UA-29881888-1

Avertir le modérateur

22/10/2008

Boléro de Ravel et Gilet de Sécurité

Winter Le 21 octobre 2008  http://urbanitasmagories.blog.20minutes.fr/

« Du port du gilet »

Depuis le premier octobre 2008, il est obligatoire d’avoir dans la cabine de la triangle.

En soi, c’est une bonne mesure, compte tenu du nombre et de la dangerosité des sur-accidents.

On peut ensuite discuter des modalités pratiques d’application, et du risque qu’il y a à courir en bord d’autoroute sur 30 metres pour aller poser un triangle, mais ceci n’est que technique et mon propos n’est pas là.

Ce qui m’intéresse dans cette mesure c’est l’aspect sociologique qu’elle revêt.

Je vais prendre un exemple vécu.

En centre ville, une petite mamie tombe en panne au feu rouge et ne peut redémarrer. Elle sort rapidement de sa voiture, enfile son gilet, et tente de déplier le triangle.

Nous sommes dans les bouchons du centre ville. La mamie étant à coté de moi, je m’arrête pour tenter de l’assister.

Elle m’explique que c’est la première fois qu’elle utilise le triangle, c’est compliqué, elle n’y arrive pas. Il faut qu’elle appelle son mari pour qu’il vienne la dépanner, mais elle n’a pas de téléphone et il faut quelle trouve une cabine etc etc… Ma petite mamie est un peu en mode « panique ».

 Etant un peu boiteux, je ne peux l’aider à déplacer son véhicule. Je lui prête mon téléphone. Elle appelle son mari qu’elle attend ensuite sur le trottoir du centre ville, avec son gilet jaune et sa voiture qui bloque une file sur les deux du carrefour.

Je file ensuite à mes occupations.

Analyse :

Dans un monde normal, deux costauds se seraient arrêtés  pour déplacer la voiture de 10 mètres, et ma petite mamie aurait attendu gentiment ; cela aurait résorbé le bouchon naissant et tout serait rentré dans l’ordre.

Dans le monde de Nicolas Sarkozy, on individualise le problème. La panne n’est plus un problème commun (en l’espèce la moitié du trafic ne peut passer), mais un problème individuel qu’il faut traiter de manière individuelle. Sous le prétexte au demeurant sans doute avéré de se protéger soit même, à travers la dramatisation d’une situation qui reste quand même pour la plupart du temps assez banale – panne d’essence, arrêt divers - on ancre au plus profond du citoyen l’idée que le danger est partout que les seules personnes qui peuvent venir à notre secours sont les autorités.

Derrière cette mesure aux apparences plutôt sympatiques, se cache un mécanisme particulièrement pervers d’individualisation des réflexes sociaux : puisque ma petite mamie a mis son gilet et son triangle, pourquoi m’arrêterais-je puisque tout est en ordre ? Et finalement, on en vient à oublier que le vrai problème n’est pas de mettre son gilet et son triangle mais de dégager la circulation et raccompagner la petite mamie chez elle.

Cette mesure est à rapprocher de la proposition récente de Xavier Bertrand de supprimer la cotisation des séniors aux  caisses de chômage. (voir mon article sur le sujet)

Je pourrais également vous raconter l’anecdote totalement véridique survenue à un gars du coin, arrêtée par la Police alors qu’il était en train d’uriner en rase campagne sur le bas côté sans gilet ni triangle… Cette personne a eu toutes les peines du monde à expliquer qu’elle prenait des diurétiques et qu’elle était malheureusement obligée de s’arrêter toutes les dix minutes, et que donc, le temps qu’elle mette son gilet, mette son triangle etc… il fallait qu’elle s’arrête de nouveau, ce qui ne lui permettrait alors pas de faire beaucoup de kilomètres dans la journée….

 

05:07 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gilet, triangle, securite routiere, prevention, jaune | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu