UA-29881888-1

Avertir le modérateur

23/11/2007

Grève : Travailler plus pour gagner plus

Nième jour de grève.

Je suis arrivé tard au travail hier, compte tenu de l’aisance à circuler.

Je suis donc parti un peu plus tard.

Bref, je suis à St Lazare pour prendre le train de 20h00 qui est retardé à 20h30 et finalement partira à 20h45.

Il y a encore pas mal de monde à cette heure, et les avinés commencent à croiser les étourdis attardés.

Il faut savoir que la gare St Lazare dessert la ville nouvelle de Cergy, située à une 30eme de km de Paris, et que cette agglomération est un gros bassin de population dont les habitants utilisent par préférence le RER pour accéder à la capitale. Par une bizarrerie administrative comme seule la France est capable d’en inventer, cette ligne qui traverse la région parisienne du Nord Ouest au Sud Est est gérée par deux entités différentes, d’un côté la SNCF, de l’autre la RATP. Donc, en cas de problème technique, de grève etc… vous avez toutes les chances du monde pour que ce qu’on appelle « l’interconnexion »  entre les deux réseaux soit suspendue : c’est la loi de l’emmerdement maximum, et, dans ce cas, les gens se rabattent sur la liaison purement SNCF reliant Cergy  à la Gare St Lazare.

Dans cette gare, par une autre astuce extrêmement bien réfléchie, les techniciens de la SNCF ont installé des panneaux indicateurs pour l’ensemble des  voies….devant les voies les plus fréquentées.

Par une dernière astuce, la gare étant en travaux, à l’endroit le plus fréquenté l’espace de stockage des passagers en attente de prendre un train est réduit de moitié.

On assiste donc en tête de quai n°16 au manège suivant :

Les gens attendent massés de connaître sur le panneau indicateur où leur train sera  à quai, créant un bel embouteillage.

Dès que cette information est affichée, ils se  précipitent vers leur quai, mutant l’embouteillage en pagaille.

Compte tenu du monde qui veut encore à cette heure embarquer pour Cergy, la gare a placé en tête de quai une coterie d'environ cinq  militaires armés, une quinzaine de policier, environ sept CRS, plus des petites mains de la ferroviaire, et deux ou trois ratons laveurs (1).

Unis par delà leur uniforme, ils sont alignés en travers du quai, réduisant ainsi de moitié la possibilité de passage des usagers (des « clients »)

Au signal  de l’un d’entre eux « On bloque ! », ils se donnent la main, lèvant les bras en l’air, telle une petite guirlande de bonhommes taillés dans le papier, et empêchent les retardataire – qui de toute façon ne pourraient pas monter dans le train – d’accéder au quai.

Le but est évidemment de permettre le départ du train de manière plus rapide, et c’est efficace.

La sonnette stridente annonçant le départ retentit ; notre guirlande se désolidarise, et le tour est joué.

Vu de l’extérieur, avec les badauds alentours, cela me faisait penser à un petit alignement de nounours en peluche comme on en voit dans les foires sur les étagères en guise de lot, classés en fonction du nombre de tickets récoltés.

Il est à espérer que ces personnels qui faisaient de toute évidences des heures supplémentaires seront payés en conséquence.

C’est aussi cela, travailler p’luche pour gagner p’luche.

Winter 23 Nov http://urbanitasmagories.20minutes-blogs.fr/

(1) je ne sais pas pourquoi le soir à la gare, on voit des gros rats passer rapidement d'une tête de quai à une autre, mais c'est à fait avéré à qui sait observer.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu