UA-29881888-1

Avertir le modérateur

25/10/2011

même pas peur de big brother

 

«Pourquoi il est inutile d’avoir peur de big brother»

 http://www.mai2012.fr/

 Winter, le 25 octobre 2011

 L’article que vous allez lire est génial. Tout simplement. Il n’est pas scientifique. Il est le résultat de plusieurs années de réflexion. Si vous avez la patience de le lire jusqu’au bout, vous découvrirez pourquoi il est ridicule de craindre l’intrusion de l’informatique dans le domaine du personnel, au moins à la hauteur de ce que l'on pense habituellement. Ce petit résumé est extrait d’une suite de constatations très personnelles dont le détail me permettrait d'écrire une thèse entière...

 Voici donc.

 Tout d’abord, j’ai toujours été étonné par les « sciences » qui permettent de deviner l’avenir. La numérologie, les divinations diverses ou l’astrologie sont formidables. Il n’y a rien de logique et pourtant chacun peut se reconnaitre plus ou moins dans son horoscope. Pourquoi : Chacun a son explication logique au fait que cela "marche" ou "ne marche pas". En fait, la raison est assez simple : Il n’y a en gros que douze possibilités pour l'horoscope et souvent un nombre très limité de possibilité pour tous les arts divinatoires : C'est un peu comme la météo. J’y reviendrai.

 En faisant mes courses sur ebay, j’ai toujours été étonné du fait que même sur les articles les plus insolites, tels que des moules à suppositoire en bronze du 19eme, ceux qui les avaient acquis avaient aussi acquis des coucous – mes pendules fétiches – ou des émeraudes – mes pierres préférées, mais aussi un pèse personne, toutes choses que j’achète sur internet.

 Ebay est une source incroyable de « profiling » (ceux qui ont acheté xxx ont aussi acheté yyy).

 Cela marche aussi avec youtube ou daily motion : Vous avez aimé xxxx, vous aimerez yyyy.

 Cette démarche est bien connue des vendeurs de lessive. Mais ce qui est étonnant, c’est qu’elle semble marcher pour à peu près n’importe quoi et pas seulement pour la lessive. A partir de n’importe quel achat, on peut donner un panier de produits pouvant intéresser le chaland : C’est de la statistique, mais c’est aussi un peu plus que cela. A l'inverse, on peut aussi dire : vous n'avez pas aimé xxxx, vous n'aimerez pas yyyy.

Notez que ce raisonnement marche aussi pour les sites de rencontre, comme mythique ou autres...

 L’intérêt de l’accès à ces énormes bases de données que représente le e-commerce est que l’on passe du simple stade de l’échantillon statistique à une véritable photo de l’espèce humaine.

 Et, assez curieusement, le nombre de profils type – au moins sur les goûts culturels, sur les achats, ou les envies de relation – qui semble se dégager de ces bases de données semble être assez réduit. On trouve toujours le conventionnel, le sanguin, le tyran, le rebelle, le réactionnaire, le marginal, le génial etc… En vérité, il se peut que le nombre de cases dans lesquels on peut ranger les individus soit terriblement restreint…

 C’est ce qui expliquerait pourquoi l’astrologie et ses douze signes, ainsi que toutes les sciences divinatoires , cela fonctionne relativement bien. Car douze cases, c’est peut être largement plus que ce qu’il faut pour décrire l’espèce humaine.

 Imaginons maintenant qu’il existe des robots qui soient capables d’aller chercher sur Internet toutes vos habitudes de consommation, vos commentaire personnels sur facebook, vos relevés de carte bancaire, vos livraisons de chronopost, vos émissions favorites et pourquoi pas vos empreintes d’ADN, dans le but de faire une cartographie de la population.

 Ces robots représentent à la fois le fantasme des merchandisers, mais aussi la hantise de ceux qui pensent que l’informatique ne rime pas avec la liberté individuelle. Ces robots existeront sous peu : les données existent, l'ingénierie est au point, la puissance de calcul, de stockage, et l'envie de plein de publicitaires à faire du "profiling" existent également, ainsi que les carences dans la gestion légale des données personnelles à l'échelle mondiale.

 Mais croyez vous réellement que ces robots seront capables de classifier de manière plus fine – c'est-à-dire avec plus de discrimination, de classes statistiques – que ne le fait l’astrologie ?

 Personnellement, je n’y crois absolument pas : Cette croyance n’est fondée que sur l’observation de mes semblables de manière quotidienne autour de moi. Tout le monde a le même comportement. L’impact qu’a la publicité sur les comportements le confirme tous les jours. On retrouve toujours et partout le même pourcentage de conventionnels, de rebelles, de génies, d’abrutis etc….

 En somme, il ne serait pas très compliqué de deviner le comportement d’un individu à partir de quelques recherches bien ciblées sur internet autour de ses habitudes d'achat, de lecture, de films regardés ou de recherches sur google.

 Dans ces conditions, il n’y a pas plus de raisons qu’on soit mieux « profilé » par l’abondance de données de l’internet que par une étude graphologique ou astrologique.

 Le seul problème qu’amène ces flots gigantesques de données pas rapport à l’individu, c’est qu’ils conservent des traces très individuelles de moments donnés ; ce n’est pas qu’ils mettent au grand jour le profil de tel ou tel individu.

 Il est donc vain de s’opposer à la collection de données personnelles au motif qu’elle peut trahir votre individualité puisque de toutes façon, compte tenu du peu de richesse de l'espèce humaine, il n'est vraiment pas très compliqué de le faire.

 On peut même aller plus loin et comprendre que l’abondance des données personnelles peut permettre à qui veut vivre dans l’anonymat de créer des entités virtuelles qui peuvent complètement le camoufler : c'est  le principe du cambrioleur qui laisse sur place un sac de cheveux volés chez le coiffeur...

 Réflexion à suivre…

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu