UA-29881888-1

Avertir le modérateur

22/05/2010

Concorde : Vers un jugement de Salomon ?

Les urbanitasmagories de Winter le 22 Mai 2010

http://www.mai2012.fr/

«Concorde ou Pomme de Discorde ? »

A Pontoise, l’accusation a requis hier contre Continental dans le cadre du procès du crash du Concorde, en retenant la thèse d’une lamelle de titane laissée par un de ses avions sur la piste qui aurait provoqué l’éclatement d’un pneu du supersonique ,  départ d’une réaction en chaine ayant pour point d’orgue la dramatique issue que l’on connait.

Elle a requis également, des peines de prison contre le mécanicien en chef d’Air France et son supérieur, ainsi que contre le directeur du programme Concorde.

Mais en quoi ce procès peut il être pour le quidam aussi important ?

On peut certes bien imaginer les pressions en coulisse, car les sommes en jeu sont relativement significatives, mais l’homme doit avant tout juger un fait dont la portée le dépasse.

Concorde reste le symbole du monde des puissants : Ce fût l’avion par excellence des proches du pouvoir.

Ce fût également un mythe technologique : En se présentant comme une machine d’avant-garde – ce qu’il n’était pas ; on rappellera à cet effet pour les lycéens qui ne savent plus ce qu’est cet instrument qu’il a été entièrement conçu à la règle à calcul, et mis au point à coup d’échec et d’essais – il fût et reste la vitrine du savoir faire aérospatial franco-britannique

Pour le grand public, l’avion et les hommes qui le fabriquent font l’objet dans leur conception, leur réalisation et leur maintenance de processus rigoureux.

Ils seraient sans doute étonnés de savoir qu’ à Toulouse, on teste un réacteur en balançant des caisses de poulet congelé dedans, que le retard de livraison de l’A380 est du à des erreurs basiques de calcul de métrage de fil électrique, erreurs diagnostiquées un an avant par les cadres de Toulouse, mais que des commerciaux obtus se refusaient à entendre. Ils seraient aussi sans doute étonnés de savoir qu’introduire une bombe dans un conteneur à bagage à Roissy est à la portée de n’importe quel terroriste débutant tant les procédures sont mal faites.

Ainsi la course au moindre cout ou simplement l'absence de concience professionnelle aboutissent à une dégradation tout au long de la chaine industrielle de la qualité de service.

Alors évidemment, il parait inconcevable de dire que le jour du crash, le Concorde décollait avec une entretoise manquante sur son train, ce qui revient à dire pouyr simplifier qu’il avait un problème de parallélisme, qu’il décollait avec le vent dans le dos, c'est à dir toujours pour simplifier à l’envers et  qu'il était en plus en surcharge. Il parait impensable de dire que l’élite de l’aviation s’était fait ses petites procédures personnelles pour leur petit avion à eux. Il parait impensable de dire que les dizaines d'incidents à répétition sur les pneus devaient logiquement aboutir à une catastrophe.

Car si le Concorde, fleuron de l’industrie, était en fait une poubelle volante, avec cette « odeur si particulière au décollage », comme disaient pudiquement les hôtesses, que sont alors les autres ?

La réponse est dans l’accident lui-même : Constater que la conception de la pièce abandonnée par l’avion de Continental sur la piste relevait de la fantaisie d’un ouvrier responsable de la maintenance semble sur-réaliste : Cette pièce qui devait être dans un matériel d’usure a été refaite en titane sans que cela soucie qui que ce soit.

Au-delà du simple cas de cet accident, ce jugement est important pour tout le monde, car la France va mettre sa justice à l’épreuve : Dans un contexte politique ou tout semble se décider à la tête du client, saura elle monter qu’au pays des droits de l’homme, il existe encore une justice indépendante des influences, qu’elles soient politiques, diplomatiques ou industrielles ?

Saura-t-elle montrer que l’on peut reconstituer ce qui s’est vraiment passer, de manière objective ?

Saura-t-elle montrer que la traçabilité dont le monde de l’aéronautique se fait le chantre n’est pas qu’une illusion vendue par les cabinets de consulting ?

Même s’ils ne mettent pas ces mots derrière cela, c’est pourtant bien tout cela que les français qui ne croient plus en leur justice guettent.

Il ne saurait y avoir deux coupables dans cette affaire, et le jugement de Salomon que nous prépare le tribunal de Pontoise ne sent d’ores et déjà pas très bon.

11:58 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : air france, procès, concorde, pontoise, bea, continental, farret, airlines | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu