UA-29881888-1

Avertir le modérateur

09/09/2011

Coca Cola veut politiser les gosses, suite !

http://www.mai2012.fr/

Winter, le 9 Septembre 2011

 «Boycotter Coca Cola ? Suite»

Au royaume des faux-cul, la médaille d’or est offerte à la firme Coca Cola.

Le gouvernement annonce une taxe sur les sodas le 24 Aout dernier, taxe qu’on peut apprécier diversement, là n'est pas le débat.

Il le fait pendant les vacances, comme tous les coups tordus.

Jeud 8 Septembre, la filiale française de Coca Cola réagit et annonce qu’elle va suspendre 17 millions d’euros d’investissement dans son usine des bouches du rhone en guise de représailles. Elle annonce que le président de Coca Cola enterprise, John Brock, ne viendra pas comme prévu pour les quarante ans de l’usine du site de Pennes-Mirabeau.

Et, erreur magistrale, le patron de la filiale française, qui visiblement ne comprend rien aux nouvelles technologies,  ouvre un compte sur twitter @AntiTaxeSoda et, comble de la bêtise, appelle à la révolution urbaine.

Nul besoin de sortir de l’ENA pour projetter ce qui va se passer : Dès qu’on mélange politique et indutrie, et que l’on met tout cela sur le net, tout devient possible. Coca Cola va se prendre un gros boomerang dans la figure, l’histoire est déjà écrite : c’est ce qui se passe

Réaction immédiate du groupe qui à senti l'odeur de poudre :

Jeudi 8 Septembre au soir, sur LCI, le président de Coca Cola Europe, Hubert Patricot, annonce une erreur de communication de la part de sa filiale française et désavoue le patron de la filiale française : John Brock viendra et Coca Cola continuera à investir en France.

Conclusion :

Les multi-nationales dominent le monde et tentent de l’unifier dernière des marques, des logos, des slogans. Mais, contrairement à ce que l’on pense, elles sont aussi bordéliques et mal maitrisées que les courants politiques ; ce ne sont pas contrairement à ce que décrivait Orwell dans 1984, des systèmes parfaitement huilés, car elles sont composés d’êtres humains ; pour cette raison, il convient de rester optimiste face à ce gigantesque ordre nouveau qu’est la mondialisation.

Si le président de Coca Cola France, Tristan Farabet, (qui a pris le poste en 2009 après le suicide de son prédécesseur) avait pris la peine de réfléchir cinq minutes en prenant des avis externes à son entreprise, il aurait compris qu’il était en train de faire une grosse connerie ; un gosse de 15 ans aurait pu le lui expliquer. Mais dans un monde ou tout devient possible, il faut d’abord agir et réfléchir ensuite. Pour quelqu’un qui sort de HEC, ce n’est pas top… a moins que cela ne soit le modèle développé dans ces filières !

Coca cola veut politiser les gosses (suite) !

 http://www.mai2012.fr/

Winter, le 9 Septembre 2011

 «Boycotter Coca Cola ? Suite»

Au royaume des faux-cul, la médaille d’or est offerte à la firme Coca Cola.

Le gouvernement annonce une taxe sur les sodas le 24 Aout dernier, taxe qu’on peut variablement apprécier, ce n’est pas le débat.

Il le fait pendant les vacances, comme tous les coups tordus ; on a l'habitude.

Jeudi 8 Septembre, La filiale française de Coca Cola réagit et annonce qu’elle va suspendre 17 millions d’euros d’investissement dans son usine des bouches du rhone en guise de représailles à la potilique fiscale du gouvernement. Aux armes, amateurs de malbouffe ! Elle annonce que le président de Coca Cola enterprise, John Brock, ne viendra pas comme prévu pour les quarante ans de l’usine du site de Pennes-Mirabeau.

Et, erreur magistrale, le patron de la filiale française ouvre un compte sur twitter @AntiTaxeSoda appelant en quelque sorte à l'insurrection citoyenne des amateurs de sodas.

Nul besoin de sortir de l’ENA pour comprendre ce qui va se passer : Dès qu’on mélange politique et indutrie, et que l’on met tout cela sur le net, tout devient possible. Ma maman me l'avait appris tout petit : A table, on ne parle pas politique. Coca Cola va se prendre un gros boomerang dans la figure, l’histoire est déjà écrite : c’est ce qui se passe

Réaction immédiate du groupe :

Jeudi 8 Septembre au soir, sur LCI, le président de Coca Cola Europe, Hubert Patricot, annonce une erreur de communication de la part de sa filiale française et désavoue le patron de la filiale française : John Brock viendra et Coca Cola continuera à investir en France.

Conclusion :

Les multi-nationales dominent le monde et tentent de l’unifier dernière des marques, des logos, des slogans. Mais, contrairement à ce que l’on pense, elles sont aussi bordéliques et mal maitrisées que les courants politiques ; ce ne sont pas contrairement à ce que décrivait Orwell dans 1984, des systèmes parfaitement huilés, car elles sont composés d’êtres humains ; pour cette raison, il convient de rester optimiste dans ce gigantesque désordre qu’est la mondialisation.

Si le président de Coca Cola France, Tristan Farabet, (qui a pris le poste en 2009 après le suicide de son prédécesseur) avait pris la peine de réfléchir cinq minutes en prenant des avis externes à son entreprise, il aurait compris qu’il était en train de faire une grosse connerie ; un gosse de 15 ans aurait pu le lui expliquer. Mais dans un monde ou tout devient possible, il faut d’abord agir et réfléchir ensuite. Voilà ce qu'on apprend à HEC. C'est pour cela que tout devient possible !

 

08/09/2011

Coca Cola veut politiser les gosses !

 http://www.mai2012.fr/

Winter, le 8 Septembre 2011

 «Boycotter Coca Cola ?»

La France cherche de l’argent. Désespérément. Tous les coups sont permis. Un député a eu une riche idée : Taxer les sodas. Pourquoi ? Ne cherchez pas de logique dans la course à l’échalotte… Les taxes stupides ne sont pas une invention de l’UMP.  

Rappelez vous : L’impôt sur les chiens, institué le  2 mai 1855 ; l’impôt sur les bicyclettes, instituée en 1893 et supprimée.. en 1959. En 1872 fût imposé le monopole sur …les allumettes, monople taxé jusqu’en 1992. En 1798 fût instauré l’impôt sur les portes et fenêtres, impôt supprimé … en 1926 !

Et aujourd’hui, nous avons la tva spécifique sur le chocolat blanc, la taxe spécifique sur les boissons non alcoolisées de 0,58 € par hectolitre d’eau minérale, la taxe de 2% sur poissons, crustacés, mollusques et autres invertébrés (sauf huitres et moules, allez comprendre pourquoi), les taxes municipales sur les loisirs de neige, la taxe de 2010 de 9,5% sur les appels téléphoniques passés dans le cadre des jeux téléphoniques, la taxe de 1976 de 3,25% sur les imprimantes et photocopieurs. La liste est longue puisqu’on recense plus de deux cent taxes diverses dont certaines totalement farfelues ou injustes.

Bref, on va donc taxer les sodas. Réaction immédiate de la firme Coca Cola qui annonce suspendre un investissement 2012 de 17 millions d’euros dans une usine des Bouches du Rhône.

Cette taxe sur les sodas devrait produire environ 120 millions d’euros de recette.

Bien qu’il y ait  quelque chose d’outrancier à taxer sans cesse la consommation, force est de reconnaitre que cette taxe a quelque chose de bon : Elle va forcer les français à réfléchir sur le fait que toutes ces boissons qui désaltèrent ne sont pas vraiment des alliées de la bonne santé, et qu’il vaut mieux se remettre à boire de l’eau.

Par ailleurs, la réaction de Coca Cola qui prétend boycotter les investissements qu’elle prévoyait faire dans le sud de la France en représailles à la politique fiscale française peut avoir un effet collatéral amusant : Elle risque de politiser un débat qui touche une population qui n’est pas politisée : les jeunes, ceux qui fréquentent le fast food et les super-marchés. L’effet boomerang peut être stupéfiant.

Il sera intéressant de voir si le gouvernement a suffisamment de cran pour ne pas céder au chantage de la multinationale. En tous cas, il est tentant de penser à boycotter Coca Cola afin de leur faire comprendre que la fiscalité ne doit pas être votée par les industriels mais par les représentants du peuple, pour autant qu'ils le représentent vraiment.


 

07/09/2011

la règle de plâtre et les enjeux de la dette nationale

 http://www.mai2012.fr/

 

Winter, le 7 Septembre 2011

 «Déficits»

Je ne suis pas économiste, encore moins financier, je ne connais rien en comptabilité publique,  mais je sais faire des additions. Lorsque je lis les programmes des hommes politiques concernant la question de la dette, à par Mélenchon, pas un seul ne dit de choses un peu construites. A commencer par Marine Le Pen qui raconte réellement n'importe quoi ( du style réduire l'immigration ferait économiser 40 milliards par an, ou encore supprimer les fausses cartes vital en circulation pour supprimer le travail au noir) .  Faisons ensemble l’effort de lire ces quelques chiffres, arrondis afin de donner une vision rationnelle de la question de la dette nationale  :

Le Budget 2011, c'est à dire ce qu'on prévoit d'avoir comme revenus et comme dépenses :

            200 milliards de recette, c'est-à-dire ce qu’on donne à l’état

            300 milliards de dépenses, c'est-à-dire ce que l’état nous redistribue

            Sur 2011, il manquera donc 100  milliards : C'est le déficit prévu sur l'année...

Le Produit Intérieur Brut en 2011, c'est-à-dire la richesse qu’on fabrique en France :

            1 800 milliards d’euros

A comparer avec le montant des dettes cumulées en 2011, c'est-à-dire le total des capitaux restant dus à ,ps amis banquiers :

            1 700  milliards d’euros

La charge de la dette en 2011, c'est-à-dire le montant des intérêts qu'on doit payer aux banques , uiniquement pour 2011 : 

            un peu moins de 50 milliards (45,5)

En synthèse, chaque année, environ un quart des recettes de l’état, c'est-à-dire de notre fortune à nous autres, français, sert à payer les banques, et le systéme mis en place fait que cela ne peut que mécaniquement augmenter puique depuis trente ans, tous les budgets sont programmés en déficit

Examinons ces chiffres d’une autre manière

            Le budget de la défense nationale en 2011 est de 31 milliards

            Le budget de l’éducation nationale en 2011 est de 60 Milliards

            A comparer avec les intérêts de la dette pour la seule année 2011 : 45,5 milliards

Précisons que l’éducation nationale fait travailler 3 fois plus de personnes que le secteur bancaire, lequel ne vit pas – loin de là – qu’avec de l’argent public…

La première condition, pour se débarrasser de la dette, est de revenir à un équilibre budgétaire. Cela ne peut se faire que deux manières : soit en augmentant de manière magistrale la croissance, ce qui augmenterait les rentrée fiscales, soit en diminuant de manière magistrale les dépenses.

Aucune de ces solutions n'est réaliste : On peine a faire un ou deux points de croissance, quand il faudrait doubler le PIB ; pour ce qui est des économies, on ne parle pas de dizaines de millions d'euros mais de dizaines de milliards, et ceci  sur plusieurs décénnies...

 

 

Une solution est de faire pour l'europe comme l'europe fait pour les pays du tiers monde : rayer les dettes d'un trait de plume.

Une solution rationnelle  pour se sortir de ce pétrin est de créer une énorme dévaluation, qui rendrait l'euro plus compétitif par rapport aux autres monnaies et permettrait d'augmenter les exportations d'une part et diminuerait d'autant la dette de l'autre. Les etats unis sont dans une situation encore pire que l'Europe, (leur dette est au même niveau que leur PIB)  et chacun des deux blocs attend, tapis dans l'ombre, pour savoir qui dévaluera en premier. C'est un grand jeu de poker menteur. Les chinois sont effrayés car leurs avoir colossaux étant libellés en dollars , une dévaluation américaine les obligerait à un report de leurs avoirs sur l'Europe où a imposer le Yuan comme première devise mondiale, mais il faudrait alors qu'ils réévaluent leur monnaie et donc fassent ainsi dégringoler leurs exportations...

On comprend bien que le problème n’est  pas celui de la dette, mais bien celui du système. C’est à peu près aussi simple que cela. Toutes les mesurettes autourde la question de la dette  ne sont que du colmatage sur un système qui a démontré sa toxicité pour les peuples.  Si les hommes s'organisent en seigneureries, baronnies, comtés, duchés, royaumes, états, confédérations, etc... c'est pour être défendus et non pour être pillés, sinon, la notion-même d'état perd tout son sens : c'est ce que nous risquons de vivre et c'est l'enjeu de la "financiarisation" de notre économie.

05/09/2011

la règle d'or

mai 2012, règle d'or, révision consitutionnelle, constitution, déficit budgétaire, calendrier, élections 2012, UMP, Campus 2011,finance internationale, souverainiste 

http://www.mai2012.fr/

Winter, le 5 Septembre 2011

 «La dernière invention de l’UMP»

A l’heure où la plupart des parlementaires sont en vacance, et toute droit sortie du chapeau d’un magicien, Mesdames et Messieurs, voici la « Règle d’Or ».

De quoi s’agit-il ? Il s’agit d’inscrire dans la constitution de la Vème République un plan de retour à l’équilibre budgétaire. A cette occasion, on découvre que depuis une trentaine d’année, nos gouvernants votent un budget qui n’est jamais respecté. En d’autres termes, la règle, c'est d’être en déficit. Cela est il vraiment embêtant ? A dire vrai, depuis trente ans, cela n’a pas gêné grand monde, et cela a même pas mal profité aux banques…D’ailleurs, corelativement, depuis une trentaine d’années, nous avons glissé d’un régime où l’argent récompensait encore le travail et la prise de risque à un régime où l’argent n’est plus qu’un moyen d’achat de la paix sociale et n'est plus réellement corrélé avec la notion de valeur ajoutée.

 

mai 2012,règle d'or,révision consitutionnelle,constitution,déficit budgétaire,calendrier,élections 2012,ump,campus 2011,finance internationale,souverainiste

Alors, le débat est il réellement budgétaire ? Nos députés travaillent-ils pour l’intérêt commun des générations futures ? La question ne se pose pas vraiment tant le piège est grossier : En effet, pour réviser la constitution les voix de la gauche sont nécessaires, et si celle-ci refuse de voter ce texte, elle sera bien évidemment accablées de tous les mots car pour beaucoup de français, la question de l’équilibre budgétaire revient un peu à savoir si un carré est rond : il apparait absurde qu'on puisse être délibérément en déficit.

Telle qu’elle est présentée par le gouvernement, la « règle d’or » semble absolument fondamentale, tellement fondamentale qu’il faudrait en entériner le principe dans notre constitution. Faisons abstraction du fait que notre constitution un texte fondateur, qui définit des principes, et que l’équilibre budgétaire ne reste finalement qu’une modalité et cherchons dans le programme du candidat Sarkozy, que nous rappelons rapidement ici, dans laquelle des quinze cases il faut mettre cette « règle d’or ». On ne sait pas vraiment. C'est-à-dire que ce qui apparait comme fondamental aujourd’hui ne l’était pas il y a quatre ans, ce qui montre a minima que les fondamentaux de l’UMP sont fluctuants.

Il y a quelque chose de tragi-comique dans ces efforts désespérés pour tenter de se maintenir la tête hors de l’eau : Comme si, en inscrivant constitutionnellement qu’il ne fallait pas faire de déficit, on réglait le problème du déficit. Ainsi, il suffirait qu’on inscrive dans le marbre constitutionnel un vœu pieux pour qu’il devienne réalité ? Pourquoi ne pas y inscrire pas exemple qu’il est inconstitutionnel de financer un parti politique par des emplois fictifs ?

Pour mémoire, à l’heure de l’Europe, à l’heure où les états non seulement s’écrasent gentiment devant la finance internationale, mais collaborent au quotidien avec ces systèmes mafieux de siphonage des richesses planétaires, rappelons la première phrase du préambule de la constitution de notre Vème République, préambule  qui est bafoué tous les jours :

« Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l'homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu'ils ont été définis par la Déclaration de 1789  (…) ».

La souveraineté nationale n’existe plus vraiment. Nul besoin d’être grand clerc pour le constater au quotidien. Sarkozy lui-même, dans une allocution que l’histoire retiendra, rappelait son impuissance.

En nommant cette règle ainsi, nos grands argentiers ont oublié qu’on avait depuis environ une quarantaine d’années abandonné l’ « étalon or », et que le terme d’or ne renvoie aujourd’hui qu’à quelque chose qui brille ou qui fait rêver… de la magie, en somme …

 A ce stade, il convient de faire un petit exercice de calcul du niveau du CM2. Sachant que le montant de la dette française n'est pas très loin de celui du du PIB, qu'elle ne fait que s'accroitre structurellement par l'adoption de budgets en déficits, si nous nous mettons à réver un peu et à penser que nos grands argentiers vont se mettre à faire des économies qui pourraient nous amener à une réduction annuelle de la dette disons de 2%  (ce qui est totalement impossible car cela supposerait qu'on stoppe du jour au lendemain cette politique du déficit budgétaire systématique), alors un rapide calcul nous montre qu'à PIB constant, c'est seulement à partir de 2030 que l'on pourra enfin respecter un des principaux critères de maastricht. (dette inférieure à 60% du PIB). Quand au retour à l'équilibre des comptes, dans cette hypothèse, il est mathématiquement impossible sur plusieurs générations. Et nous n'avons parlé que de la dette, et non du déficit budgétaire, qui est la condition sine qua none pour réduire la dette. Ceci pour démonter qu'il est totalement illusoire de piloter des déficits par des économies, mais qu'il faut agir sur la croissance. Ceci montre également que nous sommes dans un système où l'argent public est littéralement siphonné par les banques et que tant que l'on ne se sera pas débassé de ce système mafieux, toutes les règles d'or relèveront de la prestidigitation.

Reste  à savoir à qui va profiter ce tour de passe-passe : il serait ballot que notre illusionniste national rate de nouveau son tour et coupe pour de bon la femme coupée en morceau…

29/08/2011

La rentrée ? Pas pour tous...

 

mai 2012

Winter, le 29 Aout 2011

 «Rentrée politique»

C’est la rentrée politique. Tout le monde s’en est allé en vacances et c’est parti pour un sprint de huit mois jusqu’aux élections de mai 2012. 

vieux-couple.gifTout le monde s’en est allé ? Vraiment ? En 2004, un français sur trois ne partait pas en vacances. En 2009, une personne sur deux n’est pas partie. En 2011, on ne sait pas encore, mais ce  n’est vraisemblablement que le début d’un long et redoutable processus de paupérisation.

Ainsi, le terme de « rentrée » devient insultant pour ceux qui ne « sortent » jamais, et qui sont chaque année plus nombreux…

Mais y a-t-il, dans la classe politique, un seul être qui nous dira que cette année, il n’est pas parti ?

Ce simple mot « rentrée politique », remis dans le contexte du jour, suffit à monter le clivage qui se développe au quotidien entre le peuple et la classe politique.

Mot clefs : Sondage, Mai 2012, Premier tour, UMP, les français et les vacances, congés 2011,  bilan social, PS, EELV, élections 2012, Front national, Europe Ecologie, présidentielles

23/08/2011

Mai 2012 : un grand vide sur la toile ?

 http://www.mai2012.fr/

Winter, le 23 Aout 2011

 «Les nouvelle technologies & la politique»

Je tiens ce petit blog depuis quelques temps, une sorte de petit journal de crise essentiellement à usage interne, avec l'idée que, en Mai 2012,  lorsqu’on changera de président, on changera peut-être de modèle de société.

Un jour, sans vraiment le chercher, mais un peu par jeu, je regarde le référencement de ce blog (qui concerne une personne, c'est à dire moi-même ) sur google France.

O surprise !

Sur les mots clefs « mai 2012 », il y a environ 300 millions de page. J’apparais en troisième ligne.

Sur les mots clefs « mai 2012 ump », il y a un peu moins de trois millions de pages, et j’arrive en troisième ligne.

Sur les mots clefs « mai 2012 ump ps », il y a un peu moins de trois cent milles pages et j’ai les quatre premières lignes, incluant la très convoitée première ligne. 

Pourquoi ? Je n’en sais strictement rien, mais il y a quand même un petit problème...

Quelques conclusions en tirer ?

1)    Premièrement, je pense qu’il y a un peu de travail à faire du côté des conseillers en communication des principaux hommes politiques. A ce titre, tout le monde devrait imiter l'extrême droite qui  est redoutable sur la toile : Présence partout, sur tous les forums, avis sur tout et rien et référencement maximum. Mais Hilter lui-même était très bon dans sa communication. Si tous les gens qui avaient eu entre les mains « mein Kampf » (environ 12 à 15 millions d’exemplaires édités à la fin du troisième reich, et 70 millions environ à ce jour) l’avaient lu, nous n’aurions jamais connu l’extermination des juifs, puisque le projet d'une société raciste y est bien exposé. Donc la Shoa n'était pas vraiment une surprise.

2)    Deuxièment, nous sommes une poignée en France à penser que Mai 2012 sera une échéance décisive.

Ce dernier point fait quand même un peu peur.

Cette réflexion est à rapprocher de « l’analyse » sans grande prétention que je faisais il y a quelques temps des sites des principaux partis politiques.

Passez une bonne journée...

 

10:30 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eelv, référencement, sondage, fn, ump, ps, élections présidentielles, 2012 | | |  Facebook

21/08/2011

Fukushima : 20 fois plus fort que le feu nucléaire de Hiroshima.

Winter, le 22 Août  2011

www.mai2012.fr

«Sauvez nos enfants ! »

Le professeur Tatsuhiko Kodama, président du centre isotope de l’université de Tokyo, le 27 juillet 2011 dans une allocution de plus d’un quart d’heure au parlement japonais, interpelle vigoureusement les politiques.

Dr-Tatsuhiko-Kodama-342x256[1].pngIl indique que les modèles actuels ne sont pas adaptés à la catastrophe : ils sont conçus pour évaluer les dégâts causés par une forte irradiation localisée alors que dans le cas de Fukushima, le problème vient de la'immense quantité de particules faiblement radioactives en suspension dans l’air et qui se déplacent et tombent au gré des pluies et des vents. Il rappelle qu’on ne peut pas modéliser en faisant des cercles concentriques autour de la centrale, car il suffit d’une gouttière ou d’une flaque quelque part pour concentrer une forte radioactivité qu'on ne retrouvera pas forcément cent mètres plus loin.

Le professeur rappelle ce que tout le monde sait maintenant, savoir, que des feuilles de thé ont été contaminées à 300 kms de la centrale.

Il propose de changer radicalement l’approche de la catastrophe en créant une filière supplémentaire de décontamination locale, avec des interventions très ponctuelles, dans les lieux où jouent les enfants.

Il indique que la quantité d’équivalent uranium libéré dans l’atmosphère est équivalente à vingt bombes d’Hiroshima.

Il s’insurge du fait que les compteurs de mesures ne soient pas distribués un peu partout, de manière à permettre des interventions d’urgence locales et fustige violement les autorités coupables d'inaction :

« Depuis trois mois, le gouvernement n’a rien fait et j’en tremble de colère », conclut-il.

 

Mo1ts clefs : Fukushima, catastrophe nucléaire, japon, sortir du nucléaire,élections présidentielles, DSK, strauss-khan, PC, UMP, Sarkozy, ps, hollande, royal, aubry, FN, Marine, Le Pen, Nouveau Centre, Hervé Morin, élection, présidentielle, mai2012, mai 2012, sondage,Strauss Kahn, Sinclair, Premier tour, Deuxième tour, sondages, mai, 2012, mai 2012, Euroe Ecologie, les vertes, EELV, retour de DSK, 

20/08/2011

DSK, le retour ou l'exil ?

Winter, le 20 Août  2011

www.mai2012.fr

«DSK Quid ? »

Dans quelques heures, on connaitra ce qu’il adviendra du sort de DSK. On sait d’ores et déjà que des tractations ont eu lieu entre les avocats des deux parties afin de trouver une sortie rapide à cette affaire.    

Si le 23 Aout, le procureur, considérant qu’il n’a pas toutes les chances de faire condamner DSK, décidait d’abandonner les poursuites, le prévenu pourrait rentrer rapidement en France. Il ne resterait plus alors que son procès au civil à traiter.

Dans cette hypothèse, croyez vous que DSK ne puisse réellement se remettre en lice pour la course à la présidentielle ?

Les français ne sont pas très rancuniers sur les affaires de sexe, et il y gros a parier, compte tenu de l’état de déliquescence actuel de la classe politique, que cette affaire ne pèserait au final pas très lourd dans la balance.

Ce serait en somme assez drôle.

Mots clefs : élections présidentielles, DSK, strauss-khan, PC, UMP, Sarkozy, ps, hollande, royal, aubry, FN, Marine, Le Pen, Nouveau Centre, Hervé Morin, élection, présidentielle, mai2012, mai 2012, sondage,Strauss Kahn, Sinclair, Premier tour, Deuxième tour, sondages, mai, 2012, mai 2012, Euroe Ecologie, les vertes, EELV, retour de DSK,


 

19/08/2011

Mauvaise nouvelle pour les plus pauvres

Winter, le 19 Août  2011

www.mai2012.fr

«Les petites lois scélérates des vacances»

Publié au journal officiel du 31 Juillet 201, avec application immédiate : tous les achats de ferraille doivent être réglés en chèque, carte ou virement et comptabilisés, quel qu’en soient le montant. Par ailleurs, les vendeurs doivent déclarer annuellement au fisc ces ventes.

photo1-ferrailleur-gratuit-se-deplace-dans-toutes-la-belgique_ferrailleur-lyon-2xdxdx1w852599[1].jpgCela permettra de savoir qui vole les câble en cuivre de la SNCF. Mais ce n’est pas vraiment le but, car le vol de câbles profite avant tout à de grands industriels qu’on laisse en paix : La réalité, c’est de recouper le fichier des ferrailleurs avec celui des bénéficiaires de minima sociaux, afin de pouvoir défalquer desdits minimas les sommes provenant de la biffe, d'une part et de l'autre c'est de tenter de fiscaliser un marché estimé à un milliard d'euro pour lequel l'état pense perdre chaque année 100 million de recette fiscale.

Mais ne pensez pas que cela ne concerne que les manouches : Lorsqu’un kilo de cuivre vaut 4,80 euros, il existe pas mal de veolia, dechetterie, biffin, achat de metaux, ump, mai 2012, élections présidentielles, FN, UMP, PS, PC, PCF, hollande, royale, aubry, sarkozy, juppepetites gens qui font les fonds de leur cave pour allez revendre leur vieux métaux chez le biffin. C’est un peu moins stupide qu’aller les donner  à la déchetterie VEOLIA, non ? (A ce propos, lorsque vous perdez deux heures et un litre d’essence pour aller mettre 50 kilos – et c’est vite fait - de vieux journaux pour lesquels vous avez déjà payé des éco-taxes diverses  à la déchetterie, vous perdez , en plus du prix de l’essence, 3 euros 80. Mais je vous rassure, ils ne sont pas perdus pour tout le monde)

La conséquence de cette loi est évidente ; elle est triple :

1)     Il existe toute une frange assez fragile de la population qui vit de la biffe : les voyageurs, les manouches, les romano, … - appelez les comme vous voulez mais n’oubliez pas que c’est la frange de la population française (la plupart sont plus français que vous et moi…) qui a l’espérance de vie la plus courte – qui va se retrouver encore plus fragilisée par cette loi et sans doute se rabattre vers des commerces « moins honorables »

2)    Cela va alourdir considérablement les charges administratives des marchands de métaux et renchérir le prix des matières premières

3)    Enfin et c’est sans doute le pire, il va se créer un marché parallèle des métaux et de la récupération,  encore moins contrôlable que le marché actuel.

Accessoirement, on peut se demander comment vont réagir les banques qui vont voir se multiplier les chèques de un ou deux euros, car beaucoup de gens se font payer de très petites valeurs...

Et puis, surtout, rappelez vous bien : On ne valorise pas quelque chose qui n’a pas de valeurmedia98264[1].jpg car la multiplication par zéro donne toujours zéro : Lorsque vous portez gracieusement vos produits usagés à la déchetterie, cela n’a rien à voir avec l’écologie : c’est un don  que vous faites aux grandes multi nationales ; Vous verrez que, crise aidant, le biffin repassera bientôt devant chez vous en criant « habit chiffon ferraille à vendre… ». Il vous payera alors en chèque…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu