UA-29881888-1

Avertir le modérateur

15/03/2011

Le Japon nous montrera l'exemple

 

Winter, le 15/03/2011

www.mai2012.fr

« Le début de la fin du nucléaire»

Le nucléaire est une technologie formidable, car elle permet d'obtenir une quantité incroyable d'énergie à un coup ridicule. Bon, pour ce qui est du coût, le consommateur final ne le voit pas trop, mais c'est un autre débat. C'est sans doute une technologie du futur, mais pas de l'avenir, tant qu'on n'aura pas, en plus de la technologie, des cerveaux d'homme du futur.

Aujourd'hui, c'est simplement une technologie de malade mental : Ce qui se passe au Japon le prouve, et le fait que ce mardi 15 mars 2011 au matin la bourse de Tokyo ait dévissé de 14% est un indicateur majeur : Dès qu'on touche au portefeuille, le bon sens revient, n'en déplaise à notre bon ministre de l'industrie.

Le vrai débat n'est pas de savoir si l'on peut se passer du nucléaire ou non : il faudra bien le faire un jour ou l'autre. Non, le vrai débat est de savoir comment l'on peut concilier progrès et réduction de la consommation d'énergie, et ci cela est possible.

Donc, ce qui etait prévisible est en train d'arriver au Japon. Le fait qu'à la télévision il y a deux jours Eric Besson parlait d'accident et non pas de catastrophe montre que ce personnage n'a pas encore le cerveau de l'homme du futur : La France a portant confié notre destin à des personnes comme cela ; Il faut se raviser rapidement et mettre au pouvoir des gens qui réfléchissent, pas qui brillent.



 

07:36 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : japon, fukushima, nucleaire, cogema, meteo, radiations, besson, cap21, ecologie | | |  Facebook

10/12/2010

Blanche Neige et ses nains

WWW.MAI2012.FR

Winter le 09/12/2010

"L'étoffe si précieuse dont est confectionné votre pourpoint, Votre Altesse, seuls les imbéciles ne la voient pas"

Le 7 décembre au soir, des précipitations neigeuses ont plongé la région parisienne dans la pagaille en bloquant qui dans sa voiture, qui dans son camion, qui dans un gymnase ou un supermarché des milliers de personnes.

Brice Hortefeux, le faciès couperosé de près par le froid vif, répétait en boucle avec la conviction d’un bateleur de foire qu’il n’y avait pas de pagaille.

Lorsqu’il fût enfin convaincu de la désorganisation du territoire, notre jovial ministre de l’intérieur fit une explication de texte : Ce sont les routes en pente  qui posent problème. Fore les descentes, point n'est de soucis ! C’est normal, c’est un homme de terrain, les montées et les descentes, il sait ce que s’est.

XY240.jpgDeux personnalités, deux points de vus différents… Fillon vient sauver le soldat Hortefeux qui s’enterre dans des communiqués laissant à douter de sa réelle intelligibilité du monde extérieur, à ce moment précis.

Le premier ministre est un homme d’état, avec le sens de la fonction : Il lui faut donc trouver un coupable pour épargner son petit soldat ; ce sera Météo France, accusé d’avoir mal estimé l’épaisseur de la couche de neige.

Si tant est que ce fût le cas, si tant est que cette accusation ait un sens, si l'on devait taper sur ce gouvernement  dès qu'il se trompe dans ses prévisions, les bois de Tronçais ne fourniraient pas assez de batons.

Ne sommes nous pas nombreux à avoir ce sentiment diffus que pour faire partie du cercle des élus, autour de Notre Bon Suzerain, la condition première est d’arborer une servilité proche de la sénilité ?

Bientôt ils nous affirmeront que Pétrucciani mesurait un mètre quatre vingt et qu’il était violoncelliste.

 

11:42 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : habits, empereur, chute, neige, météo, paris, n118, a1, hortefeux, fillion, pagaille, pente | | |  Facebook

04/05/2008

le grand alibi à bibi a bobo

L e grand alibi

A voir si vous êtes vraiment obligé

Un film français de Pascal Bonitzer avec L ambert Wilson, Miou-Miou, Valeria Bruni Tedeschi, Pierre Arditi, Caterina Murino, Maurice Bénichou, Céline Sallette, Anne Consigny, et Mathieu Demy

Un cadre prestigieux, des acteurs qui  tiennent parfaitement leur personnage, un scénario compliqué à souhait , l’histoire promet d’être passionnante : Un film intéressant, car tous les ingrédients sont réunis pour passer un excellent moment, et au final on obtient un long métrage dont le seul intérêt est de nous rappeler non seulement la valeur du temps qui passe mais aussi et surtout que le cinéma n’est pas fait par les acteurs mais par les réalisateurs,  et, comme le meilleur peintre qui peut transformer le rictus de la Joconde en un sourire mystérieux, le réalisateur médiocre peut mettre le délicieux sourire de Valeria Bruni Tedeschi au service d’une soupe insipide dans un repas qui a du mal à commencer pour finalement s’achever sur une saveur de navet
.

12:27 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grand alibi, bonitzer, arditi, film, critique, météo | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu