UA-29881888-1

Avertir le modérateur

01/04/2012

Abstention massive

 mai 2012

 Winter, le 1er Avril 2012

  « Dernière ligne droite».

 Les sondages se suivent et donnent tous Hollande vainqueur au deuxième tour, ce qui rend tout espoir électoral vain. C’est un peu comme si l’élection était confisquée aux électeurs.

 Les semaines qui arrivent vont devenir insupportables.

 La tension devrait pourtant monter dans les bars, dans les trains et dans les lieux publics.

 Hors, si l’on écoute nos concitoyens, il n’est pas compliqué de comprendre que s’ils s’intéressent en nombre à la politique, l’élection en tant que telle ne les motive pas. Amusez vous à lancer un débat dans un wagon ou au comptoir d’un bar, la mayonnaise prend immédiatement. Puis posez à la cantonade la question de savoir qui va voter, et un grand blanc s’en suit, comme si l’abstention était un choix aussi honteux que peut l’être celui d’un candidat d’extrême droite et qu’il conviendrait, pour sa la pérennité de propre respectabilité, d’en laisser l’expression au secret de l’isoloir…

 C’est ce qu’on entend dans le train du matin. Mais les hommes politiques ne fréquentent pas les gars et ne prennent sans doute pas la mesure de l’état de l’opinion : Lorsque les citoyens sont imprégnés de l’idée qu’ils n’ont pas d’action sur les hommes qui les gouvernent, alors là, effectivement, tout devient possible.

 Le risque est d’avoir un taux d’abstention record, rendant périlleuse l’inscription en légitimité du futur président, d’une part, et imprévisible le résultat du 23 avril de l’autre. 

 Il est donc du devoir de chaque papa, chaque maman, chaque voisin, de se transformer en agent de propagande et d’expliquer à ses enfants, à ses voisins, à ses proches, ses collègues pourquoi il faut voter, et que, pour qui que ce soit que l’on vote, il faut faire l’effort de mettre son petit papier dans l’urne.

 L’intérêt de voter est assez simple : ne laisser personne décider à sa place.

Ne recommençons pas le coup de l’élection de Chirac, avec un président qui fut élu avec un score que même dans démocraties les plus corrompues, on n'aurait jamais osé imaginer.

10/02/2012

tiens ta droite !

http://www.mai2012.fr/.
Winter, le  10 Fevrier 2012
«Les modernes et les anciens»
Le futur des peuples se lit dans leur histoire. Et l’histoire aujourd’hui s’écrit sur Internet. Les peuples l’ont compris. C’est l’enseignement que nous donne ce qu’on a appelé « le printemps arabe ».


Ainsi, celui qui détient internet détient le monde. Notons que cette « liberté » d’expression mondiale est conditionnée par une grosse douzaine de serveurs américains et que l’attribution des adresses internet est  du ressort d’une société privée. Sans adresse IP, sans redirection de nom de domaine, pas d’internet. Pour être tout à fait juste, notons également que du point de vue technique, cela marche plutôt bien.


Sans connaissance technique particulière ni volonté d’en développer, j’avais commencé il y a quelques temps la tenue de ce journal avec un objectif bien précis : tester l’intérêt du monde politique pour celui de l’internet. Le moyen, c’était de mettre à l’épreuve le référencement de google sur des mots clefs les plus génériques possibles, mais propres à intéresser un futur président, du moins le pensais-je, autour d’un blog qui ne sera fréquenté quotidiennement par guère plus de 200 à 300 lecteurs.
A moins de 75 jours des élections, si vous tapez «Victoire de Sarkozy », ou tout autre combinaison du même acabit du style « Mai 2012 UMP » etc…  sur google, vous tombez sur mon modeste journal dès la première ligne, et ceci depuis des mois et strictement sans aucun moyen.


Internet est la vitrine du plus grand magasin du monde. Comme au supermarché, les produits qui partent le mieux sont ceux qui sont en tête de gondole. C’est pour cette raison que la première page de Google coute si cher, et que la première ligne n’a pas de prix.
Alors, comment expliquer, dès lors, que la tête de gondole soit occupée par un blog aussi insignifiant que celui que vous lisez ?


On peut trouver trois axes d’explication :

1)    L’indigence de la réflexion des conseillers en communication des grands mouvements politiques est dramatique. Si l’on n’en voulait qu’une illustration, on se tournerait vers la brillante explication de la hausse du cout de l’essence sur Youtube par Jean François Copé : « L’essence augmente car comme le prix du brut baisse, la demande augmente ; on en produit plus, donc il y a plus de TVA ». (Vous ne rêvez pas).

2)    Les « stratèges » se concentrent sur Twitter et Facebook, tant traumatisés qu’ils furent par les « printemps arabes ». Ils oublient le reste. Le reste représente une cible d’une tout autre valeur, car le pékin moyen qui votera pour le front national en 2012 n’a que cure de twitter et de facebook.

3)    Mais la conclusion la plus sévère de ce modeste mais particulièrement probant test s’impose d’elle-même : De droite comme de gauche, ils n’y croient plus ; ils ont jeté l’éponge.

A moins de trois mois d’un changement décisif dans l’histoire de notre Veme république, le constat est particulièrement dur.

Il est aussi très inquiétant : Si le politique lui-même se désintéresse de son propre gagne pain, comment peut il attendre que ses administrés, eux, s’y intéressent ?

L’histoire nous a enseigné que le désintérêt des hommes pour la politique est le ferment des fascismes de toute nature : La France de 2012 sera une France d’extrême droite. Nous prenons le chemin de la Hongrie, de la Belgique.

Ce n’est bon ni pour nous, ni pour nos enfants.

31/01/2012

Les annonces de l'Elysée

http://www.mai2012.fr/.


Winter, le  30 Janvier 2012


«Le lion est mort ce soir»


Ce week-end, Notre Bon Suzerain nous offrait un spectacle. J’ai cessé de les mirer depuis au moins un lustre tant le clinquant du discours dissone avec la rudesse des temps. On a quelques difficultés à comprendre comment en augmentant la TVA on va permettre aux français d’acheter plus et d’acheter français. C’est prendre un peu les français pour des abrutis : Le but est simplement de faire un transfert du coût du travail à hauteur de 13 milliards d’euros vers…ceux qui génèrent la valeur ajoutée ! On marche totalement sur la tête et il deviendrait urgent qu’on la leur coupe. Il faut comparer ce chiffre de treize milliards au tout petit milliard d’euro qu’on espère de la taxe sur les transactions financières…

L'argument de Notre Bon Suzerain est tellement stupide qu'on a du mal à penser qu'il peut y croire : La grande distribution ne répercuterait pas la hausse de la TVA, les mutuelles ne répercuteraient pas la hausse de la TVA, les banques ne répercuteraient pas la hausse de la TVA, les commerces ne répercuteraient pas la hausse de la TVA... Peut être les services des impôts ne répercuteront ils pas eut-même la hausse de la TVA, tant qu'on y est ?


Sarkozy enterre les 35 heures. Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, on travaille de moins en moins car on est de plus en plus compétitif ; ceci grâce à la mécanisation. La loi sur les 35 heures n’est que le reflet de cette évolution. Avec sa proposition de loi visant à faire des accord entreprise par entreprise sur la durée du temps de travail, nous revenons deux siècles en arrière, à Zola et au « bonheur des dames ». Mais peut-être cela aura il pour effet de provoquer un électro-choc dans la population laborieuse ?


Sur l’emploi des jeunes, une question de fond n’est pas abordée : Il s’agit du problème des stages : Les entreprises recrutent des stagiaires pour faire des travaux au tiers du prix d’un salarié « normal ». Du coup, les universités sont remplies de faux étudiants qui ne s’inscrivent que pour pouvoir avoir une carte d’étudiant permettant d’avoir un premier emploi, prenant par là la place de vrais étudiants, et faisant dégringoler le niveau des universités... Le cercle est infernal.


Dans ce contexte, le numéro de notre bon suzerain  ressemble un peu au dernier tour de claquettes d’un danseur de music-hall arthrotique.


Au final, cela fait quand même un peu pitié.


On est tous très tristes, car le spectacle n’est plus drôle.

29/10/2011

La doctrine du réchauffement climatique

 «Doctrine du réchauffement climatique : un credo au service de la religion capitaliste»

http://www.mai2012.fr/

Winter, le 29 octobre 2011

« Quand même, on ne peux pas nier que l’activité humaine est à l’origine du réchauffement climatique ».

La phrase me fait démarrer au quart de tour. Je réponds à un credo par un autre credo, le mien.

Le projet européeen EPICA, démarré en 1995 ey terminé en 2004 consiste en plusieurs forages dans les glaces profondes de l’Antarctique à la recherches des bulles d'air des premières respirations de la Terre.... Ce projet nous dit que sur 800 000 ans, la concentration la plus élevée de gaz carbonique dans l’air, c’est en ce moment. Il nous dit également que la température moyenne est directement corrélée à la concentration de CO2 et de méthane dans l’athmosphère. Il nous dit que tout cela suit des cycles d’environ 100 000 ans. et que nous sommes à la fin d’un cycle de réchauffement.

Il nous enfin également que la Terre a connu des périodes très brutales – à l’échelle d’une vie humaine – de changement violent de climat.

Il est assez vraisemblable que le facteur déterminant pour le changement du climat soit le changement de la taille des zones de marécage, qui dégagent des quantité de méthanes très importantes.

Il est aussi assez vraisemblable que l’activité humaine n’y soit pas vraiment pour grand-chose dans le réchauffement global.

Alors, qu’est ce qui pousse tout la terre entière à penser le contraire ?

J’ai déjà eu l’occasion de développer mes convictions (mon « credo ») a de multiples reprises. Il est en marginal et certainement partagé que par moi.

Tout d’abord, il faudrait être sot pour nier le réchauffement climatique. Il faudrait aussi être sot pour nier que l’activité humaine influence l’environnement. Mais la pensée unique sur le réchauffement climatique veut que, au-delà d’influencer l’environnement, l’être humain moderne, industriel et pollueur, le modèle.

Ma conviction est la suivante : elle n’est pas économique, elle n’est pas écologique, elle n’est pas scientifique, elle n’est pas politique : elle procède plus d’une analyse psychanalytique de l’espèce humaine.

Je vais essayer de la résumer le plus simplement possible.

Premièrement : L’Homme est un être fini.

Deuxièmement : L’Homme, par une bizarrerie de la création ou de l’évolution (c’est un autre débat) possède en lui la conscience de sa finitude.

Troisièmement : Par une autre bizarrerie , l’Homme  supporte assez mal le fait de ne pas être l’égal des « dieux », et de ne pouvoir avoir la maitrise de toute chose : C’est le mythe du péché originel : Par sa volonté d’accéder à la connaissance interdite, mais dont il sait qu’elle existe, l’Homme se voit chassé du paradis terrestre.

Quatrièmement : Par une dernière bizarrerie de l’espèce humaine, le désir de maitrise est associé au réflexe de destruction : C’est l’instinct de puissance. L’homme fait la guerre pour maitriser son territoire, l’agrandir etc…

Cinquièmement : En inventant – ou créant - des catastrophes auxquelles il peut éventuellement répondre, l’Homme s’imagine qu’il maitrise son environnement : Il répond donc de cette manière à la première et unique question qui concerne la prise de conscience de sa finitude. La volonté de destruction de l’Homme n’est qu’une réponse à la prise de conscience qu’il a de son côté minable : C’est très exactement ce que fait le dictateur qui décide d’éliminer les juifs, le magistrat qui met le voleur de pommes en prison, le père qui donne une baffe à son adolescent rebelle, le mari qui bat sa femme ou le chauffard qui fait une queue de poisson au type de la file de droite : il faut savoir détruire pour se persuader que l’on maitrise.

Vous me direz que tout cela semble simpliste et que le taux de CO2 pendant ce temps augmente.

Certes.

Mais il est assez probable que l’Homme ne soit pas assez puissant pour influer de manière notable sur une création qui est largement plus complexe et forte que lui pris de manière isolée.

La Nature est incomparablement plus forte que tout ce que l’on imagine, et c’est bien cela qui nous rend dingue. Lorsque Léonard de Vinci disait « donnez moi un levier et je soulèverai le monde », même s'il s'agissait d'une méthaphore à des purement commerciales, c’était assez réducteur…

Cette conscience de notre misère jumelée à cette soif de tout maitriser se traduit assez bien dans la théorie du réchauffement climatique : Pensez vous réellement que l’on puisse fabriquer avec nos misérables usines suffisamment de CO2 pour empoisonner une couche d’air  qui pèse environ 5,14 x 10 puissance 15 tonnes  (5 140 000 000 000 000 000 tonnes) : Il nous en faudrait bruler, des milliards de tonnes de charbon dans nos usines chinoises…

En revanche, on estime qu’il y a un milliard de milliard de fourmis sur la terre. Supposons qu’une fourmi pèse 1/10eme de gramme et qu’elle consomme toute proportion égale par ailleurs, comme un homme : alors un milliards de milliards de fourmis consomme comme une population de quinze mille milliards d’être humains. Imaginons que, pour une raison quelconque, le métabolisme des fourmis se transforme , et qu’elles se mettent à générer deux fois plus de méthane : alors là oui, il pourrait y avoir peut-être une action sur le climat.

L’Homme -  qui sait calculer - a conscience que son action sur son environnement est moins puissante que celle - potentielle -  d’une fourmi, ce qui est quand même assez frustrant…

Pour asseoir sa puissance, il s’invente des guerres et des combats imaginaires. Il ne serait jamais à lui seul aussi fort que la nature dans son ensemble.

Ce « credo », mon  « credo »,  pour autant qu’il traduise une réalité profonde ne peut devenir un alibi pour polluer, pour le nucléaire, pour assoir la lutte des « puissants» contre les « pauvres » que pour les imbéciles et les opportunistes de toutes natures ; Il se trouve que la classe dirigeante en est remplie. C’est dommage.

C’est ce qui oblige les menteurs de tous bords à ériger le réchauffement climatique en cause nationale. Cela n'a rien à voir avec la Terre, c'est juste pour essayer de nous assurer un environnement immédiat un peu plus confortable à notre échelle, à nous autres, hommes, avec un «h» minuscule, pas à celle de la planète. Si cela permet également de faire des affaires, c'est encore mieux. C'est bien cela qu'on appelle une doctrine.

25/10/2011

même pas peur de big brother

 

«Pourquoi il est inutile d’avoir peur de big brother»

 http://www.mai2012.fr/

 Winter, le 25 octobre 2011

 L’article que vous allez lire est génial. Tout simplement. Il n’est pas scientifique. Il est le résultat de plusieurs années de réflexion. Si vous avez la patience de le lire jusqu’au bout, vous découvrirez pourquoi il est ridicule de craindre l’intrusion de l’informatique dans le domaine du personnel, au moins à la hauteur de ce que l'on pense habituellement. Ce petit résumé est extrait d’une suite de constatations très personnelles dont le détail me permettrait d'écrire une thèse entière...

 Voici donc.

 Tout d’abord, j’ai toujours été étonné par les « sciences » qui permettent de deviner l’avenir. La numérologie, les divinations diverses ou l’astrologie sont formidables. Il n’y a rien de logique et pourtant chacun peut se reconnaitre plus ou moins dans son horoscope. Pourquoi : Chacun a son explication logique au fait que cela "marche" ou "ne marche pas". En fait, la raison est assez simple : Il n’y a en gros que douze possibilités pour l'horoscope et souvent un nombre très limité de possibilité pour tous les arts divinatoires : C'est un peu comme la météo. J’y reviendrai.

 En faisant mes courses sur ebay, j’ai toujours été étonné du fait que même sur les articles les plus insolites, tels que des moules à suppositoire en bronze du 19eme, ceux qui les avaient acquis avaient aussi acquis des coucous – mes pendules fétiches – ou des émeraudes – mes pierres préférées, mais aussi un pèse personne, toutes choses que j’achète sur internet.

 Ebay est une source incroyable de « profiling » (ceux qui ont acheté xxx ont aussi acheté yyy).

 Cela marche aussi avec youtube ou daily motion : Vous avez aimé xxxx, vous aimerez yyyy.

 Cette démarche est bien connue des vendeurs de lessive. Mais ce qui est étonnant, c’est qu’elle semble marcher pour à peu près n’importe quoi et pas seulement pour la lessive. A partir de n’importe quel achat, on peut donner un panier de produits pouvant intéresser le chaland : C’est de la statistique, mais c’est aussi un peu plus que cela. A l'inverse, on peut aussi dire : vous n'avez pas aimé xxxx, vous n'aimerez pas yyyy.

Notez que ce raisonnement marche aussi pour les sites de rencontre, comme mythique ou autres...

 L’intérêt de l’accès à ces énormes bases de données que représente le e-commerce est que l’on passe du simple stade de l’échantillon statistique à une véritable photo de l’espèce humaine.

 Et, assez curieusement, le nombre de profils type – au moins sur les goûts culturels, sur les achats, ou les envies de relation – qui semble se dégager de ces bases de données semble être assez réduit. On trouve toujours le conventionnel, le sanguin, le tyran, le rebelle, le réactionnaire, le marginal, le génial etc… En vérité, il se peut que le nombre de cases dans lesquels on peut ranger les individus soit terriblement restreint…

 C’est ce qui expliquerait pourquoi l’astrologie et ses douze signes, ainsi que toutes les sciences divinatoires , cela fonctionne relativement bien. Car douze cases, c’est peut être largement plus que ce qu’il faut pour décrire l’espèce humaine.

 Imaginons maintenant qu’il existe des robots qui soient capables d’aller chercher sur Internet toutes vos habitudes de consommation, vos commentaire personnels sur facebook, vos relevés de carte bancaire, vos livraisons de chronopost, vos émissions favorites et pourquoi pas vos empreintes d’ADN, dans le but de faire une cartographie de la population.

 Ces robots représentent à la fois le fantasme des merchandisers, mais aussi la hantise de ceux qui pensent que l’informatique ne rime pas avec la liberté individuelle. Ces robots existeront sous peu : les données existent, l'ingénierie est au point, la puissance de calcul, de stockage, et l'envie de plein de publicitaires à faire du "profiling" existent également, ainsi que les carences dans la gestion légale des données personnelles à l'échelle mondiale.

 Mais croyez vous réellement que ces robots seront capables de classifier de manière plus fine – c'est-à-dire avec plus de discrimination, de classes statistiques – que ne le fait l’astrologie ?

 Personnellement, je n’y crois absolument pas : Cette croyance n’est fondée que sur l’observation de mes semblables de manière quotidienne autour de moi. Tout le monde a le même comportement. L’impact qu’a la publicité sur les comportements le confirme tous les jours. On retrouve toujours et partout le même pourcentage de conventionnels, de rebelles, de génies, d’abrutis etc….

 En somme, il ne serait pas très compliqué de deviner le comportement d’un individu à partir de quelques recherches bien ciblées sur internet autour de ses habitudes d'achat, de lecture, de films regardés ou de recherches sur google.

 Dans ces conditions, il n’y a pas plus de raisons qu’on soit mieux « profilé » par l’abondance de données de l’internet que par une étude graphologique ou astrologique.

 Le seul problème qu’amène ces flots gigantesques de données pas rapport à l’individu, c’est qu’ils conservent des traces très individuelles de moments donnés ; ce n’est pas qu’ils mettent au grand jour le profil de tel ou tel individu.

 Il est donc vain de s’opposer à la collection de données personnelles au motif qu’elle peut trahir votre individualité puisque de toutes façon, compte tenu du peu de richesse de l'espèce humaine, il n'est vraiment pas très compliqué de le faire.

 On peut même aller plus loin et comprendre que l’abondance des données personnelles peut permettre à qui veut vivre dans l’anonymat de créer des entités virtuelles qui peuvent complètement le camoufler : c'est  le principe du cambrioleur qui laisse sur place un sac de cheveux volés chez le coiffeur...

 Réflexion à suivre…

 

 

7 Milliards sur la planète en 2011 ?????

«La presse gratuite et les conneries quotidiennes»

http://www.mai2012.fr/ Winter, le 25 octobre 2011

La presse gratuite est toujours une source inépuisable d’étonnement.

En général, elle cherche les titres qui font peur : Viol, catastrophes, crimes etc… Quand il n’y a rien d’intéressant en magasin, alors, on parle du réchauffement climatique. C’est toujours parfait, le réchauffement climatique.

L’objectif est simple : Pour vendre quelque chose aux gens, il faut leur faire peur ; Pour les contrôler, il faut leur faire peur, et tout est bon pour cela. Aujourd’hui, Direct Matin a innové : La prochaine catastrophe, c’est nous, puisque selon les experts – mondialement reconnus - de direct Matin, nous serons Sept milliards d’habitants sur la planète fin 2011 (c'est-à-dire dans trois mois ; trembez, gens de France ! ) et la croissance de la population pose le problème du tarissement des ressources. ( c’est dit comme cela, je n’invente pas, lisez vous-mêmes)

Prenons donc d’autres chiffres drôles : Sur 56 réacteurs nucléaires au Japon, 11 seulement rentent en fonction : Je vous laisse calculer ce qu'il manque en électricité nucléaire... Une paille monseigneur… Pourtant, les ascenseurs continuent de fonctionner dans les tours de Tokyo… Donc, que faut il penser des ressources de la planète ?

Projetons nous à l’époque des dinosaures. Si l’on considère qu’un dinosaure mange comme un homme – en proportion – il faut presque un demi millers de gros bonshommes pour consommer comme un dinausore, car que l'on parle d'essence ou d'herbage, on en revient toujours à des consommations de produits qui peuvent devenir en quantité finie, en fonction de la manière dont on consomme le stock... En proportion, 7 Milliards d’hommes feraient une population d’un milliard et demi de dinosaures. Certes, il n’y en a sans doute jamais eu autant, mais 100 fois moins, c’est peut être imaginable…

Et les bougres, ils ont mangé chacun comme 500 hommes, mais pendant une période de 200 à 300 millions d’années, à comparer avec notre aire industrielle sur-consommatrice qui ne dure que depuis deux siècles…

Donc, pour les dinosaures, c’est réglé : la terre a pu les nourrir assez grassement, et pendant assez longtemps…. Mais les dinosaures, ce n’est rien du tout. Prenons la population des fourmis, des chenilles, des insectes : Chacun ne mange pas beaucoup, mais c’est qu’ils sont nombreux, les bougres…. Ce n’est pas pour rien si sur la terre, la plus grande quantité de protéïne est portée par la race des insectes, pas par celle des vaches ! Et pourtant, cela fait quelques millions d’années que toutes ces petites bestioles se nourrissent, parfois assez copieusement, si l’on prend le cas des chenilles qui sont capables de foutre en l’air tout un potager en une seule nuit….

Pour l’énergie, on a vu : En s’arrangeant, on y arrive.

Pour la nourriture, il suffit de faire comme les dinosaures ou les fourmis, deux races qui se caractérisent par un longévité hors norme de leur lignée, si l'on veut faire une projection avec l'espérance de vie de l'espèce humaine…

Donc, cela veut bien dire que non seulement la terre peut nourrir plein d’êtres vivants, mais elle peut aussi donner de l’énergie à beaucoup plus de monde qu’on l’imagine usuellement… Prenons un autre exemple, caricatural : L’eau, qui semble être la ressource la plus rare de notre planète qu'on appelle pourtant "bleue". Le problème des ressources est un faux problème, même si comme dans la fable de la fontaine, c’est "un beau sujet de guerre" : On est capable de faire venir du gaz du fin-fond de la Sibérie, du pétrole de l’autre bout de la terre par des tuyaux de taille assez modeste, mais faire venir de l’eau du nord de la pologne jusqu'en Israel, cela semble totalement impossible… Sans doute l’eau ne coute-elle pas encore assez cher pour cela…Il faudra qu’elle soit hors de prix pour qu’on se décide à construire des golfs en pleine bande de Gazha…

A mon humble avis, la terre est immense.

Elle peut accueillir une collection assez impressionnante d’être animés : Un entomologiste rapportait il y a peu cette anecdote : Si vous tendez en plein centre de Paris un drap d’un mètre sur un mètre, éclairé par un spot la nuit, au petit matin vous récupérerez deux cent espèces d’insectes différents au pied de votre écran… Il y a du monde, sur terre. On peut vivre très nombreux, sans doute infiniment plus nombreux que ce qu’on imagine : Cela dépend de ce que l’on veut manger…

 

 

23/08/2011

Mai 2012 : un grand vide sur la toile ?

 http://www.mai2012.fr/

Winter, le 23 Aout 2011

 «Les nouvelle technologies & la politique»

Je tiens ce petit blog depuis quelques temps, une sorte de petit journal de crise essentiellement à usage interne, avec l'idée que, en Mai 2012,  lorsqu’on changera de président, on changera peut-être de modèle de société.

Un jour, sans vraiment le chercher, mais un peu par jeu, je regarde le référencement de ce blog (qui concerne une personne, c'est à dire moi-même ) sur google France.

O surprise !

Sur les mots clefs « mai 2012 », il y a environ 300 millions de page. J’apparais en troisième ligne.

Sur les mots clefs « mai 2012 ump », il y a un peu moins de trois millions de pages, et j’arrive en troisième ligne.

Sur les mots clefs « mai 2012 ump ps », il y a un peu moins de trois cent milles pages et j’ai les quatre premières lignes, incluant la très convoitée première ligne. 

Pourquoi ? Je n’en sais strictement rien, mais il y a quand même un petit problème...

Quelques conclusions en tirer ?

1)    Premièrement, je pense qu’il y a un peu de travail à faire du côté des conseillers en communication des principaux hommes politiques. A ce titre, tout le monde devrait imiter l'extrême droite qui  est redoutable sur la toile : Présence partout, sur tous les forums, avis sur tout et rien et référencement maximum. Mais Hilter lui-même était très bon dans sa communication. Si tous les gens qui avaient eu entre les mains « mein Kampf » (environ 12 à 15 millions d’exemplaires édités à la fin du troisième reich, et 70 millions environ à ce jour) l’avaient lu, nous n’aurions jamais connu l’extermination des juifs, puisque le projet d'une société raciste y est bien exposé. Donc la Shoa n'était pas vraiment une surprise.

2)    Deuxièment, nous sommes une poignée en France à penser que Mai 2012 sera une échéance décisive.

Ce dernier point fait quand même un peu peur.

Cette réflexion est à rapprocher de « l’analyse » sans grande prétention que je faisais il y a quelques temps des sites des principaux partis politiques.

Passez une bonne journée...

 

10:30 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eelv, référencement, sondage, fn, ump, ps, élections présidentielles, 2012 | | |  Facebook

22/08/2011

Lorsque le calendrier est l'allié de Marine Le Pen

Winter, le 22 Août  2011

www.mai2012.fr

«Bonne nouvelle pour le front national»

Le deuxième tour de l’élection présidentielle sera le 6 mai 2012. Le 1er mai et le 8 mai tombant un mardi, cela signifie que les salariés, en posant cinq jours de RTT auront onze jours de vacance. Abstention record en vue, dans un contexte où le politique se décrédibilise chaque jour un peu plus…Donc bénéfice évident aux partis qui mobilisent. Si le FN arrive au deuxième tour et si le duel se fait entre Le Pen et Sarkozy ,  sachant qu’il sera un peu compliqué de refaire le "coup du vote utile", le parti d’extrême droite risque de faire carton plein. D’où l’importance d’éradiquer le FN dès le 22 avril : compte tenu du calendrier, l’élection se jouera  au premier tour.

21/08/2011

Fukushima : 20 fois plus fort que le feu nucléaire de Hiroshima.

Winter, le 22 Août  2011

www.mai2012.fr

«Sauvez nos enfants ! »

Le professeur Tatsuhiko Kodama, président du centre isotope de l’université de Tokyo, le 27 juillet 2011 dans une allocution de plus d’un quart d’heure au parlement japonais, interpelle vigoureusement les politiques.

Dr-Tatsuhiko-Kodama-342x256[1].pngIl indique que les modèles actuels ne sont pas adaptés à la catastrophe : ils sont conçus pour évaluer les dégâts causés par une forte irradiation localisée alors que dans le cas de Fukushima, le problème vient de la'immense quantité de particules faiblement radioactives en suspension dans l’air et qui se déplacent et tombent au gré des pluies et des vents. Il rappelle qu’on ne peut pas modéliser en faisant des cercles concentriques autour de la centrale, car il suffit d’une gouttière ou d’une flaque quelque part pour concentrer une forte radioactivité qu'on ne retrouvera pas forcément cent mètres plus loin.

Le professeur rappelle ce que tout le monde sait maintenant, savoir, que des feuilles de thé ont été contaminées à 300 kms de la centrale.

Il propose de changer radicalement l’approche de la catastrophe en créant une filière supplémentaire de décontamination locale, avec des interventions très ponctuelles, dans les lieux où jouent les enfants.

Il indique que la quantité d’équivalent uranium libéré dans l’atmosphère est équivalente à vingt bombes d’Hiroshima.

Il s’insurge du fait que les compteurs de mesures ne soient pas distribués un peu partout, de manière à permettre des interventions d’urgence locales et fustige violement les autorités coupables d'inaction :

« Depuis trois mois, le gouvernement n’a rien fait et j’en tremble de colère », conclut-il.

 

Mo1ts clefs : Fukushima, catastrophe nucléaire, japon, sortir du nucléaire,élections présidentielles, DSK, strauss-khan, PC, UMP, Sarkozy, ps, hollande, royal, aubry, FN, Marine, Le Pen, Nouveau Centre, Hervé Morin, élection, présidentielle, mai2012, mai 2012, sondage,Strauss Kahn, Sinclair, Premier tour, Deuxième tour, sondages, mai, 2012, mai 2012, Euroe Ecologie, les vertes, EELV, retour de DSK, 

23/03/2011

Les leçons du Japon

 

Winter, le 23/03/2011

www.mai2012.fr

« Les leçons de Tchernobyl, mais quelles leçons ? »

La catastrophe de Fukushima ne peut que nous rendre définitivement et irrémédiablement adversaires de l'énergie nucléaire.

La raison en est très simple : Nous venons de constater que les dégâts provoqués par une technologie non maitrisée associée à des pratiques d'industriels peu scrupuleux dépassent l'entendement : On avait vécu Tchernobyl, donc on pensait bien à la pollution, mais on n'avait jamais imaginé qu'on pourrait se retrouvé confronté demain à une vague de réfugiés nucléaires, fuyant leur métropole pour peut être bouleverser notre fragile équilibre démographique.

On avait imaginé les légumes pollués, mais on n'avait jamais pensé qu'un pays civilisé tout entier pourrait risquer de se retrouver affamé du jour au lendemain et se mettre à manger des boites de conserve venant d'ailleurs...

On avait imaginé des choses terribles, mais on ne se voyait pas faire nos courses à la quincaillerie ou au marché du coin avec un compteur Geiger en main et c'est pourtant ce qui commence à se passer : Les ventes de la firme Radex qui produit ces petits compteurs de poche explosent.

On avait imaginé un nuage radioactif passant au dessus de notre tête, mais on n'avait jamais imaginé que les eaux internationales pourraient se retrouver polluées. Il est vrai que la concentration de césium, que cela soit dans l'air ou dans l'eau, diminue avec la distance. Mais ils se trouvent que les poissons comme les oiseaux ne connaissent pas la géopolitique et migrent parfois plusieurs fois par an d'un d'un bout à l'autre de la planète.  Et l'on risque fort de se retrouver demain avec des poissons pollués à quelques encablures de nos côtes bretonnes...

Voici donc que d'un seul coup, à la faveur de cette catastrophe, de nouveaux risques bien réels sont venu assombrir un tableau déjà pas réellement idyllique...

Mais le début du pire est arrivé ce matin 23 mars, lorsque la télévision nippone a annoncé que l'eau du robinet de Tokyo de manière officielle dépassait maintenant les seuils de radioactivité admissibles pour les nourrissons. En clair, voici donc une ville de 35 millions de personnes privée d'eau potable, c'est-à-dire qui est sur la voie d'une ville du tiers-monde...

Mais ce n'est pas tout... Qu'en sera-t-il des systèmes d'aduction d'eau ? Qu'en sera-t-il des produits en plastique manufacturés par des entreprises qui utilisent l'eau pour laver leurs moules, rincer leurs outils, mouiller leurs meules...

Nous sommes bien rentrés dans un cycle de fou...

A ce jour, qui a imaginé le fait qu'un nouveau tsunami vienne de nouveau baigner les ruines irradiées de Fukushima...Et pourtant cela est du domaine du probable sur une échelle de seulement quelques années, c'est-à-dire d'une durée largement inférieure au temps qu'il faudra pour colmater les dégâts ce la folie humaine.

Il faudrait être complètement inconscient, inconséquent ou juste opportuniste pour ne pas penser que cette catastrophe doive impérativement sonner le début de la fin de l'aire nucléaire.

C'est notre rôle d'électeur de le rappeler à nos hommes politiques.

Tous les jours.

Quelques pays l'ont soudainement compris : L'autriche, la suisse. La chancellière Merkel vient aujourd'hui d'annoncer le début de la sortie du nucléaire.

Chez nous, cela tombe bien, il y a des élections d'ici un an.

Et puis, à tous les petits beni oui oui du nucléaire, qui comme Besson et bien d'autres nous ont expliqué pendant 40 ans que le nucléaire, c'était pas cher, ces hommes politiques sans conscience, ces patrons de toutes ces grandes firmes qui font leur choux gras d'un pari diabolique avec l'atome, et qui ne comprendraient pas qu'il nous faut maintenant penser autrement, il y a bien une solution pour éviter, s'il en est encore temps qu'ils ne sévissent de nouveau...: Qu'on les envoie tous le plus rapidement possible à Fukushima aider ces sacrifiés du nucléaire qui s'activent comme des damnés pour ce qui leur reste de vie d'être sain à tenter d'expier leur folie dévastatrice !


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu