UA-29881888-1

Avertir le modérateur

14/11/2011

Le bilan carbone expliqué à mes enfants

http://www.mai2012.fr/

«Nationale 7, c’est une route qui fait recette»

Taxe carbone : le montant a été fixé à 17 euros la tonne. Cela ne signifie pas grand-chose pour la plupart des gens, car le carbone, c’est quelque chose d’assez impalpable.

Prenez l’exemple des publicités pour les voitures : une voiture « propre », ce serait une voiture qui rejetterait 150 gramme de CO2 par kilomètre. Qu’est ce que cela veut dire ? Et la compensation carbone ?

Quand on brûle un arbre, il reste un gros tas de cendre. Les forgerons et autres métallurgistes savent depuis toujours que pour fondre un acier de qualité, ni trop mou, ni trop cassant, il faut doser très soigneusement la quantité de cendre qu’on apporte dans le mélange, car la cendre de bois, c’est du carbone. arbre%20eucalyptus[1].jpg

Un arbre, c’est pour presque moitié du carbone, le reste étant de l’oxygène, un tout petit peu d’hydrogène et un doigt d’azote, et, pour faire des approximations, un stère de bois sec, c’est environ ½ tonne qui représente environ 250 kilo de carbone.

Donc, quand on dit qu’une voiture « propre » rejette 150 grammes de carbone au kilomètre, c’est exactement comme si pour aller de Dunkerque à Madrid, vous aviez embarqué dans le coffre de la Laguna break un stère de bois. (Pour bien chauffer sa maison toute l’année, compter en général un stère par mois d’hiver)

Et quand vous prenez la voiture pour faire 100 kilomètres, c’est comme si vous aviez mis dans le vide-poche 4 ou 5 belles grosses buches de poirier bien sec, qui nous donneront 15 kilo de carbone.

Votre intuition de bucheron vous dit que c’est beaucoup : c’est normal. Le moteur à explosion a un 18941_1833oRDF3Hh5OSRK#15884[1].jpgrendement tellement lamentable qu’on se demande pourquoi il existe encore. En d’autres termes, la quantité de « bois sec » qu’il vous faudra mettre dans la « chaudière » pour avancer d’un kilomètre ne vaut vraiment pas le coup ; Cette absurdité arrange toutefois très bien les vendeurs de pétroles, ainsi que les états qui prélèvent la taxe intérieure sur les produits pétroliers. (1)

Mais attention, le raisonnement inverse est vrai : C'est-à-dire que pour compenser les émissions de carbone, il suffit de planter des arbres. Et là, ô surprise, un arbre « tout petit », avec un tronc de 35 centimètres de diamètre, qui sortira péniblement un stère de bois absorbera en fait environ une tonne de carbone, c'est-à-dire de quoi faire Paris le Caire, aller / retour - car on peut faire un parallèle direct entre le poids de l’arbre et la quantité de carbone qu’il a absorbé - et ceux qui ont assisté à la tempête de 1999 savent qu’un arbre, quand ça tombe, ça peut peser très lourd…

En conclusion, quand vous choisissez votre voiture, évaluez bien la taille du coffre pour y stocker les stères de bois (d’où l’intérêt de la Laguna break).

On ajoutera toutefois que les savants et experts des bilans carbone ne nous disent pas combien de tonnes de CO2 le volcan islandais Eyjafjöll a envoyé il y a quelques temps dans l’atmosphère, mais selon des estimations pas burlesques,  volcan_panache[1].jpgchaque jour qui a passé a du correspondre à une file d’un demi milliard de véhicules dits « propres » faisant le trajet de Paris à Marseille. (2)

Nationale 7…

Ce qui paradoxalement nous conforte dans l’idée que la problématique du réchauffement climatique pour autant avérée qu’elle soit est avant tout un business issu d’un événement sur lequel l’action de l’homme est assez vaine.

 

Notulettes :

(1) Le montant de la TIPP c'est en gros celui de l'Impôt Sur la Fortune  et la Taxe Professionnelle réunis, alors forcément, moins on consomme d'essence, car les voitures sont moins sales ou parcequ'on n'a plus de sous pour faire le plein, plus il faut payer ailleurs, car nos président, ministres & députés - eux -  ne réduisent pas la taille de leurs voitures.

(2) En faisant l'hypothèse - sans doute totalement  fausse - que des 750 tonnes de gaz rejetées toutes les secondes il y a surtout du CO2 !

 

30/12/2010

Islande : une révolution soft

 

Winter, le 30/12/2010

www.mai2012.fr

«Quand les islandais chauffent, cela bouillonne plus que dans leurs volcans»

Il faut être bien curieux pour arriver à trouver des informations sur ce qui se passe depuis un mois en Islande.  Et pourtant, cela mériterait-il pas de faire la une de la presse ?  Alors, de quoi s'agit-t-il ?

Rien de moins que d'une véritable révolution, mon bon seigneur, une véritable révolution...

Voyons un peu :

En 2007, crash financier et faillite des trois principales banques islandaises.

Derrière, chute dramatique du niveau de vie des islandais, qui étaient pourtant classés en 2008 comme les premiers en terme d'Indice de Développement Humain (l'IDH de l'ONU est un indicateur destiné à mesurer le développement des pays) et tombent, en 2010, au 17ème rang...

Le gouvernement islandais décide de nationaliser ces trois banques,  la Kaupthing, la Glitnir, et la Landsbanki , et tente en vain de mettre en place des mesures afin d'éviter une inflation qui devient monstrueuse, tel que l'abandon des taux de change fixes.  La couronne islandaise perd 85% de sa valeur. Le FMI, après avoir fait un prêt de 3 milliards de dollars au pays en 2008 lui prévoit pour 2010 une chute du PBI de l'ordre de 10%, avec tous les désastres économiques qui vont avec.

Alors le 20 Février 2010, les islandais se prononcent par référendum à 90% contre le plan de remboursement de la dette d'Icesave, la filiale de Landsbanki qui opère au Royaume Uni, car ils ne veulent endetter une génération entière dans le seul but de payer les erreurs des spéculateurs à la petite semaine. Le gouvernement - sous perfusion du FMI - est bien embarrassé.

C'est le début d'une fronde contre les institutions financières.

La crise de 2008 est vue par les citoyens comme la faillite d'un système qui, dans sa globalité, serait aux bottes des institutions financières. L'Islande, qui n'avait pas de constitution propre, puisqu'elle avait repris celle du Danemark, après quelques modifications basiques, décide, le 27 Novembre 2010, d'élire au suffrage direct parmi 523 citoyens ordinaires tirés au sort et volontaires, la petite trentaine de ceux qui auront pour tâche de proposer avant la mi-2011 dans le cadre d'une Assemblée Constituante, une constitution à la Nation. On n'a pas vraiment entendu parlé de cette élection, et pour cause, il est plus intéressant de parler de l'extradition de Cesare Battisti que des tentatives citoyennes de reprendre le contrôle sur un monde qui devient fou...

Parmi les thèmes que la constitution devra réguler, on trouve

- les bases de la constitution islandaise et ses concepts fondamentaux ;

- l'organisation des branches législatives et exécutives et les limites de leurs pouvoirs ;

- le rôle et la place du Président de la République ;

- l'indépendance de la magistrature et leur surveillance des autres détenteurs de pouvoirs gouvernementaux ;

- les mesures pour les élections et les circonscriptions électorales ;

- la participation des citoyens au processus démocratique, y compris l'organisation de référendum, y compris un référendum sur une loi constitutionnelle ;

- le transfert des pouvoirs souverains aux organisations internationales et conduite des affaires étrangères ;

- les affaires environnementales, y compris la propriété et l'utilisation de ressources naturelles.

En bref, il s'agit bien de redéfinir les règles du jeu...

Affaire à suivre. Les islandais, petit peuple de 320 000 âmes,  pensent que, contrairement à ce qui nous est asséné quotidiennement par "nos" médias, les solutions à la crise ne sont pas économiques mais politiques, et passent par une vraie représentation de la souveraineté et des intérêts du peuple.

Ce que l'on peut également retenir également de cette drôle d'histoire, c'est qu'en prenant des mesures à contre-courant de tous les autres pays, tels que déflation et contrôle stricte des transactions financières, l'Islande - dont la situation était la pire de tous les pays affectés - aujourd'hui s'en tire mieux que tous les autres pays...

Ceci montre une fois de plus que lorsqu'on est en période de crise, les solutions toutes faites sont éculées.


 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu