UA-29881888-1

Avertir le modérateur

19/01/2016

Chercheur en Emploi : Naissance d'un nouveau métier

Marcel Renard, le 19 Janvier 2015

«Courbe du chômage : Les maux des mots.»

Comme les plumes au Moulin Rouge, les mots servent parfois non seulement à travestir la réalité, mais aussi à la transformer.

Plus que tous autres, les hommes politiques le savent, car ce sont des mots qu’ils vendent, et c’est pourquoi l’on retrouve nombre de baveux dans les rangs des parlementaires.

Venons-en au fait. Normalement, le mot « commun » renvoie vers communauté, bien commun… Mais dans les années 1970, au moment où le programme commun de la gauche pouvait être une menace pour les forces libérales, il fallait impérativement associer au terme « commun » des éléments de langage négatifs. C’est ainsi que l’on pu observer un glissement insidieux du mot « commun » : l’automobile représentait la liberté ? Les transports publics représenteraient l’asservissement. On appellerait cela les « transports en commun ». Ne croyez pas que cette appellation se soit imposée en remplacement des «transports urbains » ou « transports parisiens » par hasard.inversion courbe.gif

De la même manière, dans les années 2000, sous les coups de boutoir du libéralisme pan européen, on assista à volonté de transformer à tous crins le rapport du contribuable au service public. Il s’agissait de livrer au secteur marchand tout de qui faisait auparavant le secteur public. Ainsi, presque un peu partout, le terme « usager », « contribuable » ou « administré » disparu au profit de celui de « client ». Aujourd’hui, vous êtes non plus usager, mais « client » à la SNCF, non plus patient, mais « client » à la clinique. Normalement, un client, c’est lorsque vous avez le choix. Le banlieusard qui doit prendre son transport en commun tous les matins n’a pas vraiment le choix, pas plus que le malade qui ne trouve plus de place à l’hôpital. Aussi, il est clair que la volonté de les assimiler à des clients relève bien d’un choix idéologique, ne croyez pas que le choix de ces termes doive au hasard.

En 2012, François Hollande, Président a contrario par hasard,  a misé la reconduction de son mandat sur un pari techniquement impossible à tenir : « l’inversion de la courbe du chômage ». En effet, d’une part sauf à réécrire toutes les mathématiques, inverser une courbe, cela ne veut rien dire, car si l’on peut inverser une tendance, inverser une courbe est un exercice assez …compliqué… d’autre part, le taux de chômage étant le thermomètre de la croissance, tant que celle-ci est en berne, la seule manière d’endiguer le chômage reste la politique des grands travaux, ce qui – au passage – permet de redistribuer de la richesse sur le contribuable en augmentant la qualité des services publics offerts.

Alors, on a trouvé en haut lieu il y a quelques jours une astuce. Mesdames Messieurs, soyez attentifs aux médias : car le mot est en train de s’instiller dans la société française : Dans les années soixante dix, lorsqu’on n'avait pas de travail, on était « chômeur ». Environ ving ans plus tard, cette appellation fût convertie en « demandeur d’emploi ». Cette mutation permettait, à défaut de donner une dynamique à l’emploi, d’en donner une au chômeur qui, de passif, devait acteur de sa propre misère. Elle permettait donc de déresponsabiliser le système afin de « responsabiliser » l’individu : vous le constatez, nous restons toujours dans la même doctrine néo-libérale.

Et puis voici que, il y a environ trois jours, un ministre sans doute conseillé par un fort des halles a produit le terme merveilleux de « Chercheur d’emploi » ou « Chercheur en emploi », je ne suis pas certain d'avoir bien compris . L’expression est unique ! Refaisons au ralenti le glissement sémantique :

Le «Chômeur » devient «Demandeur d’emploi» puis de demandeur il devient «Chercheur d’emploi».

Vous qui lisez ces lignes et êtes gens de bon sens, vous comprenez immédiatement le ridicule de ces appellations, car, vous savez bien qu'au final, ce que cherchent la plupart des gens au chômage, ce n’est même pas un emploi – souvent ils s’en fichent - mais simplement de quoi nourrir leur famille.

On peut sans trop de risque prendre le pari que, bientôt, sur les formulaires de l’administration et dans la littérature, le terme de « chercheur d’emploi » deviendra la norme.

Allons plus loin, et posons nous la question : que sous-entend ce glissement sémantique : Quelle idée y a-t-il pour inverser la courbe du chômage à vouloir renommer les chômeurs ? Il n’y a pas à réfléchir une heure, c’est assez simple. Les chercheurs sont des gens qui cherchent plus qu’ils ne trouvent. Par ailleurs, ce qu'ils cherchent se mérite. C’est donc que l’on veut ancrer dans l’esprit des français que le travail est une denrée rare, car qui irait chercher quelque chose dont il dispose pas à ses pieds ? Tout ce qui est rare étant cher, cela justifie le fait de déréguler complètement le marché du travail, de faire des salaires au ras des pâquerettes et tout en maintenant un niveau acceptable de chômeurs.

C’est bien la logique ultra libérale qui se cache une nouvelle fois derrière ce nouveau glissement sémantique, merveille de la nov langue que  que l’on doit à un gouvernement de gauche.

Arrêtons avec ces emballages qui ne veulent rien dire à ceux qui n’ont pas l'esprit disponible à la reflexion tant l'estomac crie la faim... Appelons un chat un chat, un chômeur un chômeur, et un pauvre un pauvre. Cela nous permettra d’appeler un salaud un salaud. Car lorsque l’on trahit à ce point les intérêts du petit peuple, existe-t-il vraiment d’autres termes à employer ?

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu