UA-29881888-1

Avertir le modérateur

07/04/2012

Ca va mal finir....

 http://www.mai2012.fr/.

 Winter, le 1er Avril 2012

  « Ca va mal finir…».

 Chacun l’aura compris, les chiffres fournis par les hommes politiques sont souvent farfulus, la plupart ne sachant pas compter. Ainsi, Xavier Bertrand nous apprend ce matin qu’un militant UMP peut être fier du bilan de Nicolas Sarkozy.

 La base de données EUROSTAT, qui reprend tous les indicateurs européens, est en accès libre sur le net.

 Petite analyse rapide sur quelques indicateurs choisis, au sein de l’Europe des 27:

 Chômage de longue durée  de 2007 à 2010 :

  Europe : 3,2% France , 3,4% Roumanie  2,6% 

 La France est dans le milieu du peloton

 Chômage des 15/25 ans sur les dix derniers mois

 Europe : 9,84% France 9,78% . Roumanie 7,42%

 La France est au milieu du peloton

 Chômage total sur les dix derniers mois:

  Europe : 9,84 % France 9,84 % Roumanie  7,42% 

 La France est dans le milieu du peloton

 Un indicateur très intéressant, c’est le taux de risque de pauvreté : sans rentrer dans le détail de son calcul, il nous indique si on risque d’aller mieux ou moins bien…

 Entre 2005 et 2010, ce taux est resté stable dans toute l’Europe.

 Il est en forte diminution en Roumanie

 Depuis 2008, en France il en augmentation significative et constante.

 Quoi qu’en pense Xavier Bertrand, il faut comprendre cet indicateur de la manière suivante : « Depuis 2008, cela va plutôt assez mal en France. »

 Tous ces indicateurs sont en consultation libre : on peut les télécharger sur internet http://epp.eurostat.ec.europa.eu/portal/page/portal/stati...)

  On peut continuer comme cela sur tous les indicateurs majeurs. On peut les mettre simplement sous excel et réfléchir dessus, faire des moyennes, calculer des tendances : Ce n’est pas très compliqué, c’est même à la portée d’un Xavier Bertrand. Et on aurait tort de se gêner. On se dit alors que – qui que ce soit qui soit élu – rien ne risque d’être pire qu’une nouvelle mandature de Sarkozy.

 On se dit aussi qu’il est formidable qu’une institution comme l’Europe permette de mettre à disposition de ses citoyens de réels éléments de décision.

 Sarkozy, lorsqu’il s’ était présenté, avait fait un programme axé sur 15 points, que l’on peut l’apprécier diversement, selon qu’on a voté ou non pour lui, mais qui avait le mérite d’être une feuille de route. Sur aucun de ces points il n’a tenu parole. Il ne tiendra pas d’avantage parole sur toutes les promesses qu’il est en train de faire.

 Toutefois, ceci n’est pas gravissime, car comme nous l’avait justement dit Chirac, les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

 Non, ce qui est gravissime, c’est l’entreprise quasiment terroriste de casse du lien social et de sanctuarisation des communautarismes que Nicolas Sarkozy a entretenue, développée et  systématisée depuis le début de son mandat et dont il est en train d’accélérer le mouvement, avec une fougue hystérique. C’est très exactement le contraire de ce que l’on attend d’un capitaine de navire en période de tempête, d’où que vienne le gros temps.

  « Ca va mal finir », avait prédit François Léotard, que l’on ne peut sans doute pas qualifier l’abruti. Le bougre avait sans doute raison…

 

12/01/2012

Vers la fin du nucléaire

 http://www.mai2012.fr/.

 Winter, le 12 Janvier 2012

«Principe de plaisir et principe de réalité»

On connait tous plus ou moins cette théorie psychanalytique qui dit qu’en passant de l’état d’enfant à l’état d’adulte, on passe du principe du plaisir immédiat à la confrontation à la réalité.

C’est ce qui va bientôt arriver à notre sémillant ministre de l’industrie, l'ex ministre de gauche pro nucléaire Eric Besson : On apprend ce matin que la cour des comptes demande un audit sérieux du vrai coût du nucléaire, incluant les coûts de démantèlement des installations nucléaires ainsi que les vrais coûts de retraitement. La docte institution se lamente des difficultés qu’elle a à  obtenir de la part des opérateurs des chiffres sérieux permettant d’obtenir des certitudes sur le vrai coût des opérations de retraitement et de démantèlement.On le savait depuis longtemps : La cour des compte le découvre.

Dans l’après-Fukushima, il faut être benêt pour penser que le nucléaire est une énergie économique, ou avoir des intérêts à très court terme chez Areva.

La France passe de l’âge d’enfant à l’âge d’adulte : Ce sont les papys de la cour des comptes qui vont nous y aider : c’est tout l’intérêt de la coopération inter-génération.

 

05/01/2012

Le sondage qui fait mal

 

 

http://www.mai2012.fr/.

 

Winter, le 5 Janvier 2012

 

«Les sondages, on leur fait dire ce qu'on veut.»

 

Selon un sondage OpinionWay-Fiducial,  le jugement est très sévere sur le pouvoir d'achat et sur la lutte contre le chômage.

 

Le bilan est négatif pour sept français sur dix. Les questions posées portaient sur l'action de Nicolas Sarkozy depuis son élection en 2007. 

 

70% des personnes interrogées jugent ce bilan "très" (33%) ou "plutôt" (37%) négatif. 27% le considérant comme "plutôt" et 3% "très" positif.

 

Pour 73% des personnes interrogées, le président sortant n'a pas été fidèle à ses promesses de campagne. Plus d’un sondé sur deux penser qu'il "n'avait pas l'intention" de tenir ses promesses de campagne, et pour près de la moitié des sondés, la démocratie s'est affaiblie

 

42% des répondants qualifient l'action menée par Nicolas Sarkozy de "dure" et seulement  10%  la qualifie de "juste".

 

L'action du chef de l'Etat est jugée positive surtout à l'international: au G20 (52%), face à la crise européenne (50%), pour la place de la France dans le monde (45%). En revanche le jugement est très sévère sur le pouvoir d'achat et sur la lutte contre le chômage (seulement 13% d'opinions positives) la lutte contre les inégalités (20%), la protection sociale et l'éducation (25%), la lutte contre la dette et les déficits (25%)...

 

Parmi les bonnes mesures prises par Nicolas Sarkozy, 66% des personnes interrogées répondent le durcissement des conditions d'immigration, suivi par la création du RSA (60%), la défiscalisation des heures supplémentaires (53%). Viennent en dernier les déremboursements de certains médicaments (23% d'approbation), la baisse de l'impôt sur la fortune et le bouclier fiscal (27%) et le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite (39%).

(sondage réalisé en ligne du 28 au 30 décembre auprès d'un échantillon de 998 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus selon la méthode des quotas.)


 

04/01/2012

Une seule raison pour relancer l'industrie nucléaire : C'est l'arrêter...

mai 2012

Winter, le 4 Janvier 2012

«Le coût du nucléaire fait qu’il ne faut pas arrêter le nucléaire…»

Ca y est, c’est dit : Notre sémillant ministre Eric Besson l’admet : Le nucléaire cela va coûter plus cher… mais, rassurons nous, cela ne coûtera pas vraiment beaucoup plus cher : A peine 2% de plus par an sur 10 ans, soit, une dérive de plus de 21 % sur la période. Tout cela, avec un plan d’investissement de dix milliards sur dix ans , pour tenter de rendre un peu plus sures nos installations nucléaires Les gens qui ne pilotent rien les  aiment bien, en général, ces « chiffres-symbole » : dix, c’est rond, cela sonne bien tout en donnant l’impression d’un contrôle absolu de la situation.

Voila

Donc, il faudra augmenter les tarifs de l’électricité de 2% par an, afin de financer ces investissements. De 2% de plus que l’augmentation prévisionnelle, bien sur…


On pourrait se dire que dans la mesure où ces investissements vont assurer la sécurité de l’industrie nucléaire sur un siècle, il serait raisonnable de ventiler cette charge exceptionnelle sur cent ans, mais ce type de raisonnements n’appartient pas à une personne comme Eric Besson… Ou alors, au contraire, il sait pertinemment que dans cinq ans, il faudra remettre le couvert et se frotte déjà les mains au nom de ses amis….


Tous ces industriels et les politiques qui leur servent la soupe voient cette affaire par le petit bout de la lorgnette : ils raisonnent à propos d’installations qui mettent en péril l’équilibre du monde de manière durable, comme ils savent le faire, c'est à dire à l’échelle de ce qu’ils savent comprendre : la longueur de leur mandat politique ou social.

Comme l’Etat est inféodé à Areva, ils raisonnent tous comme Areva.

La seule petite différence, c’est que l’industrie nucléaire doit durer, au-delà de ce qu’une petite cervelle de petit politicien ou d’industriel peut imaginer : Elle doit durer et se projetter  dans un monde où l'on aura abandonné la production nucléaire - peut être pour la raison aussi bete qu'il n'y aura plus d'uranium à bas prix -  comme on a abandonné ou abandonnera d’autres techniques polluantes et destructrices ; tout ceci n’est qu’une question de temps.

Le nucléaire, comme certaines autres techniques comme les OGM ou les plastiques, possède deux caractéristiques bien spécifiques : D’une part, les conséquences induites par la mise en œuvre de ces pratiques industrielles tendent à être « globales », de l’autre elles tendent à s’exprimer sur des périodes de temps qui ne sont pas en rapport avec les cycles économiques ou politiques : 30 ans pour la demi vie du cesium 137, cela veut dire qu’il faut attendre plus de deux siècles pour que les traces de cesium de Fukushima soient à moins de 1% de ce quelles sont aujourd’hui.


Deux siècles, ne n'est pas la durée du mandat d'Eric Besson ! ! ! Mais regardez tout ce qu’il s’est passé depuis deux siècles ! Invention de la machine à vapeur, apparition des plastiques, découverte des antibiotiques et des vaccins, découverte et de l’électricité, de la structure de la matière, du moteur à réaction … Des empires sont nés, se sont écroulés, de nouveaux modèles politiques sont nés, d'autres se sont effondrés...

Le nucléaire nous offre des possibilités de business inégalées, non pas dans la production d’énergie, mais dans la déconstruction. Le problème, c’est que si nous abandonnons le nucléaire sans réfléchir à la déconstruction, nous nous condamnons à transformer une bonne partie de l’Europe en Fukushima-bis car non aurons perdu tout notre savoir faire...


Si les hommes politiques étaient des gens sérieux, ils mettraient en avant cet argument avant tous les autres, pour promouvoir le nucléaire. Nous devons conserver en France le savoir-faire propre au nucléaire, non pas pour construire des centrales mais pour les démolir et les remplacer par autre chose.

Si l’on ne fait rien, il se passera dans cette industrie un tel cataclysme, nous paierons tellement cher le savoir-faire que nous ne pourrons déconstruire sereinement nos installations… Et nous transformerons notre terre en poubelle.


31/12/2011

2012 : L'année des méduses

 http://www.mai2012.fr/

 Winter, le 31 Décembre 2011

 «Les vœux de Notre Bon Suzerain : 2012 Bonne année !  Vos papiers ! »

 Ce soir, Notre Bon Suzerain présentera ses vœux à la nation. Quel sera son discours ? A deux heures de cette allocution, ouvrons les paris, sur quelques phrases assez probables :

 « Pour beaucoup de nos concitoyens l’année 2011 a été difficile» 

 « L’année 2012 sera placée sous le signe de l’austérité mais également de l’espoir »

 « La crise économique a frappé dur et fort, un peu partout en Europe »

 « L’état doit protéger les plus faibles d’entre nous »

 « Malgré un contexte particulièrement difficile, le gouvernement a tenu bon dans sa politique de modernisation du pays »

 « En 2012, les français devront choisir »

 « Nous devons veiller à ne pas dépenser plus que ce que nous gagnons »

 « La perte du triple A ne remet pas en cause le bienfondé de réformes courageuses »

Voilà, les paris sont ouverts...

Il n’en reste pas moins que le’exercice de ce soir sera intéressant, du point de vue littéraire : Du point de vue de la politique ou de l’économie, le pouvoir a montré ses limites… Ceci pour dire que l’on n’attend plus grand-chose de Notre Bon Suzerain : La liste des promesses non tenues est si longue qu’il est inutile de s’embarrasser à la lire.

Claude Guéant, qui travaille encore bien qu’il soit à la retraite depuis bientôt un an tant il est vrai qu’il faut travailler plus pour gagner plus, nous a dit ce matin qu’il n’avait aucun doute que Nicolas Sarkozy se représentera en 2012. Si l’UMP n’était pas suicidaire, ou à tout le moins composée de gens de responsabilités et non de laquais de Notre Bon Suzerain,  elle trouverait une tête de pont consensuelle pour sauver les meubles ; il en sont quelques uns. Une candidature de Jupé provoquerait certainement un vrai électro-choc...

Au lieu de cela, chacun se défile, attendant que l’orage passe, et se prépare pour 2017.

C’est en cela que l’UMP est proche des français ordinaires : ils font de même avec un stoïcisme qui force le respect, mais avec à la décharge que pour nos concitoyens qui souffrent, ils n'ont plus que quatre mois à tenir...

Cette élection qui se profile sera inédite : Tout devient possible : c’était une promesse de campagne, ce sera sans doute la seule qui aura été tenue :  Un contexte économique qui ne s’améliore pas, un PS qui a du mal à ressusciter de son coma strausskahnien, un front national qui monte en flèche, et une multitude de candidats qui assure une triangulaire et pourquoi pas une quadrangulaire… Tout cela sur font de défiance montante à l’endroit de la classe politique. Tous les ingrédients sont réunis pour créer une sauce fascisante pour 2012 ; l’extrême droite aurait tort de se gêner…

Notre Bon Suzerain le sait, et c’est pour cela que l’année 2012 sera sous le signe d’une tentative désespérée de radicalisation du pouvoir…

2012 : Bonne année ! Vos papiers !

 

30/12/2011

Citoyennes, Citoyens, l'heure est grave !

 

http://www.mai2012.fr/

 

Winter, le 29 Décembre 2011

 

«Ca fait mal»

 

Citoyennes, citoyens, l’heure est grave !

 

 

2011 a été difficile et 2012 sera problablement pire. Notre société est en panne

 

Pour tenter de se faire réélire, Notre Bon Suzerain n’aura pas d’alternative : Il devra se radicaliser d’une part et de l’autre, se mettre en retrait de l’UMP. Se radicaliser car Marine Le Pen, dans un silence habile, le talonne ; et s’affranchir au moins en partie  de l’UMP ce qui lui permettra de laisser à cette organisation la lourde charge d’assumer un bilan catastrophique plutôt que l’avoir à l’assumer lui-même.

 

 

Nous y voila : C’est maintenant que tout devient possible !

 

Lorsqu’on a vécu ce qu’on a vécu juste pendant 4 ans et demi, on peut se dire que la chasse aux immigrés, sans papier, petits délinquants divers et variés va être ouverte pour de bon au premier janvier 2012.  Rappelons nous quand même que notre nation vit depuis on ne sait plus combien d’années  sous un régime d’exception, qui autorise des atteintes extrêmement sévères aux libertés individuelles :  le plan vigipirate n’est toujours pas désactivé bien qu’il n’y ait plus d’attentats depuis belle lurette;  le fichage policier et administratif est devenu la règle avec plusieurs percées assez violentes des parlementaires pour tenter de procéder à des recoupages de fichiers; Depuis le 13 décembre des informations biométriques font partie de l'arselal de fichage de 45 millions de citoyens français…

 

Alors, pour tenter de faire une vrai politique de droite, voire d’extrême droite, Notre Bon Suzertain n'aura d'autre choix qu'enchainer les lois liberticides et sécuritaires, l’idéal étant que quelques attentats terroristes ou autres crimes bien crapuleux puissent venir donner raison à cet assez probable changement de cap. 

 


En cette fin d'année, l'heure est grave ! Citoyennes, citoyens de France, il est urgent que les démocrates de tous les bords se liguent afin d'anticiper cette probable dérive liberticide.

 



 

25/11/2011

Nucléaire : On n'a rien compris...

 «Nucléaire»

 http://www.mai2012.fr/

 Winter, le 25 Novembre 2011

 Eric Besson ne comprend pas grand-chose. Ca, on le sait depuis longtemps : C’est un ancien socialiste. Cela explique sans doute que Hollande propose un plan de sortie du nucléaire à 35 ans…

 Soyons pragmatiques.

 Au japon, il y a peu, 46 réacteurs nucléaires produisaient un tiers de la consommation d’energie électrique du japon, 10 réacteurs étaient arretés et 2 en construction.

 Après « l’accident » de Fukushima, pour reprendre le terme de Besson, notre sémillant ministre de l’énergie, partisan inconditionnel du nucléaire,  le Japon, troisième pays producteur d’énergie nucléaire du monde, un peu contraint, a éteint un certain nombre de réacteurs.

 Aujourd’hui, quelques mois après la catastrophe, il ne reste que 11 réacteurs commerciaux qui fonctionnent.  Vous avez bien lu, onze, sur quarante six...

 Question : « Les japonais, troisième puissance nucléaire du monde, sont ils morts ? »

 Réponse : « Cela se saurait » : Les ascenseurs fonctionnent à Tokyo, dans la troisième puissance nucléaire mondiale, les buildings restent (un peu) illuminés, les routes restent (un peu) allumées...

Pendant ce temps,  en France , le PS nous propose un plan de sortie du nucléaire à l’échelle de 2050.

 Ce serait drôle si ce n’était tragique. Pauvre Hollande, comme il est à plaindre, avec ses deux neurones...

 Pourquoi ? Car tous ces gens ne comprennent pas :

 1)   Que le nucléaire est sans doute l’énergie la plus simple et la moins chère qui pourrait exister, pour peu que tous les parasites qui profitent de la non maitrise de cette technologie soient éliminés ;

 2)    Que sans Areva et les brigands qui l’entourent, le nucléaire serait sans doute la solution de l’avenir ;

3)    Mais surtout et avant tout, qu’en abandonnant le nucléaire après moins d’un demi siècle d’usage, nous perdrons toutes les compétences sur un marché qui sera le démantellement des installation existantes et qui est prévu pour durer au moins aussi longtemps qu’il a duré à ce jour, soit cinquante à cent ans... En d'autres termes, l'opportunité économique du nucléaire n'est pas sur la production actuelle, mais sur la manière de se débarrasser de cette technologie monstrueuse ; nous l'avons ; nous la subissons ; autant faire du profit pour s'en débarrasser...

 4)   Car en perdant les compétences sur le nucléaire, nous perdrons de manière irreversible la maitrise d’une technologie qu’on peut à ce jour considérer comme diabolique : En somme, en abandonnant le nucléaire, nous nous en rendrons définitivement et jusqu'à ce que mort s'en suive esclaves...

Car dans vingt ans, il sera aussi difficile de trouver un expert en énergie nucléaire qu’il l’est aujourd’hui de trouver un chaudronnier, à la petite différence qu’un rayonnement nucléaire dure plus longtemps qu’une fuite d’eau et que les conséquences ne sont pas exactement les mêmes…

Et là , dans vingt ans, c'est seulement à ce moment qu’on se rendra compte qu’on n’a rien compris au marché du nucléaire…

Espérons que nous ne nous soyons pas transmutés d'ici là...

 

17/11/2011

Ile de France : Ali baba et les 209 conseillers

«La crise et l’élite»

http://www.mai2012.fr/

Winter, le 17 Novembre 2011

La région a équipé la ligne « H » de superbes voitures. J’ai eu l’occasion d’écrire sur le sujet. Lumières d’ambiance, plafond lumineux, des écrans de télé partout… En cette période de morosité, Jean Paul Huchon nous a fait « la totale ».

Sur les écrans, en attendant de vendre des pages de pub, la région a commis une sorte de court métrage qui passe en boucle. On y voit Paris en accéléré, et puis… quelques informations sur le conseil régional.

Rien de très passionnant.

Rien ?

Si quand même : On y apprend que l’on peut suivre en direct ce jeudi et ce vendredi à partir de 9h30 sur le site www.iledefrance.fr la réunion des élus régionaux. 

Qu’il y ait deux jours de réunion d’affilée n’est pas le plus intéressant.

Non. 

Ce qui est intéressant, c’est qu’on apprend incidemment qu’il y a … 209 conseillers régionaux.

Vous avez bien lu l’écran : deux cent neuf ! ! !

Pour mémoire, les attributions de la région sont les suivantes :

·         - l’attribution des  aides à l'économie et au développement ;

·         - l'aménagement du territoire : élaboration du contrat de projet État-région avec l'État et du schéma régional d'aménagement et de développement du territoire (SRADT), schémas interrégionaux de littoral et de massif, gestion des fonds européens (en Alsace) ;

·         - la construction et la gestion des lycées ;

·         - l'environnement : plan régional pour la qualité de l'air, parcs naturels régionaux et réserves naturelles régionales.

·         - l'organisation des transports ferroviaires régionaux ;

·         - la formation professionnelle : gestion des crédits AFPA, professions paramédicales ;

·         - les équipements structurants : certains ports et aéroports.

En pratique, en Ile de France, la Région ne touche vraiment les contribuables qu’à travers les transports en commun, les lycées et la formation professionnelle.

Pour tout cela, il faut 209 personnes. C'est-à-dire qu'au doigt mouillé, la masse salariale du conseil régional doit dépasser les 10 millions d’euros uniquement pour les conseillers ! ! !

Décidemment, quelque chose ne tourne pas rond dans notre société ...

 

11/11/2011

Le nouveau train de crise de la ligne H

 «Train de crise»

 http://www.mai2012.fr/

 Winter, le 10 Novembre 2011

 voiture.JPGDès potron minet, comme tous les matins, je cours prendre mon train sur la passerelle SNCF en ruine. Il fait matin. On y voit clair grâce à Giscard et à son heure d’hiver, plutôt que grâce à Jean Paul Huchon,  le président du Syndicat Intercommunal des Transports Ferroviaires d’Ile de France. Ce soir en rentrant, je prendrai le point de vue de Gilbert Montagné, car cela fait des années que les réverbères de la passerelle de ma gare sont hors service. Dans la nuit, je prendrai gare à ne pas tenter de me tenir à la rambarde, sous peine d’attraper le tetanos. Je laisse de côté les escalators et leurs savoureuses pancartes «Installation hors service. Merci de votre compréhension» qui doivent avoir maintenant plus de dix ans. J’évite les paquets de « 20 minutes » en train de moisir sur le quai, et j’attrape mon train.

 Ô Surprise, je découvre les nouvelles voitures SNCF de la ligne H. C'est un peu de ma région que j'ai sous les yeux puisqu'une des prérogatives essentielles de cet organisme, c'est l'organisation des transports en ile de France.

 Même surprise pour tous les travailleurs qui - encores endormis - mettent un pied dans cette nouvelle voiture, et hésitent en rentrant, tournant la tête à gauche puis à droite : Ce n’est plus un train, c’est une boite de nuit ou un supermarché, on ne sait pas trop dire.

Conçues d’un seul tronçon, d'un bout à l'autre du train, avec des surfaces vitrées tellement énormes qu’elles n’autoriseront pas la moindre panne de climatiseur en plein été, elles représentent une débauche étonnante d’innovations luxueuses. …. Des écrans permettant de projeter de la pub (toujours elle, ils ne peuvent pas s’en passer). Des plafonds lumineux qui changent de couleur accueillent le voyageur. Les caméras sont en bonne place pour surveiller le chaland. Le nombre de place a été réduit, au profit d’un espace debout plus confortable…  Une bétaillère de luxe, en somme… qui nécessitera des coûts de maintenance sans doute significatifs, car il faudra bien maintenir toutes ces lampes, ces caméras, ces écrans, ces vitres…

Les commentaires des voyageurs sont élogieux. Mais beaucoup sont assez sarcastiques . « On préférerait que les trains soient à l’heure ».  Commentaire de ma voisine de voyage, qui semble assez modeste  : « c’est marrant, on dirait comme un train ». Je ne comprends pas ce qu’elle veut dire, mais elle à l’air de savoir précisément à quoi elle pense.

En pleine période de crise, et même s’il faut tenir compte du fait qu’il s’agit d’un investissement sur plusieurs dizaines d’années, il y a quelque chose de complètement incongru voire démagogique dans cette débauche de luxe, lorsque les efforts les plus essentiels ne sont pas menés pour les entretiens le plus élémentaires des infrastructures.

 

P230208_15.00[01].JPGOn retour, ce soir, je rentrerai dans mon train gris, qui doit avoir une cinquantaine d’années, qui n’a ni climatisation ni lumière, mais quand même des toilettes.

 Je repasserai sur ma passerelle pontoisienne – élément architectural névralgique dans l’organisation de la circulation  verte entre Cergy , une ville de 60 000 habitant et Pontoise, 30 000 âmes, disante de deux kilomètres seulement, qui va voir sa population de l'autre coté de la passerelle en ruine depuis des dizaines d'années s'augmenter de 6500 personnes dans les dix ans à venir,  sans lumière, sans aucun entretien au motif, nous a expliqué notre maire Philippe Houillon, qu’on ne sait pas qui en est le propriétaire. (sic) Plus prosaïquement, les pontoisiens sont sans doute les otages d’une guerre intestine entre le STIF, piloté par Jean Paul Huchon, PS, Réseau Ferrés de France et la municipalité de gauche de cergy pilotée par dominique Lefebvre, PS, et celle de droite de Pontoise pilotée par Philippe Houillon, UMP. C’est ce qu’on appelle la démocratie locale.

 

25/10/2011

7 Milliards sur la planète en 2011 ?????

«La presse gratuite et les conneries quotidiennes»

http://www.mai2012.fr/ Winter, le 25 octobre 2011

La presse gratuite est toujours une source inépuisable d’étonnement.

En général, elle cherche les titres qui font peur : Viol, catastrophes, crimes etc… Quand il n’y a rien d’intéressant en magasin, alors, on parle du réchauffement climatique. C’est toujours parfait, le réchauffement climatique.

L’objectif est simple : Pour vendre quelque chose aux gens, il faut leur faire peur ; Pour les contrôler, il faut leur faire peur, et tout est bon pour cela. Aujourd’hui, Direct Matin a innové : La prochaine catastrophe, c’est nous, puisque selon les experts – mondialement reconnus - de direct Matin, nous serons Sept milliards d’habitants sur la planète fin 2011 (c'est-à-dire dans trois mois ; trembez, gens de France ! ) et la croissance de la population pose le problème du tarissement des ressources. ( c’est dit comme cela, je n’invente pas, lisez vous-mêmes)

Prenons donc d’autres chiffres drôles : Sur 56 réacteurs nucléaires au Japon, 11 seulement rentent en fonction : Je vous laisse calculer ce qu'il manque en électricité nucléaire... Une paille monseigneur… Pourtant, les ascenseurs continuent de fonctionner dans les tours de Tokyo… Donc, que faut il penser des ressources de la planète ?

Projetons nous à l’époque des dinosaures. Si l’on considère qu’un dinosaure mange comme un homme – en proportion – il faut presque un demi millers de gros bonshommes pour consommer comme un dinausore, car que l'on parle d'essence ou d'herbage, on en revient toujours à des consommations de produits qui peuvent devenir en quantité finie, en fonction de la manière dont on consomme le stock... En proportion, 7 Milliards d’hommes feraient une population d’un milliard et demi de dinosaures. Certes, il n’y en a sans doute jamais eu autant, mais 100 fois moins, c’est peut être imaginable…

Et les bougres, ils ont mangé chacun comme 500 hommes, mais pendant une période de 200 à 300 millions d’années, à comparer avec notre aire industrielle sur-consommatrice qui ne dure que depuis deux siècles…

Donc, pour les dinosaures, c’est réglé : la terre a pu les nourrir assez grassement, et pendant assez longtemps…. Mais les dinosaures, ce n’est rien du tout. Prenons la population des fourmis, des chenilles, des insectes : Chacun ne mange pas beaucoup, mais c’est qu’ils sont nombreux, les bougres…. Ce n’est pas pour rien si sur la terre, la plus grande quantité de protéïne est portée par la race des insectes, pas par celle des vaches ! Et pourtant, cela fait quelques millions d’années que toutes ces petites bestioles se nourrissent, parfois assez copieusement, si l’on prend le cas des chenilles qui sont capables de foutre en l’air tout un potager en une seule nuit….

Pour l’énergie, on a vu : En s’arrangeant, on y arrive.

Pour la nourriture, il suffit de faire comme les dinosaures ou les fourmis, deux races qui se caractérisent par un longévité hors norme de leur lignée, si l'on veut faire une projection avec l'espérance de vie de l'espèce humaine…

Donc, cela veut bien dire que non seulement la terre peut nourrir plein d’êtres vivants, mais elle peut aussi donner de l’énergie à beaucoup plus de monde qu’on l’imagine usuellement… Prenons un autre exemple, caricatural : L’eau, qui semble être la ressource la plus rare de notre planète qu'on appelle pourtant "bleue". Le problème des ressources est un faux problème, même si comme dans la fable de la fontaine, c’est "un beau sujet de guerre" : On est capable de faire venir du gaz du fin-fond de la Sibérie, du pétrole de l’autre bout de la terre par des tuyaux de taille assez modeste, mais faire venir de l’eau du nord de la pologne jusqu'en Israel, cela semble totalement impossible… Sans doute l’eau ne coute-elle pas encore assez cher pour cela…Il faudra qu’elle soit hors de prix pour qu’on se décide à construire des golfs en pleine bande de Gazha…

A mon humble avis, la terre est immense.

Elle peut accueillir une collection assez impressionnante d’être animés : Un entomologiste rapportait il y a peu cette anecdote : Si vous tendez en plein centre de Paris un drap d’un mètre sur un mètre, éclairé par un spot la nuit, au petit matin vous récupérerez deux cent espèces d’insectes différents au pied de votre écran… Il y a du monde, sur terre. On peut vivre très nombreux, sans doute infiniment plus nombreux que ce qu’on imagine : Cela dépend de ce que l’on veut manger…

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu