UA-29881888-1

Avertir le modérateur

23/06/2008

La SNCF vous aide au quotidien

 Dans le train

Winter Le 23  Juin 2008  http://urbanitasmagories.blog.20minutes.fr/

« Faciliter (entre deux grèves)  les déplacements des Franciliens, c’est l’ambition de la région Ile de France »

La date de ces notes, notules et notations est importante

Or, il advint que, le 23 juin 2008

Dans le train, une petite affichette attire mon œil. Il s’agit d’un placard de la région il de France, qui fait passer en substance le message suivant

« parceque vos déplacements sont importants (blablablablablabla) la Région Il de France (blablabla) Rénovation des trains (blablabla)

DE PLUS, DEBUT 2004, A BORD DE CHAQUE VOITURE, UN SYSTEME D’INFORMATION VOCAL ET VISUEL AFFICHERA EN TEMPS REEL LA DESTINATION DU TRAIN ET DES GARES DESERVIES

Faciliter les déplacements des transiliens, c’est l’ambition de la Région Ile-de-France »

C’était donc cela, l’explication de l’énigme, la révélation suprême, le pourquoi du comment,  l’aboutissement de la quête du gral du banlieusard ! Je ne comprenais pas pourquoi, depuis quelques temps, sur la ligne que je prends tous les matins, à la même heure, avec les mêmes personnes qui tentent de profiter de leur heure et demi de transport quotidien pour achever une nuit écourtée par le retour de la veille, et qui prennent la même ligne depuis trente ans, d’un seul coup d’un seul, sans qu’on puisse y comprendre mais, le conducteur s’était mis à énoncer à chaque station d’une voie vive et assurée dans un système de phonie plus ou moins vétuste la liste des stations restant à parcourir : C’tait le dispositif d’information vocal en temps réel destiné à me faciliter mes transports quotidiens, c’était POUR ME FACILITER LA VIE.

C’est ensuite que j’ai constaté la présence du dispositif visuel : une affichette au dessus des portes des voitures, symbolisant par un succession de points alignés en rang d’oignon sur un trait bleu l’enchainement des stations.

La SNCF est formidable, et la région ile de France aussi : et c’est bien normal, puisque mon abonnement SNCF me coûte 8300 Francs par an, soit presque … deux mois de loyer ! Vu comme cela, ça fait réfléchir, non ?

Pendant ce temps, à la gare de Pontoise, fore l’œuvre du temps, il ne se passe rien : Les escalators sont toujours en panne depuis la fin du siècle dernier. Toutefois,  la SNCF organise quotidiennement sur ses emprises alentours sous l’œil bienveillants des usagers – ou plutôt des « clients », ainsi qu’on le dit du libidineux allant aux filles de petite vertu - et  qui ne sont mêmes plus choqués par quoi que ce soit, le fameux concours pontoisien du plus beau dépotoir, avec en alternance la présentation de l’entrepôt en ruine ou du parking brûlé selon que l’on porte son œil sur la gauche ou sur la droite.

« Faciliter les déplacements des Franciliens, c’est l’ambition de la région Ile de France »

Ou comme aurait dit un illustre menteur de président: « les promesses n’engagent que ceux qui y croient ».

20:08 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : greve, cheminots, sud rail, huchon, sncf, cgt, sarko | | |  Facebook

17/06/2008

impôt par ci, impôt par là, impôt partout.

Winter Le 17  Juin 2008  http://urbanitasmagories.blog.20minutes.fr/

« bling & bling sont les deux mamelles de la France»

En ces temps de déclaration de revenu, comme beaucoup de français, je fais – ou plutôt tente de faire - ma déclaration par Internet.

Avant d’aller plus avant dans mon récit, il convient de rappeler quelques chiffres : En 2007, les recettes de l’état étaient de 337 milliards d’euros, et les frais financiers liés au remboursement de la dette 40 milliards d’euro. Afin d’amener ces chiffres à une échelle compréhensible pour le commun des mortels, notez que le budget de la défense nationale -des hélicoptères, des sous marins, des rafales, des porte-avions nucléaires, enfin bref  toutes choses a priori plus compliquées à faire fonctionner que des calculettes - etait de 36 Milliards.

Il n’est pas besoin d’avoir fait l’ENA pour comprendre que le problème de l’équilibre budgétaire est donc avant tout de trouver quelque part de l’argent à donner à nos amis banquiers. Dit autrement , si l’on pouvait faire du foie gras avec les banquiers, ce serait Noël tous les jours sur la planète.

Ce préambule posé, il m’arrive un problème technique pour effectuer ma déclaration en ligne. Une amie de bon conseil m’ayant indiqué que l’administration fiscale – celle que je paie à travers mes impôts - était prompte à répondre par email à toute question, je m’exécute.

Je reçois - assez rapidement il est vrai - une réponse dont la profondeur mérite citation :

« Pour vos questions techniques sur l'abonnement, la télédéclaration, le compte
fiscal en ligne, contactez l'assistance technique ' téléprocédure impôt sur le
revenu ', à 12 centimes la minute, au 0 820 326 326, tous les jours même le
dimanche de 08h00 à minuit (heures françaises) »

Hé oui, mes chers compatriotes, la France est tellement endettée qu’il lui est nécessaire, comme au bon vieux temps des minitels roses, de mettre en place, pour payer ses fonctionnaires, une sorte de jack pot télématique, une cagnotte, une tontine, appelez cela comme vous le souhaitez, enfin bref quelque chose qui rapporte un peu d’argent dans ce vaste océan de misère.

A ce point, on comprend mieux pourquoi l’association des maires de France à choisi en 2003, pour figurer Marianne, symbole de toutes les valeurs portées par la nation française,  Evelyne Thomas, l’ex-animatrice de l’émission « combien ça coûte ».

Vive la République, vive la France !

15:24 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : impôts, déclaration en ligne, amf, marianne, hot line, 2008 | | |  Facebook

05/06/2008

Un polichinel dans le tiroir


Winter Le 2 Juin 2008 http://urbanitasmagories.blog.20minutes.fr/

« En ces temps d’insécurité permanente, on n’est jamais assez trop prévenant»
Article lu dans « le temps » du 2 juin 2008, totalement surréaliste :


« (…) un Japonais célibaire résident à Fukuoka (sud du pays) découvrait récemment qu’une femme de son âge, 58 ans,Tastsuko Horikawa, vivait clandestinement chez lui, dans un placard, depuis des mois. C’est en réalisant que de la nourriture disparaissait de son réfrigérateur que l’homme a eu l’idée d’installer chez lui une caméra de sécurité (…) »
Cela me fait penser à une autre histoire survenue il y a un an
Allant se cherche une pizza au congélateur, un homme découvre que ce dernier servait déjà de bière à trois de ses enfants. C’est ce qu’on a appelé « l’affaire des bébés congelés ».
Ces histoires sont tellement tristes qu’il vaut mieux en rire.

On dit souvent qu’il faut balayer devant sa porte, mais la moralité de ces deux histoires, c’est plutôt que l’on devrait plus souvent faire les poussières dans ses armoires.


Personnellement, depuis, je fais très attention. Avant d’aller me coucher, je passe en revue tous les placards, les réfrigérateurs, fours et autres appareils ménagers. Je regarde même le four micro onde tant il est vrai que les nains sont parfois rusés ; Cela peut certes prendre un peu de temps, mais en vaut certainement la peine : Dans un monde ou l’insécurité est omniprésente, l’on ne peut prendre le risque de n’être assez précautionneux.

Ne devrait on pas fonder une grande association d’information et de défense « de-ceux-qui-retrouvent-des-trucs-pas-possibles-dans-leurs-placards. »
En effet, supposez que demain, à la rentrée de Septembre, dans le coffre de votre IVECO Daily, que vous avez laissé garé pendant tout le mois d’Août avant de partir à Houlgate, vous retrouviez toute l’équipe de campagne de Ségolène Royal. Vous vous diriez alors « Que faire », seriez désemparé, et craindriez à bon escient une accusation de séquestration qui ne tarderait à venir. Et dans ce telles circonstances, allez prouver votre bonne foi : ceci relève de la mission impossible.
Mais en adhérant dès à présent à une grande association d’information et de défense « de-ceux-qui-retrouvent-des-trucs-pas-possibles-dans-leurs-placards. », vous vous prémunissez de ce risque , et, pour une somme sans doute modique, recevrez également au tarif lettre le bulletin confidentiel  d’information de l’association.

Il est temps de narrer une anecdote personnelle.

Ma vieille tante parisienne que j’aimais tant, après une vie bien remplie et arrivant à un âge avancé, vient à rendre son dernier soupir. Les obsèques arrivent et on va, selon ses vœux, la porter en terre dans l’enfeu où ma grand-mère - paix à son âme - ainsi que d’autres aïeux reposent, au beau mitant du cimetière d’un petit village de campagne éloigné de quelques centaines de kilometres de Paris . Il s’agit d’un caveau familial construit sans doute au milieu du 19ème siècle et qui bien qu'un peu fatigué par l'usage reste de belle facture. Il était prévu pour recevoir huit personnes, sa dernière ouverture datant d'une trentaine d'années, pour y remplir l'avant dernière place disponible avec la dépouille de ma grand-mère .
La veille ou le matin précédant l’inhumation de ma vieille tante, les préposés municipaux ré ouvrent le caveau et là, à la stupeur de toute la famille déjà éprouvée comme il est usuel qu’on le soit en pareilles circonstances, force est de constater qu’un individu lambda a déjà glissé subrepticement dans la huitième et dernière place un mort clandestin, un cousin imprévu, un rajout discret mais non autorisé, et qui rend la sépulture impropre à l’arrivée de ma tante, et par conséquentl’inhumation impossible. Cela chamboule un peu le protocole ; une tombe est creusée à la hâte un peu plus loin.


Le service funéraire est ordonné à l'église du village, puis tout le monde se rend au cimetière, porter ma tante en terre.


Et comme il est d’usage à la campagne, à l’issue de l’inhumation, on fait le tour du cimetière pour rendre visite aux parents, amis, aïeux. Le cheminement dans le cimetière amène tout cette quoterie autour du caveau initialement prévu, et l'on s'adonne à commenter les vertues vraies ou supposées des parents en énonçant les noms gravés sur les plaques ; tout le monde est là , y compris ceux – et à la campagne, on sait tout sur tous -  qui se sont arrogé la dernière place libre pour y glisser subrepticement LEUR macchabée, pas le NOTRE, le LEUR ! Autour du monument de marbre, les commentaires commencent de manière feutrée, circonstances obligent, puis les minutes passant, deviennent caustiques, puis carrément ascerbes, , du style « c’est quand même incroyable, de nos jours, les morts ne demandent même plus notre avis », « c’est pas la tante qui se serait permis de voler la tombe d’un autre » etc etc…

Ce qui montre que non seulement il faut vérifier régulièrement ses placards, ses appareils ménagers, mais aussi ses sépultures, on n’est jamais à l’abri d’une intrusion clandestine.

19:24 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : japonais, courgeau, pauperisation, insolite, fukuoka | | |  Facebook

01/06/2008

Nés en 1968, morts en 2008

Winter le 30 mai 2008  http://urbanitasmagories.blog.20minutes.fr/

Une film de Martineau et Ducastel, avec tout un tas d’acteurs excellents que la postérité retiendra pour leur courage plus que leur mérite.

Aucun intérêt dans ce film plat & très mal construit et qui n’a pas même le mérite pourtant parfois salutaire de provoquer l’ennui.

On passe trois heures à regarder des images, un peu comme on le ferait avec « point de vue et image du monde » dans la salle d’attente du dentiste.

Il s’agit ici de repasser en revue les événements importants aux yeux des auteurs entre mai 68 et mai 2007. Les clichés les plus  éculés y passent : l’amour libre des baba cools qui vivent dans les champs de marguerite sans chiottes, les joins qui tournent, les gros pulls tricotés à la main, tout une communauté qui fait un peu dans le désordre des enfants qui deviendront anti-conformistes, c'est-à-dire en l’espèce, conformistes.

Lorsque l’on prend toutes les images mises les unes derrière les autres, elles sont indéniablement justes. Le problème, c’est que l’histoire avec un grand H, ce n’est pas une succession de photos sans logique, et c’est là ou ce film est totalement à côté de la plaque.

Quelques clichés sur l’avortement, mais rien sur les personnes comme Simone Veil qui ont été des acteurs majeurs de ces mouvements

Ensuite on passe au sida, et là visiblement, on n’a pas vécu la même chose, comme si, dans les années 90, on connaissait le sens du mot « séropositif ». Heureusement, la tri thérapie arrive et tout est pour le mieux

Un petit coup de cancer – quand même – pour la maman malheureuse

Un passage sur le PACS , acquis majeur du 20eme siècle.

Entre temps, le mur de Berlin s’est effondré, et Rostropovitch y va de son trémolo.

A coup de clichés, on arrive à l’élection de Mitterrand, puis celle de Chirac et enfin les déclarations façon hotel Lutécia de Sarkozy.

On aurait aimé voir Daniel Cohn Bendit au parlement européen, Serge July avant le capitalisme et plusieurs kilo après, et bien d’autre qui ont acheté la révolution aux enchères et porté ses restes à la brocante;  des luttes ouvrières, des heures supplémentaires imposées aux non grévistes, des conquêtes sociales, des mouvements charismatiques et non violents, de la profonde remise en cause d'une société bourgeoise conformiste et consumériste, de l’apparition de la contraception et de celle de Julien Clerc dans Hair, rien de tout cela.

On sort de 3 heures de projection avec le sentiment que mai 68, c’était la liberté de baiser avec n’importe qui à la campagne, et que finalement,  De Gaulle avait raison : Il faut éradiquer la chienlit.

On perd son temps, on n’apprend rien. Quand je pense qu’en trois heures, j’aurais pu boire au moins six bières, quel gâchis.

 

01:43 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rouge, cohn bendit, films, 1968, nés en 68, martineau, arte | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu