UA-29881888-1

Avertir le modérateur

20/04/2012

La douce odeur de la gamelle

Mai 2012.

Winter le 20 avril 2012

«Bon appétit»

Notre Bon Suzerain à d’ores et déjà perdu, laminé par la vague de mécontentement des gens qu’il a emmené sur le chemin des promesses non tenues.

Mais au-delà de sa propre défaite, lui qui confiait à Anne Lauvergeon, patronne d'Areva et amie de Besson, qu’il ferait président pendant une mandature pour aller ensuite travailler pour  Bouygues, c’est une grande part de la droite qu’il a emmenée sur le chemin de la déconfiture.

Car ne nous y trompons pas, il est en France tout un ensemble de personnes dont le métier, et donc le revenu mensuel, ce qui leur permet de vivre, de nourrir femme(s) et enfants est directement lié à la capacité de leur chef à mobiliser les forces vives de la nation.  Ce sont les sénateurs, les députés, les représentants de conseils généraux, et plus généralement ce qu’on appelle « grands électeurs » : ceux dont le métier est la politique. Ainsi, le chef de l’état n’est pas juste un chef politique, c’est également une sorte de chef d’entreprise, et, en capitaine de cette industrie sourde, de l’ombre, il se doit de mobiliser, fédérer, sensibiliser, gérer les ressources humaines que sont ses supporters.

Aujourd’hui, tous les députés qui vont perdre leur poste, les représentants divers et variés parsemés tout le long de notre complexe système de représentation qui vont devoir aller se recaser ailleurs et n’auront pas forcément l’entregent suffisant pour postuler chez Bouygues sont en droit d’être dans une colère noire devant le constat de l’ampleur de la manipulation. Certes, Chirac avait eu cette formule restée fameuse que « les promesses n’engagent que ceux qui y croient », tant l’attente de changement était forte que la pilule reste dure à avaler.

Les temps vont être durs : Il est à peu près aussi difficile pour un député mis sur la touche que pour un chômeur sexagénaire en fin de droit de se recaser. Et pourtant l’un et l’autre ont une famille à nourrir !

Si l’on regarde les choses sous cet angle, on peut comprendre les retournements de veste assez spectaculaires de ces derniers jours et ceux qui ne manqueront pas d’arriver prochainement.

Il fût un temps ou quelques faiseurs de mode lancèrent une vague qui connut quelques succès : les habits intégralement réversibles : vestes à deux couleurs, l’une intérieure et l’autre extérieure, pantalons et polo de même. Cette mode fît long-feu, sans doute trop complexe qu’elle était à mettre en œuvre, et générant par là-même des couts de revient peu compatibles avec un marché de masse.

chomage.jpgAlors il en est certains pour lesquels cela risque d’être terrible, car les costumes d’aujourd’hui ne permettent plus les retournements multiples. Ainsi, on voit mal comment les Besson, Kouchner et autres girouettes de la politique vont se recaser pour les cinq ans à venir. Eric Besson n’est pas un âne. Il a besoin du soutien d’Anne Lauvergeon, qui ne ménage pas sa peine pour lui venir en aide.

Le ballet des affamés va commencer. C’est très exactement ce qu’a exprimé Jean Luc Mélenchon hier à Paris en parlant de la « douce odeur de la gamelle ».

Bon appétit !

 

14/04/2012

La bonne gouvernance

http://www.mai2012.fr/.

Winter, le 14 Avril 2012

«De la réalité de la crise».

On ne gouverne bien que sous la peur. Qu’ils soient démocrates ou tyrans, tous les politiques qui se sont succédé depuis que l’homme est homme le savent, et Notre Bon Suzerain nous fait au quotidien une exceptionnelle démonstration de la permanence de ce principe.

S'il fallait ne prendre qu'un seul exemple, ce serait l'évocation du fait qu'en France, il y a plus de 27 millions de personnes qui n'ont jamais connu autre chose dans leur vie que le plan vigi-pirate, régime d'exception mis en place par Giscard, qui n'a d'autre vocation que d'imposer un ordre policier à notre société «moderne».

C’est l’appétit d’autre chose qui fait le génie de l’Homme, et qui permet de faire évoluer la société. Mais « évolution » ne va pas de paire avec « gouvernance », car l’évolution est l’antichambre de la révolution.

Ainsi l’homme politique, par définition conservateur, n’a jamais manqué d’imagination pour inventer des peurs propres à juguler l’appétit d’autre chose de ses congénère, depuis Vigipirate, crise financière,bâle iii,mai 2012,ump,sondages,calendrier,présidentielles,1er tour,victoire de mélenchon,victoire de sarkozyl’invention de « l’Exode », en passant par celle de « Jésus », des religions et esprits malins divers, jusqu’au réchauffement climatique, et, aujourd’hui, « la Crise. », dont le traitement doit être notre nouvelle religion.


Certes, la remarque peut paraitre déplacée lorsque des millions de personnes se retrouvent sans rien pour manger, et l’on pourrait me rétorquer que la crise est là et bien réelle. Mais « réelle » ne veut pas dire « naturelle » : la nature ne vit que par rééquilibrages successifs, tandis que l’homme politique n’a d’autre obsession que d’entretenir des déséquilibres permanents, les seuls qui lui permettent de justifier sa position de prédateur.


Tous les événements économiques que nous vivons ne sont que billevesées dont l’unique objectif est d’asservir les gens pour faire une société docile.

Le prochain président aura-t-il le courage de faire cet aveu ?

Rien n’est moins sur. C'est pour cela qu'il ne nous sert pas à grand chose.

 


10/03/2012

Halâl ? ah! là c'est l'allalie !

 mai 2012.

 Winter, le 10 mars 2012

  «Le niveau zéro de la politique»

 Les français doivent le savoir, le plus rapidement possible et de préférence avant le mois de Mai : En ile de France, toutes les boucheries sont halâl : Pas juste la boucherie du coin, ump, victoire de sarkozyqui fait de la viande au rabais, non ! Toutes !  Même avec le tournedos à 110 euros le kg. C’est la demi-sotte de la Trinité sur Mer qui nous l’explique, tôt relayée par les ânes de l’UMP.

Guéant, tout attentif qu’il est à la défense des valeurs de la République, surenchérit : Il y a tellement d’arabes en ile de France que bientôt dans les cantines, on ne mangera plus que halâl.

 Alors qu’il faut être réaliste : En Suède, on est peinard, pas d’Arabe. Bon, on n’y mange que du chou bouilli, mais du chou suédois.

 Autant vous dire que si en 732 Charles Martel n’avait pas eu cette idée saugrenue d’arrêter les arabes à Poitier, ils seraient montés tout droit à Stockholm et on serait maintenant tranquille avec nos cuisses de grenouilles bien de chez nous.

 Les hommes politiques ont la mémoire bien courte : Henri IV à trop jouer avec les religions, 2wf0868.jpgsubit durant son règne une vingtaine d’attentats dont souvent nous ne connaissons que le dernier, perpétré par Ravaillac, fervent catholique qui voyait dans son monarche un traitre à la papauté, donc à Dieu. Ravaillac mouru écartelé, ce qui nous ramène à la boucherie.

Gue%CC%81ant.jpg

Il en va de l’Etat comme de la table : Il vaut mieux éviter d’y parler religion, car quand l’état légifère dans l’espace, la religion le fait dans le temps ; ces deux dimensions sont si intiment liées que lorsque l'on tape sur l'une, c’est mathématiquement toujours au détriment de l’autre…

A l'heure où, pour beaucoup de français, manger de la viande redevient un luxe, où, pour beaucoup de parents, payer la cantine est chaque jour plus difficile, ce discours sur le halâl revêt une dimention dont le surréalisme ne peut s'expliquer que par le confort douillet des portefeuilles ministériels d'une troupe en déroute qui, malgré ses efforts pour démontrer la congruence de son niveau de réflexion avec le vide absolu, ne saurait nous faire oublier que ce sont bien les arabes qui ont inventé le zéro.

Pas eux.



 

03/03/2012

Guéant, fidèle serviteur de la République

http://www.mai2012.fr/.
Winter, le 2 mars 2012


«Messire Gueant pourfeng l’estranger»


« Chacun comprend que si on reçoit moins d'immigrés, les choses se passeront mieux », a indiqué Claude Guéant, dans le cadre d’un propos sur vote des étrangers.


Ainsi Claude Guéant ouvre tout grand le débat, prédisant même que bientôt, à cause de tous ces français étrangers , il n’y aura plus que de la viande hallal dans les cantines.


Claude Guéant, en bon serviteur de la République Française, collectionne les propos dont l’objectif est de dresser une partie de la population contre l’autre. Pourquoi ? Cela est-il nuisible au débat politique ? Non ! Car la République, la vraie, une et indivisible, ne peut se construire que la douleur, les larmes & le sang ; et Claude Guéant, en fin stratège de Notre Bon Suzerain, l’a compris avant tout le monde.

Si Claude Guéant pouvait également nous aider à chasser les Bretons hors du Montparnasse, cela nous permettrait de rendre l’ile de France aux vrais français, ceux qui étaient là avant que Le Pen ne vienne courtiser la veuve Lambert, je pense aux Véliocasses, aux Aulerque, aux Eburovices et autres Lexoviens


Alors, crions tous avec Guéant : "Que Bécassine retourne à la Trinité sur Mer !"


Pourchassons, l’étranger de partout, puisque, comme nous l’explique notre fidèle serviteur de la République, Chevalier de la Légion d’Honneur & Commandeur de l’Ordre National du Mérite, les choses se passeront mieux. Chacun peut le comprendre : ce n’est pas très compliqué. Exit les Rachida Data, les Rama Yade et autres estrangères qui viennent manger le porte-feuille ministériel de nos français !


Mais il y a un souci : avec les mélanges de générations, et sans ces petits signes distinctifs tellement pratiques dont nos ancêtres teutons avaient le secret, on a de plus en plus de difficulté à repérer un vrai français d’un immigré. C’est tellement vrai que parfois, l’on va même jusqu’à élire un fils d’émigré Président… Alors, on peut se poser la question : Claude Guéant, avec sa tête couperosée de près et ses idées de dernier de sa race , est-il vraiment aussi français qu'on le pense ?


Pour le savoir, le plus simple serait de l’ouvrir….

 

25/02/2012

UMP : la machine à perdre...

Mai 2012.

Winter le 25 Fevrier 2012

« La TVA sociale »

EMachine-a-perdre.jpgn revisionnant cette petite vidéo de 2007 (ici)  sur l'augmentation de la TVA, on se dit que Notre Bon Suzerain est frappé d’Alzeihmer.

La TVA dite « sociale » lui a fait perdre les législatives de 2007 : Dans une folle danse suicidaire, le bougre continue, mais à deux mois de tenter de se refaire élire...

La machine à perdre est partout !

 

 

 

 

 

UMP et philosophie de comptoir

Winter, le 25 Février 2012

www.mai2012.fr

«La France en mouvement... brownien (1)»

Le 13 décembre 2011, l' Assemblée Nationale avait adopté en deuxième lecture la création du fichier des données biométrique. La loi sur la « protection de l’identité » prévoit, à partir de 2012, la mise en place d’une carte d’identité contenant des informations biométriques, munie d’une puce « commerciale » facultative, et la création d’un fichier d’une ampleur jamais égalée en France.

1242505416.jpgEn Allemagne, il y a quelques temps, nos amis d’outre Rhin  avaient déjà il y a quelques temps rationalisé l’identité.

Vendredi dernier,  Notre Bon Suzerain a entamé sa campagne électorale par un hymne au travail. En cinquante cinq  minutes, l’homme qui, en cinq ans, a mis la France au chômage , a réussi a  prononcer plus de cent fois le mot « Travail ». Très beau tour de passe-passe, mais regardons un peu plus loin :

Dans cette diarrhée verbale sans grand sens, un mot a retenu toute mon attention  : C’est le mot  « travail obligatoire » pour les bénéficiaires du RSA. Pourquoi pas « Service de Travail Obligatoire » ? Cela sonnerait plus juste. Ainsi, les bénéficiaires des minima sociaux se verraient imposer un service de « travail obligatoire » de quelques heures par semaine.

Le « STO », cela nous rappelle les bonnes heures de l’occupation, et cela nous permet de faire le lien avec le point de départ de cet article. Je rappelle pour les plus jeunes que le STO, c'était, pendant l'occupation de la France par les Allemands, l'obligation faite à certains français d'aller travailler en Allemagne afin de remplacer la main d'oeuvre boche qui partait au front. ...

http://www.laintimes.com/wp-content/uploads/2010/02/sto.jpg

Avec cette idée débile de « travail obligatoire », en seulement dix huit lettres, Notre Bon Suzerain nous expose toute la philosophie de comptoir de ses conseillers. La formule est tordue, vicieuse et blasphématoire,  et de plus, échappe à toute logique rationnelle. On pourrait en débattre pendant des heures, mais voici simplement quelques réflexions qui me viennent en vrac sous le coup de la colère :

Dire que le travail pour certain va être obligatoire, c’est laisser penser que pour les autres, il est facultatif. C’est non seulement faux, mais c’est en plus complètement stupide : Vous  connaissez beaucoup, vous, des personnes pour lesquelles le travail est facultatif ? Et même lorsqu’ils sont assez riches pour qu’il le soit, ils ne peuvent s’empêcher, au golf l’après midi, de parler business…

Rendre obligatoire le travail pour les bénéficiaires des minima sociaux, c’est laisser penser qu’ils sont fainéants : Mais si l’on prend les intermittents du spectacle par exemple, dont le mode de calcul des allocations est fait pour rendre très riches ceux qui se font en quelques heures de spectacle des fortunes, comme ceux qui gravitent autour de la cour Sarkozy, ne peut on pas dire que le système est construit pour encourager leur fainéantise ? Et ceux qui sont au RSA sont ils vraiment des fainéants ? A voir avec quelle ardeur les manouches font du porte-à-porte pour couper les arbres à l’automne, on peut vraiment en douter.

Dire que l’on va obliger une certaine catégorie de personnes à travailler, c’est dire qu’on va les punir de n’être que des parasites, c’est dire également que le travail est une punition : Et pourtant, c’est tout le contraire du projet de Sarkozy qui, en principe, nous explique que l’esprit d’entrepreneur  est une chance pour l’homme… L’obligation de travail : Encore une idée de théoricien au rabais.

Enfin, bien évidemment, parler du travail en le déconnectant de la valeur ajoutée est une absurdité : Le travail ne peut pas être une fin en soi : Cela         fait quatre mille ans que la bible nous explique (mais peut être Sarkozy ne lit pas la bible) que le travail est une punition (la chute du jardin d’eden dans la génèse).

63837924[1].jpgLe travail, c’est avant tout la punition infligée à  l’Homme qui veut s’approprier la nature : C’est là toute la métaphore du mythe de la Génèse.

En affirmant  le « travail obligatoire » pour une minorité, Notre Bon Suzerain tente-t-il de se mettre à la place du Dieu qui infligea à l’Homme pécheur l’exode du jardin d’Eden ? Ainsi, après Eve la pécheresse, les nouveaux pécheurs seraient les bénéficiaires du RSA ?

En affirmant  le « travail obligatoire » pour une minorité , Sarkozy le déclare de facto « facultatif » pour la majorité, et se livre à un exercice de haute portée  philosophique qui ne va pas réellement avec la taille de son costume et qui est en totale contradiction avec les valeurs qu’il est supposé incarner.

Voila l’état des réflexion de ces hommes qui nous gouvernent encore pour deux mois…

Cela fait un peu peur, non ?

======

(1) le mouvement brownien est une modélisation mathématique des interactions aléatoires entre les grosses et petites particules immergées  dans un fluide, qui permet de prévoir l'état d'un fluide, par exemple en thermo-dynamique. On utilise l'expression pour décrire une agitation permanente; fatiguante, répétée, ou l'on ne comprend pas vraiment grand chose mais qui est cencée aboutir à un résultat.

15/02/2012

Sarkozy et le plan Alzheimer

http://www.mai2012.fr/.
Winter, le 15 Fevrier 2012

«Vol au dessus d’un nid de coucou»

Ce n'était pas une surprise, mais bon, en période de crise, on peut manger du réchauffé :

Sarkozy a pris la parole, afin d’expliquer qu’il serait candidat à sa succession. Il a choisi pour cela le jour de la St Claude, patron des tailleurs de pierre,


Martin Bouygue, le Grand Bâtisseur devant l’éternel, a du être honoré.


Etant pris par mon travail, car j’essaye de travailler plus pour gagner plus, je n’ai pu suivre le discours de Notre Bon Suzerain. Je n’en ai vu que des extraits en replay.
Et là, je me suis demandé si Notre Bon Suzerain avait encore l’intégralité du contrôle des facultés mentales de ses conseillers :


Tout est à côté de la plaque. Il n’y a aucune cohérence, Tout est contradictoire avec les engagements pris devant les français il y a cinq ans. Il n’y a rien qui réponde à une quelconque logique, et il n’y a strictement rien de constructif à tirer de ce soliloque.
Comment peut-on être assez débile pour casser systématiquement le liant d’une société à l’équilibre aussi fragile en jetant de manière aussi caricaturale l’oprobre sur des populations aussi fragiles ?


Comment peut-on être assez débile pour proposer en programme ce qu’on n’a pas été capable de mettre en place pendant un lustre (pour les incultes, les chômeurs et les manouches, un lustre, c’est une durée de temps de cinq ans)


Nicolas Sarkozy veut redonner la parole au peuple français notamment en le consultant par un « référendum sur le chômage, l’indemnisation du chômage et formation des chômeurs ».


Mais c’est pas possible d’être à ce niveau de connerie ! Mais que se passe-t-il en France ? C’est dramatique !

Pendant ce temps, en face, Hollande explique que « les communistes n’existent plus ».

Veut-il rivaliser sur le terrain de la connerie avec Notre Bon Suzerain ? Croit-il vraiment que la social-démocratie qui fait des partouzes à New-York au frais d’un grand groupe de BTP, donc des contribuables, est le modèle de représentation que les électeurs attendent ?


Il y a en France des millions d’électeurs qui pensent que la mise en commun de la force de production et de la valeur ajoutée du travail est ce qui peut sauver le monde du cataclysme de l’égoïsme et de l’individualisme. Contrairement à ce que ces autistes pensent, cette classe existe, enfle et gronde le matin dans le train de banlieue.


Hollande devrait relire ses classiques, et s’intéresser aussi à elle !

10/02/2012

tiens ta droite !

http://www.mai2012.fr/.
Winter, le  10 Fevrier 2012
«Les modernes et les anciens»
Le futur des peuples se lit dans leur histoire. Et l’histoire aujourd’hui s’écrit sur Internet. Les peuples l’ont compris. C’est l’enseignement que nous donne ce qu’on a appelé « le printemps arabe ».


Ainsi, celui qui détient internet détient le monde. Notons que cette « liberté » d’expression mondiale est conditionnée par une grosse douzaine de serveurs américains et que l’attribution des adresses internet est  du ressort d’une société privée. Sans adresse IP, sans redirection de nom de domaine, pas d’internet. Pour être tout à fait juste, notons également que du point de vue technique, cela marche plutôt bien.


Sans connaissance technique particulière ni volonté d’en développer, j’avais commencé il y a quelques temps la tenue de ce journal avec un objectif bien précis : tester l’intérêt du monde politique pour celui de l’internet. Le moyen, c’était de mettre à l’épreuve le référencement de google sur des mots clefs les plus génériques possibles, mais propres à intéresser un futur président, du moins le pensais-je, autour d’un blog qui ne sera fréquenté quotidiennement par guère plus de 200 à 300 lecteurs.
A moins de 75 jours des élections, si vous tapez «Victoire de Sarkozy », ou tout autre combinaison du même acabit du style « Mai 2012 UMP » etc…  sur google, vous tombez sur mon modeste journal dès la première ligne, et ceci depuis des mois et strictement sans aucun moyen.


Internet est la vitrine du plus grand magasin du monde. Comme au supermarché, les produits qui partent le mieux sont ceux qui sont en tête de gondole. C’est pour cette raison que la première page de Google coute si cher, et que la première ligne n’a pas de prix.
Alors, comment expliquer, dès lors, que la tête de gondole soit occupée par un blog aussi insignifiant que celui que vous lisez ?


On peut trouver trois axes d’explication :

1)    L’indigence de la réflexion des conseillers en communication des grands mouvements politiques est dramatique. Si l’on n’en voulait qu’une illustration, on se tournerait vers la brillante explication de la hausse du cout de l’essence sur Youtube par Jean François Copé : « L’essence augmente car comme le prix du brut baisse, la demande augmente ; on en produit plus, donc il y a plus de TVA ». (Vous ne rêvez pas).

2)    Les « stratèges » se concentrent sur Twitter et Facebook, tant traumatisés qu’ils furent par les « printemps arabes ». Ils oublient le reste. Le reste représente une cible d’une tout autre valeur, car le pékin moyen qui votera pour le front national en 2012 n’a que cure de twitter et de facebook.

3)    Mais la conclusion la plus sévère de ce modeste mais particulièrement probant test s’impose d’elle-même : De droite comme de gauche, ils n’y croient plus ; ils ont jeté l’éponge.

A moins de trois mois d’un changement décisif dans l’histoire de notre Veme république, le constat est particulièrement dur.

Il est aussi très inquiétant : Si le politique lui-même se désintéresse de son propre gagne pain, comment peut il attendre que ses administrés, eux, s’y intéressent ?

L’histoire nous a enseigné que le désintérêt des hommes pour la politique est le ferment des fascismes de toute nature : La France de 2012 sera une France d’extrême droite. Nous prenons le chemin de la Hongrie, de la Belgique.

Ce n’est bon ni pour nous, ni pour nos enfants.

l'UMP et le troisième Reich...

http://www.mai2012.fr/.
Winter, le  11 Fevrier 2012

«L’UMP et le troisième Reich»


De même que Frederic Lefevre n’a jamais lu « Voltaire & Zadig », et pour cause, Notre Bon Suzerain n’a sans doute pas lu « Mein Kampf ».


Peu importe, son mauvais génie, Patrick Buisson, l’a certainement fait pour lui du temps où il travaillait pour le talentueux journal « Minutes ».


« Mein Kampf » est riche d’enseignements. Parmi ceux-ci, Hitler explique que le peuple est bête, ne comprend rien, et que pour le manipuler, il faut lui donner des boucs émissaires : Ce sera le rôle des juifs, des homosexuels, de tous ceux qui ne sont pas dans l’orthodoxie.
Aujourd’hui, en proposant un « référendum  sur le statut des chômeurs », Notre Bon Suzerain reprend une bien ancienne et périlleuse antienne.


L’histoire récente nous a montré où menait la stigmatisation d’une classe d’individus, mais, par delà ce détail, le rôle de l’état, sa raison d’être, sont d’assurer protection de la société et de l’individu. La couverture contre les accidents de la vie individuelle et sociale est venue au fil des régimes s’ajouter aux attributs régaliens du pouvoir, et un ensemble de dispositions législatives a au fil des siècles remplacé les murailles des châteaux-forts féodaux qui assuraient anciennement au peuple la sécurité contre les agressions.
En imposant le déremboursement  des médicaments, de taxer les mutuelles, et maintenant crier haro sur les chômeurs, Notre Bon Suzerain ne fait rien de plus que nous expliquer avec un talent pédagogique incontestable que les murs de son château se fissurent.


Alors, dans ce cas, l’Etat ne sert plus à grand-chose ; et en criant haro ! de manière inconsidérée sur tout un tas de  communautés, du chômeur au malade de longue durée en passant par l’immigré, Notre Bon Suzerain sert le dessein des anarchistes de tout poil, et remet en cause la fonction même des hommes politiques. Députés et sénateurs, eux dont le mandat politique est leur garde manger,  n’ont pas tardé à le comprendre…
Si Notre Bon Suzerain avait de la réflexion stratégique, il aurait compris que pour être audible, le pouvoir en déconfiture doit se concentrer sur un seul bouc émissaire, pas sur cinquante car le peuple a besoin de messages simples.


Décidemment, Notre Bon Suzerain manque vraiment de tact politique.

Alors que nous, nous savons où est notre adversaire. Nous savons qu’il est unique, simple et demeure une proie facile ; Nous savons que son eradication sera applaudie par tous et chacun, quel que soit sa religion, sa fortune, sa nationalité, son travail et sa santé.

Mais au fait, quel est il ?

 

31/01/2012

Amis banquier lève ton verre, et surtout, ne le renverse pas ...

http://www.mai2012.fr/.
Winter, le  31 Janvier 2012
«Plus c’est gros, plus ça passe»
Fort de leur premier succès auprès de la BCE, avec l’obtention d’un premier prêt de 489 d’euros le 22 décembre dernier – le plus gros prêt de l’histoire de la finance -  on apprend ce matin que les banques voudraient demander auprès de l’établissement européen… un prêt de mille milliards d’euros. Vous avez bien lu : mille milliards …
On nage en plein délir.
Pour comprendre ce que cela représente, s’il l’on estime qu’il y a sur la planète six milliards d’individus, cela fait 166 euros par tête d’humain. Le seul problème de ce chiffre astronomique, c’est que sur la terre, le nombre de personne vivant avec moins de un dollar par jour est supérieur à un milliard…
Ce chiffre est tout simplement colossal, et n’a aucune relation avec une quelconque réalité économique, mais si l’on tente d’en trouver une, il s’agit de dix fois la capitalisation boursière d’Intel, cinq fois la capitalisation boursière d’IBM etc etc… Tout ceci n’a strictement aucun sens.
Mais comme dit l’adage, plus c’est gros, plus ça passe…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu