UA-29881888-1

Avertir le modérateur

17/05/2011

Affaire DSK, une chance pour la gauche ?

Winter le 17 Mai 2011

http://www.mai2012.fr/

«Revenir à des fondamentaux »

L'affaire Strauss-Kahn est « fâcheuse ».

Mais, dans le fond, Strauss-Kahn etant perdu pour le PS, sauf à démontrer - mais dans un calendrier tellement serré que cela reste de la politique-fiction- qu'il s'agisse d'une manipulation, il faut bien faire avec.

Au-delà du caractère tragique de cette histoire, cela peut être une vraie chance pour les gens de gauche qui ne se rassemblent que dans les moments difficiles, et celui-ci en est incontestablement un.

La chance, c'est de montrer, de même que le FMI peut vivre sans son directeur général, que le projet de gauche n'est pas dépendant des individus qui le promeuvent, qu'il est « naturellement » inscrit dans le patrimoine génétique du corps social.

Le hic, c'est qu'il faudrait pouvoir convaincre un certain nombre de formations d'adhérer réellement à un projet de gauche, et de ne pas présenter de candidats en 2012. Et dans la mesure où l'arbre idéologique a un peu perdu ses racines, on ne voit pas très bien de quel bois bâtir cette union.

Le PS devrait donc tourner la page DSK et promouvoir un projet de gauche réellement fédérateur, sur des choses simples et réfléchies. La lutte des classes n'est pas une utopie, c'est la réalité de la vie de tous les jours pour beaucoup d'entre nous : La caissière qui ne peut pas aller pisser quand elle en a envie, le jeune diplômé à qui on propose stages non rémunéré sur stages non rémunérés, le noir qui doit se contenter de nettoyer le métro car tous les autres boulots lui sont interdits, l'ouvrier rompu au travail à l'usine et à qui l'on propose, entre deux périodes de chômages économiques, de travailler plus pour gagner plus, tous ces gens-là savent bien que nous vivons dans un monde de classe exactement comme en Inde, même si cela ne se dit pas, dans lequel les individus évoluent au sein d'une caste : la caste des marchands, celle des professeurs, celle des diplômés, celle des miséreux etc...

Le projet de la gauche, ce ne doit pas d'augmenter le pouvoir d'achat, mais de faire prendre conscience aux petites gens qu'ils valent au moins autant que les grands et qu'ils ont leur entière place dans la lutte pour faire de ce monde un monde meilleur pour nos enfants.

Ce discours, la gauche, qui est composée pour une grande partie de nantis, de professeurs, d'enseignants, de gens pour lesquels l'accès au crédit ou au travail ne se pose pas dans les mêmes termes que pour le petit peuple, ce discours-là, il faut le réhabiliter !

Le communisme, c'est périmé, entend-on souvent. Mettre en commun ses biens, sa force de travail, ce serait périmé ? Comme si personne n'avait jamais remarqué qu'en ramant à deux dans une barque, on va plus vite que tout seul... Le capitalisme, en faisant croire qu'il est le seul système d'organisation humaine qui soit « naturel » et valide, et en rendant « as been » le message collectiviste, a réussi un holdup magistral sur la force de travail de chacun d'entre nous...

Et pourtant, la vérité est toute autre : L'homme en un siècle et demi de capitalisme, a plus abimé son environnement que l'esclavage de l'a fait en mille ans ! Le progrès ne vaut que s'il est partagé par tous, nous disait il y a quelques temps une publicité... Aujourd'hui, on voit ressurgir des marchands de produits d'occasion, des discounters de  produits de mauvaise qualité à bas coût, et de main d'œuvre encore moins chère, toujours moins chère, qui ne pourra jamais partager ce « progrès ».

La catastrophe de Fukushima, mais également assez paradoxalement celle de Tchernobyl, sont les produits d'une société dérégulée, où les intérêts financiers passent avant les intérêts généraux.

Et comme par hasard, dans chaque grande catastrophe - financière, industrielle, économique, humaine - ce sont les états qui sont appelés à la rescousse.

Ainsi, le capitalisme n'est « naturel » que lorsqu'il fonctionne bien. Dès qu'il atteint ses limites, il devient alors plus « naturel » de revenir à un système collectiviste, réglementé...

Si, profitant de la déconfiture de son mentor, la gauche française revenait à un vrai discours politique, elle marquerait à n'en pas douter pas mal de points.

 

12:20 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : affaire, dsk, sofitel, ps, pc, aubry, hollande, qui est orphelia, new york | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu