UA-29881888-1

Avertir le modérateur

23/09/2011

Juifs, Palestiniens, faudra-t-il les tuer tous pour en finir ???

 

http://www.mai2012.fr/

Winter, le 23 Septembre 2011

 «La honte de l’humanité»

Mai 2012 est en route dans notre petit pays, dans une indifférence assez peu relative. Mais à l’ONU, aujourd’hui Mahmoud Abbas, le leader de l’autorité palestinienne, est monté à la tribune de l’ONU pour demander au nom (d'une partie) de son peuple la reconnaissance par la communauté internationale de l’Etat de Palestine.

Tant il est nécessaire qu’un arabe soit avant tout un terroriste, personne n’aura remarqué que faisant cela, le chef de l'autorité palestinienne actait tacitement la reconnaissance  de l'Etat d’Israel, ce qui est loin d'être une mince affaire...

Le Hamas, mouvement révolutionnaire créé de toute pièce pour accréditer la thèse de l’arabe terroriste, est bien évidemment contre. Israel est sourd au malheur des Palestiniens. Car il ne fait peu de doute que ce qu'Israel veuille avant tout, supportée en cela sans complexe par les états unis, ce soit  la guerre, la guerre, rien que la guerre, toujours la guerre, cette guerre qui conforte l’état juif dans son statut de victime, statut dont Israel pense qu’il lui confère le droit d’être plus impitoyable que le furent jadis ses bourreaux du troisième Reich.

Mais les hommes et femmes de tous le pays en ont assez de voir leurs enfants vivre dans la haine de l’autre, les hommes et femmes de tous pays en ont assez de cette querelle qui ne rime à rien sinon à vendre des armes aux uns et aux autres.

Les enfants de Palestine et d’Israel sont les mêmes que les notre : Ils aspirent à la paix, à jouer comme les enfants de leur âge, avec des jeux de leur âge, et non pas à l’ombre d’un mur de la honte, sous les miradors d’apprentis nazis…

L’état d’Israel, en refusant la main tendue des palestiniens, a raté aujourd’hui une fois de plus un nouveau rendez vous avec l’histoire.  Enfin, Barrack Obama, en refusant la proposition du leader palestinien a lui aussi raté un grand rendez-vous avec l'histoire..

Peut être faudra-t-il qu’on enterre définitivement les restes d'un Ariel Sharon mort vivant pour que juifs  et palestiniens comprennent qu’ils n’ont d’autre alternative que celle de tenter de partager le pays avec les habitants qui étaient là avant eux, ou d’aller vivre ailleurs.

 


21/09/2011

Les dettes de la Grèce ? Quelles dettes ?

 

http://www.mai2012.fr/

Winter, le 21 Septembre 2011

 «Mai 2012 sans la Grèce ? »

La Grèce est en faillite. DSK propose de rayer d’un trait de plume sa dette. Tout le monde crie : « haro sur le baudet ! » , Fillon en tête - lorsqu’on parle de baudet, derrière ses airs de premier de la classe, le premier ministre n’est jamais très loin.

En vérité, quel est le problème ? La dette des USA est colossale (100% du PBI). La Grèce est à 150% et la France à 85 % (pour mémoire, parmi les critères de convergence du pacte de Maestricht, c’est 60% du PIB…)

Est-ce vraiment dramatique ?

Pas réellement : L’argent-dette est devenu la monnaie d’échange du monde moderne (Confère la crise des sub-primes). Finalement, plus on a de dettes, plus on a de pression sur les pays qui nous entourent… regardez bien la chine : Elle tremble à l’idée de penser que ses colossaux avoirs (exprimés en dollars) ne se dévaluent. Les américains le savent bien, et plus ils s’endettent, plus ils mettent de pression sur le yuan… Jusqu’où iront-ils ?

Ce qui compte, c’est d’effrayer le cochon de payeur (l’européen) avec des termes qu’il ne comprend pas vraiment.

Le vrai enjeu de la dette, c’est la durée de vie du débiteur, pas de celui qui fait crédit.

19/09/2011

DSK incroyable talent

 

http://www.mai2012.fr/

Winter, le 19 Septembre 2011

 «Mai 2012 : DSK out»

Dimanche 18 septembre 2011. TF1. Journal de 20h00. Dsk se fait offrir 20 minutes pour s’expliquer devant les français. Record d’audience battu : quasiment 14 millions de téléspectateurs. Au prix de la seconde de pub, cela fait une belle avance de la part de la chaine privée...

Je n’ai pas regardé.

Bien que l’envie fût grande, je n’ai pas regardé.

Pourquoi ?

Quelque chose me disait que, pour un homme auquel à tort ou à raison on imputait à son immense pouvoir ses supposés et assez minables méfaits, il y avait trop de provocation à s’arroger les deux tiers d’un journal d’une des plus populaires chaines de France pour expliquer une histoire de fesses qui avait mis par terre bon nombre d’espoir, ceux des gens de gauche, qui croyaient encore que DSK était socialiste, et toute sa cour, dont les noms circulaient déjà dans son shadow-cabinet , et qui devraient désormais se trouver ailleurs un porte-feuille : Martine Aubry, Manuel Walls, Pierre Moscovici et bien d’autres…

Quelque chose me disait qu’il valait mieux se taire…attendre gentiment la fin de l’orage, se faire petit, ou mieux, écrire, modestement, dans une tribune à petit tirage – l’exercice scriptural est toujours plus délicat que l’exercice oral tant il oblige à la pesée de chaque mots qui seront lu et relus – et attendre que les réactions se fassent.

Alors je suis resté chez moi au calme sous ma couette.

C’est seulement le lendemain que j’ai vu dans la presse les âneries débitées par DSK. Cela m’a dépité. « j’ai manqué mon rendez vous avec les français ».

L’homme est à terre. Il est défait, décomposé. Il a entraîné dans sa chute ses amis, ses idolâtres, ses fans. Mais il ne s’arrête pas là… il met définitivement Martine Aubry à terre…

Décidément la gauche française est pitoyable…

Sarkozy doit être plié de rire : sans talent, pouvoir battre sans la combattre et avant la bataille une personne qui en a, mais qui s’autodétruit sans effort, que peut-on demander de plus ?

14/09/2011

le crétin & l'iphone

Winter, le 14 Septembre 2011

www.mai2012.fr

«Juifs et nouvelles techno»

Des lors que vous avez un i-phone, vous rentrez dans le mondes des « zapplications. ». Apple ayant conçu une plate-forme de développement qui rend la réalisation de mini-programmes tournant sur sa gamme de smartphones à la portée de n’importe qui, on trouve des zapplications pour a peu près tout et n’importe quoi.

Certaines sont utiles, d’autres sont drôles, pratiques.

Un petit gnôme a développé une application qui permet de savoir qui est juif et qui ne l’est pas.

http://itunes.apple.com/fr/app/juif-ou-pas-juif/id4467518...

Au delà de l’aspect inutile de l’application, on peut vraiment s’interroger sur ce qui peut amener un crétin - qui dit s'appeler Johann Levy -  à penser une telle application.

Pourquoi pas une application qui vous dirait qui est homosexuel et qui ne l’est pas, qui est asocial et qui ne l’est pas…

Les jeunes ont vraiment la mémoire courte...Accessoirement, qu'Apple laisse faire de telles applications laisse rêveur : Vraiment, nous n'avons plus besoins de dictateur, le peuple lui-m^me fait sa propre dictature....

 

 

09/09/2011

le djihad islamique a plus d'une tour dans son sac

 

http://www.mai2012.fr/

Winter, le 10 Septembre 2011

 «11 septembre : le djihad a plus d’une tour dans son sac»

Dimanche, cela fera 10 ans que deux avions détournés par des terroristes s’écrasaient sur les twin towers de New York.

S’en suivait un passage en boucle sur toutes les chaines de télévision du monde entier de ces images inimaginables dans le pire des films-catastrophe : Un avion s’encastrant dans une tour, puis un autre dix huit minutes plus tard, dans la tour d’a côté.

anniversaire du , 11 septembre, reconstruction de groud zero, djihad, ben laden, attentas, UMP mai 2012 Sarkozy, élections, twin towersCet événement a profondément marqué notre imaginaire.

Un signe ne trompe pas : vous ne savez pas ce que vous avez mangé il y a un mois, mais si vous vous posez la question de savoir ce que vous faisiez et où vous étiez le 11 septembre 2001 à l’heure des attentats, vous vous en rappellerez de manière très précise.

Toutefois, cet événement, en terme de couts humains, n’est pas aussi catastrophique qu’il y parait puisqu’il n’y a eu « que » 3141 morts. A titre de comparaison, si l’on peu comparer l’action humaine avec celle de la nature, en Haiti, en 2010, le tremblement de terre a fait plus de 200 000 morts : on n’en parle plus ; le Tsunami asiatique, lui, a fait, en 2004, pas loin de 300 000 morts ou disparus. Ce n’est plus qu’un souvenir lointain ;  Sur le plan économique, le coût de l’attentat est estimé à 24 milliards de dollars. A titre de comparaison, la charge de la dette française est, pour l’année 2011, d’environ 63 milliards de dollars. Ces chiffres permettent de relativiser.

Ce qui est important, c’est que cet événement a été érigé comme symbole du djihad islamique sur le monde chrétien. C’est sans doute très exactement ce que voulaient les auteurs, mais également les victimes.

Car les Etats Unis sont un pays tout neuf. Son histoire commence en novembre 1621 avec la première colonie britannique. En 1776, les colons s’affranchissent de la tutelle britannique et créent les Etats Unis d’Amérique.  Vu de notre  vieux continent, tout ceci est extrêmement récent. Pour beaucoup d’Américains, le simple domicile de beaucoup de nos concitoyens apparait comme un véritable monument historique.

Les peuples ont besoin de racines. Les américains n’échappent pas au genre et se créent des histoires. Ils ont inventé le western, censé rendre compte de la conquête de l’ouest. Ils apprécient faire des reconstitutions historiques, sur la guerre de sécession, ou tout autre événement de leur passé récent, à la façon du « spectacle du puit du fou », où le théâtre l’emporte souvent sur la réalité historique.

Aujourd’hui, la tragédie du 11 septembre 2001 est intégrée à part entière comme une page de leur histoire.

Beaucoup de zones d’ombre subsistent sur ces événements. Sans vouloir développer une improbable théorie du complot, on a du mal à ne pas s’interroger sur l’aspect trouble de certains éléments présentés comme des « faits ». La liste en est si longue que des livres entiers sont consacrés y sont consacrés.

Il reste certaines choses qui sont absolument indiscutables.

1)    Les images très traumatisantes que l’on a vues en boucle sont profondément ancrées dans notre mémoire collective mondiale ;

2)    Cet événement a mis en évidence des disfonctionnements majeurs entre les différents organes de sécurité du pays supposé le plus puissant de la planète ;

3)    Après la guerre froide, cet événement a été le point de départ d’une nouvelle opération de scission du monde (« l’axe du mal ») entre « bons » et les « méchants », concept particulièrement américain s’il en est.

Ce qu’il reste aujourd’hui aux Etats Unis du 11 septembre, c’est une page d’une histoire dont l’encre n’est pas vraiment sèche.

08/09/2011

Coca Cola veut politiser les gosses !

 http://www.mai2012.fr/

Winter, le 8 Septembre 2011

 «Boycotter Coca Cola ?»

La France cherche de l’argent. Désespérément. Tous les coups sont permis. Un député a eu une riche idée : Taxer les sodas. Pourquoi ? Ne cherchez pas de logique dans la course à l’échalotte… Les taxes stupides ne sont pas une invention de l’UMP.  

Rappelez vous : L’impôt sur les chiens, institué le  2 mai 1855 ; l’impôt sur les bicyclettes, instituée en 1893 et supprimée.. en 1959. En 1872 fût imposé le monopole sur …les allumettes, monople taxé jusqu’en 1992. En 1798 fût instauré l’impôt sur les portes et fenêtres, impôt supprimé … en 1926 !

Et aujourd’hui, nous avons la tva spécifique sur le chocolat blanc, la taxe spécifique sur les boissons non alcoolisées de 0,58 € par hectolitre d’eau minérale, la taxe de 2% sur poissons, crustacés, mollusques et autres invertébrés (sauf huitres et moules, allez comprendre pourquoi), les taxes municipales sur les loisirs de neige, la taxe de 2010 de 9,5% sur les appels téléphoniques passés dans le cadre des jeux téléphoniques, la taxe de 1976 de 3,25% sur les imprimantes et photocopieurs. La liste est longue puisqu’on recense plus de deux cent taxes diverses dont certaines totalement farfelues ou injustes.

Bref, on va donc taxer les sodas. Réaction immédiate de la firme Coca Cola qui annonce suspendre un investissement 2012 de 17 millions d’euros dans une usine des Bouches du Rhône.

Cette taxe sur les sodas devrait produire environ 120 millions d’euros de recette.

Bien qu’il y ait  quelque chose d’outrancier à taxer sans cesse la consommation, force est de reconnaitre que cette taxe a quelque chose de bon : Elle va forcer les français à réfléchir sur le fait que toutes ces boissons qui désaltèrent ne sont pas vraiment des alliées de la bonne santé, et qu’il vaut mieux se remettre à boire de l’eau.

Par ailleurs, la réaction de Coca Cola qui prétend boycotter les investissements qu’elle prévoyait faire dans le sud de la France en représailles à la politique fiscale française peut avoir un effet collatéral amusant : Elle risque de politiser un débat qui touche une population qui n’est pas politisée : les jeunes, ceux qui fréquentent le fast food et les super-marchés. L’effet boomerang peut être stupéfiant.

Il sera intéressant de voir si le gouvernement a suffisamment de cran pour ne pas céder au chantage de la multinationale. En tous cas, il est tentant de penser à boycotter Coca Cola afin de leur faire comprendre que la fiscalité ne doit pas être votée par les industriels mais par les représentants du peuple, pour autant qu'ils le représentent vraiment.


 

07/09/2011

la règle de plâtre et les enjeux de la dette nationale

 http://www.mai2012.fr/

 

Winter, le 7 Septembre 2011

 «Déficits»

Je ne suis pas économiste, encore moins financier, je ne connais rien en comptabilité publique,  mais je sais faire des additions. Lorsque je lis les programmes des hommes politiques concernant la question de la dette, à par Mélenchon, pas un seul ne dit de choses un peu construites. A commencer par Marine Le Pen qui raconte réellement n'importe quoi ( du style réduire l'immigration ferait économiser 40 milliards par an, ou encore supprimer les fausses cartes vital en circulation pour supprimer le travail au noir) .  Faisons ensemble l’effort de lire ces quelques chiffres, arrondis afin de donner une vision rationnelle de la question de la dette nationale  :

Le Budget 2011, c'est à dire ce qu'on prévoit d'avoir comme revenus et comme dépenses :

            200 milliards de recette, c'est-à-dire ce qu’on donne à l’état

            300 milliards de dépenses, c'est-à-dire ce que l’état nous redistribue

            Sur 2011, il manquera donc 100  milliards : C'est le déficit prévu sur l'année...

Le Produit Intérieur Brut en 2011, c'est-à-dire la richesse qu’on fabrique en France :

            1 800 milliards d’euros

A comparer avec le montant des dettes cumulées en 2011, c'est-à-dire le total des capitaux restant dus à ,ps amis banquiers :

            1 700  milliards d’euros

La charge de la dette en 2011, c'est-à-dire le montant des intérêts qu'on doit payer aux banques , uiniquement pour 2011 : 

            un peu moins de 50 milliards (45,5)

En synthèse, chaque année, environ un quart des recettes de l’état, c'est-à-dire de notre fortune à nous autres, français, sert à payer les banques, et le systéme mis en place fait que cela ne peut que mécaniquement augmenter puique depuis trente ans, tous les budgets sont programmés en déficit

Examinons ces chiffres d’une autre manière

            Le budget de la défense nationale en 2011 est de 31 milliards

            Le budget de l’éducation nationale en 2011 est de 60 Milliards

            A comparer avec les intérêts de la dette pour la seule année 2011 : 45,5 milliards

Précisons que l’éducation nationale fait travailler 3 fois plus de personnes que le secteur bancaire, lequel ne vit pas – loin de là – qu’avec de l’argent public…

La première condition, pour se débarrasser de la dette, est de revenir à un équilibre budgétaire. Cela ne peut se faire que deux manières : soit en augmentant de manière magistrale la croissance, ce qui augmenterait les rentrée fiscales, soit en diminuant de manière magistrale les dépenses.

Aucune de ces solutions n'est réaliste : On peine a faire un ou deux points de croissance, quand il faudrait doubler le PIB ; pour ce qui est des économies, on ne parle pas de dizaines de millions d'euros mais de dizaines de milliards, et ceci  sur plusieurs décénnies...

 

 

Une solution est de faire pour l'europe comme l'europe fait pour les pays du tiers monde : rayer les dettes d'un trait de plume.

Une solution rationnelle  pour se sortir de ce pétrin est de créer une énorme dévaluation, qui rendrait l'euro plus compétitif par rapport aux autres monnaies et permettrait d'augmenter les exportations d'une part et diminuerait d'autant la dette de l'autre. Les etats unis sont dans une situation encore pire que l'Europe, (leur dette est au même niveau que leur PIB)  et chacun des deux blocs attend, tapis dans l'ombre, pour savoir qui dévaluera en premier. C'est un grand jeu de poker menteur. Les chinois sont effrayés car leurs avoir colossaux étant libellés en dollars , une dévaluation américaine les obligerait à un report de leurs avoirs sur l'Europe où a imposer le Yuan comme première devise mondiale, mais il faudrait alors qu'ils réévaluent leur monnaie et donc fassent ainsi dégringoler leurs exportations...

On comprend bien que le problème n’est  pas celui de la dette, mais bien celui du système. C’est à peu près aussi simple que cela. Toutes les mesurettes autourde la question de la dette  ne sont que du colmatage sur un système qui a démontré sa toxicité pour les peuples.  Si les hommes s'organisent en seigneureries, baronnies, comtés, duchés, royaumes, états, confédérations, etc... c'est pour être défendus et non pour être pillés, sinon, la notion-même d'état perd tout son sens : c'est ce que nous risquons de vivre et c'est l'enjeu de la "financiarisation" de notre économie.

22/07/2011

DSK : Après la mère, la fille

 

http://www.mai2012.fr/

Winter, le 22 juillet 2011

«L'affaire DSK : Chaque jour un peu plus glauque»

Dans une précédente notule «l'affaire DSK expliquée à mes enfants », j'avais tenté d'écrire en français facile ce que je comprenais de cette histoire, relativement simple dans son déroulé, mais aux conséquences tragiques.

Voici que ce matin, le TIME fait des révélations totalement surréalistes, suite à l'entretien de Anne Moussouret avec Syrius Vance à New-York, dans le cadre de l'affaire DSK/DIALLO  : En 2000, DSK aurait essayé un peu la mère dans un rapport qu'elle décrit comme consensuel mais brutal, avant de se taper la fille en 2003. Vous me direz, c'est déjà arrivé à des gens très bien, ce genre d'aventures - je pense à notre première dame de France qui a essayé le grand-père de sa future progéniture avant de convoler avec son papa.

Il n'en reste pas moins que cette histoire ressemble de plus en plus à un gros sac de nœud glauque, qui risque de faire passer l'affaire d'Outreau pour une partie de rigolade.

Voila.

On se rappelle que dans notre morale judéo-chétienne - dont nous sommes imbibés même à notre fore défendant -  il y a dix commandements et sept péchés capitaux. Même si DSK, comme Mansouret sont aussi bons juifs que moi je suis bon chrétien, les règles de notre morale sont assez simples.Pieter_Bruegel_the_Elder-_The_Seven_Deadly_Sins_or_the_Seven_Vices_-_Lechery[1].JPG

Le dixième commandement nous dit que « Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain. ». A la décharge d'Anne Mansouret, le dixème commandement ne parle pas des chimpanzés, mais uniquement de boeuf et d'âne.

Un des sept péchés est la « luxure », c'est-à-dire la quête effrénée du plaisir sexuel. On  dit de ces péchés qu'ils sont « capitaux » car si on les enfreint, on risque d'y perdre la boule et tout ensuite se barre en sucette. C'est ce qui est en train de se passer pour le couple idyllique Sinclair / Strauss-Kahn.

 

17/07/2011

Eva Joly et le 14 Juillet. Peut être pas si sot que cela...

 http://www.mai2012.fr/

Winter, le 17 juillet 2011

«Eva et le défilé»

Eva Joly, celle qui portera les couleurs d'EELV en mai 2012 propose de remplacer le défilé militaire du 14 Juillet par un défilé citoyen.

fillon,eelv,eva joly et le 14 juillet,conscription,armée de métier,défilé,fête nationale,mai 68,alain richard,la réforme des arméesFillon, le premier ministre, lui répond en disant qu'elle n'a pas une culture très ancienne de la France, à quoi Eva Joly répond qu'elle ne descend pas de son Drakkar et est en France depuis un demi-siècle

Polémique, sur les bi-nationaux - Eva Joly est Franco-Norvégienne.

Quand j'étais mioche, on était dans la mouvance de mai 68. J'étais anti-militariste. En 81, Mitterrand arrive au pouvoir, et une des premières mesures qu'il prend pour satisfaire son jeune électorat est de tenir une promesse de campagne : la suppression de la conscription. On était tous super-content le 10 mai au soir place de la Bastille.

Alain Richard, ministre de la Défense, mena - d'une main de maître -  dans l'ombre et sans un seul soubresaut cette réforme pourtant majeure des armées : Professionnalisation, fin de la conscription. On n'en entendit point parler. Pourtant, des centaines de casernes furent démantelées, des opérations immobilières engagées dans tous les sens sur les territoires appartenant à la Défense ; des dizaines de milliers d'emploi furent supprimés : Lorsqu'on supprime les casernes dans une ville de garnison, ce sont les boulangers, les cordonniers, épiciers, bars, pressings etc etc ... qui ferment aussi. Cela s'est fait en toute transparence, mais de manière très discrète, grâce aux redoutables talents de gestionnaire d'Alain Richard.

Il aura fallu quelques années pour comprendre l'étendue des dégâts : La conscription était en fait le seul moment de la vie ou tous les hommes étaient égaux. C'était le seul moment où l'on pouvait inculquer le sens de la nation, la mise à niveau en lecture écriture et calcul de toute la population, palliant ainsi aux aberrations du système éducatif, le seul moment ou l'on pouvait mettre un arabe et un juif ensemble sans qu'ils ne s'entretuent, le seul moment où le pays appartenait vraiment à ses citoyens.

Alors, ce qu'a entériné cette réforme, c'est le fait que nous en tant que français déléguions notre pouvoir à d'autres : finalement, tout le contraire de ce que l'on voulait en 68...et l'une des conséquences de cette réforme a été sans doute la crise des banlieues, car la conscription donnait à tous un socle de culture commune, une identité qu'on ne retrouve aujourd'hui que dans le communautarisme.

Si l'on inscrit la remarque - qui au premier abord est assez curieuse - d'Eva Joly dans cette réflexion, alors elle acquiert tout sa dimension, et l'on peut même dire qu'elle fait preuve de plus de sens historique que n'en développe François Fillon. Car ceux qui défilent aujourd'hui en arme au 14 juillet, ce n'est pas le peuple français qui a pris les armes pour libérer la France, mais une armée de fonctionnaires qui en échange d'une solde qui n'est plus aussi négligeable qu'autrefois risquent parfois leur vie en Afghanistan... ou sur l'autoroute A7 lors des départs en vacances...

 

02/07/2011

Mai2012 : Yves Calvi et DSK : la probable relaxe. Alors, DSK président ?

http://www.mai2012.fr/

Winter, le 2 juillet 2011

«DSK : il a beaucoup d'argent, je sais ce que je fais»

Où l'on apprend que dans l'affaire de viol présumé qui oppose Mme Diallo à M. Strauss Kahn, on s'achemine vers une relaxe.

Dans l'émission « c dans l'air », présentée par Yves Calvi sur Arte, le 1er Juillet 2011, la question du retour en politique de DSK est posée.

alg_cyrus_vance.jpgLes invités en présence, Dominique Reynié, professeur à Sciences-po, Olivia Cattan, Présidente de « Paroles de Femmes », et Gérard Grundberg, politologue,  s'accordent à mettent en évidence le fait que, même si Dominique Strauss Kahn pourrait être libéré, les français ne pourraient voter en faveur d'un individu qui traine un tel voile d'immoralité. En somme, la question de son retour en politique ne pourrait pas se poser.

Cette vision est étonnement restreinte pour des gens aussi bien éduqués.

Car, si l'on exclut une manipulation de grande envergure, quel est le fond de l'affaire: une personne, M. Strauss Kahn, comme d'autres seraient accro à la coke, serait accroc au sexe. L'agora semble le savoir depuis des années, et malgré différentes alertes, à aucun moment la  moralité de M. Strauss Kahn ne sera remise en cause, la qualité de son travail étant systématiquement primée. Dans les médias, il restera même, jusqu'à cette malheureuse affaire du 14 mai, le non candidat déclaré idéal pour rassembler le peuple de gauche et l'on ira jusqu'à lui prédire un avenir de prochain président.

L'affaire Strauss-Kahn éclate et voici que s'effritent avec les espoirs de ceux qui en avaient leur héraut.

On s'achemine vers une relaxe, et, d'un seul coup d'un seul, si l'on écoute entre les non-dits le consensus tacite établi entre ces invités d'origine et de convictions diverses mais ayant en commun la conviction profonde de penser analyser avec justesse l'opinion, le seul qui supporterait l'immoralité d'un monde qui a jusqu'à présent supporté la sienne serait le prévenu lui-même.

L'analyse est un peu courte et étonnement restrictive.

Dans notre société , il devient de moins en moins évident que les faiseurs d'opinion soient encore attendus par les citoyens dans l'appréciation de ce que doit être la morale; cette affaire les dépasse complètement et ils ne le comprennent pas : A l'heure où la crise du système frappe gravement les plus fragiles, ceux-ci savent faire la différence entre les problèmes de fond et les détails : n'en déplaise aux défenseurs des droits des femmes, l'affaire DSK n'en est qu'un.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu