UA-29881888-1

Avertir le modérateur

10/02/2012

l'UMP et le troisième Reich...

http://www.mai2012.fr/.
Winter, le  11 Fevrier 2012

«L’UMP et le troisième Reich»


De même que Frederic Lefevre n’a jamais lu « Voltaire & Zadig », et pour cause, Notre Bon Suzerain n’a sans doute pas lu « Mein Kampf ».


Peu importe, son mauvais génie, Patrick Buisson, l’a certainement fait pour lui du temps où il travaillait pour le talentueux journal « Minutes ».


« Mein Kampf » est riche d’enseignements. Parmi ceux-ci, Hitler explique que le peuple est bête, ne comprend rien, et que pour le manipuler, il faut lui donner des boucs émissaires : Ce sera le rôle des juifs, des homosexuels, de tous ceux qui ne sont pas dans l’orthodoxie.
Aujourd’hui, en proposant un « référendum  sur le statut des chômeurs », Notre Bon Suzerain reprend une bien ancienne et périlleuse antienne.


L’histoire récente nous a montré où menait la stigmatisation d’une classe d’individus, mais, par delà ce détail, le rôle de l’état, sa raison d’être, sont d’assurer protection de la société et de l’individu. La couverture contre les accidents de la vie individuelle et sociale est venue au fil des régimes s’ajouter aux attributs régaliens du pouvoir, et un ensemble de dispositions législatives a au fil des siècles remplacé les murailles des châteaux-forts féodaux qui assuraient anciennement au peuple la sécurité contre les agressions.
En imposant le déremboursement  des médicaments, de taxer les mutuelles, et maintenant crier haro sur les chômeurs, Notre Bon Suzerain ne fait rien de plus que nous expliquer avec un talent pédagogique incontestable que les murs de son château se fissurent.


Alors, dans ce cas, l’Etat ne sert plus à grand-chose ; et en criant haro ! de manière inconsidérée sur tout un tas de  communautés, du chômeur au malade de longue durée en passant par l’immigré, Notre Bon Suzerain sert le dessein des anarchistes de tout poil, et remet en cause la fonction même des hommes politiques. Députés et sénateurs, eux dont le mandat politique est leur garde manger,  n’ont pas tardé à le comprendre…
Si Notre Bon Suzerain avait de la réflexion stratégique, il aurait compris que pour être audible, le pouvoir en déconfiture doit se concentrer sur un seul bouc émissaire, pas sur cinquante car le peuple a besoin de messages simples.


Décidemment, Notre Bon Suzerain manque vraiment de tact politique.

Alors que nous, nous savons où est notre adversaire. Nous savons qu’il est unique, simple et demeure une proie facile ; Nous savons que son eradication sera applaudie par tous et chacun, quel que soit sa religion, sa fortune, sa nationalité, son travail et sa santé.

Mais au fait, quel est il ?

 

04/02/2012

Il gioco dela jocconda

http://www.mai2012.fr/.
Winter, le  04 Fevrier 2012
«La joconde joue double-jeu»

premiere-copie-joconde-trouvee-prado-madrid-L-Occ940[1].jpeg

La Joconde est sans doute un des tableaux les plus copiés du monde. Voici qu’apparait une copie madrilène. Celle-ci est incontestablement mieux conservée que « la notre ». Elle révèle plus de détails, et met en lumière le clair-obscur où l'on croyaitvoir le secret de ce mystérieux sourire. On y distingue même quasiment en haut du front le fameux voile invisible sur la toile du Louvre, les broderies du corsage et le voile ou l'écharpe de l'épaule gauche. La joconde y apparait plus fraiche et jeune que sur l'original, pourtant antérieur de quelques années....

Car le soucis est là : cette copie est présentée comme étant quasiment contemporaine de l’original : un exercice de style, en somme.


La Joconde, c’est un des rares tableaux dont on soit sùr qu’il fût exécuté par Leonard de Vinci. C’est aussi un tableau qui pour de multiples raisons est présenté comme l'œuvre d’art absolue.


Or, à y regarder de près, la copie est probablement plus fidèle à l’original que la vision qui nous en est offerte aujourd’hui : des détails insoupçonnables dans le tableau du Louvre apparaissent dans celui de Prado.


Van Gogh, avait peint l’Eglise d’Auvers sur Oise, un autre monument de la peinture, d’une certaine manière et avec certaines couleurs. Le tableau que nous pouvons admirer aujourd’hui n’a plus rien à voir avec l’original, car, piètre chimiste, Van Gogh utilisait des pigments qui s’altèrent à la lumière.

Donc, dans ces deux cas extrêmes, ce que nous idolâtrons n'est pas ce qui a été produit par l'artiste.


La découverte de cette deuxième Joconde plus belle que la première, et dont les scientifiques s’accordent à dire qu’elle n’est pas du maitre mais probablement de son amant, devrait nous faire réfléchir sur la manière que nous avons d’apprécier l’œuvre d’art : quelque chose de reproductible peut il être une œuvre d’art ? L’œuvre lie-t-elle l’auteur au sujet ? L’œuvre est-elle-unique ? L’œuvre existe-elle indépendamment de l’artiste ? L’artiste doit-il maitriser son œuvre ? Le temps doit-il s’inscrire comme faiseur d’œuvres ?carré blanc sur fond blanc,Malevitch, le double de la joconde,joconde du prado,van gogh,auvers,louvre,mai 2012,ump,victoire de sarkozy,le statut de l'oeuvre d'art,chimie en peinture,qu'est ce que le beau

Finalement, le carré blanc sur fond blanc de Kasimir Malevitch est sans doute plus interessant qu'il n'y parait...

Oulala, j’en ai mal à la tête.


01/02/2012

«Eric Besson et la myopie en politique»

http://www.mai2012.fr/.
Winter, le  01 Fevrier 2012
«Eric Besson et la myopie en politique»
Un homme politique, ce qui devrait le caractériser, n’est ce pas sa faculté d’analyse, sa vision transversale de la société, sa capacité à s’appuyer sur la passé pour imaginer le futur ?


Cela devrait être ainsi ; Exit Rousseau, exit Voltaire, rabaissé par le porte parole de l’UMP au rang d’une marque de vêtements ; L’homme politique de ce passage entre nos deux siècles est myope, mal comprenant, mal entendant, et rarement futé : Il fume plus qu’il n’éclaire ; Exit le siècle des lumières, voici celui des tourbières.


La cour des comptes a publié hier son rapport sur le coût du nucléaire. Inutile de rentrer dans le détail ; l’addition est musclée ; ce n’est pas vraiment une surprise.  L’intérêt de ce rapport réside dans l’évocation de manière très indirecte, et uniquement au travers l’explosion des coûts des assurances, du réel coût du risque. Et c’est bien évidemment ce coût qui représente une somme masquée proprement colossale.


Imaginons qu’il faille rajouter à la facture du kilowatt heure japonais le coût économique de la perte de l’activité sur une portion significative du territoire national ; Soyons modestes, imaginons simplement qu’il ne faille que « gratter » sur une profondeur de dix centimètre la terre alentours de  Fukushima , dans un rayon de seulement cinquante kilomètres ; c’est alors une montage de déchet plus grosse qu’un building de soixante étages qu’il faudrait déplacer et traiter : L’effort est proprement pharaonique : Nous même, dans le Nord, avons renoncé à nous débarrasser de nos terrils, autrement mois compliqués à éliminer…


Tous ces arguments étaient évoqués il y a quarante ans déjà, lorsqu’Eric Besson n’était encore qu’au lycée.


D’autres arguments étaient déjà évoqués, dont on ne parle pas vraiment, et qui sont pourtant d’actualité : Prise en otage d’un train de déchet nucléaire par des terroristes ; accident d’un train transportant des déchets en pleine gare de St Denis ; transfert de technologie vers des pays rebelles etc…


Les habitués du RER, à Paris savent parfaitement qu’une fois par mois, un bien curieux manège leur pourrit leurs transports en commun : Des convois de déchets nucléaires transitent depuis l’Allemagne vers la Hague. Mais, comme ceux qui ont pensé l’infrastructure ferroviaire sont les mêmes qui ont propulsé le nucléaire en fer de lance de l’industrie, pour transiter de l’Allemagne vers la Hague, ces trains doivent nécessairement passer en pleine proche banlieue : Le trafic est alors totalement bouleversé, tant pour des raisons de sécurité que parceque des activistes tentent d’enrayer leur progression : Et chaque mois, la SNCF nous livre le même manège : plutôt que d’indiquer ce qui se passe, ce qui ne manquerait pas de terroriser le banlieusard qui, s’il sortait son compteur geiger après le passage du convoi, s’apercevrait que ça chauffe dans les atomes de l’air, la SNCF annonce « des perturbations dues à des personnes sur les voies ». Et c’est le bordel toute la journée pour des dizaines de milliers de voyageurs.


Mais je rassure Eric Besson, si toutefois il se posait la question depuis l’arrière de sa voiture de ministre : Les heures de labeur perdues à cause de ces manèges ne sont pas comptabilisées dans le cout de revient du kilowatt heure : elles sont prises en charge par les salariés.  


Tous les risques et les désordres afférents au développement de l’industrie atomique sont  connus et évaluables depuis la naissance de l’industrie du nucléaire.


Mais soyons justes : l’énergie atomique est sans doute ce qu’il y a plus efficace en terme de production d’énergie ; le problème est que cette discipline nous dépasse totalement : nous ne connaissons rien de la matière, ou si peu…Notre représentation de l’atome est passé en cent ans d’une vue granulaire de petites particules évoluant plus ou moins sagement sur des trajectoires ellitiques autour d’un noyau  à des « ondes de probabilité », mais les gens de la génération d’Eric Besson ont a leur fore défendant toujours cette représentation granulaire de la structure de la matière dans la tête : il ne faut pas leur en vouloir, ils sont vieux, non qu’ils soient séniles, mais pensent comme des vieux, sur des vieux modèles, et avec des vieux schémas dans la tête.
Alors, lorsque ces gens arrivent au pouvoir et qu’ils commencent par sabrer systématiquement les crédits allant à la recherche fondamentale, cette vision qu’ils ont de la matière, de l’innovation, de la recherche, n’est pas prête à évoluer ; La conséquence  est que l’on doit, en France, se reposer  sur des coopérations internationales du type LHC pour avancer dans la recherche.
Mais ce qui est encore plus redoutable, c’est que la très courte vue de ces homme politique, sans doute doublée d’intérêts personnels assez mesquins, plombe littéralement le pays pour des décennies.
Car, enfin, c’est bien à cause des décisions prises par des hommes de la trempe d’Eric Besson que nous nous retrouvons dans une situation ubuesque et littéralement diabolique :

Nous ne pouvons pas continuer à utiliser l’énergie atomique car que l’on commencera à compter avec un peu d’application, elle se révèlera trop coûteuse et beaucoup trop risquée, avec cet effet pervers que si l’on veut diminuer le risque il faudra en augmenter le coût, et vice et versa.

Mais nous ne pouvons pas l’arrêter, car ce faisant, nous perdrions définitivement la savoir faire qu’il nous faudra pourtant développer pour pouvoir démanteler les centrales nucléaires et traiter les déchets. Par ailleurs, ce savoir constituant un marché économique colossal sur des durées qui s’expriment en décennies, il sera économiquement stupide de ne pas s’y intéresser.
Les hommes politiques de la trempe d’Eric Besson qui nous ont poussés sur cette voie sont donc totalement soit irresponsables soit incompétents soit les deux : Car ils avaient, il y a quarante ans, tous les éléments pour prendre les bonnes décisions ; ils ne l’ont pas fait pour des intérêts à très courte vue.

En mai 2012, nous devrons voter ; qu’ils soient à gauche ou à droite, sachons nous débarrasser définitivement de cette classe d’individus myopes.

31/01/2012

Amis banquier lève ton verre, et surtout, ne le renverse pas ...

http://www.mai2012.fr/.
Winter, le  31 Janvier 2012
«Plus c’est gros, plus ça passe»
Fort de leur premier succès auprès de la BCE, avec l’obtention d’un premier prêt de 489 d’euros le 22 décembre dernier – le plus gros prêt de l’histoire de la finance -  on apprend ce matin que les banques voudraient demander auprès de l’établissement européen… un prêt de mille milliards d’euros. Vous avez bien lu : mille milliards …
On nage en plein délir.
Pour comprendre ce que cela représente, s’il l’on estime qu’il y a sur la planète six milliards d’individus, cela fait 166 euros par tête d’humain. Le seul problème de ce chiffre astronomique, c’est que sur la terre, le nombre de personne vivant avec moins de un dollar par jour est supérieur à un milliard…
Ce chiffre est tout simplement colossal, et n’a aucune relation avec une quelconque réalité économique, mais si l’on tente d’en trouver une, il s’agit de dix fois la capitalisation boursière d’Intel, cinq fois la capitalisation boursière d’IBM etc etc… Tout ceci n’a strictement aucun sens.
Mais comme dit l’adage, plus c’est gros, plus ça passe…

Les annonces de l'Elysée

http://www.mai2012.fr/.


Winter, le  30 Janvier 2012


«Le lion est mort ce soir»


Ce week-end, Notre Bon Suzerain nous offrait un spectacle. J’ai cessé de les mirer depuis au moins un lustre tant le clinquant du discours dissone avec la rudesse des temps. On a quelques difficultés à comprendre comment en augmentant la TVA on va permettre aux français d’acheter plus et d’acheter français. C’est prendre un peu les français pour des abrutis : Le but est simplement de faire un transfert du coût du travail à hauteur de 13 milliards d’euros vers…ceux qui génèrent la valeur ajoutée ! On marche totalement sur la tête et il deviendrait urgent qu’on la leur coupe. Il faut comparer ce chiffre de treize milliards au tout petit milliard d’euro qu’on espère de la taxe sur les transactions financières…

L'argument de Notre Bon Suzerain est tellement stupide qu'on a du mal à penser qu'il peut y croire : La grande distribution ne répercuterait pas la hausse de la TVA, les mutuelles ne répercuteraient pas la hausse de la TVA, les banques ne répercuteraient pas la hausse de la TVA, les commerces ne répercuteraient pas la hausse de la TVA... Peut être les services des impôts ne répercuteront ils pas eut-même la hausse de la TVA, tant qu'on y est ?


Sarkozy enterre les 35 heures. Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, on travaille de moins en moins car on est de plus en plus compétitif ; ceci grâce à la mécanisation. La loi sur les 35 heures n’est que le reflet de cette évolution. Avec sa proposition de loi visant à faire des accord entreprise par entreprise sur la durée du temps de travail, nous revenons deux siècles en arrière, à Zola et au « bonheur des dames ». Mais peut-être cela aura il pour effet de provoquer un électro-choc dans la population laborieuse ?


Sur l’emploi des jeunes, une question de fond n’est pas abordée : Il s’agit du problème des stages : Les entreprises recrutent des stagiaires pour faire des travaux au tiers du prix d’un salarié « normal ». Du coup, les universités sont remplies de faux étudiants qui ne s’inscrivent que pour pouvoir avoir une carte d’étudiant permettant d’avoir un premier emploi, prenant par là la place de vrais étudiants, et faisant dégringoler le niveau des universités... Le cercle est infernal.


Dans ce contexte, le numéro de notre bon suzerain  ressemble un peu au dernier tour de claquettes d’un danseur de music-hall arthrotique.


Au final, cela fait quand même un peu pitié.


On est tous très tristes, car le spectacle n’est plus drôle.

25/01/2012

Adieu Angelopoulos

http://www.mai2012.fr/.
Winter, le  25 Janvier 2012
«Mort d’Angelopoulos»
Le réalisateur Angelopoulos, 76 ans,  a été percuté par un motard et est décédé des suites de ses blessures alors qu’il était en tournage.
Angelopoulos fut récompensé à de nombreuses reprises pour son œuvre, pendant une carrière de plus de 40 ans; Entre autre la palme d'or de Canne en 98 pour "léternité et un jour".
Né à Athènes en 1935, Angelopoulos a vécu l'occupation Nazie de la Grèce pendant la Deuxième Guerre mondiale, période dont ses premiers films sont empreints
Employant volontiers des acteurs non conventionnels, Angelopoulos était un personnage qui n’appréciait pas le compromis.
Le washington post nous apprend que c’est un policier de réserve qui l’a tué, alors qu’il tournait un film sur la crise grecque. Les sales hazard...

21/01/2012

l'europe plus forte que la France

http://www.mai2012.fr/.


Winter, le  20 Janvier 2012
«Sarkozy et le triple A»

La France a emprunté Jeudi à des taux moins élevés qu’en Novembre, ceci malgré la perte du « triple A ». Allez y comprendre quelque chose.

L’explication est pourtant simple : Le système monétaire européen n’est pas exactement aux bottes des agences de notation et a de réelles marges d’action sur les marchés : La Banque Centrale a remis du cash sur la table et assoupli les conditions qu’elle impose aux banques.

Alors pourquoi tout ce cirque autour de la perte du « triple A ».

La aussi, l’explication est simple.

On n'embrigade  bien les autres que par la peur : Le curé brandit l’enfer, le capitaliste la guerre, le marxiste l’individualisme, l’écolo le dérèglement climatique, le noir le blanc, le voisin, son voisin  etc etc…Pour les hommes politiques qui ne savent rien faire d’autre que se vendre eu-mmes, quand bien même on ne veut pas vraiment les acheter (cf Chirac versus Lepen au 2eme tour), l’unique stratégie consiste à faire peur: Tout acte de vente se fait par la peur. 

Et pour faire peur il faut faire deux choses : tout d’abord trouver des motifs - vrais ou fantaisistes -  de peur, et ensuite communiquer sans relâche sur ces motifs….L’équipe de Sarkozy le sait parfaitement et nous bassine toute la journée dans le métro, le train, les gares, avec des annonces de sécurité lobotomisantes, dont, par arrêté préfectoral, (sic) le son doit être plus élevé que celui des annonces normales : « prenez garde aux pick pockets » « des trains sans arrêts circulent dans votre gare » « rouge piéton, rouge piéton »  etc etc…. la vie parisienne est ponctuée de ces annonces omnis présentes et abrutissantes, et à force, on finit par y croire… Ne nous y trompons pas, sur tous ces sujets aussi divers, de la finance à la traversée de la route, on parle toujours bien de la même chose…


La bande au pouvoir – car il faut bien parler de bande – met en place à a peu près tous les niveaux de la société ce mouvement d’instillation d'une  peur diffuse dans les consciences.


Et, chose extraordinaire, qui montre à la fois l’impuissance et la pauvreté intellectuelle de l’élite en place, ils appliquent cette théorie à ce qu’ils connaissent le mieux, et ce qu’ils connaissent, ce n’est que le monde très immatériel de la haute finance : La peur du loup, c'est la peur de LEUR LOUP.


Mais le pire, si l’on écoute les discussions dans le train, c’est que cela finit par marcher ! Le pékin moyen qui ne connait strictement rien aux agences de notation finit par accepter une baisse de salaire à cause de la baisse du « triple A » ! Papa, maman, au secours, revenez ! le monde marche sur la tête !

Alors effectivement, lorsqu’on voit que finalement, ce n’est pas plus grave que cela, on ne peut que se dire que tous ces gens-là se moquent du monde dans des largeurs rarement imaginées..


A ceux qui me lisent régulièrement, ce ne sera pas une surprise de découvrir que mon régime alimentaire me contrait à bouffer du curé.
Et pourtant, la seule vraie parole révolutionnaire du XXeme siècle, il faut assez paradoxalement aller la chercher dans cette incantation prophétique chez Jean-Paul II :

« N’ ayez pas peur ».

Tout est dit, tout est là. Il ne sert à rien d’en rajouter.

13/01/2012

Oui au travail de nuit des enfants de plus de 12 ans

Winter Le 16 Décembre 2008  http://urbanitasmagories.blog.20minutes.fr/

« Réinstaurons le travail de nuit pour les plus de 12 ans.».

Faut il travailler le dimanche ? , jusqu’à 70 ans  ? Posé de cette manière, la question ne risque pas de nous amener très loin.

Alors en train de faire mes courses dans le centre commercial d’Art de Vivre à St Ouen L’aumône (95) je me vis proposer par une jeune employée de la librairie « le grand cercle » de signer une pétition en faveur du travail du dimanche.

Je ne savais pas qu’on avait le droit de faire signer des pétitions sur les lieux de travail, aussi, je m'arrêtais pour échanger quelques mots avec cette jeune personne, lui suggérant l’idée que sa demande était bien timide et que si sa motivation était de gagner plus d’argent, il fallait également qu’elle se batte pour une ouverture du centre commercial pendant la nuit, idée à laquelle ma locutrice ne semblait pas adhérer.

Je tentais ensuite d’expliquer à cette jeune personne – probablement caissière et dotée d’un master 2 – que le problème n’était pas tant de travailler pour payer ses études que celui d’avoir les moyens de les poursuivre dans de bonnes conditions, et si travailler le dimanche l’amenait à rester caissière, elle devrait se poser la question de l’intérêt du financement de telles études.

Je compris alors qu’il ne suffisait pas d’étudier pour apprendre car elle ne comprenait visiblement strictement rien à mon raisonnement et n’avait de toute évidence aprèus de longues années d'étude aucune idée ni culture politique, même de base.

Que penser ?

La fonction de l'état est la protection des individus qui, en échange d’une part de leur revenu, le laissent  se substituer à eux pour assurer leur sécurité ainsi qu’un ensemble de fonctions qu'individuellement ils ne pourraient assumer.

La sécurité des individus passe par la protection des biens et des personne qui appelle nécessairement la construction d’une perspective de vie pour chacun des administrés ; Le repos hebdomadaire - pour ne pas dire dominical - est le résultat d’arbitrages - pour ne pas dire de luttes - entre les individus représentés en corps constitués et l’état qui est à leur service.

Force est de constater aujourd’hui et un peu dans tous les domaines le recul de l’état : services publics, forces de police, forces militaires, éducation, émission de monnaies, garanties financières etc…

Face à ce déficit de services pour lequel paradoxalement l'individu paie toujours plus cher, tellement plus cher que l’on devient obligé de travailler toujours plus y compris le dimanche, on peut valablement commencer à se poser la question du bien fondé de l’état où à minima de son maintien dans ces conditions.

En s’affranchissant de ses fonctions purement régaliennes (arbitrage, modération, sécurité des personnes et des biens, garant d’un projet de société), en faisant la promotion du communautarisme au dépend de la communauté, en privilégiant l’action à court terme au dépend de la réflexion à moyen terme,  l’état français est en train de semer les germes de l’anarchie. Il ne faut pas entendre par là qu’il  génère du désordre, mais simplement qu’il est en train de s’auto-vider de sa substance et de sa raison d’être dans une période où plus que jamais la nécessité d’avoir un principe fédérateur entre les individus qu'ils soient ou non organisés en groupe apparait patente.

L’enjeu du travail du dimanche, c’est tout cela, ce n’est pas de savoir s’il est bien ou non de faire ses courses le dimanche.

Il me semble fort dommage que personne ne pense comme cela, à commencer par les organisations politiques et syndicales de droite comme de gauche qui ont dans leur développements intellectuels la pertinence de la poule.

Mais tant qu’il en sera ainsi, on pourra toujours planter des coqs sur les clochers de nos églises.

 

12/01/2012

Vers la fin du nucléaire

 http://www.mai2012.fr/.

 Winter, le 12 Janvier 2012

«Principe de plaisir et principe de réalité»

On connait tous plus ou moins cette théorie psychanalytique qui dit qu’en passant de l’état d’enfant à l’état d’adulte, on passe du principe du plaisir immédiat à la confrontation à la réalité.

C’est ce qui va bientôt arriver à notre sémillant ministre de l’industrie, l'ex ministre de gauche pro nucléaire Eric Besson : On apprend ce matin que la cour des comptes demande un audit sérieux du vrai coût du nucléaire, incluant les coûts de démantèlement des installations nucléaires ainsi que les vrais coûts de retraitement. La docte institution se lamente des difficultés qu’elle a à  obtenir de la part des opérateurs des chiffres sérieux permettant d’obtenir des certitudes sur le vrai coût des opérations de retraitement et de démantèlement.On le savait depuis longtemps : La cour des compte le découvre.

Dans l’après-Fukushima, il faut être benêt pour penser que le nucléaire est une énergie économique, ou avoir des intérêts à très court terme chez Areva.

La France passe de l’âge d’enfant à l’âge d’adulte : Ce sont les papys de la cour des comptes qui vont nous y aider : c’est tout l’intérêt de la coopération inter-génération.

 

05/01/2012

Le sondage qui fait mal

 

 

http://www.mai2012.fr/.

 

Winter, le 5 Janvier 2012

 

«Les sondages, on leur fait dire ce qu'on veut.»

 

Selon un sondage OpinionWay-Fiducial,  le jugement est très sévere sur le pouvoir d'achat et sur la lutte contre le chômage.

 

Le bilan est négatif pour sept français sur dix. Les questions posées portaient sur l'action de Nicolas Sarkozy depuis son élection en 2007. 

 

70% des personnes interrogées jugent ce bilan "très" (33%) ou "plutôt" (37%) négatif. 27% le considérant comme "plutôt" et 3% "très" positif.

 

Pour 73% des personnes interrogées, le président sortant n'a pas été fidèle à ses promesses de campagne. Plus d’un sondé sur deux penser qu'il "n'avait pas l'intention" de tenir ses promesses de campagne, et pour près de la moitié des sondés, la démocratie s'est affaiblie

 

42% des répondants qualifient l'action menée par Nicolas Sarkozy de "dure" et seulement  10%  la qualifie de "juste".

 

L'action du chef de l'Etat est jugée positive surtout à l'international: au G20 (52%), face à la crise européenne (50%), pour la place de la France dans le monde (45%). En revanche le jugement est très sévère sur le pouvoir d'achat et sur la lutte contre le chômage (seulement 13% d'opinions positives) la lutte contre les inégalités (20%), la protection sociale et l'éducation (25%), la lutte contre la dette et les déficits (25%)...

 

Parmi les bonnes mesures prises par Nicolas Sarkozy, 66% des personnes interrogées répondent le durcissement des conditions d'immigration, suivi par la création du RSA (60%), la défiscalisation des heures supplémentaires (53%). Viennent en dernier les déremboursements de certains médicaments (23% d'approbation), la baisse de l'impôt sur la fortune et le bouclier fiscal (27%) et le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite (39%).

(sondage réalisé en ligne du 28 au 30 décembre auprès d'un échantillon de 998 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus selon la méthode des quotas.)


 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu