UA-29881888-1

Avertir le modérateur

05/05/2015

Fret, de Pontoise à Gisors, RFF : «Croix de bois, chemin de fer, si j'mens, j'ai en enfer».

Marcel Renard, le 05/05/2015

«Chemins de fer et chèques en bois»

Le 18 Mai 2015, aura lieu à Pontoise, salle du Dôme (à côté de la mairie), à 19h30, une réunion d’information organisée par Réseaux Ferrés de France.

Il s’agit d’informer sur la mise en place de ce qui, sur le papier, est un itinéraire de délestage de Fret pour la ligne de Paris Le-Havre, mais qui, dans la réalité, se transformera en autoroute ferroviaire.

On peut déjà avoir une idée des problématiques en lisant la version de RFF , qui se fait fort d’aborder le projet tronçon par tronçon alors qu’il faut le voir dans sa globalité, du Havre à Argenteuil : http://www.modernisation.ligne-serqueux-gisors.fr/faq

serqueux,fret,pontoise,carf,gisors,ligne,transilien,rff,trains,marchandise,nuisances,réunion,18 mai,le havre,région ile de franceIl est nécessaire de venir nombreux à cette réunion, pour représenter un réel contre-pouvoir. Certaines communes, comme Osny, ont déjà organisé un service de car pour faire venir ceux qui se sentent concernés et il faut encourager les maires et associations des villes et villages sur la ligne à faire de même.

Les communes impactées sont :

D’Argenteuil à Pontoise : Argenteuil, Cormeilles-en-Parisis, Herblay, Conflans, Herblay, St Ouen l’Aumône, Pontoise,

De Pontoise à Gisors : Pontoise ; Osny, Boissy l’aillerie, Mongeroult, Us, Santeuil, Chars, La Villetertre,Liancourt, Chaumont, Trie-Château et Gisorsserqueux,fret,pontoise,carf,gisors,ligne,transilien,rff,trains,marchandise,nuisances,réunion,18 mai,le havre,région ile de france

De Gisors à Serqueux :  Gisors, Eragny sur Epte, Droitecourt, Sérifontaire, Talmontiers, Boucheville, Neufmarché,  Gournay, Ferrières, Forges les eaux.

De Serqueux à Motteville (où l’itinéraire alternatif rejoindra l’itinéraire « classique » Paris-Le Havre), tout un ensemble de villages sont également concernés.

Toutes ces communes verront défiler, de jour comme de nuit des convois de marchandise pouvant faire jusqu’à un kilomètre de long, à raison de 25 par 24 heures, parfois fonçant à tombeau ouvert à travers leurs villages

Pour répondre à ces inquiétudes, un collectif s'est créé : voir ici son site.

En tant que riverains de la ligne, que reproche-t-on à ce projet ?

Déclenché en 2009, un an après les élections municipales, il a été passé sous silence. On le comprend aisément : en période électorale, il vaut mieux éviter les sujets brûlants. Alors, lorsque sont advenues les élections municipales de 2014, ce projet n’a pas été d’avantage évoqué, sinon par quelques riverains avec les moyens dont ils disposaient alors, c'est à dire maigres. Les concertations se sont réduites à des réunions où les représentants de RFF et élus étaient souvent plus nombreux que les riverains, premiers concernés. Alors que nous sommes copieusement abreuvés de communications de toutes sortes, nous n’avons jamais reçu dans nos boites à lettre une seule note d’information sur ce dossier.

…. Que nous avons découvert de projet en décembre 2014, quatre mois avant les élections municipales. Nous avons commencé à consulter des dossiers, à nous informer, et avons découvert l’ampleur du projet et ses conséquences.

Résumé en quelques mots, le port du Havre veut retrouver une place importante en Europe. Il a besoin d’augmenter ses capacités de fret ferroviaire. Des quatre scénarios étudiés, celui retenu traverse nos communes. Etonnamment, c’est le scénario le plus court. Pour que le projet soit acceptable, il aura fallu rendre le moins cher possible ce scénario le plus court et pour cela, en minimiser l’évaluation des impacts en bâclant les études : A titre d’exemple, le nombre de logement pour lesquels RFF devra faire des isolations phoniques semble se réduire à chaque présentation.

Les nuisances

Elles sont simples : Les trains de marchandise font du bruit, pas un peu de bruit, mais beaucoup de bruit, fonctionnent au diesel, et surtout engendrent des vibrations sur leserqueux,fret,pontoise,carf,gisors,ligne,transilien,rff,trains,marchandise,nuisances,réunion,18 mai,le havre,région ile de frances infrastructures jouxtant les voies, jusqu’à une distance de plusieurs centaines de mètres en fonction de la topographie des lieux. Les riverains mais aussi les communes ont donc toutes les raisons de s’inquiéter pour les dégâts qui seront causés au bâti, surtout pour la section de voie ferrée qui longe la vallée de la Viosne, puisque les habitations sont souvent construites sur une épaisse couche de glaise qui, comme le ferait une couverture que l’on secoue, amplifie les vibrations de la voie.

Avoir des trains de cette nature circulant de jour comme de nuit – mais de tout évidence beaucoup plus la nuit que le jour tant la ligne J est saturée – représente le gage certain pour les riverains de voir transformé leur sommeil dans les beaux villages du Vexin français en cauchemar permanent.

Ces trains pourront être amenés à transporter toutes sortes de produits dangereux pour lesquels la raison conseillerait d’éviter les grandes villes.serqueux,fret,pontoise,carf,gisors,ligne,transilien,rff,trains,marchandise,nuisances,réunion,18 mai,le havre,région ile de france

Enfin, des aménagements devront être faits, car il est nécessaire de supprimer un certain nombre de passages à niveau. Rien qu’à Pontoise, c’est deux passages qu’il faudra supprimer, et couper ainsi la ville en deux. A Forges les Eaux, les habitants ont déjà manifesté leur colère.

Que demandons nous, en tant que riverains et contribuables ?

Que les études d’impact soient reprises à zéro, avec une réelle concertation de la population. Que l’on évalue les conséquences des fermetures des passages à niveaux, que les mesures de bruit, de vibration, soient correctement réalisées, sur des périodes réelles, dans des conditions réelles et non comme elles l’ont été à ce jour, que l’impact sur les moins values des bâtis soit calculé, que les mesures compensatoires soient correctement chiffrées, que les seuils de rentabilités pour la circulation du fret soient clairement énoncés, et, au final, que les coûts réels soient évalués et non que la ligne la plus courte soit transformée en ligne la moins chère, puisqu’à l’arrivée ce sera le contribuable qui paiera, car, à ce jour, les promesses de RFF ressemblent quand même à un chèque en bois.

 

Commentaires

Bonjour,

Un complément: il y a beuacoup plus de communes impacvtées que celles que vous indiquées.
Car en plus des communs qui ont une gare ( celles que vous indiquez), il y a celles qui se situent le long de la voie ferré, comme Ableiges et d'autres .

Écrit par : BUTEUX | 05/05/2015

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu