UA-29881888-1

Avertir le modérateur

13/12/2008

conchions l'erreur

 

Winter Le 13 Décembre 2008  http://urbanitasmagories.blog.20minutes.fr/

Je viens de lire dans le dernier Siné Hebdo (n°14 du 10 Decembre 2008) un article de Michel Onfray sur les soins palliatifs, qui titre de la sorte « Conchions les soins palliatifs » article que je trouve tellement nul que je ne peux m’empêcher de réagir.

Je ne sais pas quelle est l’expérience de Onfray en matière de soins palliatifs, mais visiblement il ne connait pas grand-chose, ou alors les temps ont bien changé depuis les années 90 où j’ai enterré mon frère (sida), et les années 2000 ou mes parents ont suivi (cancer).

A l’époque, en 90, à l’hôtel dieu à Paris, les soins palliatifs c’était vraiment permettre de vivre, et pas de mourir.

Et je pense que Desproge - que l’amour du piano à poussé en face de Pétrucciani, lequel avait lui-même été attiré par Chopin à tel point que le père Lachaise les a réunis tous les trois dans une élégante promiscuité- ne me contredirait pas.

Grâce à ce service et à tous les gens autour, mon frangin a pu – si tant est que cela soit possible– mourir tranquillement sans avoir, en  plus de toutes les épines dont l’encéphale peut se remplir lorsque l’on est en fin de vie, la douleur de souffrir.

Car le rôle des soins palliatifs, c’est bien non pas de faire durer, mais de ne pas faire souffrir et c’est en cela que l’article d’Onfray est totalement à côté de la plaque. Il confond les verbes pallier et s’acharner. Et si son expérience du soin palliatif est l’acharnement, c’est qu’il s’est trompé de service où que les temps ont bien changé.

Je n’ai jamais rencontré, pendant un an que j’ai fréquenté l’hôtel dieu, de commisération à la Christine Boutin , mais simplement des gens qui aidaient leurs semblable en fin de vie à se débarrasser de la douleur, sans jugement et morale, rien d’autre.

& la seule chose que je sais, c’est que mon frangin cynique à souhait et qui se tamponnait tout  ce qu’il est possible de se tamponner disait des soins palliatifs et jusqu’à son dernier souffle que c’était quand même une chose merveilleuse que la sécu lui paie sa morphine – au prix où cela est…

Je ne comprends même pas le lien que Onfray fait entre l’euthanasie et les soins palliatifs car cela n'a strictement rien à voir . A mon avis, il a du se tromper de rubrique.

Ceci posé, le jour où il crèvera - j'emploie le futur car le présent progressif n'existe pas en français, ce qui retire son charme à l'agonie - , et si le diable me prête vie jusqu'à là, je serai son dévoué pour l'accompagner dans son dernier souffle en me faisant un gros rail des produits qui lui auraient été destinés. 

Ce qui n’empêche que subsiste entier le débat sur la dépénalisation de l’euthanasie, mais cela, c’est une autre paire de manche.

01:17 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : onfray, siné, euthanasie, palliatif, sida, cancer, soins | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu