UA-29881888-1

Avertir le modérateur

07/04/2012

Ca va mal finir....

 http://www.mai2012.fr/.

 Winter, le 1er Avril 2012

  « Ca va mal finir…».

 Chacun l’aura compris, les chiffres fournis par les hommes politiques sont souvent farfulus, la plupart ne sachant pas compter. Ainsi, Xavier Bertrand nous apprend ce matin qu’un militant UMP peut être fier du bilan de Nicolas Sarkozy.

 La base de données EUROSTAT, qui reprend tous les indicateurs européens, est en accès libre sur le net.

 Petite analyse rapide sur quelques indicateurs choisis, au sein de l’Europe des 27:

 Chômage de longue durée  de 2007 à 2010 :

  Europe : 3,2% France , 3,4% Roumanie  2,6% 

 La France est dans le milieu du peloton

 Chômage des 15/25 ans sur les dix derniers mois

 Europe : 9,84% France 9,78% . Roumanie 7,42%

 La France est au milieu du peloton

 Chômage total sur les dix derniers mois:

  Europe : 9,84 % France 9,84 % Roumanie  7,42% 

 La France est dans le milieu du peloton

 Un indicateur très intéressant, c’est le taux de risque de pauvreté : sans rentrer dans le détail de son calcul, il nous indique si on risque d’aller mieux ou moins bien…

 Entre 2005 et 2010, ce taux est resté stable dans toute l’Europe.

 Il est en forte diminution en Roumanie

 Depuis 2008, en France il en augmentation significative et constante.

 Quoi qu’en pense Xavier Bertrand, il faut comprendre cet indicateur de la manière suivante : « Depuis 2008, cela va plutôt assez mal en France. »

 Tous ces indicateurs sont en consultation libre : on peut les télécharger sur internet http://epp.eurostat.ec.europa.eu/portal/page/portal/stati...)

  On peut continuer comme cela sur tous les indicateurs majeurs. On peut les mettre simplement sous excel et réfléchir dessus, faire des moyennes, calculer des tendances : Ce n’est pas très compliqué, c’est même à la portée d’un Xavier Bertrand. Et on aurait tort de se gêner. On se dit alors que – qui que ce soit qui soit élu – rien ne risque d’être pire qu’une nouvelle mandature de Sarkozy.

 On se dit aussi qu’il est formidable qu’une institution comme l’Europe permette de mettre à disposition de ses citoyens de réels éléments de décision.

 Sarkozy, lorsqu’il s’ était présenté, avait fait un programme axé sur 15 points, que l’on peut l’apprécier diversement, selon qu’on a voté ou non pour lui, mais qui avait le mérite d’être une feuille de route. Sur aucun de ces points il n’a tenu parole. Il ne tiendra pas d’avantage parole sur toutes les promesses qu’il est en train de faire.

 Toutefois, ceci n’est pas gravissime, car comme nous l’avait justement dit Chirac, les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

 Non, ce qui est gravissime, c’est l’entreprise quasiment terroriste de casse du lien social et de sanctuarisation des communautarismes que Nicolas Sarkozy a entretenue, développée et  systématisée depuis le début de son mandat et dont il est en train d’accélérer le mouvement, avec une fougue hystérique. C’est très exactement le contraire de ce que l’on attend d’un capitaine de navire en période de tempête, d’où que vienne le gros temps.

  « Ca va mal finir », avait prédit François Léotard, que l’on ne peut sans doute pas qualifier l’abruti. Le bougre avait sans doute raison…

 

30/12/2011

Citoyennes, Citoyens, l'heure est grave !

 

http://www.mai2012.fr/

 

Winter, le 29 Décembre 2011

 

«Ca fait mal»

 

Citoyennes, citoyens, l’heure est grave !

 

 

2011 a été difficile et 2012 sera problablement pire. Notre société est en panne

 

Pour tenter de se faire réélire, Notre Bon Suzerain n’aura pas d’alternative : Il devra se radicaliser d’une part et de l’autre, se mettre en retrait de l’UMP. Se radicaliser car Marine Le Pen, dans un silence habile, le talonne ; et s’affranchir au moins en partie  de l’UMP ce qui lui permettra de laisser à cette organisation la lourde charge d’assumer un bilan catastrophique plutôt que l’avoir à l’assumer lui-même.

 

 

Nous y voila : C’est maintenant que tout devient possible !

 

Lorsqu’on a vécu ce qu’on a vécu juste pendant 4 ans et demi, on peut se dire que la chasse aux immigrés, sans papier, petits délinquants divers et variés va être ouverte pour de bon au premier janvier 2012.  Rappelons nous quand même que notre nation vit depuis on ne sait plus combien d’années  sous un régime d’exception, qui autorise des atteintes extrêmement sévères aux libertés individuelles :  le plan vigipirate n’est toujours pas désactivé bien qu’il n’y ait plus d’attentats depuis belle lurette;  le fichage policier et administratif est devenu la règle avec plusieurs percées assez violentes des parlementaires pour tenter de procéder à des recoupages de fichiers; Depuis le 13 décembre des informations biométriques font partie de l'arselal de fichage de 45 millions de citoyens français…

 

Alors, pour tenter de faire une vrai politique de droite, voire d’extrême droite, Notre Bon Suzertain n'aura d'autre choix qu'enchainer les lois liberticides et sécuritaires, l’idéal étant que quelques attentats terroristes ou autres crimes bien crapuleux puissent venir donner raison à cet assez probable changement de cap. 

 


En cette fin d'année, l'heure est grave ! Citoyennes, citoyens de France, il est urgent que les démocrates de tous les bords se liguent afin d'anticiper cette probable dérive liberticide.

 



 

10/02/2011

Pourquoi SARKOZY sera-t-il réélu en 2012

 

Winter, le 10/02/2011

www.mai2012.fr

« Pourquoi Nicolas Sarkozy sera réélu en 2012»

Mais pourquoi Sakozy serait réélu ?

Est-ce parce qu'il a en face de lui une vieille endive molle où un vieux poireau fripé  qui ne s'accordent pas sur la dose de sel qu'on doit mettre à la soupe ? Est-ce parce devant la crise montante et l'absence de solutions, les tensions s'exacerbent dans tous les sens, exhumant les vieux démons de l'Europe ?

Non, non, non et mille fois non.

Il sera réélu car il est le meilleur.

Il est le meilleur pour être Président.

Mais le niveau de son bilan est sans doute totalement inédit  dans toute l'histoire de notre Vème République ? Alors, en quoi est-il le meilleur ?

Il n'est pas le meilleur pour être NOTRE président. Il est le meilleur pour être Président.

C'est aussi simple que cela.

C'est en écoutant des gens dans le train de banlieue que, contrairement à ce que la plupart des gens pensent, je me suis persuadé que Nicolas Sarkozy sera bien réélu en 2012, car j'ai été surpris d'entendre qu'ils répétaient comme une vérité révélée les messages répétés en boucle dans journaux télédiffusés sur la société des privilégiés, l'injustice du bouclier fiscal, les fainéants qui ne veulent pas travailler etc etc...

Sa stratégie est redoutable, et d'une simplicité à faire pâlir les experts en communication.

Rappelez vous l'image de campagne de François Mitterrand imaginée par Ségala et qui lui a sans doute fait gagner les élections, elle était du même acabit : Le force tranquille, le petit village, la petite église, du ciel bleu : Un image simple, dans laquelle le français des années 80, d'une France rurale en train de devenir urbaine, en train de perdre ses repaires de l'occident chrétien,  pouvait facilement se retrouver, et avec le beau temps en plus.

Si De Gaulle avait compris l'importance de la télévision et de l'image, Mitterrand a lui compris l'importance du mimétisme : Les gens ne s'associent que sur ce qui leur ressemble. Le petit village : voila une image fédératrice. Qui aurait pu penser dans cette France pleine de barres d'immeubles qu'elle ne serait pas consensuelle ? Mitterrand avait mis cette idée de mimétisme au service de son désir d'orchestrer la marche du monde. A cet égard, le seul vrai acte de courage de Mitterrand fut d'abolir la peine de mort, car il avait contre lui toute la France.

Nicolas  Sarkozy a poussé l'intrusion du mimétisme dans la politique à l'extrême, en le mettant au service de son appétit de pouvoir.

Qu'est ce que cela signifie ?

Scrutez attentivement les messages de Notre Bon Suzerain : Il n'avance jamais d'idées directrices, il ne fait que de la reformulation, c'est à dire qu'il répète en boucle ce que tout le monde pense plus ou moins fort, au gré de la conjoncture, sans jamais proposer de solutions structurelles.  Et, comme la cour de Mitterrand le faisait, la sienne le suit à l'unisson...

Les CRS se mettent en grève ? : « Les français ne comprendraient pas qu'ils n'ont pas le  droit à la sécurité »

Les magistrats se mettent en grève ? : « Mettez vous à la place des français qui attendent déjà trop longtemps leur jugement »

Le smicard se plaint qu'il n'a pas assez d'argent pour vivre ? « Parce que vous croyez que la personne avec un petit revenu, elle peut se permettre de payer la baguette de pain un euro cinquante ? »

Mais qui serait contre ?

Qui serait contre un système  pour financer la dépendance ? Qui serait contre l'augmentation du pouvoir d'achat ? Qui serait contre les délocalisations qui privent nos régions d'emploi ? Qui serait contre le rétablissement de valeurs morales ? Qui serait contre un suivi particulier des détenus multi-récidivistes ? Qui serait contre la suppression de l'aide à des régimes corrompus ?

Personne !

On peut mettre ce dialogue à toutes les sauces, c'est toujours pareil. Cela ne mène strictement nulle part car si l'action politique se bornait à faire un programme de campagne, cela se saurait. Néanmoins, cette manière de faire est stratégiquement très efficace, lui permettant au passage de se faire quelques alliés solides dans le monde de l'entreprise privée qui reçoit pour rôle de pallier les carences de l'état.

En proférant ces banalités dont il devrait être en principe comptable devant la nation, il fait trois choses redoutables :

1) Chaque français pris individuellement s'identifie à lui, personnellement, avec comme corollaire à cette identification de  rendre sans intérêt toute velléité de coalition ;

2) Il inverse la charge de l'action, donnant l'illusion que le vrai levier d'action n'est pas sur le pouvoir politique, sur l'exercice de son pouvoir, le pouvoir pour lequel il porte mandat, mais en définitive sur le peuple ;

3) Il est du coup du côté de chaque français.

Alors, dans ces conditions, pourquoi le peuple voterait-il contre lui-même ?

C'est pour cette raison, et uniquement pour celle-là que Sarkozy sera réélu, et non parce que le Parti Socialiste s'englue dans la configure de vieille rose.

La méthode, très loin d'être bête, est une redoutable machine de guerre. Cette technique, qu'on apprend dans n'importe quel ABC de la communication dit en substance qu'en  ressemblant le plus possible à ton client, tu évites qu'il ait prise sur toi et tu fais en sorte qu'il soit convaincu que le choix que tu lui instilles est le sien propre.

Le soucis, c'est que si la ménagère de moins de cinquante ans peut rentrer assez facilement dans le jeu, ce n'est pas le cas des jeunes, surtout s'ils sont privés à ce à quoi ils aspirent : ici un appart, là bas à manger et du travail un peu partout qui corresponde à ce qu'on leur a promis lors de leurs études...

Avec une stratégie telle que celle-ci, on ne peut qu'être très inquiet pour demain : Les réactions des jeunes - ce sont les mêmes partout - en Egypte, en Tunisie, en Algérie, au Maroc, au Yemen sont dans doute de très mauvais signes avant-coureurs

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu