UA-29881888-1

Avertir le modérateur

31/12/2010

bonne année et bonne grippe.

 

Winter, le 30/12/2010

www.mai2012.fr

«Dis tonton, pourquoi tu tousses ? »

On se souvient des exploits de Roselyne Bachelot et de sa gestion fabuleuse de la lutte contre le grippe H1N1 en 2009.

Les stocks de vaccins sont restés dans les placards ou vendus aux plus offrants. 5 millions de doses ne passeront pas avril 2011. Coût de l'opération, plus de 868 Millions d'euros pour moins de 6 millions de personnes vaccinées, soit 144 euros par tête de pipe. Une paille, monseigneur, me direz vous, mais ce n'est pas perdu pour tout le monde.

En effet, il est difficile de ne pas faire le lien entre ce fiasco et le fait qu'à ce  jour, les vaccinations contre la grippe saisonnière ont chuté d'environ 10 % par rapport à une année « classique ». C'est donc bon pour la sécu...

Mais la grippe est là, qui fait chaque année entre 1500  et 2 000 morts, dont 90% de plus de 65 ans - ce qui reste une manière simple de résoudre le fragile équilibre des caisses de retraite.

Statistiquement parlant, cette reluctance du pékin moyen à se faire vacciner risque donc de provoquer cette année entre 150 et 200 morts supplémentaires.

Dit d'une autre manière, compte tenu du fait que la grippe H1N1 a été - selon les estimations - entre 3 et 5 fois moins mortelle que la grippe saisonnière, les personnes que la politique de Roselyne Bachelot a permis de sauver  vont peut-être ne pas passer l'hiver ; une application simple du principe qui consiste à reprendre de la main gauche ce qu'on donne de la main droite.

Voilà, rude est la loi des grands nombres, et il y a sans doute des jours où il ne fait pas bon être ministre, mais certains jours plus que d'autres...

Bonne année 2011 à tous ceux qui toussent et aux autres.

 

18:39 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : twitter, grippe, h1n1, a, roselyne, bachelot, prophylaxie, symptomes, bilan, 2009 | | |  Facebook

16/11/2009

Vous êtes grippé ? Vous dérouillez !

www.leprincejean.fr

Vous êtes grippé, avec les articulations coincées ? Forcément, vous dérouillez.

degrippant.jpg

13:47 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : h1n1, tamiflu, grippe, rouille, grippe a, rouille a | | |  Facebook

12/11/2009

Sous les pavés la grippe

Sous les paves la grippe ?

Winter le 12 Novembre 2009   http://www.leprincejean.fr/

«Quand la confiance va, tout va»

On assiste en ce moment à un phénomène très curieux, sans doute rarement vu en France. Alors en quelques mots, voici :

La France va être touchée par une épidémie de grippe aux effets qu’on nous promet dévastateurs.  Le gouvernement, dans l’éventualité d’une pandémie, a très tôt  commandé 94 millions de doses de vaccin. En ce début Novembre 2009, les vaccinations commencent.

Début Septembre, une enquête portant sur 12 000 infirmières en France, avec un taux de retour de 16% (2000 personnes) indiquait que 63% d’entre elles refuseraient de se faire vacciner ; plusieurs sondages allaient dans le même sens, ce qui obligea notre ministre de la Santé à monter au créneau et se faire vacciner en public.

Les raisons – vraies ou supposées - invoquées à ce refus de vaccination sont très diverses : Vaccin fait à la hâte ; élaboré sans respect du protocole ; mettant en œuvre des adjuvants accélérateurs de la réaction vaccinale jamais utilisés à ce jour ; développé en version VIP et version standard etc etc…

D’autres arguments rapidement relayés par Internet, viennent s’ajouter à cette liste à la Prévert, de sorte qu’aujourd’hui, il est difficile d’avoir une opinion juste.

Louix XVI, lorsque Parmentier l’avait convaincu de ce que la pomme de terre pouvait permettre à la France de sortir des terribles cycles de famines qu’elle connaissant alors, avait, pour installer ce tubercule salvateur dans l’alimentation des français qui le voyait arriver comme « la plante du diable »,  usé d’un stratagème radicalement différent. En le faisant cultiver à Neuilly dans un champs qui serait gardé par des soldats en arme, il laissait accroire au petit peuple qu’il s’agissait d’un met de valeur ;  En retirant de manière opportune les soldats, le potager serait pillé et le tubercule introduit dans nos potagers par les français eux-même. C’est ce qu’il advint. Louis XVI avait répondu à la peur par la tactique.

Ce qu’il faut retenir de cette histoire – et nos politiciens sont à cet égard de bien piètres historiens -  c’est qu’on ne peut de manière simple imposer à la masse un choix qui concerne sa survie.

A qui dirait que nous comparons des situations non comparables, nous répondons que l’argument majeur qui a prévalu pour lancer cette problématique campagne de vaccination est à la base une comparaison entre deux situations à l’évidence  non comparables : La grippe espagnole de 1919 et, 90 ans plus tard,  la grippe H1N1 de 2009, les politiques de santé , l’état sanitaire de la population, son éducation,  sa conscience de la maladie, la mobilité des populations, etc... n’ayant strictement rien à voir ; tout ceci crédite la suspicion.

L’utilisation d’arguments qui étaient à l’évidence faux, trompeurs ou a minima tronqués,  ceci dans un contexte où l’industrie pharmaceutique française représente un lobby très puissant, a jeté sur les raisons profondes du choix une défiance qui a rapidement trouvé sa légitimité dans la puissance formidable d’internet.

Et nous ne sommes plus aujourd’hui dans un débat de santé publique mais dans un débat politique ; ceci est dommage car on finit par en oublier les enjeux de santé publique.

Quand l’Etat se désengage d’un peu toutes ses responsabilités au profit des collectivités locales, rappelons que son rôle, la justification ultime de son existence,  est in fine la sécurité de sa population.

Hors, tout se passe en fait, et c’est en ceci que la situation semble inédite, comme si les français manifestaient leur défiance à ces choix fondamentaux par la mise dans la balance de leur propre santé : pour paraphraser une expression célèbre, ils manifestent « avec leurs bronches ».

Le gouvernement réagit de manière technique quand il devrait réagir de manière tactique. Mais n’est-ce pas ce petit rien qui fait la différence entre les grands hommes d’état et les petits ?

10:46 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grippe, pandémie, vaccin, biomérieux, pasteur, sanofi, ump, adjuvant, bachelot | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu