UA-29881888-1

Avertir le modérateur

28/11/2007

Villiers-le-rebel.

Emeutes à Villiers le bel.

En écoutant France-inter à 12 :30 ce jour, j’ai entendu la journaliste - sans doute très cultivée, du moins il faut l'espérer - indiquer que des jeunes avaient été « tués ».

Dans un contexte sensible, les mots sont particulièrement porteurs de sens. Qui dit tué, dit tueur.

Ces jeunes à ce jour n’ont pas été « tués », à ce que je saches, ils sont décédés – paix à leur âme -  suite ou pendant un accident de voiture, dans des circonstances qu’il appartiendra à la police & à la justice de déterminer, et qui transformeront ou non le conducteur de la voiture ou celui de la moto (hé oui) en tueur.

Ce n’est pas du tout pareil.

Quand aux actes qui ont suivi, que dire qui n’ai été déjà mille fois dit.… si à chaque fois que quelqu’un mourrait ou était tué on mettait le pays à feu et à sang, Beyrouth, à côté de chez nous, ce serait le club méditerranée.

Je plains du fond du cœur les familles des gamins, et particulièrement les mamans : quel gâchis, et pour quoi, finalement ?

Je plains du fond du cœur certains ce ces gosses des banlieues qui sont en train de devenir des esclaves : Derrière leur airs de révoltés, ils ne réfléchissent ni avec leur main, ni avec leur tête et sont incapables de se rendre compte qu’ils se laissent docilement manipuler comme des petites marionnettes de tous côtés :  par la droite par des hommes politiques qui ont tout intérêt à crier au loup, par la gauche par des prédicateurs qui tentent de récupérer une clientèle facile, par derrière par tout un ensemble de mafieux qui ont tout intérêt à maintenir ces zones d’économie parallèle en zone de non droit , et par devant par une petite médiocratie à qui ils servent d'exutoire.

La liberté n’a rien à voir avec la condition sociale. Même pauvre et inculte, l’homme est libre. Et la première des libertés, c’est de pouvoir choisir le monde dans on désire vivre.

Quand à notre classe politique, quelles maigres leçons  tire-t-elle de l’histoire de France. Comment ne peut elle pas voir les similitudes existant entre ce qu’il convient maintenant d’appeler les révoltes des banlieues et les différentes « jacqueries » que le 16eme siècle a connues.

L'action en politique, c'est nécessaire . Mais une nation , c'est comme une maison : on ne la construit pas que en empilant des parpaings. Il faut d'abord la concevoir, et cela , c'est un travail d'architecte. Notre Numérobis (1) national empile bien les parpaings, mais on a du mal à voir le plan d'ensemble : pour l'heure on discerne surtout les grands ensembles, derrière un gros rideau de fumée.

 Winter le 28/11/2007 http://urbanitasmagories.20minutes-blogs.fr/

(1) l'architecte dans Astérix qui doit construire en trois mois un palais pour Cléopâtre.

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu