UA-29881888-1

Avertir le modérateur

04/01/2019

L'intelligence artificielle et l'innovation

Marcel Renard

Le 4 Janvier 2019

«Intelligence artificielle et innovation »

Essayons, une bonne fois pour toute, d’en finir avec ce quiproquo : L’intelligence artificielle n’a pas d’avantage de rapport avec l’intelligence que Popeye avec les épinards : Tout vient d’une confusion sur le terme anglais « intelligence » , faux ami qui signifie en fait « renseignement », comme dans la CIA, Central Intelligence Agency.

Pour ce qui concerne ce qu’est l’intelligence, les avis sont partagés. Si l’on considère que c’est l’instinct de survie, alors la palme revient – doublement si l’on en croit les russes – à Jeanne Calment, ou à sa fille, plus qu’à Bill Gates.

Donc, partant de cette tautologie, on comprend que l’intelligence artificielle ne vise pas être plus intelligent, mais vise à récupérer de manière automatique des renseignements sur le monde extérieur dans le but d’améliorer les interactions que l’on peut faire avec ce dernier. On entend par interaction - puisque nous sommes dans une société de commerce - la fourniture d’un bien ou d’un service.

Jusqu’à ce jour, les informations que l’on peut récupérer nous sont livrées sont sous forme de données captées par des capteurs de tous types. En conséquence, les enjeux sur le monde de la donnée sont essentiels : Les américains l’ont parfaitement compris et c’est pour cette raison qu’il y a eu cette course entre le privacy shield et le cloud act d’un côté et le RGPD de l’autre.

Car le monde industriel a besoin de données, de masses de données, d’énormes et considérables masses de données, et plus l’on avance dans le monde de l’intelligence artificielle, plus la masse de données grossit. On exploite même les métadonnées, c’est-à-dire les données sur les données (par exemple le propriétaire d’un document, son adresse IP, sa localisation) et les métadonnées des métadonnées, c’est-à-dire les données sur les données des données (par exemple combien de fois il a modifié un document…)… Et ce n’est pas fini

Mais ces données, par nature, sont « données ». C’est-à-dire qu’elles ne sont pas déduites : Elles sont simplement collectées à partir de faits ou d’événements qui ont eu lieu, à un moment donné, quelque part, sous une certaine latitude, à une certaine température etc etc…: Quantité de gaz émis, Nombre de produits consommés, nombre de connections à un profil, de visites à un site, de pages supprimées etc etc… Les mécanismes d'intelligence artificielle vont tenter de faire, à partir de ces « données » des déductions, des pronostics sur la base d’hypothèses de travail produites par les ingénieurs de tous poils. C'est ainsi que l'on a vu poindre le scandale de Cambridge Analytica : Prendre des données de Facebook pour influer sur l'élection américaine.

A ce point, une question simple – mais fondamentale - se pose : Comment faire de l’innovation à partir de quelque chose qui par nature même relève du passé ?

Prenons quelques découvertes majeures du 20eme siècle, et projetons les à la lumière de l’intelligence artificielle : La théorie de la relativité, dont l’usage à défaut de la maitrise nous est indispensable pour utiliser nos GPS ; La découverte du génome humain ; La contraception ; Le plastique…. Quelque ce qu’intelligence artificielle aurait pu apporter à ces découvertes ? Est-ce que ces découvertes qui ont changé la face du monde, ont eu besoin de données ? La réponse est non, pour la simple raison que ces collectes de masse n'existaient pas et que depuis qu'elles existent, a n'a pas vu de révolution.

Pourquoi le terme « innovation » est lui aussi également trompeur ? On entend souvent par « innover » apporter quelque chose de neuf, alors que l’innovation devrait être entendue au sens de rénovation : On améliore, mais on ne révolutionne jamais.

Mais alors, dans un monde ou celui qui est le premier a un avantage concurrentiel qui est indéniable, comment doit-on faire pour inventer des choses réellement nouvelles ?

Et bien, c’est très simple : La première chose consiste à se débarrasser du passé : C’est-à-dire des données, qui sont beaucoup terriblement réalistes pour être futuristes.

Il est évident que lorsque la folie de la donnée sera passée, il y aura des entreprises qui paieront des gens à ne pas travailler, mais simplement à tourner des crayons de bois dans des tailles crayons en rêvassant les yeux dans le vide : Car l’innovation, la vraie, celle qui sera le monde de demain, ne peut pas surgir du passé, et ne surgira jamais du passé. Elle nécessite une liberté d’esprit totale, sans aucune contrainte. Peut-être même les entreprises se bagarreront elles pour embaucher des autistes à prix d’or, tant sortir du cadre deviendra nécessaire pour se différencier…

Mais la chance que nous donne l’intelligence artificielle, c’est de nous permettre de nous libérer l’esprit des choses qui n’ont aucun intérêt pour très précisément pouvoir le concentrer sur ce que sera le monde de demain. Le reste, c’est du marketing.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu