UA-29881888-1

Avertir le modérateur

21/08/2015

Comment dire merci à son instituteur ?

Marcel Renard

Le 21/08/2015

« Puisque c’est comme ça, je dirai toujours Bouton. Tiens, Bouton, Bouton»

La nature offre des merveilles à qui sait regarder. La qualité de mon appareil photo ne permet pas d’immortaliser ce que j’ai sous les yeux, aussi je vais essayer avec la lentille des mots, avant que ne se couche le soleil.

Il est 18h00 et nous sommes en plein mois d’Aout. Le  soleil est en train de plier bagage et, entre mon œil et lui, à travers les branches tortueuses d’un réverbère encore éteint, une araignée - profitant d’une situation qu’elle sait propice à attirer le chaland - a déjà tissé une toile dense.

Le positionnement du soleil et la configuration de la toile transforment cette dernière en un prisme qui décompose la lumière du jour. Il est vraisemblable – encore faudrait-il une loupe binoculaire pour s’en assurer, que la section du  fil de toile n’est pas réellement cylindrique mais présente des côtés.

Quoi qu’il en soit, la pureté du fil est telle qu’il apparait plus limpide que le plus beau des cristaux, et la diffraction du rayon solaire qu’il permet est à l’égal de cette transparence.

Le vent qui mollement agite les fils fait onduler dans toute l’étendue spectrale de l’arc en ciel cette toile , qui , sous une  inclinaison de la tête dans un sens ou dans l’autre, se transforme en un disque chatoyant tantôt dans les rose, tantôt dans les bleus, tantôt dans les verts.

Et l’on peut discerner un bleu que l’on voit tellement rarement dans la nature, ni même dans les spectres lumineux, le bleu des turbans des touareg, un bleu intense fait à base de cette pierre que l’on retrouve sur les masques funéraires des momies égyptiennes, le lapis lazuli. Il est rare de voir une telle déclinaison de bleus, tant nos yeux sont habitués à la standardisation des couleurs. C’est magnifique et totalement étonnant.

Parfois, on peut voir également un vert surprenant , que là encore on ne voit jamais dans les arc en ciel, et très rarement dans la nature, le vert émeraude extrêmement intense.

Toutes ces couleurs sont brillantes, phénomène que l’on ne voit même pas dans les prismes générés par l'irisation des tâches d’huile dans l’eau. C’est vraiment unique et totalement surprenant..

Il faut profiter de cet instant fugace, car déjà la déclinaison de l’astre solaire fait s’enfuir ces fééries fantasmagoriques que l’incidence d’un simple rayon de soleil sur une toile d’araignée toute à fait ordinaire arrive à produire. Et déjà, quelques minutes à peine après le début de cette observation, voici que notre toile recouvre son apparence insignifiante.

Mais alors… comment ne pas imaginer que des générations d’individus, qui des millénaires avant moi n’avaient rien d’autre à faire de la journée que de chasser et contempler les choses de la nature, comment ne pas imaginer que ces individus ne se soient posé la question du  pourquoi d’une telle chose, si frêle et pratiquement invisible, une chose si ordinaire, qui, sous l’effet d’un simple rayon de soleil, puisse prendre des allures aussi incroyables ?

A l’évidence, ces gens-là ont existé !  

Ainsi, c’est avec une très grande surprise que j’ai découvert que l’invention du cinéma ne datait pas de ce qu’il est usuel de dire. La «camera obscura », la chambre obscure, qui permet de visualiser dans une tente de bédouin des scènes produites à l’extérieur est une découverte très ancienne, dont des circonstances exceptionnelles et analogues à celle de ma toile d’araignée et de mon rayon de soleil m’ont éveillé à l’existence : Aristote, 300 ans avant notre ère, en avait déjà décrit le principe. Il ne lui manquait plus que le support pour en fixer l’image…. Et il n’est pas sûr que ce support n’ait pas existé avant l’invention au moyen âge de l’exploitation des propriétés du chlorure d’argent.

pontoise,cordeliers,chars,araignée,optique,ferry,renaut,renaud,philosophie urbaineEt il plus que vraisemblable - n’en déplaise à Alain Renaut, ce professeur de philosophie que nous avions eu au lycée de Pontoise dans les années 75 et qui, à défaut d’avoir su donner à ses élèves l’amour de la philosophie tant il naviguait en permanence dans une autosatisfaction qui faisait rire les adolescents que nous étions, psalmodie maintenant aux côté de son idole de Luc Ferry en se cherchant une clientèle de bazar - que le célèbre mythe de la caverne soit d’avantage inspiré de cette découverte tout à fait naturelle que d’une profonde et intense réflexion philosophique.

J’ai beaucoup perdu de temps avec la plupart des professeurs que j’ai eus, au lycée comme à la faculté, car ce n’est pas à eux que je dois cette manière d’observer.

C’est simplement à un instituteur, dont le père était particulièrement ignoble et a fait souffrir des générations d’écoliers Pontoisiens. Le fils de ce bougre, par une pédagogie toute à fait innovante, voulait sans doute essayer de racheter tous les péchés de son père, hélas ! une vie entière n’y aurait pas suffi…

Il avait su développer une méthode simple : nous emmener quelque part et nous demander d'observer...jusque dans les moindres détails... et d'exprimer sans crainte et sans a priori  avec pour seul outils notre maigre vocabulaire, ce que nous voyions.

Et lorsque je pense aux salaires dont sont gratifiés ces instituteurs, mon cœur frémit, comme cette toile d’araignée qui, au rythme de la brise du soir, me renvoie des reflets mordorés et mystérieux... 

Car ce sont de ces personnes dont dépend le monde, et non de ces petits barons qui pérorent sur les ondes.

La nature est pleine de choses magnifiques que nous avons appris à ne pas regarder en nous absorbant sur des choses insignifiantes ; Et pourtant, le moindre grain de sable, le plus petit cristal de neige, la plus petite étamine de la plus insignifiante des fleurs recèlent d’avantage de choses à étudier que tout ce que vous n’apprendrez jamais dans les meilleurs collèges des meilleurs écoles du monde. La géométrie de la nature est tout simplement passionnante.

Pendant que les médias nous endorment avec des guerres qui ne sont pas les nôtres, il y a beaucoup à apprendre...

Il suffit juste d’ouvrir les yeux. Et à part pour des gens comme Jean-Marie Lepen, on en a pour la plupart tous deux, ce qui est amplement suffisant pour apprécier la beauté du monde....

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu