UA-29881888-1

Avertir le modérateur

28/08/2013

Putain d'camion

 Les urbanitasmagories de  Marcel Renard

le  26 Août 2013

 «Mon cœur saigne».

Putain d’camion

Fred remercié, voici que le camion explose.

Jamy continuera, sans son binôme.

Comme si un chandelier pouvait éclairer pareil avec une seule branche.

« C’est pas sorcier » : exit… On en aura tellement appris en vingt ans d’émission. Si mon fils dans quelques jours va être confronté au lycée à son premier cours de physique, ses premières élèves, c’est que le camion y est pour au moins autant que le furent ses meilleurs profs.

Cela, ça n’a pas de prix.

Enfin pour moi… pour toi aussi, petit homme, qui aura peut être un jour mon fiston comme prof… car se sera un bon prof, tu peux me faire confiance ; il saura te faire découvrir la matière, le monde dans ce qu’il a de plus intime, ses lois, ses interactions pour ton plus grand bonheur.

Peut être aussi pour toi, chef d’entreprise, qui devra recruter un ingénieur aguerri pour faire de la veille technologique.c'estpascorcier, pontoise

Ou pour toi, sénateur, député, qui devra t’entourer d’un « sachant » pour décrypter le monde de tes électeurs.

Mais ce prix visiblement est trop élevé pour un monde de la communication dont l’objectif est de promouvoir Nabila sur Einstein : Nous sommes dans un univers de lessiviers qui ne comprennent pas qu’à transformer le monde en liquidité, le concept de tension superficielle va nécessairement migrer de la boule de lessive vers la sphère du politique.

Cela n’est bon pour personne.

Enfin. On aura eu vingt ans de plaisir, de découverte, de surprises, d’ amusement, d’étonnement.

Cela finalement, ça n’a pas de prix. Merci aux camionneurs !

21/08/2013

Le Galérien

 

Les urbanitasmagories de Winter

le 31 Aout 2013

 «Le galérien».

Sur France info, ce matin, une chronique autour de cette « vieille » chanson. Ecrite à Alger en 1943, le galérien a marqué toute une génération. Reprise chez les scouts, dans les colonies de vacances, cette chanson a empreint toute une jeunesse, dont la nôtre. Aussi, c’est toujours avec émotion que l’on réentend ce refrain que l’on aime.

Mais cette chanson est réellement détestable.

Au-delà du pseudo folklore – pseudo puisqu’en 1943, il n’y de roi sur le territoire de notre République qu’à Wallis et Futuna , et même si les bagnes furent fermés tard, il n’y a alors plus de galère depuis longtemps -, son message est simplement terrorisant, et c’est erreur que l’interprétation des compagnons de la chanson met en relief.

De quoi s’agit-il ?

De tous temps, les gouvernants ont su que pour parler aux hommes, il était vain de s’adresser à leur raison : c’est au corps que l’on doit parler. Ainsi, les moines à travers les complies et les matines sont privés de sommeil, et l’on renforce leur embrigadement par des psalmodies envoutantes ; les soldats partent à la boucherie la fleur au fusil et la ritournelle à la lippe, car, comme le dit fort justement le proverbe « on n’arrête pas l’homme qui chante » ; les révolutionnaires sont catalysés par des chants entrainants tandis que les légionnaires sont coalisés par des ritournelles certes discutables mais sans conteste envoutantes elles aussi ; et au-delà de nos frontières, les guerriers écossais partent au combat au son des bourdons des cornemuses, mélodies particulièrement étourdissantes s’il en est. Le chant à l’unisson permet de marcher droit sans trop se demander pourquoi l’on avance.

Car le chant, la musique,  sont faits de vibrations, et ce sont ces vibrations qui parlent directement à notre corps, sans même prendre le temps de passer par le cerveau : Ces ondes réveillent en nous les impressions de la première écoute ; on éprouve de la nostalgie ; la nostalgie est le moteur de l’obéissance.

Cette chanson est détestable pour ces raisons : malgré son message terrible, on ne peut s’empêcher de l’aimer, car c’est devenu un tube, repris par une théorie d’interprètes.

Son message est double : Elle met en scène quelqu’un qui a mal tourné, au travers l’évocation d’un discours entre l’auteur et sa mère.

Pourquoi ce discours édifiant est il détestable ? Pour plusieurs raisons : la première c’est que la mère s’érige en référant moral absolu. A la limite, jusqu’à ce point, ce n’est pas trop grave, car finalement beaucoup de gens pensent que l’éducation consiste à inculquer des références morales ; « j’me souviens ma mère disait, et je suis aux galères ».  

La deuxième raison qui rend cette chanson détestable, c’est qu’elle démontre une certaine vacuité de l’innovation : c’est une chanson qui est faite pour encenser la perpétuation d’un certain ordre social ; mais au-delà de l’aspect « avertisseur » de cette chanson, il y a dans le fond du message une idée qui ne peut nous le faire apparaitre que complètement pervers, jugez plutôt : La mère de celui qui est devenu bagnard a fait œuvre de prophétie dont le caractère auto-réalisateur ne peut que nous surprendre ; en fait, la mère a modelé le destin de son fils en lui prédisant le bagne. « quand tu s’ras aux galères » : le futur est employé dans la bouche de la mère, pas le conditionnel ; C'est-à-dire que la mère prédit à sa progéniture le même destin que celui que son géniteur a subi auparavant : c’est la mère, par l’exhortation à la répétition d’ un ordre social confortable qui, de facto amène son fils aux galères.

Au-delà du pseudo folklore, cette chanson est l’archétype de la chanson conformiste, destinée à embrigader les gens dans un système conservateur.

On pourrait en conclusion dire que l’exact contrepied de cette chanson garant le salut de la modernité ; et que l’évolution sociale ne peut se faire que si précisément on n’écoute pas ses parents. Mais cette écoute à peut de chance de se faire entendre, pour les raisons précisées plus haut.

C’est dommage. 

Cela montre qu’il est préférable de parler à la raison plus qu’au corps ; mais cela, la chanson ne le permet pas.


 

16:42 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : houillon2014, pontoise-municipales2014, pontoise | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu