UA-29881888-1

Avertir le modérateur

02/07/2011

Mai2012 : Yves Calvi et DSK : la probable relaxe. Alors, DSK président ?

http://www.mai2012.fr/

Winter, le 2 juillet 2011

«DSK : il a beaucoup d'argent, je sais ce que je fais»

Où l'on apprend que dans l'affaire de viol présumé qui oppose Mme Diallo à M. Strauss Kahn, on s'achemine vers une relaxe.

Dans l'émission « c dans l'air », présentée par Yves Calvi sur Arte, le 1er Juillet 2011, la question du retour en politique de DSK est posée.

alg_cyrus_vance.jpgLes invités en présence, Dominique Reynié, professeur à Sciences-po, Olivia Cattan, Présidente de « Paroles de Femmes », et Gérard Grundberg, politologue,  s'accordent à mettent en évidence le fait que, même si Dominique Strauss Kahn pourrait être libéré, les français ne pourraient voter en faveur d'un individu qui traine un tel voile d'immoralité. En somme, la question de son retour en politique ne pourrait pas se poser.

Cette vision est étonnement restreinte pour des gens aussi bien éduqués.

Car, si l'on exclut une manipulation de grande envergure, quel est le fond de l'affaire: une personne, M. Strauss Kahn, comme d'autres seraient accro à la coke, serait accroc au sexe. L'agora semble le savoir depuis des années, et malgré différentes alertes, à aucun moment la  moralité de M. Strauss Kahn ne sera remise en cause, la qualité de son travail étant systématiquement primée. Dans les médias, il restera même, jusqu'à cette malheureuse affaire du 14 mai, le non candidat déclaré idéal pour rassembler le peuple de gauche et l'on ira jusqu'à lui prédire un avenir de prochain président.

L'affaire Strauss-Kahn éclate et voici que s'effritent avec les espoirs de ceux qui en avaient leur héraut.

On s'achemine vers une relaxe, et, d'un seul coup d'un seul, si l'on écoute entre les non-dits le consensus tacite établi entre ces invités d'origine et de convictions diverses mais ayant en commun la conviction profonde de penser analyser avec justesse l'opinion, le seul qui supporterait l'immoralité d'un monde qui a jusqu'à présent supporté la sienne serait le prévenu lui-même.

L'analyse est un peu courte et étonnement restrictive.

Dans notre société , il devient de moins en moins évident que les faiseurs d'opinion soient encore attendus par les citoyens dans l'appréciation de ce que doit être la morale; cette affaire les dépasse complètement et ils ne le comprennent pas : A l'heure où la crise du système frappe gravement les plus fragiles, ceux-ci savent faire la différence entre les problèmes de fond et les détails : n'en déplaise aux défenseurs des droits des femmes, l'affaire DSK n'en est qu'un.

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu