UA-29881888-1

Avertir le modérateur

02/12/2011

Les bijoux de Sarkozy sont mes bougies

 http://www.mai2012.fr/

 Winter, le 29 Novembre 2011

 « le retour à l’ère de la bougie »

 Sarkozy dans le débat interne au niveau du PS sur l’opportunité de l’abandon de l’énergie nucléaire à court terme avait apporté un élément de réflexion majeur : Que ceux qui veulent retourner au moyen âge et revenir à l’ère de la bougie lui jette la première chandelle.

 C’est qu’au moyen-âge, on s’éclaire à la bougie, enfin, pour les plus riches car les pauvres s’éclairent à la chandelle, qui , elle, est faite non pas de cire d’abeille qui est un matériau trop onéreux mais de suif, c'est-à-dire de graisse animale.

  Et les paysans – qui ne sont pas propriétaires de leurs terres – ont toutes sortes d’impôts dont les principaux sont la taille, destinée a payer la protection du seigneur – car en ce temps, le seigneur protège - ,  le champart et le cens qui sont des taxes, l’une proportionnelle et l’autre fixe, sur les récoltes. Dans cet inventaire à la Prevert, on trouve également le fermage, taxe elle aussi assise sur la récolte, la gabelle, impôt sur le sel au roi et la dime au clergé.

 Les nobles sont exempts de taxe puisqu’ils ont « le don du sang ». Ils partent à la guerre. Quand au clergé, lui, il donne ce qu’il veut.

 Toute une époque ! Aujourd’hui, madame Bettancourt et son coquin de gendre, avec la complicité de la femme de notre ancien prélat de Bercy, Eric Woerth, fraudent le fisc dans des proportions jamais vues. C’est un exemple… ils sont tellement nombreux…

 Et voila qu’avant-hier, les députés adoptent en première lecture un impôt visant à taxer les terres des paysans indépendamment de leurs récoltes, impôt tout à fait inédit dans l’histoire de la fiscalité française depuis le moyen âge.

 Et hier, ils votent un autre impôt consistant à taxer les paysans sur la réutilisation d’une année sur l’autre des semences brevetées, une sorte de droit d’auteur, non pas recouvré directement par ce qu’on pourrait imaginer comme une sorte de « sacem » agricole – c'est-à-dire en fait Monsanto - mais simplement prélevé par le fisc – c’est tellement plus simple – pour le bénéfice des multinationales.

 Pour préciser la pensée de notre bon Suzerain, ce n’est plus à l’ère de la bougie que nous revenons mais bien à celui de la pierre taillée.

 On peut se poser la question assez naïve de savoir ce qui se cache derrière la volonté ainsi affichée d’exacerber de dangereuses tensions au sein d’un monde agricole déjà bien bousculé par crise, mais qui vote assez traditionnellement vers l’extrême droite ; A quelques mois des élections, la réponse n’est pas très compliquée à trouver.

 Alors oui, il faudrait revenir à la bougie, rétablir la gabelle, la taille et le cens. La dime irait au clergé et les nobles – vrais ou faux, soyons magnanimes - seraient dispensés d’impôt. Cela arrangerait certainement,  Les Sarkozy de Nagy Bosca, les Gallouzeau de Villepin et les autres… Mais nous autres, pauvres péans, n’oublierions alors pas de leur réclamer « l’impôt du sang », comme à l’ère de la bougie…

 A force de tirer sur la ficelle, c’est peut-être ce qui risque de leur arriver…Et ce ne serait que justice…

 

17/06/2008

impôt par ci, impôt par là, impôt partout.

Winter Le 17  Juin 2008  http://urbanitasmagories.blog.20minutes.fr/

« bling & bling sont les deux mamelles de la France»

En ces temps de déclaration de revenu, comme beaucoup de français, je fais – ou plutôt tente de faire - ma déclaration par Internet.

Avant d’aller plus avant dans mon récit, il convient de rappeler quelques chiffres : En 2007, les recettes de l’état étaient de 337 milliards d’euros, et les frais financiers liés au remboursement de la dette 40 milliards d’euro. Afin d’amener ces chiffres à une échelle compréhensible pour le commun des mortels, notez que le budget de la défense nationale -des hélicoptères, des sous marins, des rafales, des porte-avions nucléaires, enfin bref  toutes choses a priori plus compliquées à faire fonctionner que des calculettes - etait de 36 Milliards.

Il n’est pas besoin d’avoir fait l’ENA pour comprendre que le problème de l’équilibre budgétaire est donc avant tout de trouver quelque part de l’argent à donner à nos amis banquiers. Dit autrement , si l’on pouvait faire du foie gras avec les banquiers, ce serait Noël tous les jours sur la planète.

Ce préambule posé, il m’arrive un problème technique pour effectuer ma déclaration en ligne. Une amie de bon conseil m’ayant indiqué que l’administration fiscale – celle que je paie à travers mes impôts - était prompte à répondre par email à toute question, je m’exécute.

Je reçois - assez rapidement il est vrai - une réponse dont la profondeur mérite citation :

« Pour vos questions techniques sur l'abonnement, la télédéclaration, le compte
fiscal en ligne, contactez l'assistance technique ' téléprocédure impôt sur le
revenu ', à 12 centimes la minute, au 0 820 326 326, tous les jours même le
dimanche de 08h00 à minuit (heures françaises) »

Hé oui, mes chers compatriotes, la France est tellement endettée qu’il lui est nécessaire, comme au bon vieux temps des minitels roses, de mettre en place, pour payer ses fonctionnaires, une sorte de jack pot télématique, une cagnotte, une tontine, appelez cela comme vous le souhaitez, enfin bref quelque chose qui rapporte un peu d’argent dans ce vaste océan de misère.

A ce point, on comprend mieux pourquoi l’association des maires de France à choisi en 2003, pour figurer Marianne, symbole de toutes les valeurs portées par la nation française,  Evelyne Thomas, l’ex-animatrice de l’émission « combien ça coûte ».

Vive la République, vive la France !

15:24 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : impôts, déclaration en ligne, amf, marianne, hot line, 2008 | | |  Facebook

07/12/2007

Délocaliser le gouvernement

Winter le 7/12/2007  http://urbanitasmagories.20minutes-blogs.fr/

Notre Bon Suzerain a pour objectif d’améliorer la productivité du gouvernement en général et des administrations en particulier : Ce vœu est louable, et c’est en partie pour cela que les français l’ont porté aux cimes de l’entreprise France .

Quelques points de compétitivité de gagné au niveau de l’administration, et c’est toute la France qui gagne, ce sont tous les français qui profitent car il se sentent mieux :  ce que les administrations gagnent en efficacité, eux le regagnent au quotidien en pouvoir d’achat

Que font les entreprises pour faire des profits ? Elles cherchent les niches de compétitivité .

Et que font elles pour gagner des points de compétitivité ?

Elles délocalisent : Notre bon Suzerain l’a bien compris, lui qui commence à délocaliser les conseils des ministres !

Mais, il faut aller plus loin, et plus vite, et laisser sa timidité et ses scruptules au vestiaire .

A l’heure de l’Europe et d'Internet, a-t-on réellement besoin d’avoir un gouvernement sur site ?

Rien n'est moins sur , et les belges l’ont bien compris, eux qui ont poussé le luxe jusqu’à carrément s’affranchir depuis Juin 2007 d’avoir un chef au gouvernement !

Nos amis belges – outre d’être des royalistes - sont des précurseurs : Ils ont intégré qu’à l’heure de l’Europe, on pouvait pousser la délocalisation du gouvernement jusqu’à son point extrême, c'est à dire la mise en hibernation de son gouvernement local.

Et quand on y regarde de près, en fait, cela ne change pas grand’chose, si ce n’est de freiner quelque peu les ardeurs des investisseurs américains. En tout cas, le pays continue de touner...

Pour faire des économies, il faut délocaliser totalement  et massivement l'ensemble du gouvernement français dans un premier temps, puis les administrations (Je rappelle qu'on parle de cinq millions de fonctionnaires) dans un deuxième temps.  Que d'économies !  Notre bon Suzerain et sa duègne se sont  fendus d’une visite dans l’Empire du Milieu . Est-ce cette idée révolutionnaire qui a pu germer dans leur altier chef : Former un gouvernement à bas-coût en République Populaire de Chine ? Un gouvernement délocalisé, c’est moins de frais pour les contribuables, moins d’impôts pour les assujettis, plus de souplesse dans la prise de décision, et surtout, L a Chaîne Parlementaire qui peut tout en diminuant ses coûts de fonctionnement émettre 24 heures sur 24 , 7 jours sur 7 : D'avantage de communication, avec des coûts moindres... L e bonheur pour tous, finalement . .

Il faut y aller franco, ne pas hésiter : Délocalisons massivement l’ensemble du gouvernement, c’est un peu de pouvoir d’achat en plus pour chaque français .

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu