UA-29881888-1

Avertir le modérateur

10/11/2010

le gendarme de Chateaubernard

 

Winter, le 10/11/2010

www.mai2012.fr

« habits, chiffons, ferraille à vendre...»

Il advint que...

Quand j'étais gosse, on aurait entendu au loin sa voie métallique et nasillarde annonçant l'arrivée de son camion hors d'âge bardé de ridelles en caillebottis branlants. maxi_18711[1].jpgMa mère aurait préparé divers pièces de chiffons et un peu de ferraille qui aurait trainé de ci delà. Hé oui, elle avait connu la guerre et ne voyait pas de raison de gaspiller ce qui avait de la valeur. Le chiffonnier aurait pesé sur le trottoir et donné quelques pièces qui auraient été l'occasion de maugréer sur l'imprécision de ses instruments de mesure.

Quand j'étais gosse....

Dans la déchetterie de Chateaubernard, gérée par la structure Calitom, Lundi dernier, un gendarme à la retraite a abattu trois personnes avant de retourner l'arme contre lui. Il venait « se servir » régulièrement à la déchetterie, d'aucuns diront « voler » , sans doute pour arrondir ses fins de mois, et avait prévenu que si on l'en empêchait, cela tournerait mal. On l'a empêché, il a tenu promesse.

Aujourd'hui...

Les ordures sont devenues la propriété d'entreprises privées qui les valorisent. Mais la valorisation semble couter cher. Alors le contribuable paie pour cela, la ville paie pour cela, la région paie pour cela, la nation paie pour cela et l'Europe paie pour cela. Par-dessus cela, le consommateur paie une éco-taxe.

Bref, on se fait voler d'un peu partout.

Car qui dit valorisation dit valeur avant, valeur ajoutée et valeur après. Hé oui, car on ne valorise pas quelque chose qui ne vaut rien !

Notre gendarme assassin l'avait sans doute bien compris et entendait à sa manière récupérer une part du butin.

C'est qu'il s'agit bel et bien d'un beau butin : Cela est tellement vrai qu'à la déchetterie de St Ouen l'Aumône, qui alimente les poches des actionnaires de Veolia, la société a mis en place des caméras... afin de surveiller les bacs à ordure. Car les manouches, qui ne sont pas plus bêtes que vous et moi, ont bien compris que Véolia, Suez et les autres volaient les particuliers à tour de bras, et qu'en somme il n'y avait pas de raison de ne pas aller à son tour se servir. Peut être même nos voyageurs pensent-ils qu'en raccourcissant le cycle de valorisation, ils participent à leur manière à un monde plus écologique ?

logo-recyclage[2].gifCar non seulement, on doit payer un peu dans tous les sens pour qu'ils récupèrent des produits qui ont déjà été payé de multiples fois par le jeu des taxes  - songez juste que la boite de coca a déjà été payée peut être plus de cinquante fois, que la même ramette de papier peut être recyclée jusqu'à sept fois, qu'une bouteille de soda se transforme ensuite en palette plastique, laine polaire ou tuyaux divers....- , mais en plus il faudrait dépenser de l'essence pour aller à la déchetterie...

J'étais intéressé de savoir comment cela marchait, alors je suis allé visité la déchetterie.  Je croyais y trouver un centre de tri : En vérité, on n'y trie pas grand-chose, on ne fait que se montrer aux visiteurs les chaines de tri qui justifient les coûts monstrueux de cette usine, et on valorise au maximum ce qui a été trié par les contribuables ! Ainsi, les plastiques sont mis en balles de 5000 bouteilles, les cartonnettes sont empackettées afin d'être rapidement revendues, les branchages sont empilés et font du composte dans lequel on retrouve des bouts de sacs plastiques et diverses saloperies,  les cannettes alu son mises en balle et revendues aux ferrailleurs, et tout le reste, c'est à dire l'immence majorité de ces ordures,  est brûlé pour faire de la vapeur qui sera revendue aux particuliers.

Pendant ce temps, en Belgique, en Suède ou ailleurs, les cannettes sont consignées : Cela permet aux clochards de vivoter en faisant un vrai travail...

Petite question amusante  : Les chaudières du centre de tri s'accomodent mal du tri : En effet, ce n'est pas facile de de bruler des épluchures de légume - car finalement c'est ce qui reste une fois que l'on a tout trié, non ? -  car c'est plein d'eau : Il faut du carburant avec le comburant et quel est le meilleur carburant que le pétrole ? Et ou trouve-t-on du pétrole ? Dans les plastiques ! ! ! Alors, quand ça ne brule pas bien, pourquoi ne pas recharger un peu les chaudières en plastiques déjà triés ?

Alors, dans ma petite tête, j'ai pensé comme cela : qu'est ce qui se passerait dans ma ville si je proposais à mes concitoyens de racheter toutes les semaines leurs bouteilles plastique et leur cannette de coca au poids ?

Car ça vaut de l'argent, tout cela, non ?

Alors pourquoi leur voler ?

Serait-ce possible que ce fût tout cela que notre gendarme assassin avait dans le crâne ?

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu