UA-29881888-1

Avertir le modérateur

06/10/2011

N'ayez pas peur, on n'est pas de la police !

 

http://www.mai2012.fr/

Winter, le Jeudi 6 Octobre 2011

 «L’intérêt de la vidéo surveillance n’est plus à démontrer»

C’est ce qu’il faut en conclure de l’article qui, en page deux colonne de droite (c’est la plus lue) de l’édition parisienne du vingt minutes de ce jour, en rouge et en gros caractère, afin que le chaland prenne conscience de l’importance de l’événement, nous relate cette information proprement proprement stupéfiante :

 « 18 caisses de bière ont manqué d’être dérobées par cinq malfaiteurs dans le 19ème Dimanche, mais la police les avait repérés sur les caméras et les a arrêtés »

On coupe des arbres pour faire des journaux gratuits que l’on distribue grassement dans les gares, lequels journaux viennent ensuite mourir sur les quais en piles malpropres, ce qui donne du travail aux hommes de ménage qui quelque part doivent être payés par les abonnés de la SNCF.

On installe des dispositifs de vidéo surveillance dans tout Paris avec des mécaniques ultra-sophistiquées de reconnaissance faciale. On met des fonctionnaires de polices en faction au chaud derrière des écrans de contrôle.

Tout cela coûte une petite fortune qui vient grever le déjà bien maigre budget des ménages par le truchement de la fiscalité.

La bonne nouvelle, ainsi que nous l’explique 20 minutes, c’est que cela a permis dimanche de savoir qu’il y a quatre jours, des malfaiteurs ont manqué s’emparer d’environ 400 euros de bière dans le 19eme arrondissement de Paris.

Rendez-vous compte : 18 Caisses de bière ! Ce n’est pas rien

On ne peut que saluer le courage de la police parisienne mais également sa probité, car dans la capitale des gaules, cela ne se serait peut-être pas passé de cette manière.

Faut il en rire ? Faut-il en pleurer ? Est-ce du second degré ?  – il est à craindre que non...

 

Heureusement que l’hiver approche. Tout n’est pas perdu, on va pouvoir démarrer son feu de bois avec 20 minutes.

Et pour ce qui concerne la vidéo surveillance, on devrait commencer à l'imposer dans les commissariats de police lyonnais.

 

 

 

28/09/2011

Fukushima : à l'est, rien de nouveau...

 

mai 2012

Winter, le 27 Septembre 2011

 «Le nucléaire sous contrôle»

On avait pu admirer en son temps la préscience d’Eric Besson, notre fougueux monsieur nucléaire de l’UMP, transfuge du PS, parlant à propos de Fukushima, le samedi suivant la catastrophe : « un accident grave, mais pas une catastrophe nucléaire. ». Pour sa défense, Eric Besson a fait une école de commerce, et a donc sans doute des notions assez approximatives de physique doublée d'une approche de la notion de risque industriel plus proche du portefeuille que d'autre chose .

Néanmoins ceux qui réfléchissent avec autre chose que leur portefeuille ministériel pouvaient dès le jour-même se faire une idée de l’ampleur de dégâts.

Aujourd’hui, il semble qu’on soit vraiment dans la mouise. En mai, Tepco a admis la fusion totale du cœur du réacteur 1 de la centrale de Fukushima. Depuis, le temps à passé… Le corium, au contact de l’eau, la craque et génère de l’hydrogène en grande quantité. Le mélange hydrogène et oxygène est redoutable . On risque alors de nouvelles explosions, qui pourraient réduire en miette les enceintes des réacteurs. A partir de là, tout devient possible.

Enfin, personne ne sait dire ce qu'il en est des  coriums,   spécialement celui du réacteur n°1, si les cuves des réacteurs n°2 et n°3 sont affectées (plus que vraisemblable) , si les sous-sols sont affectés et à quelle profondeur...

Sur le plan des opérations, il y a 80 000 personnes déplacées.

Tepco gère à la petite semaine son affaire, injecte de l’azote à tout-va, lance des tuyaux un peu dans tous les sens…  Le plan de dépollution consisterait à retirer des millions de mètres cube de terre, sur une épaisseur de 5 centimètres tout autour de la centrale... Une aberration lorsqu'on comprend comment se propage cette pollution….

Pour  mettre cette terre polluée où ? c’est une autre question…

Dans ce flot de mauvaises nouvelles, certains signes sont malgré tout encourageants, on peut admirer l’opiniâtreté et le courage des japonais, qui arrivent, tant bien que mal,  à faire revenir et maintenir en dessous des 100 degrés les réacteurs n°1 , n°2 et n°3, ce qui signifie que laborieusement, ils en reprennent lentement le « contrôle »…

Mais il faut craindre, dans cette très inégale course contre l’œuvre du diable, qu’un autre  tsunami, typhon ou tremblement de terre, vienne bousculer ce frêle édifice et anéantir tous ces efforts tant le cadre de ce processus s’inscrit dans des temps qui dépassent les limites de ce que l’homme sait planifier…

Puisqu’on vous dit que l’énergie nucléaire est une énergie fiable…Pendant ce temps-là, les japonais eteignent leurs enseignes au néon un peu partout dans Tokyo. Sont-ils en train de réapprendre les vrais valeurs de l'énergie ?

Sénat : matière à réfléchir

http://www.mai2012.fr/


Winter, le 27 Septembre 2011

«Toute devient possible : même le sénat peut passer à gauche»

A la suite de la sévère défaite aux sénatoriales, Coppé a réagit immédiatement, en distribuant des « éléments de langage », (c’est un aphorisme de novlangue), expliquant qu’en substance la défaite était prévue, puisqu’elle était mécanique, résultant de la perte de bastions locaux lors des élections régionales et cantonales.


En somme, la défaite s’expliquerait par la marche vers la défaite. La logique est implacable, et l’on ne peut qu’admirer l’exercice de style de notre gendre idéal.


Il y a quelque chose de tragique à penser qu’en expliquant par la « rationalité » un fait, on pourrait en oublier d’en examiner les raisons profondes de son émergence.


Il faut rappeler que le sénat est renouvelé tous les six ans par moitié par les « grands électeurs », c'est-à-dire les conseillers généraux, régionaux, les délégués des conseils municipaux, mais également les députés, c'est-à-dire l’autre chambre.
Ces gens sont des gens de terrain, mais, contrairement au citoyen ordinaire, en professionnels de la politique, ils ont pleine conscience de ce que représente un bulletin de vote. Du reste, le vote leur est obligatoire. En se sens, l’élection au suffrage indirect est plus démocratique que l’élection au suffrage direct. Néanmoins, la répartition du nombre de siège ainsi que le mode de scrutin de ces élections sont délibérément faits pour sur-représenter les petites communes, qui, assez traditionnellement, votent plus à droite que les grandes aglomérations.

Par ailleurs, pas tradition, les sénateurs sont plutôt modérés et la véhémencité de leur contre vis à vis des députés est à relativiser.

Que le Senat passe à gauche est donc un réel séisme politique, et, contrairement à ce que l’on peut lire ici ou là, compte tenu des modalités d’élection du Sénat, nous ne sommes pas du tout dans la même configuration que sous Mitterrand, où l’on a connu une assemblée nationale à gauche et une haute chambre à droite. Le fait que le Sénat passe à gauche dans un système de sur-représentation de la droite montre l’étendue du mécontentement national.

25/09/2011

Elections sénatoriales à usage de mes enfants (suite)

http://www.mai2012.fr/

Winter, le 25 Septembre 2011


«Elections sénatoriales à usage de mes enfants (suite) »


Avant les élections : 153 sièges à gauche, et 190 à droite
Après les élections : 177 sièges à gauche et 172 à droite.


Le sénat depuis la première fois depuis plus d’un demi siècle est donc passé à gauche. Du point de vue des grands électeurs de droite, qui vivent de la politique et qui ont perdu leur siège, il y a matière à s’interroger sur la machine à perdre que représente Nicolas Sarkozy….
Il faut bien comprendre que tout est fait dans les règles pour que le sénat ne représente pas le pays réel mais la droite. Cette victoire de la gauche est donc une fessée redoutable.
Première conséquence de ce changement : le 1er octobre, aura lieu l’élection du président du Sénat. Il y a d’assez grandes chances pour que l’actuel président perde son siège.
Deuxième conséquence : Le sénat votant les modifications constitutionnelles, Sarkozy peut dire adieu à sa « règle d’or », dans laquelle notre bon suzerain a investi toute sa crédibilité.
A sept mois des élections présidentielles, cela fait désordre dans la maison UMP.

Jean-François Coppé – le gendre idéal – à indiqué que l’ « L’UMP se considère entièrement mobilisée pour la campagne présidentielle » et a détaillé « les cinq conditions de nos victoires à venir. ».
« Unité »
« Crédibilité »
« Solidité »
« Riposte »
« Valorisation du bilan du quinquennat. » , « une action marquée par le courage ».

Passons sur les quatre premiers points, où l’on peut dire un peu ce que l’on veut. Là ou cela va être assez dur, c’est sur le dernier point : On ne valorise pas quelque chose qui n’a pas de valeur, la multiplication par zéro donne toujours zéro... On souhaite donc bon courage à M. Coppé.

 

19/09/2011

DSK incroyable talent

 

http://www.mai2012.fr/

Winter, le 19 Septembre 2011

 «Mai 2012 : DSK out»

Dimanche 18 septembre 2011. TF1. Journal de 20h00. Dsk se fait offrir 20 minutes pour s’expliquer devant les français. Record d’audience battu : quasiment 14 millions de téléspectateurs. Au prix de la seconde de pub, cela fait une belle avance de la part de la chaine privée...

Je n’ai pas regardé.

Bien que l’envie fût grande, je n’ai pas regardé.

Pourquoi ?

Quelque chose me disait que, pour un homme auquel à tort ou à raison on imputait à son immense pouvoir ses supposés et assez minables méfaits, il y avait trop de provocation à s’arroger les deux tiers d’un journal d’une des plus populaires chaines de France pour expliquer une histoire de fesses qui avait mis par terre bon nombre d’espoir, ceux des gens de gauche, qui croyaient encore que DSK était socialiste, et toute sa cour, dont les noms circulaient déjà dans son shadow-cabinet , et qui devraient désormais se trouver ailleurs un porte-feuille : Martine Aubry, Manuel Walls, Pierre Moscovici et bien d’autres…

Quelque chose me disait qu’il valait mieux se taire…attendre gentiment la fin de l’orage, se faire petit, ou mieux, écrire, modestement, dans une tribune à petit tirage – l’exercice scriptural est toujours plus délicat que l’exercice oral tant il oblige à la pesée de chaque mots qui seront lu et relus – et attendre que les réactions se fassent.

Alors je suis resté chez moi au calme sous ma couette.

C’est seulement le lendemain que j’ai vu dans la presse les âneries débitées par DSK. Cela m’a dépité. « j’ai manqué mon rendez vous avec les français ».

L’homme est à terre. Il est défait, décomposé. Il a entraîné dans sa chute ses amis, ses idolâtres, ses fans. Mais il ne s’arrête pas là… il met définitivement Martine Aubry à terre…

Décidément la gauche française est pitoyable…

Sarkozy doit être plié de rire : sans talent, pouvoir battre sans la combattre et avant la bataille une personne qui en a, mais qui s’autodétruit sans effort, que peut-on demander de plus ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu