UA-29881888-1

Avertir le modérateur

29/10/2010

le petit commerce

Winter, le 28/10/2010

www.mai2012.fr

« Elle avait pas lu Zola...»

Il advint que...

Ce matin non loin de la gare de C***, une petite commune coquette des Yvelines , je pousse la porte de la boulangerie pour prendre un croissant : Le gling de la sonnette retentit, en échange duquel la boulangère m'offre son plus beau sourire... Le commerce, c'est le sourire.... 1 euros et des poussières. Je sors un billet de 20 euros. Mon hôtesse le prend et le pose de son côté du comptoir, car il faut bien comprendre que dans le petit commerce le plateau de verre du comptoir , ou tout autre réceptacle sur lequel on pose la ferraille, symbolise une ligne de démarcation à côté de laquelle la défense Magino est une plaisanterie : Il y a ce qui est d'un côté, et tout ce qui est de l'autre.

C'est alors que je me ravise et fouille à la quête de quelques menues monnaies que j'aurais abandonné dans les profondeurs de mes poches et qui feraient très exactement le compte. Je lâche la mitraille sur le comptoir ; la boulangère encaisse, puis dans un geste très explicite, doublé d'une moue qui l'est tout autant, la paume collée au comptoir, pince du bout des doigts le billet en me regardant d'un air très ouvertement distrait et qui semble implorer l'absence de manifestation de cette étincelle naissant fatalement dans le regard de quiconque réagit : Elle attend évidemment que j'oublie de prendre mon billet ; il se passe un silence d'un millième de seconde, qui pourtant me semble durer une heure...

Ah ! que n'ai-je une caméra en guise d'oculaire ! Car voici qu'une histoire toute entière se déroule à travers cette imperceptible confrontation, qui est au sens propre et à bien des égards un véritable échange de point de vue. Et dans ce regard qui se suffit à lui seul à capturer toute la cupidité d'une humanité souffrante, la misère du petit commerce est ainsi résumée : « Si je peux en avoir un peu plus à son dépend, c'est toujours cela de pris », me dit ce clin d'œil bref.

D'un seul coup d'un seul cette boulangère qui était en poussant la porte accorte et fort avenante, m'apparait grosse, la poitrine flasque enserrée dans un tablier sale, des poches sous les yeux et le regard fuyant.

Et je l'imagine le soir en train de compter sa caisse après avoir tiré son rideau de fer, pendant que son mari décapsule une bouteille de mauvais vin... La boutique me semble alors bien sale : C'est une plongée dans les Rougon Macquart que je viens de m'offrir,  un roman, une véritable pièce de théâtre, une série complète, sans l'inconvénient d'avoir à monter à la capitale, de tourner pour me garer....

Tout cela en moins de cinq seconde, et pour le prix d'un croissant, moi qui faillis y laisser vingt euros...

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu