UA-29881888-1

Avertir le modérateur

12/01/2011

Médiator : Le chemin de croix de Servier

 

Les urbanitasmagories de Winter le 12 Janvier 2011

www.mai2012.fr

«Le chemin de croix de Servier»

Petite nouvelle prise dans le Canard : En 2006, Xavier Bertrand était ministre de la santé. Pas de chance, à ce moment, il reconduit le remboursement du médiator, médicament pourtant jugé comme ne présentant aucun intérêt de santé publique, alors que deux de ses proches conseillers ont des intérêts financiers avec le laboratoire Servier, qui produit le-dit médicament.

h-4-2306167-1291047224.jpgXavier Bertrand nous dit qu’il n’avait pas connaissance de ce lien ; c’est curieux, mais après tout, un patron n’est pas obligé d’avoir lu intégralement le CV de ses employés.

Que s'est il passé, et surtout, que va-t-il se passer  ?

En 1976, le médiator est mis sur le marché.

En 1990, le médicament bénéficie d’une nouvelle indication « adjuvant au régime adapté pour les personnes diabétiques en surcharge pondérale »

En 1997, une étude portant sur 568 remboursements montre que ce médicament – une amphétamine - sensé avoir pour cible les diabétiques était prescrit dans 1/3 des cas comme amaigrissant. La documentation d’alors montre que le conseiller technique de Kouchner, alors secrétaire d’état à la santé,  avait pleine conscience de l’impact potentiel de cette étude.

En 1999, la commission de transparence demande en vain de déremboursement de ce médicament.

En 2002, il est fait injonction à Servier de cesser d’utiliser comme argumentaire pour son produit une étude réalisée par le Dr Del Prato, étude dont la faiblesse méthodologique est sévèrement pointée : le produit ne serait pas un anti-diabétique.

En 2007, l'indication de coupe-faim est interdite au médiator : ni efficace contre le diabète, ni autorisé pour lutter contre le sur-poids, il ne lui reste de fait plus grandes qualités...

Début 2009, Jacques Servier est élevé au rang de grand croix de la légion d’honneur. Pour la bonne compréhension des choses, sur environ 90 000 a 100 000 membres dans l’ordre, il doit y avoir moins d’une quinzaine de « grand croix » vivantes, dignité la plus haute avant celle réservée au Président de la République.

En 2009, Servier commande une étude dont les conclusions montrent sans équivoque le rapport entre la prise du médicament est des pathologies ayant entrainé plus de 500 décès

Novembre 2009 : Retrait du marché. Paralèllement, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) recommande aux personnes ayant pris le produit pendant plus de trois mois - ils sont 2,9 millions de personnes - de consulter leur médecin traitant

En 2010, le scandale éclate. La presse annonce entre 500 et 2000 décès imputables au médiator.

Fin 2010 et début 2011 , Servier continue toujours de communiquer sur la fameuse étude du Dr Del Prato.

En 2011, lors de la cérémonie de vœux à son personnel, Jacques Servier reconnait 3 morts, le chiffre de 500 étant selon ses dires du marketing.

En 2011 Le directeur général de l'agence de santé (Afssaps), à la tête de cet établissement depuis 2004, Jean Marimbert, annonce avec ce qui ressemble à de l’amertume son départ prochain de l’agence au milieu d’une tourmente qu’il juge sans précédent.

Xavier Bertrand est visiblement très mal à l’aise, dans ce scandale comme étant pressenti par le quidam comme au moins égal à celui du sang contaminé et dont on ne connait à ce jour l’étendue, cinq millions de français ayant pris du médiator et 145 millions de boites vendues…

Cette affaire soulève tout un ensemble de questions, qui pointe des disfonctionnement à un peu tous les niveaux du système de santé. Elle met en évidence l’opacité du lien existant entre les prescripteurs (les médecins) et les laboratoires, les laboratoires et les politiques, les unités de recherches et les réseaux de distribution, ainsi que les dysfonctionnements dans la communication entre usagers et prescripteurs. Pourquoi un médicament contenant une classe de molécules dont la consommation est légalement très encadrée a-t-il pu être prescrit comme coupe-faim banal ?

Peut-être cette affaire nous amènera à nous interroger sur le processus particulièrement bien huilé qui transforme – souvent à leur corps défendant – le  travail d'un chercheur en outil de marketing pour les laboratoires.

Peut-être également cette affaire mettra au jour d'autres liens, dont la puissance permet de s'affranchir de la santé.

En attendant, l'affaire risque de coûter très cher à Axa, l'assureur des laboratoires Servier. Personnellement, si j'en étais actionnaire, je pense que je scruterais soigneusement l'actualité.

 

10:51 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : coeur, médiator, servier, bertrand, legion, d'honneur, kouchner, esc, aix, valvopathie | | |  Facebook

03/05/2008

L'alibi artistique

Winter le 3  Mai  2008  http://urbanitasmagories.blog.20minutes.fr/

« la petite cellule grise »

Comme beaucoup, j’ai suivi avec attention l’affaire de l’arche de zoé, en étant parfois surpris, de temps en temps décontenancé et parfois inquiet des propos des uns et des autres, mais toujours avec le sentiment diffus que cette affaire n’allait pas tout à fait comme sur des rails, et, comme on le lisait autrefois aux passages à niveau, un train peut en cacher un autre : l’accueil pour cacher l’adoption du côté des familles volontaires , l’humanitaire pour cacher la vente d’arme du côté des industriels, l’humanitaire pour cacher le renseignement pour le gouvernement, la rébellion pour cacher la servilité du côté du gouvernement tchadien, le silence pour cacher l’embarras du côté de Kouchner

J’ai suivi avec attention le discours de Breteau du 30 avril 2008, et cela me renforce dans ma conviction que ce personnage est un manipulateur de premier ordre (lire les autres articles sur l’arche de zoé sur ce blog) . Très fort, il arrive, à partir d’une opération ou tout concoure a ce que ce soit une catastrophe,  à accréditer l’idée que finalement, ce n’était pas si mal que cela et que si c’était à refaire, on referait pareil : Il apparaît très clairement comme quelqu’un qui a utilisé une cause comme moyen et non comme une fin , et il le dit clairement : Il a embarqué  des familles dans une galère sans nom, non pas pour sortir « exfiltrer » des enfants orphelins de guerre, ceci n’était qu’un prétexte, un simple moyen, mais bien pour « créer un incident diplomatique international sur le Soudan » .

A ceux qui ont suivi mon blog sur le thème de l’arche de zoé, j’avais écrit un petit billet sur les fondamentaux de l’escroquerie - ne nous méprenons pas, ici l’escroquerie, si escroquerie il y a, n’est pas nécessairement financière mais plutôt intellectuelle, néanmoins  le fonctionnement évoqué ci-après s’applique de la même manière - dans lequel je rappelais le triptyque de toute escroquerie : Premièrement des histoires d’argent pas claires,  deuxièmement une affaire trop belle pour être vraie, troisièmement, même lorsque l’on vous a montré par a plus b que vous vous êtes fait escroqué , vous trouvez encore à votre escroc de bonnes raisons pour vous rallier à sa cause .

Cette affaire de l’arche de zoé obéit à ce schéma avec une rigueur quasiment mathématique , et le discours de M . Breteau du 30 avril, dans lequel il reconnaît de manière explicite  qu’il a manipulé son monde puisqu’il y  avait le but officiel de l’association et le but  non avoué de son leader, est à cet égard particulièrement révélateur : il amène par ce très beau discours parfaitement rôdé et grisant , mais rigoureusement mesuré toutes les raisons à ceux qu’il a emmené en galère à soutenir sa cause .

10:40 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : zoé, arche, breteau, kouchner, tchad, rama yade | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu