Dieu qui infligea à l’Homme pécheur l’exode du jardin d’Eden ? Ainsi, après Eve la pécheresse, les nouveaux pécheurs seraient les bénéficiaires du RSA ?

En affirmant  le « travail obligatoire » pour une minorité , Sarkozy le déclare de facto « facultatif » pour la majorité, et se livre à un exercice de haute portée  philosophique qui ne va pas réellement avec la taille de son costume et qui est en totale contradiction avec les valeurs qu’il est supposé incarner.

Voila l’état des réflexion de ces hommes qui nous gouvernent encore pour deux mois…

Cela fait un peu peur, non ?

======

(1) le mouvement brownien est une modélisation mathématique des interactions aléatoires entre les grosses et petites particules immergées  dans un fluide, qui permet de prévoir l'état d'un fluide, par exemple en thermo-dynamique. On utilise l'expression pour décrire une agitation permanente; fatiguante, répétée, ou l'on ne comprend pas vraiment grand chose mais qui est cencée aboutir à un résultat.

31/01/2012

Les annonces de l'Elysée

http://www.mai2012.fr/.


Winter, le  30 Janvier 2012


«Le lion est mort ce soir»


Ce week-end, Notre Bon Suzerain nous offrait un spectacle. J’ai cessé de les mirer depuis au moins un lustre tant le clinquant du discours dissone avec la rudesse des temps. On a quelques difficultés à comprendre comment en augmentant la TVA on va permettre aux français d’acheter plus et d’acheter français. C’est prendre un peu les français pour des abrutis : Le but est simplement de faire un transfert du coût du travail à hauteur de 13 milliards d’euros vers…ceux qui génèrent la valeur ajoutée ! On marche totalement sur la tête et il deviendrait urgent qu’on la leur coupe. Il faut comparer ce chiffre de treize milliards au tout petit milliard d’euro qu’on espère de la taxe sur les transactions financières…

L'argument de Notre Bon Suzerain est tellement stupide qu'on a du mal à penser qu'il peut y croire : La grande distribution ne répercuterait pas la hausse de la TVA, les mutuelles ne répercuteraient pas la hausse de la TVA, les banques ne répercuteraient pas la hausse de la TVA, les commerces ne répercuteraient pas la hausse de la TVA... Peut être les services des impôts ne répercuteront ils pas eut-même la hausse de la TVA, tant qu'on y est ?


Sarkozy enterre les 35 heures. Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, on travaille de moins en moins car on est de plus en plus compétitif ; ceci grâce à la mécanisation. La loi sur les 35 heures n’est que le reflet de cette évolution. Avec sa proposition de loi visant à faire des accord entreprise par entreprise sur la durée du temps de travail, nous revenons deux siècles en arrière, à Zola et au « bonheur des dames ». Mais peut-être cela aura il pour effet de provoquer un électro-choc dans la population laborieuse ?


Sur l’emploi des jeunes, une question de fond n’est pas abordée : Il s’agit du problème des stages : Les entreprises recrutent des stagiaires pour faire des travaux au tiers du prix d’un salarié « normal ». Du coup, les universités sont remplies de faux étudiants qui ne s’inscrivent que pour pouvoir avoir une carte d’étudiant permettant d’avoir un premier emploi, prenant par là la place de vrais étudiants, et faisant dégringoler le niveau des universités... Le cercle est infernal.


Dans ce contexte, le numéro de notre bon suzerain  ressemble un peu au dernier tour de claquettes d’un danseur de music-hall arthrotique.


Au final, cela fait quand même un peu pitié.


On est tous très tristes, car le spectacle n’est plus drôle.

23/03/2011

Les leçons du Japon

 

Winter, le 23/03/2011

www.mai2012.fr

« Les leçons de Tchernobyl, mais quelles leçons ? »

La catastrophe de Fukushima ne peut que nous rendre définitivement et irrémédiablement adversaires de l'énergie nucléaire.

La raison en est très simple : Nous venons de constater que les dégâts provoqués par une technologie non maitrisée associée à des pratiques d'industriels peu scrupuleux dépassent l'entendement : On avait vécu Tchernobyl, donc on pensait bien à la pollution, mais on n'avait jamais imaginé qu'on pourrait se retrouvé confronté demain à une vague de réfugiés nucléaires, fuyant leur métropole pour peut être bouleverser notre fragile équilibre démographique.

On avait imaginé les légumes pollués, mais on n'avait jamais pensé qu'un pays civilisé tout entier pourrait risquer de se retrouver affamé du jour au lendemain et se mettre à manger des boites de conserve venant d'ailleurs...

On avait imaginé des choses terribles, mais on ne se voyait pas faire nos courses à la quincaillerie ou au marché du coin avec un compteur Geiger en main et c'est pourtant ce qui commence à se passer : Les ventes de la firme Radex qui produit ces petits compteurs de poche explosent.

On avait imaginé un nuage radioactif passant au dessus de notre tête, mais on n'avait jamais imaginé que les eaux internationales pourraient se retrouver polluées. Il est vrai que la concentration de césium, que cela soit dans l'air ou dans l'eau, diminue avec la distance. Mais ils se trouvent que les poissons comme les oiseaux ne connaissent pas la géopolitique et migrent parfois plusieurs fois par an d'un d'un bout à l'autre de la planète.  Et l'on risque fort de se retrouver demain avec des poissons pollués à quelques encablures de nos côtes bretonnes...

Voici donc que d'un seul coup, à la faveur de cette catastrophe, de nouveaux risques bien réels sont venu assombrir un tableau déjà pas réellement idyllique...

Mais le début du pire est arrivé ce matin 23 mars, lorsque la télévision nippone a annoncé que l'eau du robinet de Tokyo de manière officielle dépassait maintenant les seuils de radioactivité admissibles pour les nourrissons. En clair, voici donc une ville de 35 millions de personnes privée d'eau potable, c'est-à-dire qui est sur la voie d'une ville du tiers-monde...

Mais ce n'est pas tout... Qu'en sera-t-il des systèmes d'aduction d'eau ? Qu'en sera-t-il des produits en plastique manufacturés par des entreprises qui utilisent l'eau pour laver leurs moules, rincer leurs outils, mouiller leurs meules...

Nous sommes bien rentrés dans un cycle de fou...

A ce jour, qui a imaginé le fait qu'un nouveau tsunami vienne de nouveau baigner les ruines irradiées de Fukushima...Et pourtant cela est du domaine du probable sur une échelle de seulement quelques années, c'est-à-dire d'une durée largement inférieure au temps qu'il faudra pour colmater les dégâts ce la folie humaine.

Il faudrait être complètement inconscient, inconséquent ou juste opportuniste pour ne pas penser que cette catastrophe doive impérativement sonner le début de la fin de l'aire nucléaire.

C'est notre rôle d'électeur de le rappeler à nos hommes politiques.

Tous les jours.

Quelques pays l'ont soudainement compris : L'autriche, la suisse. La chancellière Merkel vient aujourd'hui d'annoncer le début de la sortie du nucléaire.

Chez nous, cela tombe bien, il y a des élections d'ici un an.

Et puis, à tous les petits beni oui oui du nucléaire, qui comme Besson et bien d'autres nous ont expliqué pendant 40 ans que le nucléaire, c'était pas cher, ces hommes politiques sans conscience, ces patrons de toutes ces grandes firmes qui font leur choux gras d'un pari diabolique avec l'atome, et qui ne comprendraient pas qu'il nous faut maintenant penser autrement, il y a bien une solution pour éviter, s'il en est encore temps qu'ils ne sévissent de nouveau...: Qu'on les envoie tous le plus rapidement possible à Fukushima aider ces sacrifiés du nucléaire qui s'activent comme des damnés pour ce qui leur reste de vie d'être sain à tenter d'expier leur folie dévastatrice !


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu