UA-29881888-1

Avertir le modérateur

22/05/2010

Concorde : Vers un jugement de Salomon ?

Les urbanitasmagories de Winter le 22 Mai 2010

http://www.mai2012.fr/

«Concorde ou Pomme de Discorde ? »

A Pontoise, l’accusation a requis hier contre Continental dans le cadre du procès du crash du Concorde, en retenant la thèse d’une lamelle de titane laissée par un de ses avions sur la piste qui aurait provoqué l’éclatement d’un pneu du supersonique ,  départ d’une réaction en chaine ayant pour point d’orgue la dramatique issue que l’on connait.

Elle a requis également, des peines de prison contre le mécanicien en chef d’Air France et son supérieur, ainsi que contre le directeur du programme Concorde.

Mais en quoi ce procès peut il être pour le quidam aussi important ?

On peut certes bien imaginer les pressions en coulisse, car les sommes en jeu sont relativement significatives, mais l’homme doit avant tout juger un fait dont la portée le dépasse.

Concorde reste le symbole du monde des puissants : Ce fût l’avion par excellence des proches du pouvoir.

Ce fût également un mythe technologique : En se présentant comme une machine d’avant-garde – ce qu’il n’était pas ; on rappellera à cet effet pour les lycéens qui ne savent plus ce qu’est cet instrument qu’il a été entièrement conçu à la règle à calcul, et mis au point à coup d’échec et d’essais – il fût et reste la vitrine du savoir faire aérospatial franco-britannique

Pour le grand public, l’avion et les hommes qui le fabriquent font l’objet dans leur conception, leur réalisation et leur maintenance de processus rigoureux.

Ils seraient sans doute étonnés de savoir qu’ à Toulouse, on teste un réacteur en balançant des caisses de poulet congelé dedans, que le retard de livraison de l’A380 est du à des erreurs basiques de calcul de métrage de fil électrique, erreurs diagnostiquées un an avant par les cadres de Toulouse, mais que des commerciaux obtus se refusaient à entendre. Ils seraient aussi sans doute étonnés de savoir qu’introduire une bombe dans un conteneur à bagage à Roissy est à la portée de n’importe quel terroriste débutant tant les procédures sont mal faites.

Ainsi la course au moindre cout ou simplement l'absence de concience professionnelle aboutissent à une dégradation tout au long de la chaine industrielle de la qualité de service.

Alors évidemment, il parait inconcevable de dire que le jour du crash, le Concorde décollait avec une entretoise manquante sur son train, ce qui revient à dire pouyr simplifier qu’il avait un problème de parallélisme, qu’il décollait avec le vent dans le dos, c'est à dir toujours pour simplifier à l’envers et  qu'il était en plus en surcharge. Il parait impensable de dire que l’élite de l’aviation s’était fait ses petites procédures personnelles pour leur petit avion à eux. Il parait impensable de dire que les dizaines d'incidents à répétition sur les pneus devaient logiquement aboutir à une catastrophe.

Car si le Concorde, fleuron de l’industrie, était en fait une poubelle volante, avec cette « odeur si particulière au décollage », comme disaient pudiquement les hôtesses, que sont alors les autres ?

La réponse est dans l’accident lui-même : Constater que la conception de la pièce abandonnée par l’avion de Continental sur la piste relevait de la fantaisie d’un ouvrier responsable de la maintenance semble sur-réaliste : Cette pièce qui devait être dans un matériel d’usure a été refaite en titane sans que cela soucie qui que ce soit.

Au-delà du simple cas de cet accident, ce jugement est important pour tout le monde, car la France va mettre sa justice à l’épreuve : Dans un contexte politique ou tout semble se décider à la tête du client, saura elle monter qu’au pays des droits de l’homme, il existe encore une justice indépendante des influences, qu’elles soient politiques, diplomatiques ou industrielles ?

Saura-t-elle montrer que l’on peut reconstituer ce qui s’est vraiment passer, de manière objective ?

Saura-t-elle montrer que la traçabilité dont le monde de l’aéronautique se fait le chantre n’est pas qu’une illusion vendue par les cabinets de consulting ?

Même s’ils ne mettent pas ces mots derrière cela, c’est pourtant bien tout cela que les français qui ne croient plus en leur justice guettent.

Il ne saurait y avoir deux coupables dans cette affaire, et le jugement de Salomon que nous prépare le tribunal de Pontoise ne sent d’ores et déjà pas très bon.

11:58 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : air france, procès, concorde, pontoise, bea, continental, farret, airlines | | |  Facebook

21/03/2010

A la recherche du Bug Perdu

Les urbanitasmagories de Winter le 21 Mars 2010

  http://www.leprincejean.fr/

«Ou l'on montre que l'on peut faire de l'archéologie partout  y compris dans le domaine des nouvelles technologies»

Votre ordinateur fonctionne probablement sous Linux ou Windows.

Vous avez néanmoins une commande qui vous permet d’exécuter des commandes « DOS ». Le DOS « Disk Opérating System », c’est l’ancêtre des système d’exploitation pour les micro-ordinateurs. Pour faire simple et court, le système d’exploitation de l’ordinateur, c’est tout de qui touche « les couches basses » de la machine, c'est-à-dire ce qui permet de transformer des ouvertures / Fermetures de transistors (les fameuses piles de  0/1 du système binaire) en informations intelligibles par l’utilisateur de l’ordinateur, c'est-à-dire des petits dessins qui bougent sur votre écran.

Vous pouvez faire « Exécuter » sous Windows, taper CMD et une fenetre noire émulant le DOS s’ouvre vous permettant de taper des commandes en mode texte, les anciennes commandes du DOS, SORT, DATE, TIME etc… et puis également  d’autres plus subtiles comme TASKLIST, TASKKILL , SYSTEMINFO,  etc…

Parmi cette petite centaine de commandes possibles, il y en a une marrante, il s’agit de la commande PENTNT.

C’est une commande spéciale qui vous indique si votre micro-processeur pentium souffre du bug appelé « bug FDIV ».. Vous la tapez, et le micro vous dit si vous avez ou non le problème. Vous avez également des paramètres permettant de faire, si vous avez le problème, comme si vous n'aviez pas le problème. Bref, un petit bijou d'ingénieurie.

Car par combien d'années d'étude faut il être passé pour avoir été capable de concevoir un outil rien que pour dire qu’il y a un problème, un outil qui serait diffusée sur tous les micro-ordinateurs du monde ? Cela fait penser aux services de l’Equipement qui mettent un panneau « Chaussée déformée » s'il y a un trou sur la route, plutôt que de le reboucher, mais à l'échelle mondiale…

Alors, de quoi s’agit il ?

Il s’agit d’une anomalie de conception qui a affecté les premiers micro-processeurs de la famille des X86 Pentium en 1994, et qui se traduisait par une possibilité, assez rarissime mais néanmoins avérée,  d’erreur de division dans une opération à virgule flottante, erreur mise en évidence par un mathématicien du nom de Thomas Nicely

L’anomalie algorithmique - dont l'origine était particulièrement stupide, mais cela arrive même chez les meilleurs - a été rapidement corrigée par Intel. Toutefois, seize ans plus tard, sans doute pour des raisons de droit commercial, il subsiste cette commande sans aucun intérêt dans l’émulateur DOS.

Etonnant, non ?

La prochaine fois, je vous parlerai d'un site étonnant : il s'agit de www.archive.org, un site qui archive toutes les pages du net depuis l'année 1996. Difficile de vivre caché...

 

19/03/2010

Le progrès, les ordures et tout le bazar

Les urbanitasmagories de Winter le 19 Mars 2010

  http://www.leprincejean.fr/

« Recyclage à la vasseline »

 

Quand j’étais gamin, il y avait des petites bonbons qui coutaient un centime (de franc (nouveau)) . Mes parents me donnaient 20 centimes tous les jeudis.

Cela ne faisait pas beaucoup

Pour arrondir les fins de semaines difficiles  on récupérait les bouteilles de vin ou de lait consignées qu'on ramenait à l’épicier  du coin, qui ouvrait son tiroir caisse – « gling » - et donnait en échange quelques centimes toujours bons à prendre, centimes qu'on recyclait rapidement en bonbons ou autres sucreries.

Aujourd’hui, sur chaque bouteille en verre achetée, je paie un taxe  pour financer le recyclage ; je paie une taxe d’ordure ménagères qui est devenue prohibitive ;  je paie dans mes impôts le fonctionnement de la déchetterie, en général gérée par Suez ou Veolia ; je dépense de l’essence pour emmener mes bouteilles au recyclage ; et pour ceux qui comme moi ont la chance d’avoir un jardin ; j’en  réserve deux mètres carrés pour y mettre les différents bacs d’ordure (verre ; papier & carton ; plastiques ; déchets végétaux ; autres ordures). Quand vous connaissez le prix du mètre carré de jardin en région parisienne, le calcul est vite fait, si on multiplie par le nombre d'habitants …  Ma ville investit dans des containers plastiques facturés à prix d’or par CITEC ou PLASTIC OMNIUM, conteneurs que je repaie dans mes impôts.

Comme je suis curieux, je suis allé visiter la déchetterie de St Ouen l’Aumône. Il s’agit d’une énorme usine, proprement gigantesque, gérée par Veolia, qui traite les ordures des douzes communes de l'agglomération urbaine. J’étais persuadé qu’on faisait du tri à cet endroit, afin d’y recycler les déchets.  Quelle erreur grossière :  En fait, on n’y valorise rien du tout : on ne fait essentiellement que récupérer la valeur déjà produite par le particulier dans son laborieux travail de tri, c'est-à-dire, pour faire simple, les centimes d’autrefois qui sortaient du tiroir caisse de l’épicier pour aller dans ma poche.

Les déchets verts (branchages, tontes d’herbe etc…),  triés par les particuliers, mis dans des sacs payés par les particuliers, ramassés par la commune, sont « transformés » en compost qui sera revendu aux professionnels .  Mais en vérité, la plus grosse partie du travail a déjà été faite avant d’arriver à la déchetterie, car l’opération de « transformation » consiste juste à remuer les branchage de temps en temps…

Les plastiques sont mis en balle qui seront expédiées en chine ou ailleurs, mais en vérité, la plus grosse partie du travail, c’et à dire le tri, a déjà été fait par le particulier. Quand on connait le prix du plastique et la pénurie en ce secteur, on comprend vite l'intérêt du tri en amont.

Pour le verre, s’en est risible tellement c’est stupide : tout le travail de tri est effectué par le particulier, qui s’emmerde à retirer les bouchons métalliques, couvercles etc… Certaines bonnes âmes vont même jusqu’à laver les bouteilles avant de les jeter (bonjour le bilan écologique), et à se poser des problèmes métaphysiques pour les bouteilles d’huile.

Pour les déchets électroménagers (ordinateurs, refrigérateurs etc…), ne vous attendez pas à voir une armée de petite main en train de les démonter :  le particulier fait le tri en apport volontaire ; les palettes sont ensuite refourguées à des entreprises de désossage.

Les cannettes en acier, qui sont faciles à recycler et valent de l’argent (en Suède, on est payé lorsqu’on ramène ses cannettes…) sont mises en balle et retournent directement au laminoir.

La valorisation des journaux consiste à faire des balles avec les piles de journaux sagement entreposées par les particuliers ; de même pour les cartonnettes.

Et tout le reste) est brulé et fait de la vapeur qui est revendue à la ville pour chauffer l’agglomération. Dans ce cas, il y  a une réelle valorisation, sauf que la valeur ne retourne pas au citoyen qui avait déjà payé pour le fonctionnement de la déchetterie et qui va en plus payer pour eau chaude et son chauffage, mais à Veolia.

Chaque habitant de la région cergy-pontaine devrait aller faire un tour dans cette déchetterie , visitable sans grande difficulté,  pour comprendre l’étendue de l’escroquerie de ce qu’on appelle la valorisation des déchets.

Ne croyez pas que les bonbons retournent dans les poches des salariés de Veolia, qui sont payés à coup de trique.

A tous ceux qui penseraient que les ordures coutent plus qu'elles ne rapportent, et pour appuyer mon propos, sachez que Veolia a mis en place, au niveau des immenses fosses de dépôt, des caméras de surveillance, afin d’éviter que les gens viennent y piquer des trucs… Voilà : les ordures valent vraiment de l’argent, donc  on devrait payer moins cher le recyclage, et non pas plus cher.

Comme autrefois, les ordures génèrent toujours des bonbons, mais ce ne sont pas les mêmes qui se sucrent : c’est ce qu’on appelle « le progrès ».

Et surtout, n’y voyez la dedans rien d’écologique : Si l’on additionne la somme effective de toutes les énergies mises en œuvre pour transformer une tonne d’ordure en stock option, cela doit être considérable : imaginez juste une minute que sur une agglomération de 300 000 âmes, chaque foyer utilise un verre d’essence par semaine pour aller jeter ses bouteilles de verre…

12/03/2010

Vite un carosse pour ma baguette

Les urbanitasmagories de Winter le 12  Mars 2010

  http://www.leprincejean.fr/

« J'attèle mes chevaux, et galope chercher du pain»

Tout le monde se pose en boucle le problème du prix de l’essence ou de celui de la baguette de pain , et chacun y va de son argumentaire. C’est vraiment voir le problème par le petit bout de la lorgnette. Regardons les chiffres ci-après :

 

1

Kilo calories

égal

4,180

Kilojoules

1

Kilowattheure

égal

3,600

mégajoules

1

Kalories

égal

0,004

mégajoules

1

Megajoule

égal

0,278

kilowattheure

1

Kilo calories

égal

0,001

kilowattheure

1

Kilowattheure

égal

861,244

Kilo calories

1

litre d'essence

égal

10,000

kilowattheure

6

litre d'essence

égal

60,000

kilowattheure

100

kilometre

égal

60,000

kilowattheure

1

homme

consomme

2200,000

Kilo calorie

par jour

1

homme

consomme

91,667

Kilo calories

par heure

1

homme

marche

6,000

kms

par heure

1

voiture

en ville

roule

25,000

kms

par heure

1

voiture

en ville

consomme

1,500

litres

par heure

10

minutes

de voiture

consomme

2153,110

kilo calories

10

minutes

de marche

consomme

15,278

kilo calories

10

minutes

de voiture

égal

140,931

hommes

a pied

10

minutes

de voiture

va

4,167

fois plus vite

qu'a pied

 

Les chiffres sont discutables : je ne suis pas physicien. Mais la démarche ne l’est pas & l’ordre de grandeur est là . Lorsque je prends ma voiture pour aller chercher une baguette de pain, est ce bien raisonnable ?

01/03/2010

Xynthia : une tempête peut en cacher une autre

Les urbanitasmagories de Winter le 1er Mars 2010

  http://www.leprincejean.fr/

«La Faute sous mer : Partis enchainés,  éléments déchainés»

La tempête est passée ce week end de fin février 2010 ; ce 1er Mars, Wikipedia a déjà un article entier détaillé sur le sujet.

Lorsqu’on regarde les images télévisées de désastre , il y a une ressemblance flagrante avec celles de la Nouvelle Orléans après le passage de Katrina.

Et pour cause : pour les villages les plus touchés, La Faute sur Mer et L’Aiguillon sur Mer, les scénarios sont les mêmes : Il s’agit de rupture de digues suivis d’inondations.

C’est très sympa de vivre tout au bord de la mer, mais un jour ou l’autre, ce type de catastrophes doit arriver : C’est arrivé ce week end ; cela arrivera encore. Rien à voir avec le réchauffement climatique ou autres fatalité : La nature est ainsi faite qu’elle réserve des lieux pour l’homme et d’autres pour la mer.

Les gens sont inconscients : Edifier une maison - même si on a obtenu son permis de construire - sur un terrain qui est isolé de milliards de tonnes d’eau par une simple petite digue relève du pari dangereux, à tout le moins déraisonnable.

Et mettre une pression toute aussi déraisonnable à son élu afin d’obtenir un permis de construire ne change pas la nature des lieux.

Heureusement que de tels cataclysmes viennent de temps en temps nous rappeler que l’homme fait partie de la nature, qu’il doit vivre avec elle et non contre elle. Et l’on devrait regarder ces événement comme des chances et non des catastrophes : Chance de comprendre que certaines manière de faire sont raisonnables tandis que d’autres ne le sont pas : Puisque souvent les élus & partis politiques, enchainés qu’ils sont à leurs bienfaiteurs ne peuvent le faire, les éléments déchainés , eux, nous le rappellent.

 

24/02/2010

Espérance de vie & Progrès

La vie, la mort et tout le bazar

Les urbanitasmagories de Winter le 24  février 2010

  www.mai2012.fr



«on vit plus vieux aujourd’hui qu’hier»


Tout le monde le sait bien, on vit plus vieux aujourd’hui qu’hier.

« Tout le monde le sait bien ». En général, lorsqu’un argumentaire commence de cette manière, il y a gros à parier que votre locuteur aura substitué la connaissance à la réflexion.

Ici,  derrière cette évidence de façade, se cache une machine redoutable à légitimer le progrès.

Car lorsque l’on parle d’ « espérance de vie », l’homo sapiens moyen comprend « espoir », et très naturellement, le propos glisse de l’allongement de la vie à l’allongement de sa vie, c'est-à-dire d’une notion de médiane à une notion de possible, c'est-à-dire d’extrême.

Il est frappant de constater - si tant est qu'on puisse le savoir au moins de manière approximative - que la durée maximum de vie ne semble pas vraiment avoir augmenté en trente siècles. Sans remonter jusqu’à l’hypothétique Mathusalem, dont la Genèse nous dit qu’il aurait vécu jusqu’à 969 ans,  il y a plus de 23 siècles le philosophe Thales mourrait à l’âge de 78 ans, Socrate fut condamné à mort lorsqu’il avait 71 ans, Platon mourut à l’âge vénérable de 79 ans. Plus près de nous, Charlemagne dont tout le monde sait qu’il fut couronné en l’an 800 décéda à l’âge de 72 ans

Il y a plus de dix siècles , mourrait à l’âge de 75 ans un algérien célèbre nommé Abd-el-Kader, tandis qu’au début du cinquième siècle de notre ère, un autre algérien célèbre – St Augustin -  mourrait  à l’âge de 76 ans.

Il y a 600 ans, mourrait à l’âge de 78 ans l’alchimiste célèbre, Nicolas Flamel.

Même si ces dates sont sujettes à controverse, on retiendra que tout ce fut sans pénicilline, sans antibiotique, sans défibrillateur & sans vaccin.

Ainsi ces quelques personnages piochés dans l’histoire montrent qu’il y a déjà fort longtemps, il était possible de vivre fort vieux, d’où il ressort que ce que la science a apporté, ce n’est pas - contrairement aux évidences -  un allongement de la durée de vie aussi spectaculaire qu’on l’imagine, mais plus simplement et de manière indiscutable, au moins pour les pays développés, la possibilité pour le plus grand nombre d’utiliser le plus longtemps possible ce qui ressemble fort à un capital relativement immuable, ce qui n’est en rien pareil.

Car si la formulation de ce constat est simplissime, la réflexion qu’elle amène est puissante tant est savamment entretenue par le système l’illusion que la course au progrès repousse toujours plus loin les limites physiques de l’homme, l’ultime d’entre elles étant l’échéance finale.

 

12/02/2010

Mon ami VEOLIA m'aime (suite)

Mon ami Veolia me fait me fait rincer mes toilettes àvec l’eau la plus pure du monde

Les urbanitasmagories de Winter le 12 février 2010

  http://www.leprincejean.fr/

«Etre naïf ou ne pas être, telle est la question»

Un petit article publié il y a quelques jours sur le caractère invraisemblable du prix de l’eau comparé à celui de l’électricité m’a valu de me faire taxer grand naïf. (lien ici )

Je tente ici de répondre ici à ce commentaire qui montre que les choses les plus évidentes ne le sont pas pour tout le monde et commencerai par cette constatation :

 Deux litres d’eau des volcans d’Auvergne coûtent environ le prix d’un litre d’essence (80% de taxe) d’Arabie Saoudite, ce qui fait que le prix hors taxe de l’eau en bouteille est environ deux fois plus cher que le prix de l’essence hors taxe. Ces ordres de grandeur sont approximatifs, mais corrects.

Question : Est-ce normal, quelle est la logique ?

Dans l’article en référence, j’ai comparé le prix de l’électricité à celui de l’eau car ces deux produits me semblent sont tout à fait comparables : Quoi qu’on en dise, l’eau est en présence infinie sur terre - puisque comme vous l’avez appris au CM1, l’eau s’évapore, se condense, s’infiltre, se filtre, resurgit sans qu’il en disparaisse jamais le moindre atome, ceci au moins depuis que le monde est monde et si l’on exclut les explosions atomiques. L’électricité est elle un phénomène plutôt qu’une ressource, néanmoins, les deux doivent être traités, acheminés, distribués, comptabilisés, recyclés. La différence  réside dans le fait qu’à la limite on peut subsister quelques temps sans courant tandis que se passer d'eau est problématique.

L’eau est donc une ressource unique en son genre, comme peut l’être l’air.

Toutes les politiques successives depuis plusieurs décennies se sont attachées à développer cette idée que l’eau est rare, légitimant ainsi le fait  qu’elle soit chère.

Mais l’eau n’est pas rare ; l’eau potable n’est pas rare mais sa répartition suit la carte des précipitations.

Alors, cela devrait il être un problème ? Le pétrole est incomparablement plus rare et largement moins bien réparti. Pourtant on arrive à peu près n’importe où dans le monde - à des prix en gros très comparables - à faire le plein d’essence sans que cela étonne.

Il y a de manière évidente une volonté politique dans nos démocraties d’accréditer cette illusion de la rareté de l’eau.

Comme cette eau est rare,  elle est chère.

Pensez vous sérieusement que retraiter de l’eau soit compliqué, si l’on compare les processus qui sont en jeu par exemple avec ceux du retraitement de l’uranium qui sert à produire le courant ?

Pensez vous que poser des canalisations, surveiller l’état de  l’eau, faire des réservoirs, analyser, soient vraiment des processus coûteux, qui justifieraient les montants exorbitants qui sont facturés aux particuliers et aux communes ?

Si la notion de valeur ajoutée vous dit quelque chose, alors comparez la masse salariale d’un fabricant de courant à celle d’un distributeur d’eau, et vous aurez au moins une partie de la réponse.

Personnellement, dans ma commune, les canalisations sont les mêmes depuis environ une cinquantaine d’années, et c’est seulement maintenant qu’on commence à rénover le réseau, qui a donc du être quand même bien amorti…

Voilà le tableau brossé : Veolia et les principaux fournisseurs d’eau sont sur une situation quasi monopolistique. Ils fixent un prix de l’eau de manière complètement artificielle en usant d’une stratégie de communication redoutable  avec une message simple : "L’eau est rare" ; Cette stratégie s’appuie sur des relais d’opinion très puissants qui relaient le message sans souvent en saisir la quintessence.

Et pourtant quand les astronautes en 1969 virent pour la première fois la terre avec un peu de recul, ils la virent bleue, pas brune.

Alors dire que dire de l’eau qu’elle est rare est une affirmation à peu près aussi exacte que de dire de la muraille de chine qu'elle est le seul ouvrage humain visible de la lune : C’est totalement faux, mais tout le monde y croit, car à marteler une message, celui-ci finit par devenir une réalité . Et qui  va à l’encontre de cette idée communément admise s’expose immanquablement aux critiques les plus vives, car l'être humain, même révolutionnaire, est conservateur.

Comment une ressource qui par définition-même ne s’use pas pourrait elle être rare ?

On vit avec l’idée que l’eau du robinet est le produit le plus contrôlé du monde, que l’eau en bouteille est beaucoup plus chère que l’eau du robinet : Ces affirmations également une fois posées deviennent des vérités, alors qu'en fait, à condition de réfléchir, l’eau du robinet est notablement plus chère que l’eau en bouteille si l'on fait un raisonnement économique prennant en compte la valeur d'usage.

Le traitement de l’eau est destiné à la rendre potable. Un français consomme environ 165 000 litres d’eau annuelement, et sur cette quantité, entre 0,5 à 1% seulement devrait être potabilisé, le reste etant de l’argent dépensé inutilement. Le vrai calcul du coût  de l’eau potable consiste donc à diviser le prix facturé par le service rendu : Rendre potable de l’eau pour le lave-linge ou les toilettes n’est pas un service mais une contrainte imposée. On n’a pas besoin pour faire la vaisselle d’avoir de l’eau exempte de stéroïdes hormonaux.

Et là, oh surprise !  on est largement au dessus du prix de l’eau en bouteille.

C’est vrai que je suis naïf et que ma remarque est stupide, mais vous viendrait-il  à l’idée de faire votre lessive avec du vin ?

C’est pourtant très exactement le même raisonnement qui vous est proposé et présenté comme une vérité comptable quand Veolia, Suez et les autres vous affirment que l’eau du robinet est la moins chère du monde.

Je lis régulièrement le journal officiel, et un petit entrefilet m’avait sauté aux yeux : il s’agit de l’arrêté du 21 Aout 2008 relatif aux conditions de récupération de l’eau de pluie (lien ici) ,

Il s’agit de la publication d’un décret loi qui stipule que, dans certaines conditions, et à titre expérimental, le propriétaire d’une maison individuelle peut obtenir la conformité malgré une double alimentation d’eau dans sa maison (eau traitée et eau non traitée). J’ai appris à cette occasion qu’il était jusqu’alors interdit de faire parvenir par un réseau de l’eau non traitée dans sa maison. La sanction est une déclaration de non-conformité. Le texte auquel je fais allusion change cet état de chose au permettant d’alimenter ses toilettes avec de l’eau non traitée sous certaines conditions.

La question, pour aussi mineure qu’elle semble être est intéressante, car elle met en avant le fait que jusqu’à il y a un an et demi, on était obligé d’avoir de l’eau potable – « la plus sure du monde » – pour évacuer des excréments

Cela parait tellement grotesque, et pourtant…

Pourtant, la vraie question, c’est de savoir qui a influé pour que de telles aberrations persistent aussi longtemps…

Vous avez une idée ?

Moi oui,

Mais….

09/12/2008

L'insécurité routière bling bling

1          L’insecurité routiere

Winter Le 8 Décembre 2008  http://urbanitasmagories.blog.20minutes.fr/

« On nous l’annonce en boucle sur France info : Le nombre de tué à diminué de 16% en novembre ce qui correspond à 63 vies sauvées »

Donc voila. Le gouvernement n’a strictement plus rien à proposer pour sortir la France du marasme, fore sauver des vies.

Soixante trois, ce n’est pas rien, et pour paraphraser notre bon suzerain, « aller expliquer à toutes ces mères de familles épeurées dont les enfants sont morts victimes des chauffards si soixante trois vies, cela n’a pas d’importance. » (c’est moi qui met les guillemets, mais le style y est, non ?)

Bien sur, soixante trois vies, c’est bien.

Mais si l’on arrêtait tout simplement de conduire, ce ne serait pas soixante trois vies qui seraient épargnées mais presque 4000, car la vérité des chiffres, c’est 3.897 décès à ce jour en 2008 contre 4.210 en 2007 et 10000 en 1988

Et si l’on y regarde de plus près, le nombre de vies sauvées n’a rien à voir avec l’installation de radars automatiques ou de retraits de points de permis. Pire que cela, on peut considérer que l’installation de radars est un échec sur le plan de la sécurité car lorsqu’on regarde l’évolution des courbes, on ne constate pas de corrélation avec l’augmentation du nombre de radars.

C’est donc du pipeau, comme tout le reste.

Le nombre d’accident sur la route ainsi que de décès est en décroissance constante sur les dix dernières années. L’instrusion des radars automatiques n’a strictement rien changé à cette inflexion , et son seul effet incontestable est que cela a permis de faire passer de l’argent de la poche du contribuable à celle de leurs pourvoyeurs.

C’est con, mais au moins cela, c’est incontestable.

Car les seuls éléments qui impactent les statistiques de l’accidentologie routière sont

1)     les constructeurs avec tous les progrès réalisés sur les véhicules (airbag ABS etc…)

2)     les sapeurs pompiers qui interviennent de plus en plus rapidement, ainsi que la médecine qui est de plus en plus efficace

3)     la pauvreté galopante qui fait que les gens achètent de plus en plus de titres de transport en commun et de moins en moins d’essence, car un kilomètre de plus fait en chemin de fer, c’est un kilomètre de moins fait sur la route, et il suffit de regarder les résultats de la SNCF.

 

Le reste, c’est du baratin d’affairistes politiques dans lequel les gouvernements successifs sont passés maitre, avec toutefois une médaille bling bling pour notre bon suzerain.

 

03/01/2008

On est peu de chose Madame

"On est peu de chose Madame, donnez moi un kilo'dbananes" 

 Deux chiffres intéressants glanés sur le net :

Au mois de novembre 2007, la Chine comptait  539,38 millions d'abonnés au téléphone portable (+18,40 % sur un an) , et 369 millions d'abonnés au fixe .

Juste pour ce même mois, les chinois se sont envoyés plus de 51 milliards de SMS . . . .

(A titre de comparaison, pour la bonne année, la France à culminé à .... 50 millions de SMS)

Tous les signaux par onde s'envolent aussi dans l'espace : S'il y a des martiens qui nous épient quelque part, leurs oreilles radars grandes ouvertes à notre écoute, il y a plus de chance pour qu'ils apprennent à parler le mandarin que le français, en vue de leur prochaine arrivée sur Terre.

On en frémit d'avance, d'autant plus que le mandarin en style texto, ça doit être un peu obscur.

01:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : martiens, ufo, chine, sms, ovni, portable, téléphonie | | |  Facebook

28/12/2007

wifi,micro-ondes et télévision : même combat !

Winter le 28 Décembre 2007 http://urbanitasmagories.20minutes-blogs.fr/ 

" On ne le répetera jamais assez : il y a un véritable danger à être trop exposé aux ondes radio. Pourquoi ? A l'heure ou Roselyne Bachelot appelle les parents à la prudence sur l'utilisation de téléphones portables pour les enfants, la réponse est sans doute moins triviale qu'on l'imagine (enfin la mienne...)"

 

Quand j’étais petit, dans les années 60, il n’y avait pas au domicile familial de télévision

Moi, le jeudi après midi, j’allais voir Zorro chez une voisine sympathique & accueillante qui avait l’immense privilège d’avoir un récepteur d’ondes télévisuelles .

Mes parents, fort catholiques, et voyant dans l’arrivée de cette nouvelle technologie l’œuvre de Satan, refusaient avec virulence l’ immiscion des émissions cathodiques, au prétexte qu’elles allaient nous dégrader le cerveau . L es journaux de l’époque qu’on pouvait lire à la maison donnaient quand à eux des conseils pour ne pas s’abîmer les yeux en regardant la télévision, pour éviter que les enfants ne veillent devant le « poste », etc…

L orsque le lendemain à l’école mes copains, eux,  racontaient le film de la veille, je ne pouvais qu’écouter car le soir j’avais juste le droit de lire dans mon lit jusqu’à 20h30 de la littérature choisie, plutôt orientation bayard presse que pif gadget, car  pif c’était de la littérature communiste .

Ce n’est donc seulement qu’une fois nous eûmes tous, frères et sœur, quitté le nid familial que mes parents firent l’acquisition d’un poste récepteur de télévision .

Plus tard, le micro onde est arrivé, et on a dit la même chose sur l’impact des ondes; mes parents n’ont jamais acheté ce type d’appareils .

Mes parents étaient décédés, et l’arrivée du téléphone portable a remis au goût du jour cette théorie qui veut que l’émission des ondes ait un impact sur le cerveau des gens .

Aujourd’hui, c’est le wifi qui est en passe d’être accusé .

Que penser exactement ?

Et bien, après des années de réflexion, je pense que la télévision est une œuvre globale d’abêtissement du genre humain . Il suffit pour s’en convaincre de regarder la qualité des émissions de TF1, M6, L CI etc… . On est dans le domaine du n’importe quoi, avec des animateurs dont le niveau intellectuel à l’instar de leurs émissions frise l’indigence, et se prennent pour les maîtres du monde .  Mais le plus incroyable, c’est que les gens paient très cher des abonnements et des  redevances, et en redemandent : pour preuve que mes parents avaient raison . L a télévision rend fou .

Dans mon foyer, nous avions, comme beaucoup, une télévision dans la salle à manger . Les horaires des repas étaient quasiment dictés par ceux des chaînes de télévision, on se couchait tard avec le sentiment le matin d’avoir gâché une partie de sa vie .

A la faveur d’un déménagement, nous mîmes la télévision dans une pièce dans laquelle nous ne sommes pas obligé de passer, une sorte de bibliothèque . En fait, nous constatons désormais que la famille – enfants compris - ne regarde jamais la télévision, ou uniquement pour voir des émissions qu’elle souhaite voir . Nous ne nous couchons pas plus tôt, c'est-à-dire que l’heure et demi que nous perdions auparavant devant la télévision, nous (enfants compris) la consacrons à autre chose : sur une famille de cinq personnes, cela fait globalement par an 122 jours d’utilisés à meilleur escient : la lutte pour les 35 heures par semaines, à côté, fait pâle figure, non ?

Pour ce qui concerne le four à micro ondes, je ne sais pas si les ondes qu’il émet sont nocives . Ce que je constate, c’est que si je donne à mon chat deux boites de paté, l’une cuite au four et l’autre cuite au micro onde, une fois refroidies, il mangera systématiquement celle cuite au four . Pourquoi ? Je n’en sais strictement rien . Mais ce n’est pas parce que mon chat se précipite sur telle ou telle marque de croquette que ce serait également bon pour moi . Néanmoins, ce qui est sur, c’est que le four à micro ondes, en privilégiant la rapidité sur la qualité, laisse à la famille plus de temps pour regarder la télévision . Cqfd .

On peut se poser la même question sur le téléphone portable, qui est devenu un outil totalement indispensable de notre vie moderne . En vérité, lorsque je suis dans le train en revenant du travail ou dans les toilettes chez moi en train de répondre à mes emails sur mon blackberry, la légitimité de la question trouve toute sa quintessence :

Mes parents n’avaient il pas raison ? L ’utilisation des machines émettant des ondes n’asservit elle pas les gens plutôt que de les affranchir ?

& la grande astuce de toutes ces machines qui permettent soit disant de gagner du temps, c’est qu’en nous permettant de faire beaucoup plus de chose, elles nous font travailler incomparablement plus qu’on début du 19eme siècle, quoi qu’en disent les statistiques qui se focalisant uniquement sur la durée du travail sont incapables de quantifier l’énorme fatigue intellectuelle induite par l’accomplissement d’un nombre toujours plus grand et plus varié de tâches, nous donnant en cela l’alibi intellectuel à nous  divertir (au sens ou Pascal l’entendait) à la vision d’émissions de télévision totalement débiles, et hop, la boucle est bouclée .

C’est en cela que la télévision rend fou . Il est à craindre que le même raisonnement s’applique rapidement à l’internet .

13:25 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ondes, micro-onde, wifi, portable, télévision, tf1, roselyne | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu