UA-29881888-1

Avertir le modérateur

07/04/2012

Ca va mal finir....

 http://www.mai2012.fr/.

 Winter, le 1er Avril 2012

  « Ca va mal finir…».

 Chacun l’aura compris, les chiffres fournis par les hommes politiques sont souvent farfulus, la plupart ne sachant pas compter. Ainsi, Xavier Bertrand nous apprend ce matin qu’un militant UMP peut être fier du bilan de Nicolas Sarkozy.

 La base de données EUROSTAT, qui reprend tous les indicateurs européens, est en accès libre sur le net.

 Petite analyse rapide sur quelques indicateurs choisis, au sein de l’Europe des 27:

 Chômage de longue durée  de 2007 à 2010 :

  Europe : 3,2% France , 3,4% Roumanie  2,6% 

 La France est dans le milieu du peloton

 Chômage des 15/25 ans sur les dix derniers mois

 Europe : 9,84% France 9,78% . Roumanie 7,42%

 La France est au milieu du peloton

 Chômage total sur les dix derniers mois:

  Europe : 9,84 % France 9,84 % Roumanie  7,42% 

 La France est dans le milieu du peloton

 Un indicateur très intéressant, c’est le taux de risque de pauvreté : sans rentrer dans le détail de son calcul, il nous indique si on risque d’aller mieux ou moins bien…

 Entre 2005 et 2010, ce taux est resté stable dans toute l’Europe.

 Il est en forte diminution en Roumanie

 Depuis 2008, en France il en augmentation significative et constante.

 Quoi qu’en pense Xavier Bertrand, il faut comprendre cet indicateur de la manière suivante : « Depuis 2008, cela va plutôt assez mal en France. »

 Tous ces indicateurs sont en consultation libre : on peut les télécharger sur internet http://epp.eurostat.ec.europa.eu/portal/page/portal/stati...)

  On peut continuer comme cela sur tous les indicateurs majeurs. On peut les mettre simplement sous excel et réfléchir dessus, faire des moyennes, calculer des tendances : Ce n’est pas très compliqué, c’est même à la portée d’un Xavier Bertrand. Et on aurait tort de se gêner. On se dit alors que – qui que ce soit qui soit élu – rien ne risque d’être pire qu’une nouvelle mandature de Sarkozy.

 On se dit aussi qu’il est formidable qu’une institution comme l’Europe permette de mettre à disposition de ses citoyens de réels éléments de décision.

 Sarkozy, lorsqu’il s’ était présenté, avait fait un programme axé sur 15 points, que l’on peut l’apprécier diversement, selon qu’on a voté ou non pour lui, mais qui avait le mérite d’être une feuille de route. Sur aucun de ces points il n’a tenu parole. Il ne tiendra pas d’avantage parole sur toutes les promesses qu’il est en train de faire.

 Toutefois, ceci n’est pas gravissime, car comme nous l’avait justement dit Chirac, les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

 Non, ce qui est gravissime, c’est l’entreprise quasiment terroriste de casse du lien social et de sanctuarisation des communautarismes que Nicolas Sarkozy a entretenue, développée et  systématisée depuis le début de son mandat et dont il est en train d’accélérer le mouvement, avec une fougue hystérique. C’est très exactement le contraire de ce que l’on attend d’un capitaine de navire en période de tempête, d’où que vienne le gros temps.

  « Ca va mal finir », avait prédit François Léotard, que l’on ne peut sans doute pas qualifier l’abruti. Le bougre avait sans doute raison…

 

10/03/2012

Halâl ? ah! là c'est l'allalie !

 mai 2012.

 Winter, le 10 mars 2012

  «Le niveau zéro de la politique»

 Les français doivent le savoir, le plus rapidement possible et de préférence avant le mois de Mai : En ile de France, toutes les boucheries sont halâl : Pas juste la boucherie du coin, ump, victoire de sarkozyqui fait de la viande au rabais, non ! Toutes !  Même avec le tournedos à 110 euros le kg. C’est la demi-sotte de la Trinité sur Mer qui nous l’explique, tôt relayée par les ânes de l’UMP.

Guéant, tout attentif qu’il est à la défense des valeurs de la République, surenchérit : Il y a tellement d’arabes en ile de France que bientôt dans les cantines, on ne mangera plus que halâl.

 Alors qu’il faut être réaliste : En Suède, on est peinard, pas d’Arabe. Bon, on n’y mange que du chou bouilli, mais du chou suédois.

 Autant vous dire que si en 732 Charles Martel n’avait pas eu cette idée saugrenue d’arrêter les arabes à Poitier, ils seraient montés tout droit à Stockholm et on serait maintenant tranquille avec nos cuisses de grenouilles bien de chez nous.

 Les hommes politiques ont la mémoire bien courte : Henri IV à trop jouer avec les religions, 2wf0868.jpgsubit durant son règne une vingtaine d’attentats dont souvent nous ne connaissons que le dernier, perpétré par Ravaillac, fervent catholique qui voyait dans son monarche un traitre à la papauté, donc à Dieu. Ravaillac mouru écartelé, ce qui nous ramène à la boucherie.

Gue%CC%81ant.jpg

Il en va de l’Etat comme de la table : Il vaut mieux éviter d’y parler religion, car quand l’état légifère dans l’espace, la religion le fait dans le temps ; ces deux dimensions sont si intiment liées que lorsque l'on tape sur l'une, c’est mathématiquement toujours au détriment de l’autre…

A l'heure où, pour beaucoup de français, manger de la viande redevient un luxe, où, pour beaucoup de parents, payer la cantine est chaque jour plus difficile, ce discours sur le halâl revêt une dimention dont le surréalisme ne peut s'expliquer que par le confort douillet des portefeuilles ministériels d'une troupe en déroute qui, malgré ses efforts pour démontrer la congruence de son niveau de réflexion avec le vide absolu, ne saurait nous faire oublier que ce sont bien les arabes qui ont inventé le zéro.

Pas eux.



 

19/02/2012

Allègre : Anne, ma soeur Anne, ne vois-tu rien vomir ?

http://www.mai2012.fr/.
Winter, le  19  Fevrier 2012


«Le temps des faux culs»


J’ai beaucoup de respect - j'avais veux-je dire - pour Claude Allègre, entre autre par rapport à l’audace dont il fait montre pour, en opposition avec le partie de la pensée unique, tenter de démontrer que le réchauffement climatique n’a pas grand-chose à voir avec l’activité humaine. Bon, c'est vrai que lorsqu'il le fait il accumule les erreurs, mais il a au moins l'audace de le faire.


Claude Allègre a annoncé aujourd'hui qu’il rejoignait le camp de Nicolas Sarkozy.


Claude Allègre, qui , pendant tant d’année a porté les espérances du peuple de gauche, a annoncé qu’il rejoignait le camp de celui qui ouvrit son règne par un hommage à la classe fortunée et le termine en leur offrant la TVA dit « sociale ».

Eric Besson avait fait pareil avant lui. Mais à la différence d’Eric Besson, Claude Allègre est une personne de culture, une personnalité scientifique, un personne qui réfléchit, se renseigne et calcule.


Alors, quel calcul a donc fait le triste Allègre ? Un peu de pouvoir, un petit portefeuille de porcelet replet ? Triste homme, triste destinée ; et encore plus de tristesse à l'égard de ceux qui en le prenant comme ministre, n'ont pas su voir la graine de mauvaise herbe, les germes de félonnie.

Le plus ridicule de l’histoire, c’est la déclaration qui assortit son retournement de veste : Si DSK avait été candidat, il aurait opté pour son camps nous apprend-il !

Il devient urgent de se débarrasser de ces « hommes » « politiques ».

Sans aller jusqu'à là, pour Allègre, il ne faudra pas oublier de le raser à la libération.

 

10/02/2012

tiens ta droite !

http://www.mai2012.fr/.
Winter, le  10 Fevrier 2012
«Les modernes et les anciens»
Le futur des peuples se lit dans leur histoire. Et l’histoire aujourd’hui s’écrit sur Internet. Les peuples l’ont compris. C’est l’enseignement que nous donne ce qu’on a appelé « le printemps arabe ».


Ainsi, celui qui détient internet détient le monde. Notons que cette « liberté » d’expression mondiale est conditionnée par une grosse douzaine de serveurs américains et que l’attribution des adresses internet est  du ressort d’une société privée. Sans adresse IP, sans redirection de nom de domaine, pas d’internet. Pour être tout à fait juste, notons également que du point de vue technique, cela marche plutôt bien.


Sans connaissance technique particulière ni volonté d’en développer, j’avais commencé il y a quelques temps la tenue de ce journal avec un objectif bien précis : tester l’intérêt du monde politique pour celui de l’internet. Le moyen, c’était de mettre à l’épreuve le référencement de google sur des mots clefs les plus génériques possibles, mais propres à intéresser un futur président, du moins le pensais-je, autour d’un blog qui ne sera fréquenté quotidiennement par guère plus de 200 à 300 lecteurs.
A moins de 75 jours des élections, si vous tapez «Victoire de Sarkozy », ou tout autre combinaison du même acabit du style « Mai 2012 UMP » etc…  sur google, vous tombez sur mon modeste journal dès la première ligne, et ceci depuis des mois et strictement sans aucun moyen.


Internet est la vitrine du plus grand magasin du monde. Comme au supermarché, les produits qui partent le mieux sont ceux qui sont en tête de gondole. C’est pour cette raison que la première page de Google coute si cher, et que la première ligne n’a pas de prix.
Alors, comment expliquer, dès lors, que la tête de gondole soit occupée par un blog aussi insignifiant que celui que vous lisez ?


On peut trouver trois axes d’explication :

1)    L’indigence de la réflexion des conseillers en communication des grands mouvements politiques est dramatique. Si l’on n’en voulait qu’une illustration, on se tournerait vers la brillante explication de la hausse du cout de l’essence sur Youtube par Jean François Copé : « L’essence augmente car comme le prix du brut baisse, la demande augmente ; on en produit plus, donc il y a plus de TVA ». (Vous ne rêvez pas).

2)    Les « stratèges » se concentrent sur Twitter et Facebook, tant traumatisés qu’ils furent par les « printemps arabes ». Ils oublient le reste. Le reste représente une cible d’une tout autre valeur, car le pékin moyen qui votera pour le front national en 2012 n’a que cure de twitter et de facebook.

3)    Mais la conclusion la plus sévère de ce modeste mais particulièrement probant test s’impose d’elle-même : De droite comme de gauche, ils n’y croient plus ; ils ont jeté l’éponge.

A moins de trois mois d’un changement décisif dans l’histoire de notre Veme république, le constat est particulièrement dur.

Il est aussi très inquiétant : Si le politique lui-même se désintéresse de son propre gagne pain, comment peut il attendre que ses administrés, eux, s’y intéressent ?

L’histoire nous a enseigné que le désintérêt des hommes pour la politique est le ferment des fascismes de toute nature : La France de 2012 sera une France d’extrême droite. Nous prenons le chemin de la Hongrie, de la Belgique.

Ce n’est bon ni pour nous, ni pour nos enfants.

31/01/2012

Amis banquier lève ton verre, et surtout, ne le renverse pas ...

http://www.mai2012.fr/.
Winter, le  31 Janvier 2012
«Plus c’est gros, plus ça passe»
Fort de leur premier succès auprès de la BCE, avec l’obtention d’un premier prêt de 489 d’euros le 22 décembre dernier – le plus gros prêt de l’histoire de la finance -  on apprend ce matin que les banques voudraient demander auprès de l’établissement européen… un prêt de mille milliards d’euros. Vous avez bien lu : mille milliards …
On nage en plein délir.
Pour comprendre ce que cela représente, s’il l’on estime qu’il y a sur la planète six milliards d’individus, cela fait 166 euros par tête d’humain. Le seul problème de ce chiffre astronomique, c’est que sur la terre, le nombre de personne vivant avec moins de un dollar par jour est supérieur à un milliard…
Ce chiffre est tout simplement colossal, et n’a aucune relation avec une quelconque réalité économique, mais si l’on tente d’en trouver une, il s’agit de dix fois la capitalisation boursière d’Intel, cinq fois la capitalisation boursière d’IBM etc etc… Tout ceci n’a strictement aucun sens.
Mais comme dit l’adage, plus c’est gros, plus ça passe…

21/01/2012

l'europe plus forte que la France

http://www.mai2012.fr/.


Winter, le  20 Janvier 2012
«Sarkozy et le triple A»

La France a emprunté Jeudi à des taux moins élevés qu’en Novembre, ceci malgré la perte du « triple A ». Allez y comprendre quelque chose.

L’explication est pourtant simple : Le système monétaire européen n’est pas exactement aux bottes des agences de notation et a de réelles marges d’action sur les marchés : La Banque Centrale a remis du cash sur la table et assoupli les conditions qu’elle impose aux banques.

Alors pourquoi tout ce cirque autour de la perte du « triple A ».

La aussi, l’explication est simple.

On n'embrigade  bien les autres que par la peur : Le curé brandit l’enfer, le capitaliste la guerre, le marxiste l’individualisme, l’écolo le dérèglement climatique, le noir le blanc, le voisin, son voisin  etc etc…Pour les hommes politiques qui ne savent rien faire d’autre que se vendre eu-mmes, quand bien même on ne veut pas vraiment les acheter (cf Chirac versus Lepen au 2eme tour), l’unique stratégie consiste à faire peur: Tout acte de vente se fait par la peur. 

Et pour faire peur il faut faire deux choses : tout d’abord trouver des motifs - vrais ou fantaisistes -  de peur, et ensuite communiquer sans relâche sur ces motifs….L’équipe de Sarkozy le sait parfaitement et nous bassine toute la journée dans le métro, le train, les gares, avec des annonces de sécurité lobotomisantes, dont, par arrêté préfectoral, (sic) le son doit être plus élevé que celui des annonces normales : « prenez garde aux pick pockets » « des trains sans arrêts circulent dans votre gare » « rouge piéton, rouge piéton »  etc etc…. la vie parisienne est ponctuée de ces annonces omnis présentes et abrutissantes, et à force, on finit par y croire… Ne nous y trompons pas, sur tous ces sujets aussi divers, de la finance à la traversée de la route, on parle toujours bien de la même chose…


La bande au pouvoir – car il faut bien parler de bande – met en place à a peu près tous les niveaux de la société ce mouvement d’instillation d'une  peur diffuse dans les consciences.


Et, chose extraordinaire, qui montre à la fois l’impuissance et la pauvreté intellectuelle de l’élite en place, ils appliquent cette théorie à ce qu’ils connaissent le mieux, et ce qu’ils connaissent, ce n’est que le monde très immatériel de la haute finance : La peur du loup, c'est la peur de LEUR LOUP.


Mais le pire, si l’on écoute les discussions dans le train, c’est que cela finit par marcher ! Le pékin moyen qui ne connait strictement rien aux agences de notation finit par accepter une baisse de salaire à cause de la baisse du « triple A » ! Papa, maman, au secours, revenez ! le monde marche sur la tête !

Alors effectivement, lorsqu’on voit que finalement, ce n’est pas plus grave que cela, on ne peut que se dire que tous ces gens-là se moquent du monde dans des largeurs rarement imaginées..


A ceux qui me lisent régulièrement, ce ne sera pas une surprise de découvrir que mon régime alimentaire me contrait à bouffer du curé.
Et pourtant, la seule vraie parole révolutionnaire du XXeme siècle, il faut assez paradoxalement aller la chercher dans cette incantation prophétique chez Jean-Paul II :

« N’ ayez pas peur ».

Tout est dit, tout est là. Il ne sert à rien d’en rajouter.

12/12/2011

Avec Chirac, c'était "abracadabrantesque". Maintenant, c'est "Cauchemardesque"

http://www.mai2012.fr/

Winter, le 12 Décembre 2011

«Ou est passé la part du rêve ? »

Quatre ans plus tard, on relit le programme de l’UMP. On le relit car on ne l’avait pas bien lu au début. On ne l’avait pas bien lu car on était dans le rêve, l’irréel. Alors, on le relit, et on se dit : « mais bon sang, c’est pas possible ! »

C’est pourtant oui, c’est possible ; Il nous l’avait bien dit : c’était possible ; tout devenait possible.

Mais déjà dans le programme, alors qu’il n’était pas encore élu, les tournures de phrases étaient pour le moins surprenantes.

Quinze phrases, quinze phrases seulement, et déjà un français approximatif. On n’avait pas bien vu, au début, car finalement, ce qui nous intéressait, c’était de croire à nos rêves.

En fait, tout était déjà annoncé. Il suffisait de lire, mais nous, on ne voulait pas lire. Et puis en relisant, on se dit : « Mais que nous est il donc arrivé, qu’est il arrivé à notre République ?»

Tenez, par exemple : « Mettre fin à l’impuissance publique.» C’était la première proposition. La plus importante pour beaucoup de français qui croient en l’état providence ; la plus importante pour ceux qui croient que l’état est là pour protéger le faible et soutenir l’entrepreneur. Car l’Etat, c’est la puissance, et mettre fin à l’impuissance publique, cela semblait un axe fort d’action, tellement séducteur... Quel républicain serait contre ?

 Mais voila, jamais sous la Vème république l’état n’aura autant reculé que durant ce quinquennat. Et le président lui-même s’interrogeant publiquement dans une tirade complètement incompréhensible qui restera culte et qui fit en son temps les délices du petit journal illustra lui-même l'impuissance de la République. S’il fallait qu'un seul exemple de ce qu'est un aveu d’impuissance, on retiendra sans aucun doute cette tirade sur le pouvoir « de dire oui, heu non, car les deux pouvoirs d’équilibre dans un mouvement (etc…) »

 En numéro deux, on avait « Une démocratie irréprochable ». Les scandales se succèdent et se ressemblent. Les votes des lois clefs se font en catimini pendant les vacances. Là, on ne constate pas de grands changements : Les préfets fantômes sont nommés sur les deniers de l’état aujourd’hui comme hier, et bientôt, on apprendra qu’un flux ininterrompu d’argent liquide en provenant des états africains arrose copieusement notre belle terre de France. Les juges sont faits et défaits du fait du prince, des « raccourcis opérationnels » existent dans a peu près tous les processus de décision.. On se gausse de l’Italie qui se voit imposer un premier ministre sans passer par les urnes. Mais est-on vraiment mieux en France ?

 Il nous avait dit aussi qu’il allait  « vaincre le chômage ». Là, inutile de discuter et passons rapidement à la promesse numéro cinq ; c’était : « Réhabiliter le travail ». Que dire ? Que penser ? Le capital n’a jamais été autant apprécié qu’aujourd’hui ! Les profits de France Télécom sont énormes, pendant que les travailleurs se suicident, les banques étranglent littéralement leurs clients. Pour rationnaliser leurs charges les entreprises comme les communes suppriment tous les emplois non qualifiés, mettant ainsi complètement en panne l’ascenseur social. C’est cela, la réhabilitation du travail où est-ce encore les travaux d'intérêt général ou il n'y a personne pour encadrer les délinquants ?

 Il y avait aussi la volonté  de « répondre à l’urgence du développement durable ». C’était la proposition numéro sept. Celle-là, on ne sait pas trop ce qu’elle veut dire. Tout ce qu’on sait, c’est que Fukushima est passé par là et que cet « incident » n’a pas effrayé Eric Besson…

 La proposition numéro huit : permettre à tous les français d’être propriétaires de leur logement. Oui mais voila, lorsqu’on se ballade dans le nord, dans certaines villes sinistrées, on voit des pancartes « a vendre » un peu partout : Les français qui ont la chance d’avoir un logement sont propriétaires de dettes, et les seuls bénéficiaires sont les crédits hypothécaires. En vérité, nous sommes exactement dans le contexte des subprimes où les banques octroient des prêts sur les valeurs très hypothétiques des biens achetés avant la crise . Et  en 2009, l’accession à la propriété était au plus bas depuis 15 ans. En revanche, la loi Scellier a permis une augmentation de l’investissement locatif...

 Dans la neuvième proposition, l'UMP nous proposait de  « transmettre les repères de l’autorité et du mérite ». ça a tellement bien marché qu’à Lyon et à Lille, les flics se sont transmis les repères de l’autorité et du mérite entre-eux sans doute avec des présents sonnants et trébuchants en guise d’accompagnement. Alors forcément, maintenant, dans les Banlieues, ils veulent faire pareil, puisque c’est ce qu’on leur a promis : Les repères de l’autorité et du mérite : Tu me donnes un gramme, je te donne un gramme…

 La proposition numéro dix, quand on la relit avec le recul d’un quinquenat, elle est assez marrante : «Une école qui garantit la réussite de tous ». Là, d’un seul coup, sans que l’on sache pourquoi, on passait du style énumératif à l’infinitif  à une phrase abortive, non finie, sans verbe, une phrase orpheline de son action, en somme… Sur le coup, on n’avait pas remarqué que ce n’était pas du français, cette énumération. Mais maintenant, en relisant, on se dit que c’est un peu normal : on ne sait jamais ce qu’il convient d’en faire, des étudiants. Du coup, on se dit comme cela : Tiens ! pour garantir la réussite pour tous, on va augmenter sévèrement les droits d’inscription à la faculté ; on va aussi essayer d’augmenter la TVA de la cantine, dès fois que ça passe. Ainsi, ceux qui avaient déjà du mal à manger auront aussi du mal à digérer. Le petit plus, ce sera de dérembourser les médicaments de confort tout en augmentant les mutuelles, ainsi seuls les plus forts vaincront et on donnera raison à Darwin.

 En numéro onze, il s’agissait de « mettre l’enseignement supérieur et la recherche au niveau des meilleurs mondiaux ».

 Et oui, l’idée était excellente, sauf que dans les faits, la recherche a fait un recul tellement spectaculaire en quatre ans qu’il vaut mieux aujourd’hui faire boucher-charcutier que chercheur, la situation a meilleur avenir. Tiens, voila du boudin…

 Il fallait aussi « sortir les quartiers difficiles de l’engrenage de la violence et de la relégation ». Bon, je vous laisse juge, les casses en banlieux passent et se ressemblent...

 Le treize, le chiffre qui porte bonheur – on est superstitieux quand on est de droite, c’était  « Maîtriser l’immigration ». Pour exemple, notre bon suzerain a marié une italienne…Il a eu raison car tout le monde sait que l’immigration est la seule solution qui permettra de régler le problème de la baisse de natalité des baby-boomers : il a donné de sa personne; en plus, grâce au plan Elzheimer, il sera encore en bonne santé pour faire sauter sa future ado sur ses genoux...

 La proposition numéro quatorze, c’était « De grandes politiques de solidarité fraternelles et responsables ». Rien à redire la dessus, puisqu’on n’a rien vu. Les grandes politiques fraternelles ont failli couter leur budget aux restaus du cœur : ils ont encore deux ans de sursis ; on en reparlera en 2014…

 Mais la plus dure, c’était la quinzième : « Fiers d’être français ». C’est sur qu’on est tous fiers d’être français, bien qu’on n’y soit pas souvent  pour grand’chose. On est fier un peu comme le coq, notre emblème, qui chante lorsqu’il a les deux pattes dans les fientes de poule.
On voudrait être fier, dès le réveil, mais on a du mal. On a même de plus en plus de mal.

 Quand on relit tout cela, c’est désolant, et on a vraiment du mal à retrouver sa part de rêve…

 Alors, soyez réalistes, demandez l’impossible…Il vous reste encore 5 mois.



 

02/12/2011

Les bijoux de Sarkozy sont mes bougies

 http://www.mai2012.fr/

 Winter, le 29 Novembre 2011

 « le retour à l’ère de la bougie »

 Sarkozy dans le débat interne au niveau du PS sur l’opportunité de l’abandon de l’énergie nucléaire à court terme avait apporté un élément de réflexion majeur : Que ceux qui veulent retourner au moyen âge et revenir à l’ère de la bougie lui jette la première chandelle.

 C’est qu’au moyen-âge, on s’éclaire à la bougie, enfin, pour les plus riches car les pauvres s’éclairent à la chandelle, qui , elle, est faite non pas de cire d’abeille qui est un matériau trop onéreux mais de suif, c'est-à-dire de graisse animale.

  Et les paysans – qui ne sont pas propriétaires de leurs terres – ont toutes sortes d’impôts dont les principaux sont la taille, destinée a payer la protection du seigneur – car en ce temps, le seigneur protège - ,  le champart et le cens qui sont des taxes, l’une proportionnelle et l’autre fixe, sur les récoltes. Dans cet inventaire à la Prevert, on trouve également le fermage, taxe elle aussi assise sur la récolte, la gabelle, impôt sur le sel au roi et la dime au clergé.

 Les nobles sont exempts de taxe puisqu’ils ont « le don du sang ». Ils partent à la guerre. Quand au clergé, lui, il donne ce qu’il veut.

 Toute une époque ! Aujourd’hui, madame Bettancourt et son coquin de gendre, avec la complicité de la femme de notre ancien prélat de Bercy, Eric Woerth, fraudent le fisc dans des proportions jamais vues. C’est un exemple… ils sont tellement nombreux…

 Et voila qu’avant-hier, les députés adoptent en première lecture un impôt visant à taxer les terres des paysans indépendamment de leurs récoltes, impôt tout à fait inédit dans l’histoire de la fiscalité française depuis le moyen âge.

 Et hier, ils votent un autre impôt consistant à taxer les paysans sur la réutilisation d’une année sur l’autre des semences brevetées, une sorte de droit d’auteur, non pas recouvré directement par ce qu’on pourrait imaginer comme une sorte de « sacem » agricole – c'est-à-dire en fait Monsanto - mais simplement prélevé par le fisc – c’est tellement plus simple – pour le bénéfice des multinationales.

 Pour préciser la pensée de notre bon Suzerain, ce n’est plus à l’ère de la bougie que nous revenons mais bien à celui de la pierre taillée.

 On peut se poser la question assez naïve de savoir ce qui se cache derrière la volonté ainsi affichée d’exacerber de dangereuses tensions au sein d’un monde agricole déjà bien bousculé par crise, mais qui vote assez traditionnellement vers l’extrême droite ; A quelques mois des élections, la réponse n’est pas très compliquée à trouver.

 Alors oui, il faudrait revenir à la bougie, rétablir la gabelle, la taille et le cens. La dime irait au clergé et les nobles – vrais ou faux, soyons magnanimes - seraient dispensés d’impôt. Cela arrangerait certainement,  Les Sarkozy de Nagy Bosca, les Gallouzeau de Villepin et les autres… Mais nous autres, pauvres péans, n’oublierions alors pas de leur réclamer « l’impôt du sang », comme à l’ère de la bougie…

 A force de tirer sur la ficelle, c’est peut-être ce qui risque de leur arriver…Et ce ne serait que justice…

 

20/10/2011

Misèreu, Mis sè reu

«Les banques charcutent la France»
http://www.mai2012.fr/
Winter, le 20 octobre 2011
« quand je rentre, je me couche. Trop fatigué. Avec toi ? »


Eric Besson, notre grand charcutier de l’écologie, ne gaule pas grand choses aux nouvelles technologies et à "le ordinateur". Depuis Fukushima, on le sait. Il a publié par mégarde ce message avec le ordinateur sur twitter. Visiblement pas destiné à être public. On est tous morts de rire. En vérité ce n’est pas très drôle. C’est même assez dramatique : très bon exemple d’inadaptation de la classe politique au monde moderne.


Donc, à propos de charcuterie, Moodys parle de déclasser la France. On perdrait notre AAA. Là on est réellement dans la mouise…Les amateurs d’andouillette vont pleurer. Déjà, à Vire (Calvados), on commence à frémir. Pour les ceusses qui croiraient que c’est dramatique, il ne s’agit que d’une manœuvre qui consiste, en augmentant le loyer de l’argent, à mettre la pression sur les salaires ici, par un simple effet de levier sur la crise économique, le but ultime étant de remonter le niveau de vie des pays qui seraient susceptibles de consommer un peu plus, savoir, la Chine et l’Inde. Le système des vases communicants, en somme. Rien à voir avec une quelconque crise, c’est uniquement de la stratégie qu'un enfant de huit ans comprendrait. Tout cela ira mieux lorsqu’on comprendra qu’acheter une chemise à 7 euros, ce n’est pas très raisonnable, une voiture à 8000 euros, c’est simplement suicidaire etc etc… faut choisir : consommer bien pas souvent, ou acheter tous les jours n’importe quoi… Le français est un peu con, il ne comprend rien… Changer de voiture tous les huits ans pollue plus que n'importe quoi...L'avenir, c'est d'acheter une rolls (20 000 euros) d'occasion et de la garder trente ans...Même à 15 litres aux cents, c'est la solution la plus écologique, vue que le moment ou la voiture pollue le plus, c'est à la fabrication....


Sinon, toujours dans le domaine de la viande, on a une nouveauté au rayon « agneau de lait » : Aurélien Einthoven va enfin avoir une demi sœur ; Le château exulte.


Un tour du côté de la Police : Tout va bien, a priori, pas de bavure à l’horizon. On a bien quelques problèmes sur Lyon, Grenoble, Marseille et Nice, mais rien de très grave.... Le préfet de police de Paris s’est quand même fait piquer son smartphone ce matin… Quand on vous dit que la délinquance est partout : Visiblement la vidéo surveillance, ce n'est pas encore ça...


Hollande, lui, est content : Il sera président en 2012. Même son ex-femme le soutient. Si ce n’est pas de l’amour, ça, dites moi ce que c’est . Il est en rut, le bougre. Pas trop, (Il n’a pas la vigueur de Besson), mais un peu quand même. Après la gauche molle, c’est la gaulle moche…. Bon, Sarkozy, lui, pense que ce n’est pas gagné. Marine la ferme comme cela, elle ne dit pas de conneries, la poissonnière.


Tristane Banon n’a pas été violée. Tristane Banon n’a pas été violée par DSK. La justice est formelle. Non, Tristane n’a pas été violée. Puisqu’on vous le dit. Au Carlton DSK n’a jamais fait de partouze. Ni au Carlon, ni à New York, ni ailleurs. D’ailleurs, la chèvre de Monsieur Seguin a demandée à être entendue par la justice. C’est dire.

Tout va bien notre belle France. L’hiver arrive, avec le prix du gaz qui flambe, les subventions européennes qui vont être supprimées pour les restau du cœur, et la taxe soda qui est étendue aux boissons à l'aspartame.

Ne me dites pas qu’il y a quelque chose de pourri en notre beau jardin de France, je ne vous croirai pas… Une seule consolation : Encore sept petits mois à se trainer Sarkozy. Sept petits mois, ce n'est même pas le temps d'une grossesse....


 

 

12/07/2011

L'affaire DSK expliquée à mes enfants

http://www.mai2012.fr/

Winter, le 12 juillet 2011

«L'affaire DSK, expliquée à mes enfants»

L'affaire DSK est complexe. Elle est importante. Ce n'est pas un simple fait divers, ce n'est pas un simple fait de société, c'est bien plus que cela. La lecture de la presse ne permet pas de se faire une opinion. Abandonnons la presse, abandonnons le petit écran et utilisons notre cerveau pour tenter de revenir aux faits, juste aux faits et rien qu'aux faits.

Pourquoi cette affaire est-elle majeure ?

L'idée répandue est que nous vivons dans un monde où la morale a cédé la place au règne de l'argent et que la règle qui prévaut est celle de la banque et de la finance. A tort ou à raison, on attribue au libéralisme l'exacerbation de ces valeurs, lequel libéralisme est la pierre angulaire du système politique en place en France.

Assez paradoxalement, une frange importante de l'opposition à ce système ultra libéral fait de son héraut une personnalité politique qui de par ses fonctions-mêmes - président du fond monétaire international - pilote ce milieu.

Quels sont les faits ?

Dominique Strauss-Kahn se voit accusé par une femme de chambre d'un hôtel newyorkais  où il passait une nuit de tentative de viol.

Que se passe-il ensuite ?

Il est emprisonné sous procédure de « home arrest », c'est-à-dire dans une résidence qu'il paie. Ultérieurement, parce que le témoignage de l'accusatrice se révèlera fragilisé par différents mensonges sur son passé, Strauss-Kahn sera rapidement libéré sans pour autant retrouver sa liberté de circuler.

Les intérêts politiques en jeu sur ce dossier outre atlantique font qu'il est assez probable que le procureur américain en charge du dossier, Cyrus Vance,  doive se résoudre à trouver une porte de sortie honorable pour les trois parties (l'accusatrice, l'accusé, lui-même)

Quelles sont les conséquences au plan international ?

Le fond monétaire international se voit contraint de changer un président dont tout le monde s'accorde à dire qu'il avait redonné un rôle de premier plan à l'institution. Le discrédit de la France n'est pour autant pas engagé puisque c'est une française qui prendra sa succession.

Quelles sont les conséquences en France ?

Dans un contexte politique où l'actuel président est sévèrement chahuté par l'opposition et où des fissures dans son parti majoritaire se font de plus en plus nombreuses, Dominique Strauss-Kahn apparaissait pour beaucoup comme le candidat pouvant rallier les forces sociales démocrates avec les forces de gauche.

Le parti socialiste pour la première fois de son existence, est en train d'organiser des primaires internes afin de désigner le candidat qui portera ses couleurs aux élections présidentielles de 2012.  Le calendrier de cette procédure interdit de fait à Dominique Strauss-Kahn, confiné aux Etats-Unis, de concourir.

En conséquence, la donne de l'élection présidentielle française de 2012 est totalement redistribuée.

Alors que le ciel s'éclaircit pourtant aux Etats-Unis pour Dominique Strauss-Kahn, une écrivain française, Marie-Caroline Banon,  dite Tristane Banon, accuse à son tour Dominique Strauss-Kahn de tentative de viol, ceci alors qu'elle avait 24 ans. Elle s'était entretenue assez librement de cet événement dans une émission populaire avec Thierry Ardisson, en 2007, où elle cite devant un certain nombre de personnes le nom de Strauss-Kahn qui est dépeint alors par l'animateur-même de l'émission comme un véritable obsédé sexuel.  En 2011, alors qu'elle a maintenant 32 ans, elle décide de porter plainte contre Dominique Strauss-Kahn, sur ces faits qui dateraient de 2003. En bonne journaliste qu'elle était alors malgré son jeune âge, elle s'était constitué un véritable dossier à l'appui de ses allégations, dossier qu'elle dévoile aujourd'hui par bribes.

La manière dont Strauss-Kahn reviendra sous les projecteurs de la politique française sera sans doute fonction de l'appréciation par la justice française de la crédibilité du témoignage de la jeune fille, dont au notera au passage que, contrairement à la jeune femme de chambre américaine, elle évolue dans une sphère proche de celle de la personne qu'elle accuse.

Quelles sont les conséquences pour les militants socialistes ?

A l'occasion de cette affaire, apparait au grand jour le train de vie extraordinaire d'un couple jusqu'à présent relativement discret - Anne Sinclair et Dominique Strauss Kahn.  Le masque tombe sur les liens entre le pouvoir et l'argent, de manière à peu près aussi fracassante que lors de l'intronisation de Nicolas Sarkozy au Fouquets

Les rumeurs devenant de plus en plus présentes sur les supposées mœurs dissolues de Dominique Strauss-Kahn, on ne comprend pas ce qui pousse les cadres du parti à une omerta aussi consensuelle, les valeurs semblant être portées par Strauss-Kahn apparaissant très éloignées de celle que porte le peuple de gauche.

C'est donc la crédibilité de tout un système d'opposition gouvernementale qui menace de s'effondrer.

Quelles réflexions tirer de tout cela ?

Dans l'absolu, s'il était admis que Strauss-Kahn trouve son plaisir dans la simulation de tentatives de viol, et que ces jeux-là soient consensuels, il n'est pas vraiment sur qu'il y ait matière à faire autant d'histoire.

De-même qu'on admet qu'un chanteur comme Bertrand Cantat - que l'avocat de Tristane Banon rêvait de défendre - puisse être à  la fois un meurtrier et un très grand artiste, de même l'on admet que Charles Trenet put être pédophile et grand artiste, Richelieu toxicomane et homme politique de premier plan, ne peut-on pas admettre que l'ancien directeur du FMI puisse être, à l'instar de Sylvio Berlusconi, obsédé par le sexe et néanmoins un excellent homme politique, ceci quand bien même l'épreuve des faits pourrait montrer que, dans les affaires qui le concernent, Strauss-Kahn à glissé, peut être à son corps défendant, de ce qui pouvait être un jeu à ce qui est pourrait être un crime.

Ce qui reste incompréhensible c'est le combat des socialistes : Sachant ce que peuvent représenter pour les militants de base la mise au grand jour du train de vie de leur héraut ainsi que ses arrangements à répétition avec la morale, comment ont-ils pu laisser espérer que cela ne revienne pas tel un boomerang à la face de leur parti, sauf à être incapable d'imaginer que la voix des petites gens puisse se faire entendre.

C'est le seul et unique problème.

Il est de taille.

Mitterrand, en homme politique de talent l'avait compris.

Ils l'ont oublié.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu