UA-29881888-1

Avertir le modérateur

24/12/2011

A paris, c'est Noel pour les noirs aussi...

 http://www.mai2012.fr/

 Winter, le 23 Décembre 2011

«Les noirs foutent le bordel»

Il est rare d’être au cœur précis d’un événement. C’était mon cas ce soir, aux alentours de 19h00, en ce vendredi 23 Décembre, au RER Nation.

La description de l’enchainement des événement est interessante.

Sur la place de la nation, il y avait force CRS. Je faisais mes emplettes de Noel, mais il devait y avoir un mouvement en faveur ou contre – je ne sais pas exactement – Laurent Désiré Kabila.

Je m’enfile dans le RER en même temps qu’une bande de Zairois qui finissaient la manifestation dans une ambiance un peu potache : On ne parle pas de jeunes fous, mais de gens d’une quarantaine d’année, bien mis de leur personne : Ils descendent les escalators en faisant un peu de Ramdam… mais pas vraiment plus et pas vraiment moins qu’après un match de foot. Ils parlent fort, gesticulent, mais encore une fois, rien d'extraordinaire : L'ambiance est plutôt bon-enfants : A Kinshasa, ont dit que ce sont des "ambianceurs"...

Arrivé sur le quai du RER A, direction Cergy , ils montent dans la rame, et commencent à faire un peu de bazar, bloquent un peu les portes  : Ils sont juste devant moi : nous ne sommes par réellement dans la grande délinquance, mais juste dans un mouvement de foule suite à une manifestation où il y a plutôt de l'allégresse africaine que de la violence et de la haine. N'empêche, cela bloque le départ du train.

Un – et un seul – individu commence à faire le couillon, un peu plus fort que les autres.

Le ton monte rapidement, mais nous restons dans le registre congolais : La fête un peu vantarde, mais sans plus.

Le train attend toujours en gare, cela commence à faire long... Les zoulous tapent un peu le long du wagon, tout cela fait un peu bordel, mais les blacks rigolent tout autour en filmant avec leurs smart phones.

Un abruti tire le signal d’alarme .

La situation se met à dégénérer, mais nous restons toujours sur le mode « grosse foire » sans agression réelle.

Le chef de la station perd son sang froid et appelle de manière un peu affolée dans le micro  les forces de polices : Elles sont à à peine une minute au dessus, à l’air libre : Elles mettront plus d’un quart d’heure pour arriver. Mais pendant ce temps, la situation commence à devenir problématique : les gens qui arrivent, voyant les portes ouvertes, continuent à monter dans les wagons.

Un premier lot de CRS arrive : Ils sont visiblement totalement désorganisés.

Quand aux voyageurs, ils seraient blancs et non pas noirs, on pourrait les qualifier également de singes : Ils font les singes dans le wagon, tapant sur les cotés des wagons, faisant du bruit et ricanant .

Le chef de station continue d'appeler les forces de police, ce qui fait rire tout le monde, puisqu'elles sont déjà là...

Depuis une demi heure, la rame est immobilisée à quai. J’attends que cela se passe : Je n’ai jamais assisté à pareille scène et je me dis qu’en 5 minutes, cela aurait du être réglé.

Mais voila.

Lorsqu’un médiateur aurait désamorcé la situation en moins de cinq minutes, l’arrivée d’une deuxième équipe de CRS, pas plus organisée que la première, sème encore plus la pagaille qu'avant sur le quai.

La situation commence à sentir le roussi : Les singes tapent des mains, et les marsupilamis commencent  à taper du bâton pour s’échauffer.

Et là, il faut reconnaitre le manège bien particulier de quelques personnes zairoises, d’environ 45 à 50 ans, bien mises de leur personne, qui se répartissent assez habilement la tache de tantôt exciter tantôt canaliser les manifestants : Dans ce bordel ambiant, assurément les policiers sont manipulés.

Pendant ce temps-là, j’attends que la rame parte pour pouvoir rentrer chez moi.

La sonnerie retentie : Le train part. Les types dans les wagons font des bras d'honneur aux CRS, mais cela reste encore assez bon enfant. Un type jette par la fenetre une canette de bière à moitié vide sur les CRS en rigolant. Le train  s’immobilise une nouvelle fois après 20 mètres  de déplacement de manière à pouvoir coincer entre deux rangées de CRS sur le quai le wagon qui est chargé de branquignolles.

Cela commence à sentir le gaz lacrymogène. A côté de moi, une mama black met tranquillement sur la bouche de ses deux enfants en bas âge un mouchoir en papier, et fait de même pour elle : elle a visiblement l'habitude des manifestations !

Après environ 45 minutes de spectacle, je décide de trouver un autre moyen pour rentrer chez moi car je me dis que là, je vais vraiment perdre mon temps... Je suppose (j'imagine) que la situation est partie en sucette juste après.

Tout cela aurait pu être réglé en 5 minutes avec une équipe de deux ou trois vrais médiateurs, des gendarmes sérieusement formés, pas des animateurs de centre de loisirs, qui font office de médiateur sur le transilien. Mais cette armée-là n'existe pas en France, car l'Etat à tout intérêt à ce qu'une certaine classe de la population apparaisse en permanence comme fauteuse de troubles.

Dans la suite logique de cet incident qui aurait du normalement être ridicule, le trafic a été totalement paralysé toute la soirée sur la ligne A du RER emmerdant quelque milliers de voyageurs qui avaient hâte de rentrer chez eux. Depuis la gare St Lazare, tous les trains en direction de cergy sont supprimés ; Les voyageurs se reportent sur la ligne Paris-Pontoise qui est totalement saturée...

Dans les hauts parleurs, quelques messages laconiques indiquent que le trafic est perturbé à cause de manifestants sur les voies : Il n’y a jamais eu le moindre manifestant sur les voies, au moins jusqu'à ce que les CRS interviennent - et les seules personnes à avoir foutu le bordel étaient une bande de zairois qui ont crus que Paris, c’était Kinshasa. 

Comme disait la chanson "tout ça à cause d'un poisson rouge"

Vraiment, notre société ne tourne vraiment pas rond.

 

07/09/2011

la règle de plâtre et les enjeux de la dette nationale

 http://www.mai2012.fr/

 

Winter, le 7 Septembre 2011

 «Déficits»

Je ne suis pas économiste, encore moins financier, je ne connais rien en comptabilité publique,  mais je sais faire des additions. Lorsque je lis les programmes des hommes politiques concernant la question de la dette, à par Mélenchon, pas un seul ne dit de choses un peu construites. A commencer par Marine Le Pen qui raconte réellement n'importe quoi ( du style réduire l'immigration ferait économiser 40 milliards par an, ou encore supprimer les fausses cartes vital en circulation pour supprimer le travail au noir) .  Faisons ensemble l’effort de lire ces quelques chiffres, arrondis afin de donner une vision rationnelle de la question de la dette nationale  :

Le Budget 2011, c'est à dire ce qu'on prévoit d'avoir comme revenus et comme dépenses :

            200 milliards de recette, c'est-à-dire ce qu’on donne à l’état

            300 milliards de dépenses, c'est-à-dire ce que l’état nous redistribue

            Sur 2011, il manquera donc 100  milliards : C'est le déficit prévu sur l'année...

Le Produit Intérieur Brut en 2011, c'est-à-dire la richesse qu’on fabrique en France :

            1 800 milliards d’euros

A comparer avec le montant des dettes cumulées en 2011, c'est-à-dire le total des capitaux restant dus à ,ps amis banquiers :

            1 700  milliards d’euros

La charge de la dette en 2011, c'est-à-dire le montant des intérêts qu'on doit payer aux banques , uiniquement pour 2011 : 

            un peu moins de 50 milliards (45,5)

En synthèse, chaque année, environ un quart des recettes de l’état, c'est-à-dire de notre fortune à nous autres, français, sert à payer les banques, et le systéme mis en place fait que cela ne peut que mécaniquement augmenter puique depuis trente ans, tous les budgets sont programmés en déficit

Examinons ces chiffres d’une autre manière

            Le budget de la défense nationale en 2011 est de 31 milliards

            Le budget de l’éducation nationale en 2011 est de 60 Milliards

            A comparer avec les intérêts de la dette pour la seule année 2011 : 45,5 milliards

Précisons que l’éducation nationale fait travailler 3 fois plus de personnes que le secteur bancaire, lequel ne vit pas – loin de là – qu’avec de l’argent public…

La première condition, pour se débarrasser de la dette, est de revenir à un équilibre budgétaire. Cela ne peut se faire que deux manières : soit en augmentant de manière magistrale la croissance, ce qui augmenterait les rentrée fiscales, soit en diminuant de manière magistrale les dépenses.

Aucune de ces solutions n'est réaliste : On peine a faire un ou deux points de croissance, quand il faudrait doubler le PIB ; pour ce qui est des économies, on ne parle pas de dizaines de millions d'euros mais de dizaines de milliards, et ceci  sur plusieurs décénnies...

 

 

Une solution est de faire pour l'europe comme l'europe fait pour les pays du tiers monde : rayer les dettes d'un trait de plume.

Une solution rationnelle  pour se sortir de ce pétrin est de créer une énorme dévaluation, qui rendrait l'euro plus compétitif par rapport aux autres monnaies et permettrait d'augmenter les exportations d'une part et diminuerait d'autant la dette de l'autre. Les etats unis sont dans une situation encore pire que l'Europe, (leur dette est au même niveau que leur PIB)  et chacun des deux blocs attend, tapis dans l'ombre, pour savoir qui dévaluera en premier. C'est un grand jeu de poker menteur. Les chinois sont effrayés car leurs avoir colossaux étant libellés en dollars , une dévaluation américaine les obligerait à un report de leurs avoirs sur l'Europe où a imposer le Yuan comme première devise mondiale, mais il faudrait alors qu'ils réévaluent leur monnaie et donc fassent ainsi dégringoler leurs exportations...

On comprend bien que le problème n’est  pas celui de la dette, mais bien celui du système. C’est à peu près aussi simple que cela. Toutes les mesurettes autourde la question de la dette  ne sont que du colmatage sur un système qui a démontré sa toxicité pour les peuples.  Si les hommes s'organisent en seigneureries, baronnies, comtés, duchés, royaumes, états, confédérations, etc... c'est pour être défendus et non pour être pillés, sinon, la notion-même d'état perd tout son sens : c'est ce que nous risquons de vivre et c'est l'enjeu de la "financiarisation" de notre économie.

23/08/2011

Mai 2012 : un grand vide sur la toile ?

 http://www.mai2012.fr/

Winter, le 23 Aout 2011

 «Les nouvelle technologies & la politique»

Je tiens ce petit blog depuis quelques temps, une sorte de petit journal de crise essentiellement à usage interne, avec l'idée que, en Mai 2012,  lorsqu’on changera de président, on changera peut-être de modèle de société.

Un jour, sans vraiment le chercher, mais un peu par jeu, je regarde le référencement de ce blog (qui concerne une personne, c'est à dire moi-même ) sur google France.

O surprise !

Sur les mots clefs « mai 2012 », il y a environ 300 millions de page. J’apparais en troisième ligne.

Sur les mots clefs « mai 2012 ump », il y a un peu moins de trois millions de pages, et j’arrive en troisième ligne.

Sur les mots clefs « mai 2012 ump ps », il y a un peu moins de trois cent milles pages et j’ai les quatre premières lignes, incluant la très convoitée première ligne. 

Pourquoi ? Je n’en sais strictement rien, mais il y a quand même un petit problème...

Quelques conclusions en tirer ?

1)    Premièrement, je pense qu’il y a un peu de travail à faire du côté des conseillers en communication des principaux hommes politiques. A ce titre, tout le monde devrait imiter l'extrême droite qui  est redoutable sur la toile : Présence partout, sur tous les forums, avis sur tout et rien et référencement maximum. Mais Hilter lui-même était très bon dans sa communication. Si tous les gens qui avaient eu entre les mains « mein Kampf » (environ 12 à 15 millions d’exemplaires édités à la fin du troisième reich, et 70 millions environ à ce jour) l’avaient lu, nous n’aurions jamais connu l’extermination des juifs, puisque le projet d'une société raciste y est bien exposé. Donc la Shoa n'était pas vraiment une surprise.

2)    Deuxièment, nous sommes une poignée en France à penser que Mai 2012 sera une échéance décisive.

Ce dernier point fait quand même un peu peur.

Cette réflexion est à rapprocher de « l’analyse » sans grande prétention que je faisais il y a quelques temps des sites des principaux partis politiques.

Passez une bonne journée...

 

10:30 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eelv, référencement, sondage, fn, ump, ps, élections présidentielles, 2012 | | |  Facebook

11/05/2011

ne cherchez pas d'idée dans les partis politiques

Winter le 11 Mai 2011

http://www.mai2012.fr/

«Mourir pour des idées, d'accord mais de mort lente»

 

En introduction :

En 1981, Mitterrand à finalement gagné en parti grâce une fameuse affiche représentant une petite église... Aujourd'hui, Internet, ce sont des millions d'affiches disponibles. Allons donc regarder les sites des partis qui veulent accéder à la magistrature suprême...

En préambule :

A la date de rédaction de cet article, sur 20 Sites de partis politiques examinés, 8 n'avaient pas pris la peine de protéger correctement leur nom de domaine , c'est à dire que parmis les extensions suivantes : .FR .COM .NET .ORG .EU, il y en avait au moins (et souvent plus) d'une d'encore disponible à leur nom...On croit rêver, mais c'est la juste vérité...Il s'agit des sites de Dupont Aigan, Lutte Ouvrière, De Villiers, Jean Pierre Chevènement, Hervé Morin, Jean Luc Melenchon, le PArti Ouvrier indépendant et le rassemblement pour la France. Cela est symptomatique d'une certaine incompréhension des enjeux de la communication en 2011...où bien qu'ils n'y croient pas vraiment.

Pour continuer...

En Février 2010, je m'étais livré à une petite étude sur l'offre politique, en partant d'une idée clef. Sur Internet, c'est comme dans la vraie vie : Si l'on veut vraiment vendre quelque chose, on le met en tête de gondole. Partant de l'idée que faire de la politique c'est avant tout promouvoir des idées, j'ai donc recherché sur les différents sites des différents partis politique comment était positionné l'onglet présentant les idées fondatrices;

Il s'agit bien des idées, et non du projet ou des chantiers, car idées et projet sont deux choses différentes : Je ne m'intéresse ici qu'au positionnement des fondamentaux dogmatiques sur la vitrine internet, c'est-à-dire aux valeurs promues par chaque parti, à leur socle intellectuel en quelques sortes et non leurs chantiers, projets ou outils...

Pour comparer, si l'on marque en gros sur les mairies "Liberté, Egalité, Fraternité", ce n'est pas pour rien : Ce sont bien les idées fondatrices de notre société moderne (en principe). La pierre des édifices, c'est devenu internet, et c'est sur les pages d'accueil des partis qu'il convient de chercher les valeurs portées.

Le résultat est ici, c'était en février 2010. (lien vers l'article)

J'ai refait le même exercice, sachant que nous sommes à moins d'un an de l'élection présidentielle.

Ce petit tableau synthétique montre en vert comment chaque parti positionne ses fondamentaux. Le PS a du lire mon article de l'année dernière puisqu'il a remonté l'exposé de ses valeurs en première position : c'est le seul. L'UMP, elle, laisse toujours la place à l'action plus qu'à la réflexion : Elle expose maintenant ses valeurs un peu plus loin qu'il y a un an.

Sur vingt partis, seuls dix sont capables d'exposer de manière plus ou moins claire une socle de valeurs, de références dogmatiques, et ce ne sont pas forcement ceux auxquels on pourrait penser...

 

tempo.jpg

Les partis mis en rouge sont ceux qui ne définissent pas de manière claire leur positionnement en terme de valeur.

Pour ce qui concerne les parties vertes, plus on va vers la droite du tableau, moins on a de chance de promouvoir les valeurs portées...

Je vous laisse frémir....

Pour ce qui concerne la forme des différents sites, à part quelques exceptions sur-réalistes, comme CAP21 qui ressemble à un blog ou désirs d'avenir à une casserole à trucs, ils font preuve d'un conformisme assez incroyable tout en etant très peu vendeurs. Sur 20 sites examinés, 9 ont une page d'accueil qui s'appelle..."Accueil". C'est un peu comme si sur le paillasson de la porte d'entrée de mon appartement, j'écrivais "Paillasson"... l'imagination au pouvoir, quoi...

Certains sites traduisent les véléités individuelles : tout est axé sur le personnage. C'est le cas du site de Dominique de Villepin qui, lui, s'est carrément reservé un onglet pour sa bio (C'est le p'tit côté Galouzeau) mais pas un seul pour exposer ses idées. Le front national, lui, commence par présenter Marine Lepen . Le site de l'UMP est devenu complètement incompréhensible : On a l'impression que c'est un album photo. Il y a un super trombinoscope , mais ne tentez pas de cliquer sur la photo pour en savoir plus, c'est secret... Ne cherchez pas non plus le nom du président de l'UMP, c'est secret : Il n'y a que des vice(s) présidents...

La navigation sur ces sites est en général assez laborieuse et relève plus du bricolage que de la réflexion, à quelques exceptions près : Le site du PC est clair, net et sans bavure avec une vraie réflexion sur la charte graphique et la navigation.

Certains sont marrants : c'est le cas du NPA, le site du facteur de Neuilly : Il est toujours resté en 2009 (www.npa2009.org)

Pour ce qui concerne le côté militant, même remarque qu'en 2010 : Les partis en majorité n'osent pas réclamer de l'argent et relèquent souvent (quand il le font) le dernier onglet de leur menu d'accueil à cet effet. C'est bizarre cela doit être le côté français qui n'ose pas parler argent. Moi, si je voulais faire un parti, le premier onglet se serait pour exposer mes idées et le deuxième pour adhérer...

Le site de Borlo est sympa : la synthèse de ses idées ressemble à une discussion de la fin d'un repas bien arrosé. Et puis, si vous allez dessus au bureau, pensez à eteindre le haut parleur du PC

Pour ce qui concerne le Modem qui se présente comme un rempart devant la déconfiture d'un ensemble de valeurs, il vous faudra lutter pour trouver les siennes, et être armé d'une bonne loupe... et de beaucoup de patience.

Le problème d'un site, c'est qu'il faut le faire vivre. Mention spéciale au site de Philippe de Villiers : Son agenda est encore vide : il ne doit pas penser aux présidentielles en se rasant le matin.Bon, il lui reste un an pour se préparer...

JEan Pierre Chevènement - qui est déjà ressucité une fois, rappelons le - nous présente sur son site un index thématique interessant Sauf que dans les tags, il a oublié "présidentielles 2012". Espérons qu'il ressucitera une deuxième fois...

Le site d'europe ecologie les verts, cette année encore, obtient la palme du site le moins réfléchi. Ils ont du faire un mixte du site de cAP21 et de leur site perso de l'année passée....

Bon, voilà un résumé un peu acide, je vous le concède. Je vous laisse aller faire votre marché politique sur les boutiques en bas de page...

Personnellement, je ne crois pas que ceux qui organisent la communication des partis soient réellement incompétents. Je pense juste que malheureusement, la conception de leur site reflète ce qu'ils pensent... ou ne pensent pas. Toutes les remarques sur cet article ou insultes seront les bienvenues.

Les boutiques visitées :

CAP21Désirs d'avenir / Debout la république / Europe Ecologie les Verts / Front National / Lutte ouvrière / Modem /

Mouvement pour la France (Philippe de Villiers) / MRC (Chevènement) / Nouveau Centre (ex UDF) Hervé Morin / NPA / Parti Chrétien démocrate (Boutin) / PCF / PArti de Gauche (Mélenchon)Parti Ouvrier Indépendant / Parti Radical (Borlo) /  PArti socialiste / RPF / République Solidaire (De Villepin) / UMP /

15/12/2010

pronostics 2012

 

Les urbanitasmagories de Winter le 15 decembre 2010

www.mai2012.fr

«Les événements  improbables peuvent parfois arriver»

Nous sommes dans une telle dérive que, pour les élections présidentielles de 2012, bien malin qui pourra faire des prédictions. Est-ce si sur ?

Que s'est il passé en 2002 ?elections.jpg

Au premier tour, nombre de voix ont été éparpillées sur des « petits candidats » : résultat, une triangulaire, avec Chirac au deuxième tour et plus de 20 points d'abstention, ces 20 points correspondant globalement aux irréductibles (fn et gauche dures). On remarque qu'au premier tour, l'extrême droite (megret et le pen), totalisaient 19.2 % des voix, contre 19,8 % pour chirac tout seul...

Que peut-on prévoir pour 2012 :

Hypothèse « deux coups les gros ».

On part de l'hypothèse que, devant la montée du front national, la plupart des hommes et femmes politiques commencent à réaliser qu'il y a vraiment un truc qui cloche en France, et - intelligemment - négocient pour retirer leur candidature avant le premier tour, de manière à avoir un premier tour sur peu de candidats...

De cette manière, le deuxième tour se passera en fait au premier, avec, pourquoi pas, un président élu au premier tour.

Ne rigolez pas, ce n'est pas moins impossible que le fût la présence du FN en 2002 au deuxième tour...

C'est même la seule solution pour se débarrasser du FN.

Improbable, mais pas impossible...

Hypothèse « crise institutionnelle ».

Partons de l'hypothèse que la situation économique ne s'améliore pas, que les bavures diverses et variées continuent, exacerbant les extrêmes, que la TVA augmente, mettant un coup de bâton final sur les artisans et commerçants d'un côté et le consommateur de l'autre, que Brice Hortefeux fasse encore quelques tentatives malhabiles en direction de l'extrême droite, et qu'une incrédulité croissante dans les institutions européennes se développe, etc etc...

On peut être sur dans ces conditions qu'on aura un front national au premier tour qui sera dans les 22 % au bas mot, sans doute beaucoup plus pour peu que Marine Le Pen arrive à faire l'union des intégristes de droite. Par ailleurs, il est vraisemblable qu'un quart des voix s'éparpille dans différents autres mouvements en part à peu près égale entre extrême gauche,  écolo et centre.

Si l'on s'appuie sur la sanction donnée en 2002 à Chirac, qui rétrospectivement apparait comme un saint, on peut penser que Sarkozy se prenne alors dans cette hypothèse  une raclée comme rarement président s'aura prise auparavant, avec 15% des voix.

Le PS, s'il ne change pas de stratégie, c'est-à-dire qu'on reste dans la confiture de rose avec Aubry, Royal et Hollande, réussira au 1er tour à récupérer 14 ou 15 % des voix.

Donc au deuxième tour, on se retrouve avec un duel Droite - extreme droite.

Question : Ce coup ci, le coup du front républicain pourra-t-il recommencer ?

Réponse : C'est peu probable, mon capitaine : on ne joue pas deux fois de suite la même martingale...

On risque alors d'avoir alors un taux d'abstention au deuxième tour jamais vu dans l'histoire des élections présidentielles, et une crise institutionnelle majeure, car on risque d'avoir un président élu avec moins d'un quart des électeurs...

En fait, dans ce scénario, si j'étais à la place de Sarkozy, je ne me représenterais pas un 2012, j'attendrais 2017 que le pays retrouve une certains splendeur, et je trouverais un nigaud pour prendre les coups de bâton à ma place, puis je reviendrais en sauveur, peut être dans le cadre d'élections anticipées, pourquoi pas...

Hypothèse « Miracle économique »

Supposons que les choses s'arrangent d'ici les à peine 500 jours par le truchement d'on ne sait quel miracle.

Si rien ne change du côté du PS, on risque dans le meilleur des cas de se retrouver dans le scénario de 2002, avec une triangulaire problématique.

En conclusion,

Cette élection, vue avec un an et demi d'avance, risque d'avoir un résultat totalement inédit, et riche en enseignements...

A tel point qu'il faudrait être téméraire pour se présenter, que cela soit à gauche comme à droite, car celui qui gouvernera en 2012 travaillera pour le suivant...

En fait, la seule solution pour que les choses se passent « normalement », c'est qu'il y ait un leader « normal » qui émerge, non seulement à gauche, mais également à droite. Si ces deux conditions ne sont pas réunies, il deviendra urgent d'aller vivre en Alberta...

 

 

18:44 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ump, ps, fn, élections, 2012, présidentielles, le pen, sarkozy, crise, institutionnelle | | |  Facebook

25/11/2010

le FN en 2012 ? des news ? Montebourg, au secours !

Les urbanitasmagories de Winter le 25 Novembre 2010

www.mai2012.fr

« les beaux jours...»

Je me trouvais hier chez le jeune épicier arabe du coin pour y acheter une salade. Une salade en plein hiver, me direz-vous. J'en suis confus.

Je me sers, je paie.

1 euro 30 plus tard, on commence à parler politique. Le brave épicier, très loin d'être un imbécile,  m'explique qu'il faut voter en 2012 pour le front national.

Pourquoi ? Son explication est simple :

« On a tout essayé et il n'y a rien qui marche. Il faut faire table rase et recommencer. »

J'entreprends, le verbe haut,  une « explication »  « économique », alléguant que si tout le monde pense comme lui, alors sa salade qui est déjà hors de prix et qui ne lui permet guère de vivre, on risque  de la payer le triple sans qu'il y gagne plus  car on fera  fuir de France tous ceux qui sont prompt à créer de la valeur. Et par ailleurs, que compte tenu de la politique de repli sur soi promue par l'extrême droite, il sera de surcroit dans les premiers mis à la porte.

Les quatre clients sortent de l'épicerie la tête basse, sans me regarder.

Si les politiques ne se mettent pas dès maintenant et pour de vrai à faire du porte-à-porte, 2012 risque de très mal se passer.

 

 

10:20 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : arnaud, montebourg, fn, ps, pc, ump, mai 2012, élections, modem | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu